Ukraine : l'UE gèle les avoirs de l'ancien président Viktor Ianoukovitch

 |  | 315 mots
Lecture 2 min.
La liste des concernés compte aussi Viktor Pchonka, ancien procureur général d'Ukraine, Oleksandr Yakimenko, ancien chef des services de sécurité, ou encore les fils de Viktor Ianoukovitch.
La liste des concernés compte aussi Viktor Pchonka, ancien procureur général d'Ukraine, Oleksandr Yakimenko, ancien chef des services de sécurité, ou encore les fils de Viktor Ianoukovitch. (Crédits : Reuters)
Au total, 18 personnalités de l'ancien régime ukrainien sont visées par la sanction. Selon le nouveau gouvernement, le président déchu aurait détourné 37 milliards de dollars de fonds publics au cours de ses trois ans de mandat.

L'Union européenne a annoncé jeudi le gel des avoirs de Viktor Ianoukovitch et de 17 autres responsables de l'ancien régime, identifiés comme responsables de violations des droits de l'homme ou de mauvaise gestion des fonds publics en Ukraine. La liste de ces personnalités a été publiée au Journal officiel de l'UE, juste avant la tenue à Bruxelles d'un sommet européen extraordinaire consacré à la crise ukrainienne.

On y trouve entre autres l'ex-Premier ministre Mikola Azarov ou encore Alexandre, un des fils de l'ex-président, doté d'une fortune estimée à plus de 500 millions de dollars et possédant en Suisse une société de négoce, Mako Trading, spécialisée dans la vente de charbon ukrainien. 

"Récupérer les fonds détournés"

Ces responsables sont soupçonnés d'être impliqués dans des "détournements de fonds publics", a indiqué le Conseil européen dans un communiqué. "Les sanctions incluent des mesures pour tenter de récupérer les fonds détournés", souligne le document, en précisant que ces mesures étaient "initialement établies pour 12 mois".

Lors de sa désignation par le parlement ukrainien le 27 février, le nouveau Premier ministre Arseni Iatseniouk avait accusé l'ancien gouvernement d'avoir laissé les caisses de l'Etat vides. Selon ses affirmations, 37 milliards de dollars reçus par l'Ukraine auraient disparu.

Par cette annonce, l'UE concrétise des décisions prises le 20 février et le 3 mars à l'occasion de deux réunions des ministres européens des Affaires étrangères. Elle avait initialement envisagé d'appliquer, en plus du gel des avoirs, une interdiction de visa pour voyager au sein de l'UE.

La nouvelle fait écho aux mesures prises la semaine dernière par l'Autriche, la Suisse et le Liechtenstein. L'Autriche avait expliqué le 28 février vouloir prendre "une mesure de sécurité provisoire jusqu'à l'entrée en vigueur des mesures de l'UE".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2014 à 9:56 :
La seule question qui m'intéresse quand vont ils bloquer les avoirs des dirigeants de notre République pour connaître exactement leur fortune?
Réponse de le 21/03/2014 à 14:11 :
Bien vu Valérie 19 , mais là il y a un grand chantier à ouvrir tous partis confondus.
a écrit le 07/03/2014 à 19:30 :
tous sont la meme
a écrit le 07/03/2014 à 11:05 :
L’UE et les USA s’empêtrent dans leurs propres contradictions dans le cas de l’Ukraine : Ils défendent l’autodétermination et le soutiennent dans le cas du Kossovo, observent le silence lorsque l’Ecosse ou la Catalogne veulent réaliser leurs propres référendums et affichent de l’hostilité contre la Crimée territoire autonome à 90% russophone et à l’histoire tumultueuse et complexe depuis les Ottomans en faisant pour une période partie de la Russie pour être cédée sous Khrotchov à l’Ukraine dans les années 50. Les Occidentaux ont oublié leurs beaux principes dans le cas du massacre des civiles en Syrie certains n’hésitent pas à soutenir le terrorisme des Frères Qotbyne en Egypte vont jusqu’à refuser d’admettre la révolution de plus de 30 Millions d’égyptiens qui a éjecté la dictature du pantin de Morsi et sa secte de politico-théologiens fascistes alors qu’ils valident le soulèvement de quelques dizaines de milliers de manifestants à Kiev en violation de l’accord signé le 21/2/2014 stipulant des élections et révision de la constitution. La situation en Ukraine est très complexe façonnée et sculptée par son histoire, sa géographie et ses conditions socio-économiques qui font que son pouvoir politique ne peut être unilatéral à savoir du ressort exclusif des pro de l’U.E ou des Russes, sa solution doit émaner d’une vision à LT des occidentaux avec pour base partage du pouvoir entre ses entités. L’agitation des européennes et leurs cris dans les médias de sanctions anti Russe comme si ce pays est la Somalie qui ne dispose pas de cartes maitresses à jouer et d’Alliés comme la Chine qui peut entrer dans la scène en agitant seulement sa possibilité de retirer une partie de ses avoirs massifs dans les banques USA ne vont qu’envenimer la situation et pousser à la partition de l’Ukraine. Le mieux pour l’UE est d’œuvrer dans le calme à l’entente entre de nouveaux représentants des composantes de la société Ukrainienne au lieu de souffler sur les braises en ne soutenant que la partie pro UE avec les risques que cela va engendrer.
a écrit le 06/03/2014 à 14:26 :
Nostalgie de l'URSS, quand tu nous tiens !
a écrit le 06/03/2014 à 11:55 :
Il a trahi son pays dans tous les domaines , aussi bien pour la probité que sur la souveraineté
de son territoire et les Russes on profité de lui pendant des années pour infiltrer l'Ukraine
si bien qu'il parait que chaque Russophone est rattaché à un officier du FLB et que beaucoup rendent compte en traversant la frontière depuis des années .
Réponse de le 06/03/2014 à 12:53 :
Comme la CIA qui noyaute fermement l'Europe et Bruxelles depuis des decennies.
Réponse de le 06/03/2014 à 15:36 :
Oui nous sommes d'accord. Angella, François, David et les autres n'ont pas besoin de faire des rapports ou rendre des comptes, c'est la NSA qui rédige les comptes rendus de leur conversation téléphoniques et réunions ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :