Chine, la machine à fabriquer des millionnaires se grippe

 |   |  407  mots
En 2012, le nombre de nouveaux millionnaires chinois n'a progressé que de 3% en Chine. Il s'agit de la plus faible croissance depuis 5 ans. Du coup, les millionnaires ont le moral dans les chaussettes. Un quart d'entre eux seulement se déclare très confiant sur l'évolution économique des deux prochaines années.

La machine à fabriquer des millionnaires se grippe en Chine. En lien avec nette décélération de la croissance économique et de la mauvaise performance des Bourses chinoises, le nombre de nouveaux millionnaires chinois (ceux qui possèdent une fortune d'au moins 10 millions de yuans, soit 1,63 million de dollars) a augmenté moins vite en 2012 que par le passé, selon un rapport annuel élaboré par l'institut de recherche Hurun et le cabinet de conseil GroupM Knowledge. Ce dernier précise en effet que la croissance de nouveaux millionnaires a été de 3% l'an dernier (soit 30.000 de plus, à 1,05 million de personnes), soit la plus faible croissance depuis cinq ans. Une tendance similaire se retrouve pour les "super-riches". Cette catégorie de personnes possédant une fortune personnelle supérieure à 100 millions de yuans (16 millions de dollars) a certes augmenté de 2% seulement en 2012, à 64.500 personnes, mais là encore, il s'agit de la plus faible hausse depuis cinq ans.

Morosité économique

Cette relative stagnation s'explique avant tout par la morosité de la conjoncture économique (avec une croissance de 7,8%, la Chine a connu en 2012 sa plus mauvaise performance depuis 13 ans), mais aussi par les résultats décevants des Bourses chinoises (avec un gain de 3,17% en 2012 pour l'indice de référence), lesquels ont également contribué à freiner la constitution de nouvelles fortunes, en plafonnant la valeur des portefeuilles d'actions

Les millionnaires ont le moral dans les chaussettes

Du coup les millionnaires chinois ont le moral dans les chaussettes. Seul un quart d'entre eux se montrent "très confiants" dans l'évolution économique des deux prochaines années, contre 28% en 2011 et près de 50% en 2010, souligne l'étude. Environ 15% des millionnaires chinois (soit 160.000 personnes) ont fait état de leurs investissements boursiers comme principale source de leur richesse l'an dernier - une diminution de 5 points sur un an.

Mais c'est l'immobilier qui reste la destination privilégié de leurs investissements (15% des millionnaires y doivent leur ascension), et ce, malgré les efforts du gouvernement pour limiter les achats de propriétés et la flambée des prix. Le rapport souligne cependant une tendance croissante des Chinois fortunés à rechercher des placements immobiliers à l'étranger.

Pékin, la ville des super-riches

Fin 2012, 70% des millionnaires chinois résidaient dans les agglomérations de Pékin et Shanghai, ainsi que dans les prospères provinces du sud et de l'est du pays (Guangdong, Zhejiang, Jiangsu). La capitale politique, Pékin, abrite à elle seule 184.000 millionnaires (17,5% du total) et 10.700 super-riches.

 

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2013 à 16:53 :
Ho les pauvres.. je vais les plaindre ces requins..
a écrit le 16/08/2013 à 9:38 :
Et en France ?? On voit le point de vu d'une maniere vraiment suffissante .... Jalousie ou racisme il nous donne des leçons sur nos universités et en plus il fabrisue des millionnaires mais ouf... moins qu'avant...
Réponse de le 16/08/2013 à 14:38 :
Ideolo, mélanger niveau d'éducation (et encore, officiel...) avec richesse est beau ... d'idéologie... pour rester très poli.
Réponse de le 16/08/2013 à 15:11 :
Juste pour compléter mon commentaire, il serait opportun que vous connaissiez vraiment les différences de culture entre un Européen, un cowboys from hollywood, et un Asiatique. Soit, là où un Européen trouve un cowboys gonflé, car sûr de son pouvoir, les Asiatiques que j'ai toujours fréquenté ne se la "pète" jamais. Mais ils peuvent rire de tout, sauf de l'argent. Et j'écris cela en ayant des racines écossaises et néerlandaises. Vous dire mon degré de rapacitude.
a écrit le 16/08/2013 à 4:15 :
Faut pas croire que les pauvres sont les seuls pigeons à se faire plumer. Ces nouveaux riches n'ont pas le moral car tout l'argent qu'ils possèdent ne vaudra plus rien quand l'économie s'écroulera. C'est ce qui est arrivé à beaucoup d'américains qui ont perdu tout le travail d'une vie et leur retraite avec. Et les milliardaires chinois ont raison d'être inquiet pour leur avenir, même si aujourd'hui ça va bien pour eux. Il faut bien se rendre compte que le système financier mondial n'est qu'une super-sophistication d'une escrocri bien connue, le système pyramidal, grâce à la titrisation par exemple...
a écrit le 15/08/2013 à 17:18 :
En revanche en Europe la machine à fabriquer des pauvres et des assistés tourne à plein régime :D
Réponse de le 15/08/2013 à 17:55 :
Ce journal , la Tribune , est l'indicateur qu'on s'en sortira...
Les opinions s'affinent , les parti-pris s'amoindrissent , les pensées évoluent.
C'est très ténu , encore , mais ça va dans le bon sens... ;-)
Réponse de le 16/08/2013 à 14:40 :
Le Keradec, vous semblez vouloir un "bon sens" qui demande explications.
a écrit le 15/08/2013 à 16:41 :
Les médias nous présentent la réalité qu'ils aimeraient voir. Un pays de milliardaires , s'empiffrant avec des compotes de chez Fauchon , se maquillant avec Lancôme , roulant en Rolls-Royce modifiée-allongée pour abriter une baignoire , avec un plongeoir et dînant en ville chez Troisgras.
Non...ça c'est pas la réalité , c'est Conneriewood...c'est les magazines américains pour sous-développés du cortex.
Les Chinois , ce qu'ils veulent , c'est une sécurité sociale , l'accès aux soins , l'éducation.
Les milliardaires , capitalistes ou communistes , ils s'en tapent le coquillard en souriant gentiment.
Celui qui va doucement ne se retrouve jamais dans un fossé. Et les poissons morts nagent toujours...dans le sens du courant.
a écrit le 15/08/2013 à 15:19 :
Le communisme chinois doit laisser rêveur la plupart des capitalistes purs et durs. Un communiste pragmatique vaut bien un capitaliste utopique.
a écrit le 15/08/2013 à 14:10 :
votre article m'a fait rire , ah les millionnaires chinois ont le moral dans les chaussettes ? et les pauvres paysans qui eux n'ont qu'un dollars par jour pour vivre , je ne parlerais ni des retraités ni des malades , enfin ils doivent et vous avez raison ils doivent leur richesse a l'immobilier , enfin près de 11.000 super riches , décidément le communisme devient une vraie farce .. camarades regardez ailleurs pendant que je m'enrichis pour le parti .. l'hypocrisie .. trop drôle , seulement un communisme libéral quel en serait le drapeau ou le parti ? , ben il n'yen a jamais eu du moins dans ce pays .. quand aux super riches merci le carnet d'adresse au USA .. ils seront quoi faire si jamais ils devaient être taxés ou imposés .
Réponse de le 15/08/2013 à 14:37 :
Balzac, vous n'avez pas compris la finalité du système. Soit, 15 milliardaires et 1,5 milliards de crève-la-faim. Comme en Inde, la plus grande "démocratie, d'après les US. Comme les US, le pays de freedom...
a écrit le 15/08/2013 à 13:56 :
le fisc devrait inventer une loi pour taxer ces riches; le fait qu'ils n'habite ntpas en france, ca doit pas etre un pb pour bercy, qui sait etre tres inventif, si?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :