Quand des Américains volent des secrets industriels au profit de la Chine

 |   |  431  mots
Les entreprises chinoises souhaitaient utiliser les données volées aux américains pour développer une production à grande échelle de dioxyde de titane (TiO2).
Les entreprises chinoises souhaitaient utiliser les données volées aux américains pour développer une production à grande échelle de dioxyde de titane (TiO2). (Crédits : Reuters)
Deux américains et une société californienne ont volé des secrets commerciaux au groupe de chimie DuPont de Nemours, pour les revendre à des entreprises d'Etat chinoises.

Les espions peuvent parfois venir de l'intérieur. C'est un peu la morale de cette histoire. Au terme de sept semaines de procès, deux citoyens américains (Robert Maegerle et Walter Lian-Heen Liew) et la société de consulting USA Performance Technology (USAPTI) ont été reconnus coupables mercredi d'avoir volé des secrets technologiques au groupe américain DuPont de Nemours, et de les avoir revendus pour vingt millions de dollars à des entreprises étatiques chinoises.

Ils se sont notamment emparés des technologies de DuPont de production de dioxyde de titane (TiO2) par un procédé de fabrication au chlorure.

Les entreprises chinoises souhaitaient utiliser ces données volées pour développer une production à grande échelle de TiO2, avec en particulier le projet d'ouverture en Chine d'une usine de production de 100.000 tonnes de ce pigment entrant dans la composition de nombreux produits d'usage courant.

Corruption d'anciens employés de DuPont

Walter Lian-Heen Liew, 56 ans, employé de USAPTI, avait rencontré des officiels à Pékin, pour qui la production du TiO2 via le procédé de fabrication au chlorure était une priorité majeure.

Il avait dans un premier temps réuni un groupe d'anciens employés du groupe chimique, et avait obtenu de Robert Maegerle, 78 ans, ingénieur pendant 35 ans à DuPont de Nemours, les secrets de fabrication dont le géant américain est le spécialiste.

Walter Lian-Heen Liew avait ensuite passé des contrats avec des entreprises chinoises - notamment avec le groupe spécialiste du titanium Pangang - leur vendant le secret industriel pour plus de 20 millions de dollars.

Une première depuis la loi sur l'espionnage économique de 1996

Les deux hommes et la société de consulting ont été par la même occasion reconnus coupables d'évasion fiscale, fraude à la loi sur les faillites et obstruction à la justice. Ils connaîtront leur peine le 10 juin mais encourent un minimum de 25 ans de prison pour les deux plus graves condamnations.

"Cette affaire marque la première condamnation fédérale en vertu de la loi sur l'espionnage économique de 1996", a annoncé le ministère de la Justice américaine.

"Le vol de secrets commerciaux américains au profit d'un gouvernement étranger représente une menace importante pour notre sécurité nationale et économique", a déclaré le ministre adjoint par intérim John Carlin.

Un autre ancien employé de DuPont, Tze Chao, a plaidé coupable de complot d'espionnage économique. Hou Shengdong, le vice-directeur de Pangang, a été également inculpé et un mandat d'arrêt international délivré à son encontre. Quatre autres entreprises chinoises ont été inculpées par contumace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 9:54 :
Et les Américains, ils ne volent rien? La NSA est blanche comme neige et ils ont juste fait la guerre en Irak pour voler du pétrole.
a écrit le 08/03/2014 à 2:57 :
Des américains de papier?
a écrit le 07/03/2014 à 11:36 :
Sacré US ils ont- tous les droits, et la autres celui d'être menacés après avoir fomenté la pseudo révolution en Ukraine. Ils pensent peut être l'envahir comme l'IRAK après des mensonges tous plus gros les uns que les autres..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :