Ukraine : Bruxelles annonce un plan d'aide massif de 11 milliards d'euros

 |   |  807  mots
Selon José Manuel Barroso, 610 millions d'euros d'assistance macro-économique pourrait déjà être libérés dans les semaines à venir. (Photo : Reuters)
Selon José Manuel Barroso, 610 millions d'euros d'assistance macro-économique pourrait déjà être libérés dans les semaines à venir. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
La Commission européenne a présenté un plan de soutien étalé sur deux ans. Les propositions d'aide internationale à l'Ukraine se dessinent sur fond de rivalités géopolitiques. Le pays aurait besoin de 35 milliards d'euros.

Washington, Bruxelles, la Russie, le FMI... Qui va payer pour l'Ukraine et à hauteur de combien ? Après la proposition de prêt des Etats-Unis mardi, c'est au tour de la Commission européenne de présenter mercredi un plan d'aide massif "d'au moins 11 milliards d'euros", à la veille du sommet européen extraordinaire dédié à la crise ukrainienne.

Le plan de sauvetage comprend 1,6 milliard d'euros de prêts dans le cadre de l'assistance macro-économique, 1,4 milliard de dons et 3 milliards provenant de la Banque d'investissement européenne (BEI).

La Commission espère également dégager 5 milliards d'euros via la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Elle compte mobiliser 250 millions de fonds de la politique de voisinage afin de lever 3,5 milliards de prêts.

"Aujourd'hui, la Commission européenne a identifié un programme d'aide à l'Ukraine. Ceci est notre contribution au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de demain", a déclaré le président de l'exécutif européen, José Manuel Barroso.

610 millions d'euros dans les prochaines semaines

Un des volets de ce plan correspond à l'accord d'association et de libre-échange que Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer fin novembre 2013 avec l'UE (déclenchant ainsi des manifestations à Kiev). Il y était prévu 610 millions d'euros d'assistance macro-économique. "Cette somme peut être déboursée très vite, dans les prochaines semaines", a précisé le président de la Commission.

Concrètement, cet accord se traduirait par "des millions d'économies" sur les importations via des baisses de tarifs douaniers. L'UE pourrait par ailleurs aider l'Ukraine dans le domaine de l'énergie, en inversant les flux des gazoducs pour fournir du gaz au pays, a également évoqué José Manuel Barroso.

Le dirigeant espère que les Etats membres de l'UE, y compris ceux qui ne sont pas sur la même longueur d'onde vis-à-vis de la Russie, resteront "unis et engagés" dans cette réponse à la crise.

Mardi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait déjà promis un milliard de dollars de garanties de prêt pour aider l'Ukraine à redresser la barre.

Une "géopolitique" de l'aide financière ?

Si l'octroi de prêts est essentiel à l'Ukraine, dont l'économie est au bord de la faillite depuis un an et demi, il représente aussi un enjeu crucial pour ses futurs émetteurs. Car venir en aide à Kiev, c'est avoir une influence sur les réformes qui seront mises en place. Et donc pouvoir les orienter dans le sens de certains intérêts économiques.

La Russie est pour l'instant mal positionnée, puisqu'elle ne reconnaît pas la légitimité du gouvernement d'Arseni Iatseniouk. Depuis l'éviction de du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, le Kremlin a suspendu le plan d'aide de 15 milliards de dollars signé avec Kiev en décembre 2013.

Moscou s'est dit malgré tout prêt à "participer, en tant que membre du FMI, à des négociations collectives visant à octroyer une aide financière à l'Ukraine", selon les propos d'une responsable russe rapportés mardi par l'agence de presse locale Ria Novosti. Le FMI aurait refusé cette offre de participation, a affirmé Vladimir Poutine.

L'UE et le FMI "main dans la main"

Ce même mardi, une équipe du FMI arrivait à Kiev pour discuter d'un plan de sauvetage. L'institution devrait imposer de douloureuses réformes conditionnelles, notamment une hausse du prix du gaz aux ménages, sujet très sensible pour la population.

"L'UE et le FMI travaillent ensemble", a commenté mercredi le président de la Commission européenne, interrogé sur ce qu'il pensait de conditions si drastiques. "Nous espérons que l'Ukraine signe un accord avec le FMI. Pour nous, si cet accord est signé, c'est déjà une condition".

Afin de coordonner les efforts de la communauté internationale, la Commission a notamment proposé la création d'un "mécanisme spécial de coordination des dons".

Besoin de 35 milliards de dollars

L'Ukraine doit déjà rembourser 4,5 milliards de dollars au FMI d'ici fin 2015. Les deux entités ont un lourd passif. En juillet 2010, le Fonds avait accordé au pays une ligne de crédit de 15,3 milliards de dollars, pour ensuite le bloquer début 2011 face au refus des autorités de mettre en place les réformes exigées. Depuis, toutes les missions qui se sont succédées en Ukraine ont été soldées par un échec.

Les responsables politiques ukrainiens affirment désormais avoir besoin de 35 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros) de nouveaux prêts et crédits sur les deux prochaines années pour éviter un défaut. Un chiffre pris toutefois avec prudence par la communauté internationale.

A Kiev, la chasse aux économies est lancée. Geste symbolique, le gouvernement a mis en vente ce mercredi la plupart de ses quelque 1.500 voitures de fonction, espérant en tirer environ 3 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2014 à 8:38 :
José Manuel Barroso, vous voullez payer 11mld a Ukraine . ALors faite le de votre poche. Vous etes qui deja pour distribuer l'argent du people.
a écrit le 07/03/2014 à 19:40 :
Cela veut dire que les impôts vont augmenter en France.
a écrit le 06/03/2014 à 23:04 :
Le tonneau des Danaïdes, 11 milliards et comme en Grèce une rigueur de fer avec 30% de chromeurs et 50% chez les jeunes, surtout chez les russophones. Des tensions des violences et une obligation de réinjecter de nouveaux 10 milliards et toujours des tensions avec Moscou aux manettes. Un choix cornélien pour l'Europe tout arrêter et voir des rancœurs et un ressentiment de l'Europe ou devoir continuer.
a écrit le 06/03/2014 à 22:43 :
En Europe, il n'y a pas d'argent pour sortir de la crise les pays comme l'Espagne ou le Portugal, mais il y en a pour financer un pays hors Europe, gangrené par la Mafia et une classe politique corrompue (voir le luxe dans lequel vivait l'ancien dictateur) : rien n'est mis en place pour contrôler l'utilisation de cet argent racketé sur le dos des contribuables.
Grâce à Sarko la crapule, on nous a imposé cette Europe des parasites (le parlement Européen qui ne sert à rien puisque toutes les décisions se prennent à Bruxelles mais qui coûte 25 milliard d'euros aux seuls Français) et des lobbies (Bruxelles où les décideurs sont des émissaires des différents gouvernements sans aucune responsabilité électorale donc entièrement dévoués aux différents lobbies économiques qui leur permettent d'arrondir leurs fins de mois)
proposition : on suprime le parlement européen et on distribue l'argent ainsi économisé aux pays en crise, en commençant par les pays del 'Union
a écrit le 06/03/2014 à 15:14 :
Perso, j'achète l'Ukraine pour 200 bitcoins. Qui dit mieux..??
a écrit le 06/03/2014 à 14:27 :
Vaste blague cette europe. Je propose que ce soit le philosophe milliardaire BHL qui donne les 11 milliards.. afin de soulagé sa soif de démocratie et de respect des droits de l'homme ;-) Ce serait le minimum...
a écrit le 06/03/2014 à 13:16 :
On nous annonce un plan d'aide massif à l'Ukraine de 11MM€. Pourquoi? Qui paye en fin de compte? Les technocrates de Bruxelles seraient bien inspirés de se poser la question pourquoi, pourquoi l'Europe se précipite-t-elle au chevet de l'Ukraine, alors que celle-ci est économiquement dépendante de la Russie. Vladimir va être ravi!
a écrit le 06/03/2014 à 12:44 :
Ukraine est en union européenne ?
Réponse de le 06/03/2014 à 15:42 :
Pas encore mais elle nous coûte déjà du pognon...
a écrit le 06/03/2014 à 11:23 :
Il est urgent et VITAL de sortir de cette arnaque européenne. Jetez un oeil sur les conférences et analyses de Francois Asselineau qui explique, preuves à l'appui, les tenants et aboutissants de cette escroquerie européenne : www.upr.fr
Réponse de le 06/03/2014 à 21:24 :
L'arnaque est du côté de l'UPR et pas de l'UE.
a écrit le 06/03/2014 à 11:14 :
11Mia EUR en faveur de l'Ukraine!! Très bien, je me demande juste: Quel montant va réellement être transférer à destination de l'Ukraine, quel montant va réellement arriver dans les caisses de l'Ukraine et quel montant va réellement être investi dans des projects concrets.
Réponse de le 06/03/2014 à 11:32 :
Quelle question dont la réponse est connue tant le faillite de ce pays est claire. L'Europe se mêle de tout sans réflexion aucune surtout sans politique commune. Alors imaginer combler ce trou et en retirer un quelconque retour!
Réponse de le 06/03/2014 à 12:53 :
C'est sur qu'en matière de bonne gestion de l'économie, l'Europe a des leçons a donner :)
a écrit le 06/03/2014 à 11:10 :
Si je comprends bien, l'Europe récompense le coup-d'état réalisé en Ukraine, et elle accuse la Russie d’ingérence. En soutenant le nouveau président autoproclamé, et en condamnant un président légalement élu par le peuple, l'europe défend la démocratie ? L'europe accuse le président Ukrainien de mauvaise gestion : La responsabilité des états occidentaux dans la crise justifierait-elle alors un soulèvement des populations européennes comme en Ukraine ?
a écrit le 06/03/2014 à 10:38 :
Voilà nous y sommes c'est l'Europe qui va faire le Chèque pour la plus grande gloire de la Commission !!!!! en fait c'est nous qui allons payer. Il aurait fallu que les ministres pensent un peu plus avant de se lancer dans des offres inconsidérées à l'Ukraine....
a écrit le 06/03/2014 à 9:46 :
Il faut vraiment se débarrasser de Barroso et compagnie et des partis qui les soutiennent, tous aux urnes aux européennes
a écrit le 06/03/2014 à 9:35 :
L'europe ne trouve pas d'argent pour ces états en difficultés
Demandons aux contribuables si ils sot d'accord?
a écrit le 06/03/2014 à 9:29 :
"Le socialisme s'arrête lorsqu'il n'y a plus d'argent à voler dans la poche des autres" - Margareth Thatcher
a écrit le 06/03/2014 à 9:22 :
Il faut stopper les pouvoirs de Bruxelles ,et viré Barroso qui fait et décide ce qu'il veut.
Il faut sanctionner parles votes aux européennes .
a écrit le 06/03/2014 à 8:37 :
Comme pour la Grèce, on va devenir les otages en s'engageant dans des prêts qu'il faudra renouveler sans cesse simplement pour obtenir le versement des intérêts. J'espère que les électeurs européens sanctionneront ces institutions qui sont dans la fuite en avant sur le dos des peuples !
a écrit le 06/03/2014 à 8:06 :
Bruxelles engage de l'argent qui ne lui appartient pas, elle subventionne en fonction de son idéologie afin de casser pour reconstruire a sa manière, mais toujours avec notre argent mais pas notre vote!
a écrit le 06/03/2014 à 7:49 :
je viens de lire tous les commentaires qui me vont droit au cœur comment peut on laisser cette bande de clown présidé par barroso agir de la sorte .Pas un député européen ne s'y oppose véritablement scandaleux nous devrions nous en souvenir au elections europeeenes
a écrit le 05/03/2014 à 23:26 :
Non mais, non je ne veux pas c'est notre pognon, prends le tien si tu veux.
a écrit le 05/03/2014 à 22:31 :
Eh Barro ! La France va devoir se serrer la ceinture comme les autres pour vos magouilles stratégiques?
Vous les trouvez où vos 11MDS????
Charlot !
a écrit le 05/03/2014 à 22:02 :
Mais oui, c'est ça la solution pour la France : demander à Poutine d'intervenir en France, de façon à ce que l'Europe allège sa dette et l'aide à réduire son déficit. Nous aussi on n'a qu'à nous rebeller pour chasser un Président régulièrement élu mais devenu impopulaire. Merci M. BARROSO !
a écrit le 05/03/2014 à 21:54 :
Interdire toute sortie de fonds hors EU..seule solution. Ce type de décision fait le lit du FN..
a écrit le 05/03/2014 à 21:48 :
A qui va-t-on les donner? A l'équipe au pouvoir actuellement? Alors que les détails d'une conversation entre Ashton et le ministre des affaires étrangères Estonien Urmas Paet dévoile que les snipers qui ont tiré sur la foule et les soldats étaient très probablement mandatés par cette même équipe? Voilà qui fait quand même sacrément désordre, non?
Si vous ne trouvez pas cette info, mettez moi un commentaire, je vous ferai parvenir les liens.
a écrit le 05/03/2014 à 21:26 :
Les Grecs vont en arriver à souhaiter une invasion russe !
Réponse de le 06/03/2014 à 8:10 :
el les chypriotes , a mon avis ca va pas tarder , et l'europe l'aura bien merité
a écrit le 05/03/2014 à 21:02 :
Y a pas d'argent pour la santé, l'enseignement, l'emploi, les retraites, etc ... mais c'est pas grave, on va continuer à taxer pour aller guerroyer et distribuer des subsides à tout va :-)
a écrit le 05/03/2014 à 20:44 :
La-men-table ...
Tandis que les citoyens europeens connaissent une misere et precarite galopante, ces messieurs se servent de nos impots pour les deposer dans un puit sans fond ...
Avons nous ete consultes ?
a écrit le 05/03/2014 à 20:09 :
Open bar en Europe : les milliards, que dis je ! les dizaines de milliards pleuvent a foison ! Pendant que le misere se repand tous les jours un peu plus dans l'Europe de Barroso et sa caste d'eurocrates ! Ne pas se tromper de bulletins pour les elections de 2014 ...
a écrit le 05/03/2014 à 19:45 :
Les Russes rigolent, ils vont présenter la facture du gaz , 2 milliards d'arriéré, l'ukraine sea un puit sans fond
a écrit le 05/03/2014 à 19:45 :
Les sinistrés des crues de Saint Béat en Haute Garonne ne sont pas encore indemnisés.
Ne croyez vous pas qu'entre tous ces gens que l'ont aide et que l'on fait venir dans nos pays, à qui l'on distribue à qui mieux mieux toutes les aides dont les autochtones ne bénéficient pas, pensez vous vraiment que l'on ai besoin en plus des Ukrainiens. Je connais un pays qui en a accepté depuis plusieurs années et que croyez-vous qu'il se passe : et bien la criminalité a sacrément augmenté .....
a écrit le 05/03/2014 à 19:31 :
les dirigeants européens sont des clowns aveugles qui gaspillent l'argent public. La plupart des pays européens sont surendettés comme la France ou l'Allemagne. Après le tonneau percé de la Grèce, en avant pour l'Ukraine. La Russie aidait plus ou moins l'Ukraine, mais ce M Barroso où va-t-il trouver 11 milliards d'euros pour des prêts qui ne seront jamais remboursés. bien entendu la malice revient à penser que les Ukrainiens vont acheter des produits européens, oui ils acheteront des grosses cylindrées allemandes et des smartphones coréens. C'est triste de voir l'Europe devenir une zone de non droit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :