"La Fed navigue à vue... mais elle n'a pas le choix"

 |   |  1147  mots
Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas, considère que la dépense publique est le seul moyen pour les États-Unis de repartir sainement.
Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas, considère que la dépense publique est le seul moyen pour les États-Unis de repartir sainement. (Crédits : DR)
Pour Alexandra Estiot, économiste spécialiste des États-Unis chez BNP Paribas, la Fed navigue à vue dans la conduite de sa politique monétaire. Mais selon elle, elle remplit son rôle face à un blocage politique qu'elle juge responsable des faiblesses de l'économie du pays.

La décision de la Fed de reconduire tel quel son programme de "Quantitative easing" est-elle le signe que l'économie américaine ne va pas si bien?

Oui. En rythme, l'économie américaine a retrouvé son potentiel. Mais le retard pris pendant la récession est colossal. Pour réduire ce retard, il faudrait une croissance à 3% pendant plusieurs trimestres. Il y a une sous utilisation des facteurs de production, notamment du principal d'entre eux, le travail que l'on observe au travers du faible taux d'activité. Le total des actifs n'a que marginalement progressé de 0,3 point depuis le plus bas de 2009. Il est aujourd'hui de 58,7% des gens en âge de travailler alors qu'il était de 63% avant la crise.

Lire aussi : Surprise : la Fed maintient sa politique monétaire ultra accommodante

Pourquoi l'économie américaine n'arrive-t-elle pas à combler ce retard?

Le problème des Etats-Unis, c'est le revenu disponible qui ne croît pas assez à cause de la situation de sous-emploi. Quant à ceux qui ont un emploi, leurs salaires ne progressent pas assez en raison de la concurrence accrue qui règne sur le marché du travail. Il faut rappeler une règle simple : une diminution des dépenses d'un côté provoque une baisse des revenus de l'autre.

Or, on s'est lancé dans une course à la réduction budgétaire. Aux Etats-Unis, cela a commencé par une baisse de la dépense des ménages. Pour maintenir un taux de croissance assez élevé et créer des emplois lorsque les ménages dépensent moins, il faut que quelqu'un d'autre se substitue à eux. Cela ne peut pas venir des entreprises, car les perspectives de la demande ne sont pas bonnes, ce n'est donc pas le bon moment pour elles d'investir. Le faible coût du crédit ne peut rien y faire.

Quant aux exportations, elles ne représentent que 13% de l'activité des entreprises américaines. Il faudrait qu'elles croissent six fois plus vite pour compenser. C'est hors d'atteinte. Seul le gouvernement peut intervenir. Un plan de relance pour recréer une demande et en profiter pour renouveler les infrastructures, souvent vétustes, pourrait être très bénéfique à l'économie américaine. D'autant plus que grâce à la Fed, le gouvernement fédéral pourrait se financer à un coût moindre. Mais lui aussi s'est lancé dans une réduction des dépenses forcée à cause des blocages au Congrès. 

Qu'est-ce qui explique que l'on en soit arrivé à une telle situation de blocage?

On a décidé dans les années 1970 que Keynes était mort, mais il ne l'est pas. Nous sommes dans une situation équivalente aux années qui ont suivi le krach de 1929. Le gouvernement a fait de la dépense publique au début de la crise, mais il craint que le gonflement de la dette fasse fuir les investisseurs. La situation grecque a fait peur à tout le monde.

A partir de ce moment là, tous les gouvernements se sont lancés dans des restrictions budgétaires. Il n'y a pas de pire bêtise. Si bien que les banquiers centraux ont été contraints de mettre de l'huile dans les rouages. Mais la Grèce est un cas particulier. Les États-Unis ont une politique monétaire à eux, ils peuvent injecter des liquidités et par exemple indirectement dévaluer leur monnaie pour regagner en compétitivité. Seulement le Tea Party a compris qu'il pouvait exister au Congrès... A cause de cela et la situation n'est pas près de changer.

Lire aussi : Idée reçue : "les théories keynésiennes sont complètement dépassées"

Vous n'êtes pas très optimiste…

Un jour cela repartira, mais il restera toujours un problème avec les jeunes qui seront entrés sur le marché du travail durant cette période à des niveaux de salaires bas et qui seront condamnés aux salaires faibles durant toute leur carrière.  Le chômage de longue durée dont il est souvent très dur de se relever, notamment à cause de la perte de compétence qui en résulte, demeure aussi une véritable plaie. "On le paiera demain" n'a pas hésité a affirmer Ben Bernanke, le patron de la Fed. Notamment parce qu'il peut relever le taux de chômage d'équilibre qui était de 5% avant la crise à 7 ou 8%. Et ces chômeurs supplémentaires, il faudra bien s'en occuper. Peut-être qu'à un moment la vétusté trop importante de l'appareil productif poussera à investir. Mais ce n'est pas pour tout de suite.

La Fed serait donc contrainte de réparer les dégâts provoqués par ce blocage politique...

Ce que veut la Fed, c'est le plein emploi. La politique monétaire ne peut pas tout compenser. D'ailleurs, si le gouvernement adoptait un plan de relance, il n'y aurait pas besoin du QE3. Au mieux, elle peut amoindrir le choc de l'austérité subit par l'économie américaine, mais elle ne peut pas la compenser. Pour comprendre la décision de la Fed, il faut avoir en tête son double mandat : plein emploi et croissance stable des prix. Or, il n'y a pas de plein emploi et les prix se tassent. On a une inflation durablement inférieure à 1% l'an.

De plus, on l'a oublié, mais certaines études des années 2000 soulignaient que l'indice des prix à la consommation, qui est utilisé aujourd'hui, a tendance à surestimer l'inflation. En clair, les États-Unis sont à la limite de la déflation. Même une simple règle de Taylor (qui relie directement le taux d'intérêt décidé par la banque centrale au taux d'inflation et à l'écart entre le niveau de PIB et son niveau potentiel Ndlr) suffirait à dire que c'est le moment d'assouplir la politique monétaire.

La Fed prend elle un risque en continuant ainsi à faire tourner la planche à billets?

Il y a d'énormes incertitudes liées au "Quantitative Easing", car on ne l'a jamais expérimenté. Mais si on parle d'un risque pour le futur impossible à mesurer, et que l'on a un risque aujourd'hui, il vaut mieux combattre aujourd'hui le risque d'aujourd'hui, et demain le risque de demain. Et quand bien même il y aurait un risque inflationniste, on sait le régler. Paul Volcker, le président de la Fed dans les années 1980 l'a démontré.

Lorsqu'une spirale inflationniste se met en place, les banques centrales savent comment la casser. En revanche, se pose la question du poids prépondérant de la Fed sur le marché des bons du Trésor, l'un des plus liquides du monde. La Fed craint que ces achats massifs  ne décrédibilisent ces titres. Mais elle ne sait pas bien quantifier ce risque, et donc navigue un peu à vue.

Lire aussi : La planche à billet américaine a-t-elle rempli sa mission de sauvetage ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2013 à 21:02 :
La Fed nous dit que l'économie US ne va pas très bien, et pourtant la bourse US bat des records... Tout ceci est parfaitement logique, tout va bien Mme la marquise... Continuez à injecter des liquidités massivement, à faire monter la bourse et les prix immobiliers à crédit, et on va avoir le plus joli feu d'artifice financier de l'histoire...
a écrit le 20/09/2013 à 17:57 :
tout ce speech pour nous dire qu'au final elle n'en sait rien et que la Fed navigue à vue. merci au revoir.
a écrit le 20/09/2013 à 15:12 :
Quand les américains font payer leurs déboires au reste du monde via une inflation importée... On est mal barrés...
a écrit le 20/09/2013 à 14:54 :
Je pense qu'il y a eu:
a) un HOLD-UP (ET NON PAS UNE CRISE) organisé par la haute finance avec l'arme de la titrisation ou sub-prime et cette haute finance a fait plonger tous les actifs, sauf pour les initiés tels que GS qui titrise à nouveau!
b) une peur de la monnaie chinoise, les chinois ne voulaient pas réévaluer, donc les pays occidentaux n'avaient d'autres solutions que de diluer leur monnaie avec la planche à billets, d'ailleurs on voit bien que les monnaies occidentales sont solidaires. les chinois et leur réserve de $us, £, y,etc... qui se déprécie.
a écrit le 20/09/2013 à 14:23 :
En réalité, la fed a le choix. Car elle dirige l'économie mondiale. Et il faudra qu'elle assume un jour.
a écrit le 20/09/2013 à 14:05 :
A qui profite ce déversement massif de liquidités ? ,manifestement sans effet sur l'économie réelle (au Usa prévision de croissance revue à la baisse pour 2014). Comme toute les bulles spéculatives l'ont sait comment cela se termine,celle-là ne va pas être piqué des hannetons,elle traversera la planète car les principales économies mondiales ont toutes les mêmes pratiques financières foncièrement calquées sur le spéculatif au détriment de l'économie réelle.Je pense que cette situation a été anticipée,il y a certains pays qui commençaient à aller un peu loin économiquement (je ne dénonce pas,j'explique),il faut régler cela maintenant.
a écrit le 20/09/2013 à 11:07 :
Ou comment nous faire passer des vessies pour des lanternes...
a écrit le 20/09/2013 à 10:04 :
Alan Greenspan dort tranquille, lui...
a écrit le 20/09/2013 à 10:02 :

J'avais lu quelque part ici que les taux d'intérêt sur la dette française remontaient. C'était suite aux annonces sur le possible revirement de la politique menée par la fed et les difficultés que cela engendraient dans les pays émergents. Cela paraissait logique car les faibles taux français seraient dus au très grand nombre de liquidités injectées par les banques centrales. Si donc la fed poursuit cette politique de planche à billets, ça fait plutôt les affaires de François Hollande au moins à court terme, car les taux d'intérêt français devraient se stabiliser. C'est du billard à 5 bandes tout ça ...
a écrit le 20/09/2013 à 8:34 :
Analyse tres interessante. Elle montre aussi l'influence des US sur le monde et peut etre aussi la fin de cette ere. La question de fond qui transparait dans l'article et celle que le commun des mortels denomme les classes moyennes. Je ne sais pas si la solution c'est Keynes, ce qui est certain c'est que le systeme actuel est une voie sans issue.
Réponse de le 20/09/2013 à 9:55 :
Non, c'est un article partisan !! La Fed a perdu le contrôle, ce n'est pas Janet Yellen (la remplaçante) qui arrêtera les QE. les principales banques américaines continueront à égrener des résultats en croissance spectaculaire et l'économie réelle continuera son chemin de croix.
http://finance.blog.lemonde.fr/2013/07/24/linsolente-rentabilite-des-banques-americaines-et-laveu-tardif-de-deutsche-bank-2/
a écrit le 20/09/2013 à 8:30 :
comme ailleurs trop d'impots tuent l'impot : les profits des societes US restent à l'etranger et les investissements aussi . Ajoutez a cela la concurrence prix des produits asiatiques , le gel grandissant des depenses d'etat, et vous avez le coktail actuel . Seule solution : baisser les impots sur les societes, favoriser l'investissement et la mecanisation, et enclencher un cercle vertueux . Même pb chez nous .....
Réponse de le 20/09/2013 à 21:04 :
Rien à voir.
a écrit le 20/09/2013 à 8:17 :
"les perspectives de la demande ne sont pas bonnes, ce n'est donc pas le bon moment pour elles d'investir" Et la modernisation de la production vous la laissez pour le dépôt de bilan?

"A partir de ce moment là, tous les gouvernements se sont lancés dans des restrictions budgétaires. Il n'y a pas de pire bêtise." La pire des bêtises c'est croire qu'un état peut vivre au dessus de ses moyens éternellement. La politique sociale de M. Obama a un coût sur l'économie américaine et faire la guerre en Syrie ne me semble un levier significatif pour soutenir l'économie dans la durée. Il est surprenant que les français critiquent sans cesse les coûts sociaux chez eux mais ne puissent pas les imaginer de l'autre côté de l'Atlantique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :