Etats-Unis : les conséquences concrètes d'un "shutdown" pour l'Etat fédéral

 |   |  668  mots
Sauf accord de dernière minute sur le budget, les agences fédérales américaines fermeront ce lundi à minuit
Sauf accord de dernière minute sur le budget, les agences fédérales américaines fermeront ce lundi à minuit (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sauf accord de dernière minute, les agences fédérales américaines fermeront ce lundi à minuit, faute d'une loi de financement ad hoc votée par le Congrès. Quelles seraient alors les conséquences ? Tour d'horizon.

Introductions en Bourse retardées, des centaines de milliers de fonctionnaires en congé (sans solde)... Que va-t-il se passer si les deux chambres du Congrès n'adoptent pas un texte commun sur le budget d'ici ce lundi soir, fin de l'exercice 2013? Revue de détail.

  • Les salariés du Congrès en congés forcés

Les salariés du Congrès sont tenus de n'effectuer aucun travail pendant leurs congés forcés, sous peine de lourdes sanctions. Il pourraient toutefois travailler sur demande expresse du député ou de la commission qui les emploie. Sachant que par le passé, le Congrès a remboursé les jours de chômage technique pris par les employés fédéraux.

  • Près d'un million d'employés fédéraux au chômage technique

Au total, jusqu'à un million d'employés fédéraux peuvent être mis au chômage technique à partir du 1er octobre. Les effectifs des administrations seraient réduits au minimum vital. La moitié des 800.000 civils du Pentagone seraient concernés. Les contrôleurs aériens ou les gardiens de prison feraient partie de ceux qui continueraient à travailler.

  • Plus de visas ni de passeports

Les demandes de passeport de dizaines de milliers d'Américains ne seraient plus traitées, tout comme les demandes de visas d'étrangers désireux de se rendre aux États-Unis. Ce qui affecterait par contrecoup les compagnies aériennes.

  • L'armée : les sous-traitants de la défense pénalisés

Pas de trêve. Les personnels militaires continueraient les opérations mais ils pourraient ne pas être payés à temps. Un grand nombre d'employés civils serait mis au chômage technique, selon le Pentagone. Les premiers avis de congés seraient envoyés dès le 1er octobre.

Une fermeture de moins de 15 jours n'affecterait pas les grandes entreprises du secteur de la défense, qui pourraient alors se passer des versements contractuels du gouvernement, selon l'agence de notation financière Standard & Poors. Les petits sous-traitants pourraient en revanche souffrir en cas de "shutdown" prolongé.

  • Justice: les tribunaux fédéraux resteraient ouverts 

Les tribunaux fédéraux resteraient ouverts pendant dix jours ouvrés. Après le 15 octobre, la situation est moins claire. La Cour suprême, dont la session d'automne commence le 17octobre, n'a pas souhaité commenter les tractations en cours mais un porte-parole a indiqué que dans des cas de figure similaires, la Cour avait continué à fonctionner normalement.

  • Marchés financiers: les statistiques bloquées et les introductions en Bourse retardées

La publication d'un certain nombre de statistiques serait bloquée, privant les investisseurs d'informations cruciales. Les introductions en Bourse risqueraient donc d'être retardées. Les sociétés peuvent toujours déposer certains documents à la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier, mais celle-ci a prévenu vendredi que le traitement des demandes serait perturbé. La SEC prévoit de maintenir seulement 252 employés "on-board" sur 4.149.

  • Impôts: les centres d'appel fermés et les audits suspendus.

A l'Internal Revenue Service, le nombre d'employés serait divisé par dix. Il passerait de 95.000 à moins de 9.000. Les centres d'appel seraient fermés et les audits suspendus.

  • Tourisme: les musées et parcs nationaux seraient fermés

L'un des aspects les plus visibles serait la fermeture des parcs nationaux à travers le pays ainsi que celle des musées de Washington. Ce qui pourrait se traduire par un impact négatif de plusieurs millions de dollars pour le secteur touristique.

  • Et aussi

Les mesures pour éviter de dépasser le plafond de la dette s'épuiseront le 17 octobre, d'après le Trésor.

"L'effet sur l'économie mondiale se traduira sur les marchés", selon le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga. Expliquant qu'il n'y avait pas eu d'effet immédiat il y a 17 ans (sous la présidence Clinton, Ndlr), celui-ci espère "qu'il y aura une solution rapide à ce problème".

Pour aller plus loin: Etats-Unis : les républicains vont-ils paralyser l'Etat fédéral ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2013 à 0:37 :

Aux US les citoyens descendent dans la rue dans les Tea Party. En Espagne, on s indigne contre le chômage des jeunes, en Grèce on est en grève générale, ça ne change rien puisque c est des chômeurs ou des parasites du travail, en France on râle mais on ne fait rien? y a qu à manifester !
a écrit le 02/10/2013 à 0:31 :
De la même manière peut-on expliquer ce que signifie ménager la chèvre et le choux et baisser les impôts mais augmenter les impôts locaux. Cela ne change rien au fond du problème : le chômage est toujours là et le déficit annonce des hausses d impôts et des réductions de politiques sociales, seulement aux US on annonce 2,5% de croissance? quand l Europe part en vrille ! La dette US est-elle éternelle ou bien comme en Grèce ou en Europe du sud ça vous tombe sur la tête et ça fait bobo ! On y parle sécession de l Europe, 60%...
a écrit le 30/09/2013 à 20:23 :
La 1ere puissance mondiale n'a plus de sous pour payer ses fonctionnaires. No kidding, right !?
a écrit le 30/09/2013 à 17:39 :
la sec qui " pert " 95 % de son personnel c' est Goldman Sachs, Merryl Lynch et Morgan Stanley qui se les frissent là.. les impôts autant, c' est toutes les grosses capi du sp500 qui frémissent d' aise.. quel beau pays.
a écrit le 30/09/2013 à 15:28 :
Nos amis belges n'ont pas eu de gouvernement pendant deux ans et sont toujours vivants: cela a été même profitable, puisque les budgets étaient reconduits sans augmentation (pendant le même temps, notre droite populiste craquait 100 milliards par an de plus que les recettes..). Tout cela ne peut qu'être dommageable pour les fonctionnaires eux-mêmes car personne ne voit vraiment de différence (Si cela arrive, tant pis, j'irai voir des galeries d'art contemporain, plutôt que le Musée Beurnier de Montbéliard..).
Réponse de le 30/09/2013 à 18:16 :
Pas de gouvernement certes (en fait celui qui était en place a juste expédié les affaires courantes), mais ils ont gardé tous leurs fonctionnaires qui ont continué à bosser. Je ne vois pas un pays même aussi peu centralisé que les USA fonctionner sans agents de la fonction publique... L'expérience pourrait être amusante en France aussi, on verrait ce qui se passe. Les bléssés qui agonisent dans leur véhicules accidentés ou devant les portes de hôpitaux, les retraités sans retraite, les écoliers sans écoles, les voleurs sans gendarmes, les prisonniers sans geôliers, les radios et TV publiques aphones, les frontières ouvertes et les casernes désertées.
a écrit le 30/09/2013 à 15:27 :
@lemans. Un peu d'histoire vous ferait pas de mal ! '' Sur les +14 trillions de dollars accumulés depuis 1981, plus de 6 sont dus aux mesures de l'ex-président républicain, souligne Michael Tomasky dans sa chronique du Daily Beast, aux guerres menées en Irak et en Afghanistan bien sûr, mais aussi aux généreuses diminutions d'impôts accordées aux plus riches. En fait, contrairement au cliché qui veut que les Démocrates soient dépensiers et irresponsables, c'est sous des présidences républicaines, censées défendre les grands équilibres financiers, que l'endettement a réellement explosé, note l'auteur. Selon des statistiques officielles relayées par le très sérieux Boston Globe, c'est Ronald Reagan, le héros de l'ultralibéralisme et du conservatisme républicain, qui a entamé ce processus, faisant passer le ratio de la dette de 33 à 53% du Produit intérieur brut entre 1981 et 1989. Son successeur républicain, l'ancien vice-président George H.W.Bush, a accru ce ratio de 13 points entre 1989 et 1992, alors que le président Bill Clinton, un Démocrate, réussit à le diminuer de 10 points entre 1993 et 2001. En 2001, toujours selon ces chiffres, George W.Bush a relancé la tendance à la hausse amorcée par Ronald Reagan et confirmée par son père, en augmentant ce ratio de 28 points, jusqu'à atteindre 82% du PIB en 2008. Obama a ajouté 9 points, mais une partie significative de cet endettement, soulignent les Démocrates, provient du sauvetage du système financier mis à mal par l'irresponsabilité des boursicoteurs, des traders et des dérégulateurs...''
Réponse de le 30/09/2013 à 15:59 :
Oui c'est toujours la faute des autres c'est la defense des faibles.Raison de plus s'il y a des dettes d'arreter toutes depenses en particulier l'Obama care a la Francaise qui a deja completement ruine la France.
Réponse de le 30/09/2013 à 16:00 :
30 secondes de recherches sur Google mettent en piece vos arguments. Voici le tableau des deficits US sous les huit ans de Bush et sous les 4 ans d´Obama: l´ere Bush (8ans) 2262 milliards USD, l´ere Obama (4ans) 5093milliards USD. Je ne crois pas qu´il y a photo entre ces deux administrations et ce malgre deux guerres intenses et les "cadeaux" aux riches. Voici le detail y compris les previsions jusqu´en 2018: Government Spending Chart
Fiscal Years 2000 to 2018

Year GDP-US
$ billion nominal Population-US
million Federal Deficit -fed
$ billion nominal
2000 MW gdp 282.172 -236.24 a
2001 MW gdp 285.082 -128.23 a
2002 MW gdp 287.804 157.75 a
2003 MW gdp 290.326 377.59 a
2004 MW gdp 293.046 412.73 a
2005 MW gdp 295.507 318.35 a
2006 MW gdp 298.109 248.18 a
2007 MW gdp 300.733 160.71 a
2008 MW gdp 303.380 458.55 a
2009 MW gdp 306.051 1412.69 a
2010 MW gdp 308.746 1294.37 a
2011 MW gdp 311.592 1299.59 a
2012 MW gdp 314.123 1086.97 a
Réponse de le 30/09/2013 à 16:02 :
Je dirais egalement a Libertarien qu'un cours en gestion financiaire ne lui ferait pas de mal non plus.
Réponse de le 30/09/2013 à 16:49 :
@Kasbo et lemans. Les charts s'est plus amusant (Y a des dessins ) http://zfacts.com/p/318.html.
Réponse de le 30/09/2013 à 17:05 :
@Kasbo et lemans : Et voilà les tableurs et chart's du gouvernement US. Amusez-vous bien (http://www.whitehouse.gov/omb/budget/Historicals)
Réponse de le 01/10/2013 à 5:16 :
Après la suppression de l'assurance maladie, vivement l'abolition de la retraite par répartition, n'est-ce pas ?
a écrit le 30/09/2013 à 15:22 :
Mascarade.
a écrit le 30/09/2013 à 14:33 :
On se tient par la barbichette.....
Réponse de le 30/09/2013 à 15:08 :
Ca ne me fait pas rire
Réponse de le 01/10/2013 à 2:11 :
Oui je sais, mais puisque ce sont tous des marionnettes ils sont là pour nous entretenir, pas pour gouverner, le vrai pouvoir est bien ailleurs.
a écrit le 30/09/2013 à 14:24 :
On ne parle ici que de l'administration FEDERALE américaine, il y aussi de nombreux fonctionnaires dans les Etats des Etats-Unis comme par exemple les enseignants, l'éducation étant une prérogative des Etats, mais aussi les transports, les hopitaux, l'énergie. Donc rien à voir avec la France...D'autre part, les médias aiment bien dramatiser ces "shutdowns" mais en réalité il y a toujours des compromis de dernière minute à Washington, il s'agit d'un rapport de force normal pour essayer de faire lacher un camp contre l'autre au dernier moment ... c'est un peu une partie de Poker menteur !
a écrit le 30/09/2013 à 14:03 :
les republicains ont raison il faut combattre les socialos americains billes en tete.
a écrit le 30/09/2013 à 13:37 :
Belles verités, mais qu'est qu'on fait des fonctionnaires qui travaillent en 3 huit, WE et jours fériés et qui prennent pas de congés maladie, désolé de pas être malade, on les augmente, ils négocient leur prime et leur, ils arrêtent de cotiser à l'assurance chômage, ils en sont protégés. Non ils ne peuvent pas c'est la loi. Essayons de voir plus loin que le défoulement idéo"logique".
a écrit le 30/09/2013 à 13:23 :
Il est amusant de découvrir à cette occasion les effectifs fédéraux en matière d'impôts. À comparer avec ceux de nos "chers" ministères pour cinq fois moins de population.
a écrit le 30/09/2013 à 13:14 :
C'est exactement qu'il nous faudrait en France, notamment mettre en congé force les fonctionnaires qui en moyenne prennent plus de 20 jours par an de"congé maladie"...pendant que d'autres travaillent...même le dimanche
Réponse de le 30/09/2013 à 13:27 :
Comme les rentiers nous coûtent 1,5 fois le montant des dépenses de l'état avec leurs pensions et dépenses de santé, je propose dans un premier temps une coupe de 15% comme en Grèce.
Réponse de le 30/09/2013 à 13:54 :
Voila un Ponctionnaires en plein travail qui a oublie quelles retraites sont le maigre fruit des cotisations
Réponse de le 30/09/2013 à 14:03 :
En français ça donne quoi ?
Réponse de le 30/09/2013 à 14:15 :
En ce qui me concerne, j'aurai et de loin, préféré mettre mes cotisations dans un contrat de capitalisation plutot que de les voire en grande partie ponctionnées par la "solidarité nationale" (et internationale)
Réponse de le 30/09/2013 à 14:19 :
Encore un qui lorsqu'il aura un arrêt cardiaque va pleurer sa mère de ne plus trouver de médecin ou d'infirmière pour s'occuper de sa toute petit personne.
Il partira sans que l'on pense a lui

Sniff
RIP
a écrit le 30/09/2013 à 12:40 :
Il faut prendre cette prise d'otage - par les républicains - avec le sourire: http://investir.ch/2013/09/30/dis-papa-ca-fait-quoi-si-les-americains-ils-font-shutdown/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=dis-papa-ca-fait-quoi-si-les-americains-ils-font-shutdown
a écrit le 30/09/2013 à 12:24 :
Un "shutdown" federale montrera simplement que l´Etat est mal organise, qu´il ne sait pas determiner et faire fonctionner des priorites et qu´on peut se passer d´un tas de fonctionnaires inutiles. J´espere que ce shutdown aura bien lieu et ce pour un certain temps.
Réponse de le 30/09/2013 à 12:53 :
Si ''shutdown '' il y a....il montrera surtout le vrai visage de la lutte des classes à l'américaine. Les Sociopathes contre la Populace ! (http://www.rtbf.be/info/chroniques/detail_les-ploutocrates-se-sentent-persecutes-paul-krugman?id=8100256)---(http://www.rtbf.be/info/chroniques/detail_libre-d-avoir-faim-paul-krugman?id=8096877&chroniqueurId=5032403)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :