Le changement climatique pourrait coûter 5,3% de PIB par an à l'Asie de l'Est

 |   |  481  mots
La pollution est un problème majeur dans les grandes villes chinoises, souvent recouvertes par un épais nuage de gaz carbonique appelé smog (Photo : Reuters)
La pollution est un problème majeur dans les grandes villes chinoises, souvent recouvertes par un épais nuage de gaz carbonique appelé "smog" (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Chine, la Mongolie, la Corée du Sud et le Japon sont tous les trois épinglés dans un rapport de la banque de développement asiatique. La région serait responsable de 30% des émissions de gaz à effet de serre, et les conséquences économiques du réchauffement pourrait lui coûter 5,3% de PIB par an à l'horizon 2050.

Les préoccupations environnementales peuvent désormais rejoindre les préoccupations économiques en Asie de l'Est. Le changement climatique pourrait en effet lui coûter pas moins de 5,3% de produit intérieur brut (PIB) annuel en moins à l'horizon 2100 si les quatre pays de la région, la Chine, le Japon, la Mongolie et la Corée du Sud ne prennent pas de mesures pour le combattre, selon la banque asiatique de développement (Bad).

Selon le rapport de la Bad (Economie du changement climatique en Asie de l'Est), l'augmentation des températures devrait faire augmenter la fréquence des tempêtes tropicales et des inondations dans les régions côtières et exposer les régions agricoles du nord de plus en plus exposées aux sécheresses.

La forte pollution dans la région représente un risque sanitaire

Parmi les critiques formulées, la Bad souligne dans son rapport les quatre pays étaient responsables à eux seuls de 30% des émissions de CO2. De fait, la Chine et son modèle de croissance à tout prix est devenu le premier émetteur de CO2.

La pollution est d'ailleurs un problème majeur pour la deuxième puissance économique du monde dont les grandes villes sont recouvertes par un "smog", cet épais nuage de gaz carbonique qui recouvrait autrefois des villes comme Londres avant que des mesures ne soient prises, quarante fois supérieur aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

12 millions de personnes et 864 milliards de dollars d'actifs menacés

Selon les projections actuelles, les températures dans la région pourraient être supérieures de 3,8 à 5,2 degrés Celsius en 2090, par rapport à leur niveau moyen de la période allant de 1961 à 1990.

Pour donner un aperçu de ce que risque la région, la Bad évoque dans son rapport ces crues centennales qui mettent actuellement en danger 12 millions de personnes dans 23 villes, et qui menacent pour 864 milliards de dollars d'actifs. La Chine, à elle seule, pourrait perdre l'équivalent 102 kilomètres carrés de côtes par an, ce qui forcerait des millions de personnes à l'exode.

Moins coûteux de s'adapter que de poursuivre la fuite en avant

Pour la Bad, l'Asie n'a pas le choix et doit désormais se tourner "vers un modèle de croissance concentré sur une faible émission de carbone et une exploitation plus efficace des ressources".Ce qui conduirait à une "amélioration de la qualité de l'air" en Chine, "tout en réduisant les dommages à la santé des populations urbaines".

Le coup de ces mesures, selon la Bad, ne dépasserait pas 0,3% du PIB de la région, et serait donc bien inférieur au coût des catastrophes annoncées. Selon le scénario moyen présenté par l'institution, il suffirait d'investir 23 milliards de dollars par an en infrastructures, 4 milliards de dollars dans la protection des côtes et adapter l'agriculture quelque 9 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2013 à 10:49 :
Ils sont Asie sur un baril de poudre: tempetes, sècheresses, inondations, pollution,etc...
a écrit le 17/10/2013 à 14:28 :
en complément cet analyse basée sur des mesures de marégraphes qui montrent que si le niveau des mers monte ce n'est pas vraiment autour des îles. Le changement climatique est un prétexte pour soutirer des sous

http://www.contrepoints.org/2013/10/01/140868-les-oceans-montent-dangereusement-sauf-autour-iles
Réponse de le 17/10/2013 à 15:00 :
Tout le monde s'en doutait qu'après les trous dans la couche d'ozone au pôle nord et sud, il fallait bien une nouvelle catastrophe pour remplir les poches des climatologues et des écoloalarmistes.
a écrit le 17/10/2013 à 14:15 :
grossière erreur dans cet article le GIEC ne prévoit que de 0,3 à 5,5 °C (soit environ 1°C de moins qu'en 2007...) de plus d'ici 2100 sur la base de modèles faux à 95%. Il ne donne pas de scenario central et surestime largement le temps de résidence du CO2 dans l'atmosphère alors que les mesures en vraie grandeur sur les isotopes de carbone dégagés par les campagnes d'essais nucléaires menés dans les années 1950 et 1960 montrent que la durée est de l'ordre de 10 ans et non de 100 ans comme le prétend le GIEC. Ces prévisions supposent expliquée la pause qui dure depuis plus de 15 ans par des hypothèses hasardeuses notamment l'enfouissment de chaleur dans les couches profondes (à 4°C ...) ds océans alors qu'il s'affirme par de multiles études que le forçage du CO2 est largement surestimé, mais ça le GIEC ne veut pas en entendre parler . NOtons aussi qu'il reconnaît que le réchauffement ne crée pas d'évènements extrêmes (ouragans, sécheresses inondations etc) et que les risques de basculement avec les chlarates de méthane sont extrêmement faibles. De tour celà il ressort qu'avoir 2°C de plus avec plus de CO2 serait bénéfique : meilleurs productivité agricole réduction de la mortalité hivernale etc. je ne fais pas de la propagande dogmatique mais je livre des réalités
Réponse de le 17/10/2013 à 16:30 :
henir33

""""grossière erreur dans cet article le GIEC ne prévoit que de 0,3 à 5,5 °C (soit environ 1°C de moins qu'en 2007...)""""

Au lieu de braire, lisez donc les rapports AR4 et AR5. Ca vous évitera ce genre de bévue.


""""je ne fais pas de la propagande dogmatique mais je livre des réalités""""

En citant contrepoints. org ? repaire d'idéologues bien connu.
Réponse de le 17/10/2013 à 17:01 :
Il est vrai que seules les idéologies de gauche sont acceptables en France. Les autres n'ont pas le droit de citer.
Réponse de le 18/10/2013 à 15:32 :
C'est vrai que les roses verts, du moment qu'ils ont le ventre plein, ils aiment bien voir les autres danser autour du buffet.
a écrit le 17/10/2013 à 12:35 :
sa sert à rien leurs gratte-ciel ils sont cachés dans le brouillard !
Réponse de le 17/10/2013 à 13:26 :
Il me semble que cela sert surtout à économiser la surface à bâtir. En France, on fait tout le contraire. Après avoir grimpé en hauteur pour loger des pauvres, on casse pour bâtir plus petit donc plus cher et on s'étonne qu'il est de plus en plus difficile de se loger.
a écrit le 17/10/2013 à 12:30 :
Bla bla bla bla bla.... Et encore la même fable éternellement ressassée
a écrit le 17/10/2013 à 12:20 :
Nous en revenons toujours au même problème : la rentabilité immédiate maximale quitte à tuer la rentabilité de long terme... Mais bon : faire prendre conscience que de ne PAS faire un minimum de dépenses tout de suite entrainera des catastrophes bien plus coûteuses par la suite est déjà un premier pas. Car on parle d'argent perdu... Et là, ça touche au plus important : le portefeuille... :-)
a écrit le 17/10/2013 à 10:42 :
A quand un malus pour les voitures françaises exportées ou construites en Chine?
a écrit le 17/10/2013 à 10:32 :
au delà de l'article sur l'environnement , il faut se poser les bonnes questions lié a cet article , la démographie humaine est aussi responsable , une naissance =un futur consommateur c'est un fait mondial , deuxio si on veut lutter contre la pollution il faudra consommer moins ou peu , alors et l'obsolescence programmée ? et donc elle est revenue avec l'écologie a tout les etages ? , enfin si on fait des transferts de technologies pour les aider , nous deviendront a meme niveaux qu'eux ? , que neni , les disparités fiscales et monétaire rongeront notre compétitivité , donc a moins que les prix des produits industriels augmentent fortement pour réduire la consommation mondiale , toutes les autres solutions paraissent quand meme théoriques , l'Asie n'a pas finie de se retrouver avec des catastrophes écologiques et sociales
a écrit le 17/10/2013 à 10:29 :
une solution pour sauver l'asie : l'ecotaxe
a écrit le 17/10/2013 à 10:11 :
Et la Khon nerie elle coûte combien? Hahahahahaha!
a écrit le 17/10/2013 à 9:59 :
oua le beau nuage de pollution; que c'est genial la chine, qu'il disait...
a écrit le 17/10/2013 à 9:44 :
LES PAYS QUI LEURS ON REFILERLEUR ENTRPRISSE ET LEUR PRODUCTIONS POLLUE NON PAS FAIS UNE BONNE AFFAIRE CAR ? LE CLIMAT QUI SE DEGRADE DANS LE MONDE A CAUSSE DE LA POLUTION ?. TOUS LES PAYS LE SUBIRAS ? donc il y a deux solutions soit on rapatrie nos entrprisses en france et on les mais aux normes , soit on vend au chinois les infratructures naicesscaires pour les mettre aux normes et depollue la chine,,??? NOUBLION JAMAIS QUE NOUS SOMME TOUS RESPONSABLE DE NOTRE ENVIRONNEMENT? EST QUE NOUS SOMME TOUS SUR LA MEME TERRE ? CELA PROUVRE QU IL FAUDRAIT UNE GOUVERNENCE MONDIALE POUR NE PAS SE DETRUIRE MUTUELLELEMENT ? AUJOURDUI LES DEGATS DE LA POLUTION TERRESTES TUE ET DETRUIS PLUS QUE LES GUERRES? ? ?
a écrit le 17/10/2013 à 9:35 :
Quand le productivisme aura tout détruit, l'homme n'aura plus que ses yeux pour pleurer !
Réponse de le 17/10/2013 à 12:45 :
Dans les villes chinoises, vu les niveaux de pollution, les yeux pleurent déjà!
a écrit le 17/10/2013 à 9:32 :
La pollution est un problème majeur non seulement pour l'Asie mais pour l'ensemble de la planète. "Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, l'humanité sera confrontée au problème global de sa survie" dixit "les corps indécents". La surpopulation devrait précipiter les choses.
Réponse de le 17/10/2013 à 9:47 :
BIEN PARLE CAMARADE TU A TOUS CONPRIS? MAINTENENT IL FAUT CONVAINCRE LES HOMMES POLITIQUES CAR ILS ONT DES OEULLIERES ???
Réponse de le 17/10/2013 à 12:47 :
Ce qui est surprenant, c'est que sur tous les sites, de nombreux commentaires montrent que nous avons conscience des problèmes engendrés par la non-maîtrise de la démographie; mais au niveau officiel, c'est toujours le blackout!
Réponse de le 17/10/2013 à 13:42 :
Sauf, José, que le "contrôle" de la démographie, ça doit toujours être pour "les autres". "les autres" sont tout de même un sérieux problème, non..??
Réponse de le 17/10/2013 à 14:00 :
Pour les sceptiques, il faut savoir que la montée des eaux est telle dans l'archipel des Kiribati, Pacifique Sud, que les habitants, aux nombre de 100.000, demandent le statut de réfugiés à la Nouvelle Zélande. La pollution atmosphérique cancérigène est un autre grave problème ailleurs. (Toujours dixit "les corps indécents") Les vrais problèmes, qu'on le veuille ou non, sont donc à leurs débuts.
Réponse de le 17/10/2013 à 14:23 :
le problème de ces atolls n'est pas tant la montée des eaux que les conséquences d'une surpol=pulation qui siphonne la lentille d'eau douce au centre. Les atolls sont colonisés par les coraux qui font monter l'île avec le niveau des océans. Evidemment si on ne lit que le SPM du GIEC (résumé pour les décideurs manipulé par ... les décideurs .... que dirait on d'une société dans laquelle les comptes sont révisés par les dirigeants ....
Réponse de le 17/10/2013 à 15:48 :
@henir33 - Des articles intéressants concernant l'archipel des Kiribati et la pollution atmosphérique cancérigène ci et là sur la Tribune de Genève d'aujourd'hui. Pour se faire une idée plus précise.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:47 :
Qui de la BAD est allé mesurer les gaz à effet de serre en Mongolie? et laquelle - car celle qui se trouve en Chine, dite Mongolie Intérieure et gros producteur de charbon, est inscrite dans la Grande Chine? Pas l'autre. Idem pour les îles Kibiati ou encore les Maldives pour ne citer que ces îles menacées à terme par la montée des océans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :