Shutdown : il n'y a "aucun gagnant" (Barack Obama)

 |   |  268  mots
Aucun gagnant. C'est ce qu'a déclaré Barack Obama ce jeudi à propos de la crise politique qui vient de se conclure aux Etats-Unis. Le président a ajouté que de tels dysfonctionnements politiques encouragent nos ennemis et affaiblissent nos amis.
"Aucun gagnant". C'est ce qu'a déclaré Barack Obama ce jeudi à propos de la crise politique qui vient de se conclure aux Etats-Unis. Le président a ajouté que de tels "dysfonctionnements politiques encouragent nos ennemis et affaiblissent nos amis." (Crédits : Reuters)
Le président américain est revenu sur la crise politique qui vient de se conclure. Pour lui, "ces dernières semaines ont infligé un tort complètement gratuit", à l'économie des Etats-Unis.

"Aucun gagnant". C'est ce qu'a déclaré Barack Obama ce jeudi à propos de la crise politique qui vient de se conclure aux Etats-Unis. Le président a ajouté que de tels "dysfonctionnements politiques encouragent nos ennemis et affaiblissent nos amis."

Abandonner la "stratégie de la corde raide"

Au lendemain d'un accord au Congrès qui écarte temporairement le spectre d'un défaut de paiement des Etats-Unis, le dirigeant démocrate a appelé les élus à cesser de s'affronter et à voter un budget sur le long terme pour donner davantage de "certitude" aux opérateurs économiques.

Il a également enjoint ses adversaires d'abandonner la "stratégie de la corde raide" qui menace l'économie et ébranle la confiance des Américains dans leur gouvernement selon lui.

"Un tort complètement gratuit à notre économie"

Plus spécifiquement, Barack Obama a demandé aux élus républicains de la Chambre des représentants de s'atteler à la réforme de l'immigration, déjà adoptée cet été au Sénat contrôlé par ses alliés démocrates. Il a aussi évoqué la nécessité d'adopter une loi sur l'agriculture, également bloquée.

Ces dernières semaines ont infligé un tort complètement gratuit à notre économie (...) Il n'y a probablement rien qui ait fait plus de tort à notre économie et à notre crédibilité dans le monde que le spectacle auquel nous avons assisté ces dernières semaines.

A lire aussi :

>> Obama lève le shutdown, le spectre du défaut s'éloigne... pour le moment

>> D'Obamacare au shutdown: le guide pour décoder la crise budgétaire américaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2013 à 9:01 :
IL EST TROP FACILE POUR L AMERIQUEDE DONNE DES LECONS QU ILS BALAYENT DEVENT LEURS PORTES. ET QU IL ARRETETNT DE SE CONPORTE COMME LES MAITRES DU MONDE? LE MONDE VA CHANGER LES PAYS PAUVRES VONT TOT OU TARD DEMENDE LEUR PART DU GATEAUX ? ? ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :