Près d'un million d'Américains sortiraient de la pauvreté grâce au salaire minimum

 |   |  459  mots
La Maison Blanche propose de faire passer le salaire minimum fédéral de 7,25 dollars à 10,10 dollars de l'heure.
La Maison Blanche propose de faire passer le salaire minimum fédéral de 7,25 dollars à 10,10 dollars de l'heure. (Crédits : Reuters)
La hausse de 39% du salaire minimum proposée par Barack Obama pourrait à la fois détruire des emplois et réduire la pauvreté, estime le bureau du Budget du Congrès américain.

Voilà de quoi alimenter des débats houleux entre Républicains et Démocrates. Dans un rapport publié mardi, le bureau du Budget du Congrès américain (CBO) prévoit que l'augmentation de 39% du salaire fédéral minimum, proposée le 28 janvier par le président Barack Obama, devrait détruire 500.000 emplois d'ici 2016, mais tirer près d'un million d'Américains hors de la pauvreté.

Soutenu dans les sondages par les trois quart des citoyens américains, Barack Obama a proposé lors de son discours sur l'Etat de l'Union d'élever le salaire minimum en trois étapes à 10,10 dollars de l'heure, contre 7,25 dollars aujourd'hui, afin de donner un coup de fouet à aux millions de travailleurs qui voient leur revenu stagner. Sur le long terme, les démocrates souhaiteraient même indexer ce revenu minimum sur l'inflation.

Guerre des chiffres

Selon les Républicains l'étude vient conforter leur position : une hausse pousserait les employeurs à se défaire de nombreux travailleurs. "Le chômage est le plus gros souci des Américains, on devrait se concentrer sur le fait de créer des emplois et non d'en détruire", s'énerve le Républicain Brendan Buck, porte-parole du président de la Chambre des représentants.

De son côté, la Maison Blanche reproche au CBO de ne pas avoir pris en compte le fait que des salaires plus élevés pourraient encourager les travailleurs à être plus productifs et réduirait l'absentéisme.

Dans cette guerre des chiffres, les Démocrates relèvent cependant que l'augmentation du salaire minimum tirerait in fine 900.000 personnes au dessus du seuil de pauvreté, situé à 24.100 dollars par an pour une famille de quatre. Et rien qu'au terme des deux premières étapes de la hausse, qui mèneraient le salaire minimum à 9 dollars, ce sont près de 300.000 personnes qui pourraient dépasser ce seuil. Moyennant une perte de 200.000 emplois, rétorquent les Républicains... Entre les deux positions, le rapport ne tranche pas.

Débat au Sénat dès le mois prochain ?

Les yeux rivés sur les élections de novembre prochain, où les 435 sièges de la Chambre et 36 des 100 sièges du Sénat seront à pourvoir, les Démocrates font des inégalités sociales et de la stagnation des salaires le fil rouge de leur campagne.

Le Sénat, qu'ils contrôlent, pourrait débattre de la législation sur le salaire minimum dès le mois prochain, affirme Reuters. Au total, si la mesure est adoptée, 16,5 millions de travailleurs bénéficieraient de l'augmentation à 10,10 dollars de l'heure et 7,6 autres millions de celle à 9 dollars.

A 6,6% de la population active, le taux de chômage américain reste toujours très élevé, malgré une nette baisse par rapport aux 10% de 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2014 à 12:44 :
Comme le dit le Kid, tout cela n'est que fumée destinée à masquer entre autre la manoeuvre politique des démocrates, consistant avant tout à rendre tributaire une partie toujours plus importante de leurs concitoyens afin de garder la maitrise politique du pays. En échange, ils favorisent les intérêts des grands financiers comme aucun républicain ne l'a jamais fait.
Enfin, pour remettre ce chiffre en perspective, rappelons que cette augmentation est uniquement à destination des emplois des entreprises travaillant pour l'état fédéral. Quand on sait que les revenus des employés fédéraux sont supérieurs de plus de 30% à celui du privé, on comprend que si la percolation des fonds transmis à l'économie par la FED n'a pas fonctionné au delà des institutions financières, l'état fédéral de son côté continue à privilégier sa clientèle. Un signal de plus donné afin que tous comprennent bien leur intérêt.
Car si on augmente le revenu minimum des "contractors" de l'état fédéral, c'est qu'on diminue d'autant l'attractivité du secteur non inféodé... pardon, non lié à l'état.
Last but not least: la pauvreté est un concept statistique relatif, puisqu'il s'agit d'un des déciles (ou de plusieurs) calculés sur la base du revenu médian, pas moyen. Ce qui fait d'une part que la pauvreté ne peut jamais disparaître (n'est-ce pas un bel outil pour nos politiciens) mais aussi qu'en élevant le revenu des uns par rapport aux autres de manière très significative, on obtient mécaniquement une diminution du nombre de personnes dans les derniers déciles, sans pour autant modifier en rien le revenu moyen des plus pauvres ou le nombre de pauvres touchant moins qu'un certain revenu...
a écrit le 19/02/2014 à 10:48 :
Oui , peut-être , mais comme la politique de Obama s'est traduite par une augmentation vertigineuse des Food Stamps ( Soupe Populaire )...et des salaires à temps partiel , ça reste à voir.
Le salaire minimum de monsieur Obama n'est rien d'autre qu'un petit feu , qui a pour prétention de servir de contre-feu par rapport au gigantesque incendie allumé par lui et son copain Bernanke.
Quant aux 6.6 % de chômage , c'est bien sûr en radiant des chômeurs...Rien qu'un petit million d'un seul coup le 1er Janvier 2014.
Même les membres du bureau international du travail de Chicago savent qu'il se situe TRES nettement au-dessus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :