L'OMC conclut un premier accord «historique » sur le commerce mondial

 |   |  262  mots
« Pour la première fois de son histoire, l'OMC a vraiment tenu ses promesses » a déclaré le directeur général de l'organisation, le Brésilien Roberto Azevedo.
« Pour la première fois de son histoire, l'OMC a vraiment tenu ses promesses » a déclaré le directeur général de l'organisation, le Brésilien Roberto Azevedo. (Crédits : reuters.com)
L'Organisation mondiale du commerce a conclu samedi à Bali le premier accord depuis sa création en 1995, adopté à l’unanimité par ses 159 Etats membres.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a conclu samedi à Bali un accord qualifié d'historique, le premier depuis sa création en janvier 1995. « Pour la première fois de son histoire, l'OMC a vraiment tenu ses promesses » a déclaré le directeur général de l'organisation, le Brésilien Roberto Azevedo, après l'adoption du texte à l'unanimité par les 159 Etats-membres réunis sur l'île indonésienne. L'OMC a évalué à 1.000 milliards de dollars la richesse que cet accord permettra de créer, avec à la clef des millions d'emplois, 21 millions selon l'institut Peterson d'économie internationale.

Moins de bureaucratie aux frontières

Le « paquet de Bali » représente moins de 10% du vaste programme de libéralisation des échanges commerciaux lancé en 2001 dans la capitale du Qatar, Doha. Il porte sur trois volets : l'agriculture, dans le but de réduire les subventions à l'export, l'aide au développement, grâce à l'exemption des droits de douane accordée aux produits venant des pays les moins avancés, et enfin la facilitation des échanges. « Des avancées réelles ont été obtenues en matière d'allègement des procédures de passage aux frontières des marchandises. Elles réduiront à terme de moitié le coût d'une opération de commerce international, ce qui bénéficiera au premier chef aux petites et moyennes entreprises » a estimé la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq. « Cet accord est déterminant. Un échec aurait signé la fin de l'OMC. Il faut désormais donner une nouvelle impulsion au multilatéralisme » a déclaré la ministre française sur place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2013 à 14:58 :
Pas de quoi se réjouir.
a écrit le 07/12/2013 à 22:35 :
Extrait du monde diplomatique :

Imagine-t-on des multinationales traîner en justice les gouvernements dont l’orientation politique aurait pour effet d’amoindrir leurs profits ? Se conçoit-il qu’elles puissent réclamer — et obtenir ! — une généreuse compensation pour le manque à gagner induit par un droit du travail trop contraignant ou par une législation environnementale trop spoliatrice ?

L’idée peut paraître invraisemblable ; elle s’inscrit pourtant dans la philosophie des traités commerciaux déjà en vigueur. L’année dernière, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a ainsi condamné les Etats-Unis pour leurs boîtes de thon labellisées « sans danger pour les dauphins », pour l’indication du pays d’origine sur les viandes importées, ou encore pour l’interdiction du tabac parfumé au bonbon, ces mesures protectrices étant considérées comme des entraves au libre-échange. Elle a aussi infligé à l’Union européenne des pénalités de plusieurs centaines de millions d’euros pour son refus d’importer des organismes génétiquement modifiés (OGM). La nouveauté introduite par l’APT et le TTP, c’est qu’ils permettraient aux multinationales de poursuivre en leur propre nom un pays signataire dont la politique aurait un effet restrictif sur leur abattage commercial.

Sous un tel régime, les entreprises seraient en mesure de contrecarrer les politiques de santé, de protection de l’environnement ou de régulation de la finance mises en place dans tel ou tel pays en lui réclamant des dommages et intérêts devant des tribunaux extrajudiciaires.
Presque toutes les études sur l’APT ont été financées par des institutions favorables au libre-échange ou par des organisations patronales, raison pour laquelle les coûts sociaux du traité n’y apparaissent pas, pas plus que ses victimes directes, qui pourraient pourtant se compter en centaines de millions.
Réponse de le 08/12/2013 à 8:42 :
cela fait froid dans le dos, merci pour votre commentaire.

Ami citoyens et consommateurs, sachez tout de même qu'ils vous restent le pouvoir final... celui de votre porte monnaie et votre libre choix d'acheter ou pas les horreurs que l'on veut vous faire avaler !
Réponse de le 08/12/2013 à 13:38 :
quand un producteur n'a plus le droit de dire quelle est l'origine de ce qu'il vous vend, si le produit contient par exemple des OGMs ou non (par exemple, mais il y en a d'autres), vous ne pouvez même plus acheter ce que vous voulez. Comme vous ne pourrez pas non plus planter vos propres graines ni élever vos propres animaux, ni les abattre, il ne vous restera plus aucun contre-pouvoir.
a écrit le 07/12/2013 à 22:35 :
Extrait du monde diplomatique :

Imagine-t-on des multinationales traîner en justice les gouvernements dont l’orientation politique aurait pour effet d’amoindrir leurs profits ? Se conçoit-il qu’elles puissent réclamer — et obtenir ! — une généreuse compensation pour le manque à gagner induit par un droit du travail trop contraignant ou par une législation environnementale trop spoliatrice ?

L’idée peut paraître invraisemblable ; elle s’inscrit pourtant dans la philosophie des traités commerciaux déjà en vigueur. L’année dernière, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a ainsi condamné les Etats-Unis pour leurs boîtes de thon labellisées « sans danger pour les dauphins », pour l’indication du pays d’origine sur les viandes importées, ou encore pour l’interdiction du tabac parfumé au bonbon, ces mesures protectrices étant considérées comme des entraves au libre-échange. Elle a aussi infligé à l’Union européenne des pénalités de plusieurs centaines de millions d’euros pour son refus d’importer des organismes génétiquement modifiés (OGM). La nouveauté introduite par l’APT et le TTP, c’est qu’ils permettraient aux multinationales de poursuivre en leur propre nom un pays signataire dont la politique aurait un effet restrictif sur leur abattage commercial.

Sous un tel régime, les entreprises seraient en mesure de contrecarrer les politiques de santé, de protection de l’environnement ou de régulation de la finance mises en place dans tel ou tel pays en lui réclamant des dommages et intérêts devant des tribunaux extrajudiciaires.
Presque toutes les études sur l’APT ont été financées par des institutions favorables au libre-échange ou par des organisations patronales, raison pour laquelle les coûts sociaux du traité n’y apparaissent pas, pas plus que ses victimes directes, qui pourraient pourtant se compter en centaines de millions.
a écrit le 07/12/2013 à 18:22 :
La ministre a qui je prône un relooking pour que la France soit au moins bien représentée sur le plan vestimentaire m'a fait bien rire dans le cadre du libre échange entre l'Union et les US car elle n'avait pas connaissance du dossier complet de la négo. Depuis des décennies nos ministres du commerce extérieur ont montré pas leur médiocrité mais le vol d'un poste pour lequel leur compétence est au niveau des poubelles du Caire. un commentaire de Mme Bricq est sans valeur économique.
a écrit le 07/12/2013 à 16:44 :
La seule chose qui a permis la croissance mondiale ces 30 dernières années ce n'est pas les accords de libéralisations, c'est l'endettement des pays riche pour compenser le transfert de l'industrie vers les pays pauvre. Sinon, pourquoi malgré toutes ces mesures de libéralisations,suffit il que l'endettement stoppe pour que le PIB stoppe et que le chômage explose ?. Et on nous annonce la bouche en cœur 1000 milliards et des millions d'emplois... Heureusement qu'ils ne publient pas la manière dont ils estiment tout ça parce que j'ai l'impression que tout le monde serait mort de rire. C'est quand même les mêmes qui nous annoncent l'hyperinflation du fait de la création monétaire juste en appliquant leur équation à 2 balles de la théorie quantitative. Rien de tel que quelques équations à la c** pour ne pas se préoccuper du réel. S'ils n'aboutissent pas aux résultats du réel , je suppose qu'ils doivent conclurent que le réel a tord !
a écrit le 07/12/2013 à 14:19 :
Une vaste fumisterie qui entérine la loi du plus fort. Et vous vous étonnerez que des populations qui n'ont pas été consultés réclament plus de protectionnisme.
a écrit le 07/12/2013 à 12:38 :
L'art du consensus est un leurre! Une manipulation du plus faible envers le reste du monde jusqu'au moment où il est le plus fort et élimine tout consensus! Dans ce cas là, c'est les U.S. et les multinationales égocentriques!
a écrit le 07/12/2013 à 12:15 :
On résume l'article:

Quand le peuple a-t-il été consulté sur le contenu de cet accord ?

Jamais.

Le gouvernement français a-t-il communiqué à ceux qu'il représente les options de négociation afin qu'ils décident souverainement de ce qu'il convient de signer ou de ne pas signer ?

Non bien sûr.

Cela finira-t-il mal un jour ?

Très probablement.
a écrit le 07/12/2013 à 12:01 :
Équité des échanges :
d'un côté renault a mis des mois et des mois pour obtenir l'autorisation de s'associer avec un partenaire local, lui transférer toute la technologie, pour produire des voitures localement et les vendre.
de l'autre, des millions de conteneurs remplis de produits construit dans des conditions plus que douteuses qui arrivent dans nos ports sans frais...

avec la bénédiction de tout le monde.
donc un accord de plus ou de moins... il ne sera pas respecté.

et après la classe politique s'étonne de la montée des extrêmes... (que je ne cautionne pas !)
a écrit le 07/12/2013 à 11:30 :
Il eut fallu un échec pour voir la fin de l'OMC. Tout comme il faudrait comptabiliser les échecs du FMI pour voir la fin du FMI, le parti pris des agences de notations pour voir la fin des agences de notation, bref, la fin de toutes les institutions "économico-financières libérales" internationales nuisibles aux peuples.
Réponse de le 07/12/2013 à 11:48 :
Et à la place, vous préconisez quoi? L'internationale socialiste peut être, pour maintenir les pays peu développés dans leur sous développement.
Réponse de le 07/12/2013 à 16:14 :
A la place, il faudrait revenir à la charte de la Havanne ... Là au moins ce serait équitable pour tous ... Ici, nous, français, nous allons encore perdre des milliers d'emplois en laissant entrer encore plus de produits fabriqués par des gens payés un misère ... Pendant ce temps, dans ces pays pauvres seuls les riches s'enrichissent beaucoup et les pauvres restent pauvres. On sacrifie donc nos emplois pour rien ... A moins que la nouvelle doctrine du gouvernement ce ne soit "La misère pour tous" ...
Réponse de le 08/12/2013 à 12:09 :
Eh oui Paulo, dans les pays pauvres seuls les pauvres s'enrichissent, dans les pays riches seuls les riches s'enrichissent; au moins c'est une politique cohérente!
a écrit le 07/12/2013 à 10:48 :
Ce qui est incroyable c est que cet accord n est pas accessible aux peuples alors que des répercussions graves seront ressenteis par les pays riches comme la France avec ses 2000 milliards d euros de dette et 5 millions de chomeur.
Réponse de le 07/12/2013 à 12:44 :
Bien vu, vu notre PMI qui se révèle de plus en plus mauvais ça va être chaud pour nos enfants, et pour nous si ça accélère de plus en plus dans cette direction.
USA 1 / EU 0
a écrit le 07/12/2013 à 10:26 :
Quid du blocage des Indiens sur les subventions pour''lAgriculture ?
a écrit le 07/12/2013 à 10:17 :
Préparez vous à plus de pollution mondiale et plus de pesticides dans l'alimentation. On mourra plus riche mais plus jeune !
Réponse de le 07/12/2013 à 11:51 :
On est tellement pollué depuis l’avènement du développement industriel que l'on meurt toujours plus vieux: bizarre, non? Au début du XXème siècle, en France 12 000 morts par ans par intoxication alimentaire. Aujourd'hui, environ 200 (toujours trop), principalement par manque d’hygiène des consommateurs. Bizarre, non?
Réponse de le 07/12/2013 à 12:45 :
Quand vous faites votre bilan c'est sur des faits antérieurs a ce que l'on est en droit de constater pour l'instant! Mais qui est l'avenir proche que l'on nous dessine!
a écrit le 07/12/2013 à 9:57 :
Une réunion dans un île enchanteresse. Pas fous !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :