Au Québec, les demandes d'immigration des investisseurs étrangers sont tirées... au sort

 |   |  353  mots
La ministre québécoise est accusée de jouer au bingo avec les investisseurs étrangers
La ministre québécoise est accusée de "jouer au bingo" avec les investisseurs étrangers
Alors que le programme québécois d’immigrants investisseurs avait été suspendu jusqu’au premier août car les demandes étaient trop nombreuses, celui-ci a désormais repris. Les investisseurs devront cependant désormais payer plus et leurs dossiers seront traités selon un tirage au sort.

Au Québec, le programme examinant les demandes d'immigration des investisseurs a repris ce premier août. Le ministère de l'Immigration et des communautés culturelles (MICC) avait dû suspendre le programme en avril 2012 : le porte parole du MICC explique qu'ils avaient « reçu un nombre important de demandes qui était nettement supérieur aux objectifs fixés et à la capacité de traitement du Ministère ». Si depuis les demandes ont pu reprendre, ceux qui veulent immigrer et investir au Québec devront désormais payer plus cher qu'avant pour que leurs dossiers soient examinés. La ministre de l'immigration a par ailleurs instauré un système de tirage au sort pour sélectionner les dossiers examinés en priorité.

Aujourd'hui, un demandeur doit payer 10 000 dollars

Il fallait payer environ 4000 dollars en avril 2012 pour voir son dossier de demande traité, plus 160 dollars pour chaque membre de la famille accompagnant le demandeur. Aujourd'hui, un demandeur doit payer 10 000 dollars dans tous les cas. Radio-Canada explique par ailleurs que « les candidats […] doivent posséder un avoir net de 1,6 million de dollars, et signer une convention d'investissement au Québec de 800 000 dollars avec un intermédiaire financier québécois ».

« La ministre joue au bingo »

Pour ce qu'il est du tirage au sort, les entrepreneurs et l'opposition sont révoltés. La députée Filomena Rotiroti se scandalise alors que « la ministre [Diane de Courcy] joue au bingo ». Les demandeurs maîtrisant la langue française seront cependant exemptés de cette mesure.

Les investisseurs se tourneront peut-être finalement vers d'autres pays

Le ministère n'acceptera que 1750 demandes par an et pas plus de 1200 demandes par pays. L'avocat montréalais spécialisé en immigration Vincent Valai remarque alors sur Radio-Canada que « plus de 58 % des immigrants investisseurs acceptés au Québec entre 2008 et 2012 sont originaires de la Chine », ce qui représente bien plus de 1200 demandes par an. Les critères qui se resserrent auront donc des conséquences sur la diversification des demandeurs qui souhaitent venir au Québec. Et certains investisseurs se tourneront peut-être finalement vers d'autres pays, notamment européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2013 à 16:46 :
Cela m'étonnerait que le Québec refuse les investisseurs, car en général au Canada, on est intéressé par le fric et pas autre chose (d'où l'augmentation d'ailleurs des frais de dossier). D'autre part, la presse en général nous dit que les investissements étrangers au Québec sont en déclin (par exemple, http://fr.ebdata.com/secteur-industriel-quebecois-investissement-etranger-en-declin-ou-en-recentrage). Par conséquent, je ne comprends pas bien la finalité de cet article, si ce n'est un coup de pub (probablement payé par les Québécois) pour investir chez eux. Il faut aussi savoir que les Québécois ne peuvent pas nous sentir: la différence entre le môdit Frinssais et le bon Frinssais, c'est que le bon Frinssais est celui qui est reparti chez lui :-)
a écrit le 22/08/2013 à 14:05 :
"la belle province" c'était sa devise avant 1977 , depuis c'est "je me souviens" on se demande de quoi,
a écrit le 22/08/2013 à 1:13 :
Ca me ferait mal d'être tiré au sort pour aller me cailler les miches par moins 30 dans la pampa, en étant obligé d'ingurgiter des poutines aux OGM, avec des gens qui parlent un français incompréhensible. Non vraiment je cède ma place.
a écrit le 21/08/2013 à 23:00 :
On parle ici du statut d'immigrant investisseur au Québec, très marginal par rapport à l'immigration classique. Les commentaires que je peux lire sont donc totalement hors-sujet.
a écrit le 21/08/2013 à 22:30 :
en france, francois zayrault pense verser une certaine somme aux migrants qui accepteraient de s'installer définitivement chez nous, avec un bonus supplémentaire s'ils emmènent leur famille (même éloignés) avec eux.

Youpie !
a écrit le 21/08/2013 à 19:15 :
qu'on fasse la meme chose en France , mais la France ,elle accueille tout le monde et personne ne dis rien , mais on paie et on paie chère , si on virer tous les etrangers de la France et les francos etrangers , il y aurait des logement pour tous le monde , les aides sociales n'auront plus lieu d'etres , il y aurait moins de delinquences , nos prisons seraient vides etc etc
a écrit le 21/08/2013 à 19:14 :
Le mieux c'est de dire que vous ne voulez plus qu'on migre chez vous. Mais au vu des montants, on a compris . Ici et comme dans beaucoup de pays aujourd'hui vous n'êtes plus accueilli sur vos idées, votre projet, vos motivations, mais sur votre compte en banque.
Exit les génie fauché, le besogneux,ect.. qui feront peut-être l'avenir du pays.
a écrit le 21/08/2013 à 18:51 :
Voilà une bien belle arnaque! Pourquoi les socialistes n'y ont pas encore pensé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :