G20 : Les Etats-Unis et l’Australie préoccupés par la croissance mondiale

 |   |  366  mots
Pour secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, la croissance mondiale est inégale et bien inférieure à son potentiel. (Photo : Reuters)
Pour secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, la croissance mondiale est "inégale et bien inférieure à son potentiel". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'Économie australien a affirmé sa volonté de voir des prévisions de croissances fortes, estimant la création d'emploi nécessaire à la prospérité du commerce international.

Le Trésorier australien (équivalent du ministre de l'Économie et des Finances) a estimé mercredi "extrêmement important" que les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20, réuni ce week-end à Sydney et qu'il préside, s'accordent sur des objectifs de croissance supérieurs aux prévisions actuelles.

"Il est extrêmement important pour le monde que les ministres des Finances et les banquiers centraux aspirent à une croissance qui aille au-delà des prévisions actuelles du FMI, comprises entre 3,7 et 4% sur un an", a déclaré Joe Hockey à la chaîne publique Australian Broadcasting Corporation (ABC).

Au début de l'année, le Fond monétaire internationale a relevé sa prévision de croissance économique mondiale pour 2014 pour la première fois en deux ans, après une progression de 3% en 2013. 

Une croissance "inégale et inférieure à son potentiel"

Le constat est partagé par le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew qui a estimé dans une lettre aux ministres des Finances du G20 que la croissance mondiale était «inégale et bien inférieure à son potentiel», affirmant la nécessité d'une "croissance mondiale plus rapide et plus équilibrée".

Lew se dit "persuadé que le renforcement de la croissance aux Etats-Unis bénéficie à l'économie mondiale dans son ensemble et (...) qu'une graduelle normalisation des politiques (monétaires, ndlr) sera accompagnée par la croissance".

Plusieurs pays émergents (Brésil, Turquie, Inde, Russie...) ont vu fin janvier leur monnaie plonger sur fond de reflux des capitaux étrangers et de doutes croissants des investisseurs sur la solidité de ces économies.

Prospérité du commerce international

Si une croissance supérieure aux prévisions du FMI était réalisée, "nous créerions les emplois qui permettraient au commerce international d'atteindre un niveau nécessaire pour accroître la prospérité, et nous aider, au final, à réduire nos déficits et notre endettement", avance Joe Hockey.

Le responsable, qui prévoit de tenir des réunions bilatérales avec quasiment tous les ministres des Finances présents pour faire passer son message, n'a pas précisé le taux de croissance qu'il souhaitait fixer. Selon la presse australienne, l'objectif serait de 5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2014 à 13:53 :
A ce niveau que de mots exprimant l'incompétence générale évitant de voir où se situe précisément le mal et y porter remède. Réformes impossibles d'où le crack final proche qu'aucune incantation de ces sphères n'évitera.
a écrit le 19/02/2014 à 13:00 :
Chers financiers cupides
On n'en veut pas de votre croissance
Il y a assez pour nourrir et satisfaire le monde entier
On demande une nouvelle politique de bienveillance, de partage de l'emploi et des richesses.
a écrit le 19/02/2014 à 11:51 :
Que du baratin ! Tout le monde sait que la redistribution inéquitable des richesses plombe toutes les économies. Mais les riches ne veulent pas que l'on touche à LEUR argent (refus de la taxe Tobin, optimisations fiscales, dérégulation de la finance...). Il n'y a donc aucune solution à un redémarrage de l'économie mondiale, qui est en plus sérieusement dégradée par les catastrophes naturelles.
Réponse de le 19/02/2014 à 17:11 :
tout à fait, on oublie les fondamentaux, mais ça fait les choux gras de certains (20%)
Réponse de le 20/02/2014 à 15:46 :
Pour lutter contre l'optimisation fiscale , il faut incarcérer tous les avocats.
a écrit le 19/02/2014 à 10:36 :
C'est vrai, plus vite on ira dans le mur, plus vite on comprendra qu'il est nécessaire de changer nos "économies"....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :