Surprise : la Fed maintient sa politique monétaire ultra-accomodante

 |  | 456 mots
Lecture 3 min.
La Fed maintient contre toute attente son soutien à l'économie américaine
La Fed maintient contre toute attente son soutien à l'économie américaine (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
C’est à la surprise générale que la réserve fédérale américaine qu’elle continuait à faire marcher la planche à billets et de maintenir les 85 milliards de dollars de rachats d’actifs mensuels. Conséquence: les monnaies des émergents progressent.

Statu quo. Contre toute attente, la Fed a annoncé mercredi qu'elle poursuivait sa politique monétaire ultra-accomodante, dite de "quantitative easing". La réserve fédérale américaine achètera donc chaque mois pour 85 milliards de dollars de bons du Trésor et de titres hypothécaires, jugeant que le resserrement actuel des conditions du crédit, "s'il continuait, pourrait ralentir le rythme de la reprise de l'économie et du marché du travail", d'après le communiqué de son Comité de politique monétaire (FOMC)

Attendre davantage de signes de reprise

Cette décision a bel et bien surpris les analystes qui s'attendaient à une modeste réduction des injections de liquidités de la banque centrale. Alors pour justifier cette prudence -l'économie américaine montrant des signes d'amélioration- le président de la Fed Ben Bernanke a notamment cité au cours d'une conférence de presse deux dates butoirs qui approchent: le 1er octobre, début de la nouvelle année budgétaire, avant laquelle de nouveaux crédits doivent être votés par le Congrès, et la mi-octobre, quand le Trésor américain aura atteint le "plafond" légal de la dette américaine.

 

Or, une fermeture des services non essentiels de l'Etat fédéral (un "shutdown", déclenché pour la dernière fois en 1995) et un défaut de paiement des Etats-Unis "pourraient avoir de très graves conséquences pour l'économie et les marchés financiers", a expliqué le président de la Fed. "La politique de la Fed est de faire tout ce qu'elle peut pour maintenir l'économie sur une trajectoire stable". Le Comité a donc décidé "d'attendre davantage de preuves de la reprise", a déclaré Ben Bernanke, le communiqué du FOMC qualifiant le rythme d'expansion de l'économie américaine de "modéré".



Les émergents repartent à la hausse

Reste que "les efforts pour renforcer l'économie américaine et d'autres économies avancées en Europe bénéficient au final à l'économie mondiale, y compris aux pays émergents", a affirmé le président de la Fed. Et la réaction ne s'est pas faite attendre sur les marchés. Le marché obligataire a progressé de manière importante, les taux d'intérêt ont baissé et le dollar s'est affaibli à la fois contre les monnaies des pays industrialisés et celles des pays émergents. Et pour Ben Bernanke, il est probable que les monnaies des marchés émergents continuent de progresser dans les prochaines semaines, selon les analystes de Nomura. Quant à l'indice Standard and Poors, il s'élevait mercredi à un plus haut historique de 1725,52.

Pour aller plus loin: Fed: la planche à billets américaine a-t-elle rempli sa mission de sauvetage?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2013 à 10:38 :
Problème: ces "efforts" ne bénéficient guère aux pays émergents, au contraire, si leurs monnaies s'apprécie face au dollar, leur compétitivité baisse car ces pays dépendent souvent de l'exportation donc une monnaie plus faible que le dollar incitait à investir plutôt dans ces pays qu'acheter des titres américains. Voilà, merci la FED, c'est de la concurrence déloyale.
a écrit le 19/09/2013 à 17:34 :
L'on s'achemine vers un scénario à la japonaise...
a écrit le 19/09/2013 à 17:12 :
Acheter de l'or physique rapidement si vous ne voulez pas voir vos économies euro chez le banquier disparaitre. Dès 2016 toutes les banques (si elles existent encore) des pays d'Europe pourront se servir directement sur votre compte bancaire en cas de besoin, comme à Chypre.
a écrit le 19/09/2013 à 16:47 :
Merci de mettre 2 m à "accomodante" (titrevet dans le texte).
a écrit le 19/09/2013 à 15:03 :
Surprise pour qui ? Certainement pour ceux qui se sont bouchés les deux yeux. Comme je l'ai déjà indiqué BB n'a aucun intérêt personnel a favoriser Obama qui très maladroitement a prétendu maîtriser les prévisions de la Fed ou l'annonce de sa position puis a déclaré son débarquement anticipé du poste. Il savonne donc la planche du plongeoir et d'autres ont vidé l'eau de la piscine. Mais les véritables raisons bien entendu ne sont pas là mais au fait que le pays n'est pas en mesure de créer avec constance des actifs tangibles et probants. C'est comme un escalator que l'on prend à l'envers, pour monter il faut aller plus vite que la rapidité de descente. Le monde occidental est dans une économie régressive, il faut intégrer cette idée pour commencer à prendre les mesures permettant de reprendre la marche. La distribution détruit 5 emplois pour 1 créé, la IT en démonte 15 pour 1 actif. Lutter contre ce phénomène demande une restructuration profonde. USA n'a pas réformé ses pétroliers qui représentent un risque systémique car "caisse d'épargne" des américains, bulle de l'économie et base première de la structure bancaire. L'opération Conoco ne pouvant à elle seule être suffisante. Le pays n'a pas non plus réformé ses banques dont certaines dans les 8 plus grosses sont en situation de faillite avec des entreprises à la valorisation outrancièrement gonflée. La Fed donnera dans les jours qui viennent des informations complémentaires, ce qui rend fort probable que l'on assiste à un effet mikado (chute brutale de certains secteurs). Pour au moins 10% du Fortune US 500 cette baisse entraînera une faillite immédiate, avec des noms célèbres. La Fed sera en mesure de modifier le paradigme économique sur la période 15 mars 15 avril 2014, soit après que les bilans soient connus et que la première trace du trimestre se dessine. Contrairement à ce qu'a dit la presse de façon si peu crédible (en parlant à l'unisson de 10 à 15 milliards !?) l'aménagement bien que faible ne pourra être inférieur à 10% probablement 12% des $85 t.ns. Restons sérieux.
a écrit le 19/09/2013 à 13:18 :
La reprise n'est pas là ? L'emploi ne repart pas ? Les déficits et les dettes augmentent ? Le chômage de masse et la paupérisation s'installent ? Le bruit des bottes se fait de nouveau entendre ? Pas grave, il suffit de donner aux marchés ce qu'ils veulent. Comme Gruick le dit : surtout, prenez vos bénéfices !
a écrit le 19/09/2013 à 12:55 :
Les imprimeurs sont à la tâche, excellent dans la mesure ou ça créé des emplois aux US mais évidemment la chute sera dure et tout ça pour permettre à Goldman Sachs de conserver pour un temps ses privilèges. Quelqu'un aura t-il le courage dans cette bande de suiveurs de dire stop, assez, que la finance prenne ses pertes ?
a écrit le 19/09/2013 à 12:42 :
Il ne faut pas oublier que ces dernières semaines plusieurs pays du sud ont demandé à la FED de ne pas arrêter le QE, car l'anticipation de son arrêt avait créé un fort mouvement sur les monnaies ces derniers mois. Vous aurez aussi remarqué la forte remontée des taux d'intérêts dans le même temps, chose qui pouvait étrangler le trésor américain.
Pour autant je pense que la réponse de la FED était mauvaise et qu'elle aurait dû simplement afficher un plan clair de freinage du QE, étiré sur une plus longue période.
a écrit le 19/09/2013 à 12:11 :
A tous ceux qui viennent nous dire AUJOURD'HUI, que ce n'est une surprise pour personne, je pose une question:
Puisque vous êtes aussi bien informés, vous avez bien entendu acheté un call CAC 40 hier dans la journée ! Non ? A bah, c'est ballot ça ! Ah oui, c'est vrai, l'argent vous indiffère, vous êtes de purs esprits ...Quand à O. Delamarche, vous n'oubliez pas que c'est quelqu'un qui vous prédit depuis trois ans que le CAC va s?effondrer à 2000 points.Ce matin, il est à 4215. Bon, je vais prendre quelques bénéfices, moi! Cordialement.
Réponse de le 19/09/2013 à 12:23 :
oui c'est bien le moment d acheter ...
Réponse de le 19/09/2013 à 12:32 :
Non, moi, je commence à m?alléger. Quand ma concierge commence à me parler des actions, c'est le moment de prendre ses bénéfices. Cordialement
Réponse de le 19/09/2013 à 13:25 :
Ce n'est pas parce que l'on s'informe et qu'on se tient au courant qu'on est pour aurtant un lobotomisé du CAC et autres foutaises inutiles.
Réponse de le 19/09/2013 à 13:31 :
@Gruick : non ce n'est pas une surprise. Monsieur Jorion, dont je suis un lecteur depuis quleques années déjà, l'a plusieurs fois annoncé dans ses vidéos. Par contre il faut se fier/écotuer les bonnes analyses, et pas les charlatans qui se disent "spécialistes". Comprendre Delamarche par exemple. Désolé pour vous Grouick si vous êtes un bête naîf prêt à écouter n'importe qui...

Les VRAIS SAVENT

Réponse de le 19/09/2013 à 13:43 :
@gruick Vous c'est votre concierge, moi c'est J.P.Pernaut et J.P.Gaillard dès qu'ils en parlent c'est du déjà mort.......
Réponse de le 19/09/2013 à 13:46 :
Toujours la tête dans le guidon et surtout ne la relève pas, car la réalité est beaucoup moins flatteuse. on se doutais bien que la FED n'aurait jamais réduit son QE, sinon qui achèterait les bonds ? à part elle-même ? On peut être en accord ou désaccord avec O Delamarche, mais force est de constater qu'il ne dit pas que des âneries ! Quand il dit que l'impression excessive de monnaie aura de graves conséquences, ça ce n?est pas des prévisions c'est du bon sens...d'ailleurs on a pu le vérifier cet été avec la crise des devises des pays émergents ! quid des bulles qui sont en train de se former ou le sont déjà, comment va-t-on faire pour les dégonfler, sans qu?elles n'éclatent ?
Personne ne le sait et pour cause car c'est une situation inédite, d'ailleurs même la FED est devant un gros voire un énorme problème, elle ne sait pas comment faire, donc la poursuite du QE c'est :"Courage fuyons"
Les différents QE ont été les plus grands échecs de la politique économique mondiale, on a mis en branle une mécanique, pour sauver le système, qui de toute façon va mourir !! Pourquoi, simplement parce que les financiers et autres spéculateurs on détournés la bourse de son objectif principal, à savoir aider les entreprises, pour en faire une cash machine, d'ailleurs vous devriez écouter Mr P. Bechade qui explique très bien cela, aujourd'hui la bourse c'est comme un casino, ou avant de miser on calcul combien on peut gagner, car on gagne à tous les coups !!
Mais il suffira d'un grain sable pour que tout s'écroule, a au fait vous qui avez l'air d'être très bien informé, saviez-vous que JP MORGAN a liquidé très rapidement son département "Matières Premières" que B.Master avait mis 7 ans à construire (on peut se douter que cela ne s'est fait sans casse quand on boucle des positions à la va vite, cf :SOCGEN), et que dans un deuxième temps ils ont vendu leur siège social ?
C'est bizarre tout le monde nous parle du taux des Tbonds mais personne pour parler des munibonds qui a vu son taux se tendre très nettement et commence a mettre en difficulté les municipalités pour le refinancement de leurs dettes ! visiblement comme le disait très bien le maire de Detroit: «nous sommes la première à faire faillite, mais certainement pas la dernière!"
Qu'est-ce que cela vous inspire ? Pour ma part rien de bon !
a écrit le 19/09/2013 à 11:38 :
On gonfle allègrement des bulles colossales ! Attention à l'orage quand elles vont éclater...
a écrit le 19/09/2013 à 11:11 :
C'est effrayant cette attitude d'imprimer à fond des billets de monopôly et d'aller en guerre de partout sans parler de cette manie d'espionner la vie des gens .... Tout cela sent vraiment mauvais ...guerre économique ? fin du management? ou début de quelque chose que l'on n'ose même pas nommer...ce nouveau despotisme synthèse de toutes les tyrannies du XXieme siecle : la machine!
a écrit le 19/09/2013 à 10:05 :
sans rire, ce n'est une surprise pour personne. La maigre "croissance" américaine a été acheté à grand coup de dettes suplémentaires (bien supérieures à la "croissance"). L'emplopi ne repart pas plus aux US qu'ici. Bref, il n'y a pas de croissance, et si les USA ne veulent pas voir leur taux obligataires s'envoler, ils n'ont pas le choix, il faut que la FED continue d'acheter la dette du pays! Comme l'écrit Elastique, plus dure sera la chute!!
a écrit le 19/09/2013 à 9:43 :
Plus dure sera la chute.
Réponse de le 19/09/2013 à 10:18 :
Il est écrit "trajectoire stable"... Il est laissé à la libre interpretation de chacun de déterminer le sens de la trajectoire !
SupercopterBEN va manquer à mon banquier !
a écrit le 19/09/2013 à 9:34 :
La guerre des monnaies : ça ne résoud rien, ça donne l'impression de faire quelque chose, et cela nuit aux populations. A ce tarif là, on se demande pourquoi on ne laisserait pas chaque citoyen imprimer sa propre monnaie.
Réponse de le 19/09/2013 à 11:39 :
Cela s?appelle les faux monnayeurs, ce qui n'est pas valable pour les banques centrales parce que la loi est égale pour presque tous.
a écrit le 19/09/2013 à 9:27 :
C'est une surprise pour qui ?
Enfin, il suffit un peu de s'informer pour savoir que:

1/ Pas question d'arrêter l'impression de fausse monnaie pour que les lobotomisés des bourses continuent à faire mumuse et que les taux des bonds US ne franchissent pas un certain seuil au-delà duquel la dette US n'est plus viable
2/ Que si L. Summers n'a pas accepté le poste de a Fed c'est tout simplement qu'on lui a demandé gentiment (ou pas) de se retirer pour laisser la place à Me Yellen qui elle entend doubler le montant du QE, des rachats d'actifs pourris et de la dette US.

Et vous osez appeler cela une surprise ?

Enfin, il est plus que prouvé que les montants collosaux de fausse monnanie imprimé à la va vite ne servent ni l'économie (la vraie), ni le marché du travail (taux de chomage US = + / - 20 %), ni la reprise hors celle des chaussettes pour les indigents.
a écrit le 19/09/2013 à 9:09 :
CONTINUEZ COMME SA MON PORTEFEUILLE D'ACTION NE CESSE DE MONTER à BOULE FRIC à BOULE FRIC
Réponse de le 19/09/2013 à 9:19 :
Votre portefeuille ne monte pas. Il gonfle... gonfle... gonfle.
a écrit le 19/09/2013 à 9:03 :
faudra bien un jour songer a l'equilibre du bilan, ou alors on sait ce que ca veut dire...
Réponse de le 19/09/2013 à 10:03 :
churchill C'est quoi un bilan ?
a écrit le 19/09/2013 à 8:39 :
Bjr, il serait utile de relire le début de l'article messieurs de la presse.
a écrit le 19/09/2013 à 8:32 :
A noter qu'Olivier Delamarche a prévu depuis longtemps cette décision, qui semble "surprendre" les experts...
Réponse de le 19/09/2013 à 9:14 :
effectivement et on ne peut qu etre daccord avec delamarche
la FED est obligée de continuer la planche sinon après c est fini ya plus rien , c est un reflexe de survie
Réponse de le 19/09/2013 à 9:23 :
effectivement rien de surprenant si il arrête de déverser sa came , le marché s 'effondre , ils sont en plein ds le cercle vicieux
Réponse de le 19/09/2013 à 9:33 :
on remarquera d'ailleurs le timing de l'annonce du retrait de Summers et du maintien du QE. Le but est encore et toujours de gonfler le bilan des banques et non de créer un quelconque effet de richesse chez les petits porteurs.
Réponse de le 19/09/2013 à 15:10 :
Tout était prévisible et tout était d'ailleurs prévu par les marchés depuis une semaine
La fuite en avant continue, jusqu'à quand ?
La plus grande escroquerie financière de tous les temps est toujours d'actualité mais ce qui est sûr : 1) c'est que les QE n'apportent en rien la croissance de l'économie réelle
2) c'est que les marchés donnent l'illusion , notamment aux USA, d'un supplément de richesse à travers l'augmentation des indices boursiers et de la valeur des parts des fonds de pension, mais illusion car, ce qui a déjà été dit, 85% du patrimoine US est détenu par 5 % des américains donc la richesse va toujours vers les mêmes et la masse n'en profite absolument pas
3) c'est que le jour où les spéculateurs de tous bords se retrouveront face à une absence totale d'acheteurs (la méfiance va aller en s'accroissant puisque même la FED n'a plus la maîtrise du monstre qu'elle a enfanté) se rapproche à grands pas et à ce moment là tout s'écroulera
NB : Delamarche a raison au fond ; sur le timing, il n'est pas devin et ne peut connaître la date de la grande déflagration

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :