Ukraine : un référendum en Crimée. Et ensuite ?

 |   |  352  mots
Deux personnes ont été tuées à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, au cours d'affrontements entre des partisans de Moscou et un groupe non identifié, ont rapporté vendredi soir des médias ukrainiens.
Deux personnes ont été tuées à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, au cours d'affrontements entre des partisans de Moscou et un groupe non identifié, ont rapporté vendredi soir des médias ukrainiens. (Crédits : reuters.com)
Le référendum sur l'avenir de la Crimée prévu ce dimanche sera suivi dans les prochains jours, si les partisans de son rattachement à la Russie l'emportent, par des décisions institutionnelles à Moscou et des démarches de l'Occident en signe de soutien à l'Ukraine.

Les sanctions que les pays occidentaux prévoient d'imposer à la Russie en cas d'annexion de la république autonome ukrainienne de Crimée ne devraient pas avoir un impact économique majeur, a estimé samedi le ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev. "Nous devons nous préparer aux conséquences probables après le 17 mars", a-t-il déclaré à la chaîne télévisée Russie 24, selon des propos rapportés par l'agence Interfax.

Tel serait le calendrier provisoire:


Lundi 17 mars

  • Les résultats officiels du référendum en Crimée doivent être annoncés "lundi matin au plus tard". Une demande de rattachement sera adressée dans le courant de la semaine à la Russie, mais la date exacte de cette démarche n'a pas été précisée.
  • La Douma, chambre basse du parlement russe, achève la préparation du projet de loi sur l'intégration de la Crimée à la Russie (en cas de majorité des votes pour ce scénario), et le distribue aux députés.
  • Le vice-président américain Joe Biden entame un voyage de trois jours en Pologne et en Lituanie pour des consultations sur l'Ukraine.
  • Les ministres européens des Affaires étrangères qui se réunissent à Bruxelles pourraient adopter des sanctions contre la Russie.
  • Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriï Dechtchytsia, est attendu à Bruxelles. Il doit être reçu notamment par le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.


Mercredi 19 mars

  • La Commission européenne devrait détailler une enveloppe d'aide d'un milliard d'euros à l'Ukraine


Vendredi 21 mars

  • La Douma vote sur le projet de loi sur le rattachement de la Crimée à la Russie.
  • L'UE et l'Ukraine doivent signer à Bruxelles le volet politique de l'accord d'association, au deuxième jour d'un sommet européen. Annoncée par le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, la signature n'a pas été confirmée officiellement à Bruxelles.


Selon le "Premier ministre" autoproclamé de la République autonome de Crimée, Serguiï Axionov, l'intégration complète de la péninsule à la Fédération de Russie devrait prendre environ un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2014 à 12:11 :
Et que diriez-vous si on vous arrachait le coeur comme l'alsace et la Lorraine? Si l'Europe compte prendre l'Ukraine, soutient-elle des conflits qui font des morts afin de démembrer une Nation de plus? Cette Europe si forte dans ses valeurs humanistes est faible en croissance mais forte en élimination de jeunes diplômés: à peine 61%! Cette Europe de monnaie forte est condamnée par certains pour la destruction économique qu'elle induit qui se traduit par un chômage massif, pourtant, on parle désindustrialisation, on aurait laissé l'appareil productif se déliter? On observe un véritable déclassement des jeunes générations, on laisse les gens livrés à eux-mêmes... en réalité on maximise le chômage et on ne paye pas des allocations, par dysfonctionnement administratif. considère-t-on cette jeunesse comme un polluant dont il faut se débarasser? On supprime à la fois des emplois publics et à la fois on fait fermer des sites de production... et à 1% de croissance, on compte faire des emplois? Pourquoi ne pas faire 3 millions de fonx et 2,5 de retraités en plus? On parle d'une autre Europe, notre système est décadent, on baisse les retraites, on augmente les TVA, les impôts et on s'attaque aux français angoissés au travail pour cause de précarité à 66%. On oublie de parler des catégories de fonx comme les aiguilleurs à 6500 euros et 100 jours de travail plus la sécurité d'emploi... On subventionne des organisations administratives, mais on laisse nos diplômés en exclusion? On tire sur les taxis mais on ne réforme pas les statuts et on autorise les emplois en double? Et les pré-retraités sans retraite? On s'attaque à la consommation, c'est un coup de j'arnaque corporatiste anti-travail! Comment on se débarasse des gens, en particulier les jeunes? Après les études, sans concours correspondant, on est en emploi alimentaire, en cdd de 3 mois sans pouvoir se loger, et on vous fait des chillées de papier aux administrations afin de pômer les gens, au pire on les efface... autrefois on gazait les gens, chacun sa méthode! Et pas de droits avant 25 ans, voila l'humanisme de grosse commission et les comités théodules de non croissance et les pôles de non compétitivité à la recherche non transférée à l'industrie... On nous publie "les caisses de l'Etat sont vides, il faut désendetter", alors on est à l'os? J'augmente les fonx, je réduit les salaires des employés de la production et je relance la filière bois! On parle 1000 feuilles et suppression de la moitié des régions, lesquelles? Qu'est-ce que le Tiers, noe jeunes en exclusion et les salariés en précarité qui ont les fonx et les grands seigneurs de l'Etat sur le dos alors que les riches s'évadent, voila les factures et le déficit qui enfle! On nie le déclin, on vend entreprises
et obligations à l'étranger, autrefois on disait vivre libre ou mourir... alors si la population
souhaite réduire les dépenses, pourquoi ne pas dire messieurs sabre au clair! On entend parler d'une Belle endormie appelée France, trop de normes tuent la production agricole, alors où est selon les sondages le Petit Prince? On peut alors imaginer une petite histoire, celle du chevalier blanc au grand costume et qui taille à grands coups de sabre de bois dans les dépenses inutiles et dans les rangs de l'adversaire de l'humanisme et du progrès. C'est l'hiver, il n'y a pas de petit Prince...
a écrit le 16/03/2014 à 23:43 :
Les occidentaux donnent des leçons de démocratie au monde entier, mais ils déclarent sans rire que le référendum -donc le suffrage universel- est "illégal". Ils ont dépecé la Yougoslavie paà coups de bombardements, mais ils sont attachés à l'unité de l'Ukraine. Ils accumulent les contradictions et devraient en avoir honte.
Réponse de le 17/03/2014 à 5:21 :
Vous avez déjà vu des oligarques cupides comme ceux de Goldman Sachs avoir le moindre remord ou scrupule ?
a écrit le 16/03/2014 à 19:32 :
La Russie utilise la situation en sa faveur. Il y aucune doute en Crimée les gens voteront Librement pour rejoindre les russes. Je souligne Librement, car tout le charabia sur le vote influencé par les chars poutinienne n’a aucun fondement. Il suffit de regarder les reportages de BBC. Aucun tir, pas de mort, c’est une occupation du point de vue légale, mais pas réelle. La vérité est que les autorités russes n’ont pas besoin de tricher. Je ne dits pas que la population de Crimée gagnera quoi qu’il soit, au contraire isolation aura un impact négatif. En plus que doivent faire les gens qui sont contre ? Mais le gouvernement de Kiev de « desunion nationale » n’a rien fait pour empêcher un tel tournant. Au lieu de proposer une fédération, ils préféraient supprimer le russe, comme une langue régionale dans les premiers jours après l’accès au pouvoir. C’est vrai il est plus valorisant de serrer la main d’Obama, que de pacifier le pays. Dans toute cet histoire, la position d’USA et de Russie est tout à fait compréhensible, mais qu’avait cherché l’Europe reste un mystère complet pour moi.
a écrit le 16/03/2014 à 19:17 :
Quelle alternative pour les Ukrainiens ?
- soit ils font comme les tchèques en 38: ne rien faire qui pourrait créer une excuse pour débuter un conflit armé (ironiquement, c'est aussi ce qu'avait demandé le pouvoir soviétique aux gardes-frontières ukrainiens en 41 les premières heures de l'attaque allemande contre l'URSS).
- soit ils font comme les polonais en 39: ils se défendent militairement et se font écraser en attendant de l'aide (sauf qu'en 39, la Pologne avait des alliés militaires... qui n'ont rien fait, alors que l'Ukraine d'aujourd'hui n'a pas d'alliés officiels, ils sont pas dans l'OTAN ou l'UE, mais seulement quelques soutiens)
Réponse de le 17/03/2014 à 9:37 :
Ils auraient pu proposer d'eux mêmes d'organiser ce référendum car ils savaient très bien que la Crimée était peuplée de Russes et qu'elle leur avait été rattachée par une décision uilatérale de Kroutchtchev. Cela aurait été une belle leçon de démocratie, comme l'ont fait les Tcèques qui ont laissé partir sans drame la Slovaquie. Mais entre tribuns et émeutes, les Ukrainiens sont incapables de pratiquer la démocratie.
a écrit le 16/03/2014 à 12:18 :
Ensuite c'est agitation = invasion puis référendum sous la menace des canons et ainsi de suite.
Réponse de le 16/03/2014 à 13:01 :
On le voit bien en France : Robert Hue et l'inénarrable Marie Georges Buffet ont déjà ressorti les drapeaux à faucilles et marteaux pour accueillir les chars russes sur les champs ! Et votre porte parole Botul est prêt à entrer en résistance avec l'aide des hystériques ukrainiennes dépoitraillées qui ont pour leur part ressorti les tronçonneuses (pour s'attaquer aux croix des catholiques qui, comme on le sait sait depuis 45, soutiennent les communistes)
a écrit le 16/03/2014 à 11:17 :
euh ! euh ! euh !
Réponse de le 16/03/2014 à 12:24 :
t'inquiètes, tu ne seras jamais à sa hauteur !
Réponse de le 16/03/2014 à 19:03 :
euh ! euh ! euh !
a écrit le 16/03/2014 à 8:11 :
Ben voyons. On peut discuter de la légalité de ce référendum, mais franchement l'Europe a trop souvent tendance à s'assoir et mépriser les peuples lorsqu'ils s'expriment. Les Irlandais refusent l'extension de l'Europe, on les refait voter. Les Français et les Hollandais refusent le traité constitutionnel, on repasse le traité en douce. Et après on va donner des leçons de démocratie au reste du monde!
Réponse de le 16/03/2014 à 9:21 :
@ Prolo : C'est vrai que c'était un référendum simple en Europe avec un oui et un non, de nombreux pays concerné et déjà engagés et qu'il n'y avait pas de chars d'un pays envahisseur, des troupes partout et des médias d'un envahisseur avec un résultat connu d'avance. En Crimée c'est très compliqué, il faut choisir entre oui et oui et d'être tabassé si on pense autrement. Il vous paie combien Poutine pour une propagande aussi funeste et basique ?
Réponse de le 16/03/2014 à 9:58 :
Poutine n'a pas les moyens de payer, en revanche comme l'a révélé la presse britannique, la commission européenne a débloqué un fond pour financer le trollage à grande échelle sur internet. Vous en êtes un exemple mais ça ne marche plus ! Les français vont infliger lors des prochaines élections une cuisante défaite aux partis traitres à la solde de l'oligarchie (mais celle ci se moque du vote, des élections et référendums comme on l'a vu après 2005). Si le vote n'est pas respecté, les peuples s'exprimeront différemment.
Réponse de le 16/03/2014 à 11:14 :
D'accord avec l'intégralité de vos propos.
Réponse de le 16/03/2014 à 12:23 :
@ aux trolls poutiniens dois-je donc dire ? : Quand vous n'avez pas d'arguments valides vous accusez les autres de trolls. Pour info Poutine finance des partis séparatistes en Europe, voyez les excellentes relations du FN avec le clan Poutine et leur vision commune sur tous les dossiers extérieurs notamment. Et pour cause, une Europe faible, démantelée, c'est facile à envahir par morceaux. Voyez comment çà a commencé, Géorgie, Moldavie, Biélorussie etc. Dans le cas d'une Europe consolidée et forte çà n'arriverait pas.
Réponse de le 16/03/2014 à 13:04 :
On se moque de Botul votre héros, ministre permanent des affaires étrangères isr... Euh françaises ! Nous les français avons nos propres intérêts géostratégiques qui ne sont ni ceux des russes ni ceux des banksters de wall street !
Réponse de le 16/03/2014 à 14:27 :
Oui c'est sûr, Bruxelles préfère l'usure comme avec les Irlandais. On les fait voter, et revoter jusqu'à ce que le résultat soit conforme à celui qu'attendent les technocrates. Y a pas de chars mais c'est le même mépris du peuple.!
a écrit le 16/03/2014 à 0:30 :
Poutine a placé ses troupes sur toute la frontière Est de l'Ukraine et il va donc aller plus loin sous de faux prétextes, l'invasion n'est pas finie, çà rappelle exactement les Sudètes avec Hitler ou les invasions de Staline en Europe qui sans les américains aurait été jusqu'en France selon ses plans et au Japon.
Réponse de le 16/03/2014 à 7:19 :
Des éléments de langage pro Otan répétés ad nauseam et toujours cette obsession des années 30. Manolito la Valse serait-il le kapo des petits trolls européistes payés à polluer le net ?
Réponse de le 16/03/2014 à 9:23 :
Pas plus d'arguments que cela face à la réalité vérifiable ?
Réponse de le 16/03/2014 à 10:01 :
Un argument ? Botul le milliardaire spécialiste de l'entartage haranguant des fascistes ukrainiens après avoir soutenu les islamistes fanatiques qui ont détruit la Libye et déstabilisé le Sahel ... Mon cher ami, quand on est anti oligarchie, on n'est pas forcément pro Poutine ...
Réponse de le 16/03/2014 à 12:27 :
Si on est anti-oligarques, on devrait forcément être anti-poutine. Si on préfère le régime Khadafi et prétendre qu'il n'y a que des fachistes en Ukraine de l'ouest évidemment la vision est simpliste. Et en Crimée, ce sont des démocrates actuellement ?
Réponse de le 16/03/2014 à 16:43 :
Vous faites peut-être illusion auprès des benêts mais les sophismes à deux balles de votre modèle Botul n'impressionnent pas grand monde ici...
a écrit le 15/03/2014 à 22:24 :
Cela n'a rien d'une consultation électorale , cela est plutôt une décision dictatoriale d'un groupe ethnique qui fait main basse sur une région où il n'avait aucun droit et trahi sa nation
pour la donner à l'étranger qui devint l'ennemi envahisseur et vole les biens de l'Ukraine .
Réponse de le 15/03/2014 à 22:42 :
iı faudraıt connaıtre un minimum ce sujet avant de faire des commentaires. la Crimee est Russe depuis la fin du 18ieme siecle , et sa population est a 70% Russe (et non pas russophone). Donc ce blablaba bobo est completement ridicule.
Réponse de le 15/03/2014 à 22:57 :
Danna a parfaitement raison. La Crimée peut tout aussi bien se revendiquer Grecque ou Turque selon son histoire. Elle a été volontairement peuplée par Staline pour rendre les Tatars minoritaires. C'était déjà une invasion. 58% de russes et non 70%. Elle a été donnée par Kroutchev à l'Ukraine qui était très proche des ukrainiens. De plus en droit c'était à l'Ukraine de décider et pas la Crimée sous la menace des armes russes. Donc référendum sans valeur qui ne sera pas plus reconnu par le monde entier que l'invasion d'une partie de la Géorgie et de la Moldavie entre autres.
Réponse de le 15/03/2014 à 22:57 :
Danna a parfaitement raison. La Crimée peut tout aussi bien se revendiquer Grecque ou Turque selon son histoire. Elle a été volontairement peuplée par Staline pour rendre les Tatars minoritaires. C'était déjà une invasion. 58% de russes et non 70%. Elle a été donnée par Kroutchev à l'Ukraine qui était très proche des ukrainiens. De plus en droit c'était à l'Ukraine de décider et pas la Crimée sous la menace des armes russes. Donc référendum sans valeur qui ne sera pas plus reconnu par le monde entier que l'invasion d'une partie de la Géorgie et de la Moldavie entre autres.
Réponse de le 16/03/2014 à 8:37 :
C'est vrai que vos amis, je dirai meme vos maitres américains philanthropes ne s'embarassent pas de referendums quand ils envahissent le Vietnam, le Chili (Mr Pinochet, installe par les Americains), le Nicaragua, le Guatemala, Afghanistan, Irak ...
Réponse de le 16/03/2014 à 9:15 :
Quand on n'a pas d'argument recevable sur un sujet, la méthode soviet consiste à noyer le poisson avec de multiples sujets différents les uns des autres. Vous avez passé trop de temps au KGB
Réponse de le 16/03/2014 à 10:04 :
Quand on est un petit troll sorti de pole emploi pour polluer internet avec les éléments de langage de son nouvel employeur UE, on n'est pas assez futé pour comprendre qu'être contre l'oligarchie des banksters ne signifie pas être pro Poutine ...
a écrit le 15/03/2014 à 20:33 :
Tout ça est dans la logique des choses. L'aventure "européenne" dont l'U.E est l'aboutissement a été voulue et planifiée par les américains, en dépit de la résistance de quelques uns, au premier chef de Gaulle. Il est donc normal qu'une Ukraine conquise aux intérêts des USA soit rattachée d'office à cet ensemble hétéroclite, sans considération aucune des implications qu'une telle association pourrait avoir pour les pays concernés, dont la France.
Réponse de le 15/03/2014 à 23:33 :
@ Georges : De Gaulle n'était absolument pas contre l'Europe, il était même favorable à terme à l'intégration de la Turquie, mais tenait en son temps à une Europe des Nations (sans l'Angleterre au début). Ce qui n'est plus justifié à présent tant le fait de former un bloc face au bloc de l'Est est d'autres est essentiel car la France seule ne pèse plus grand chose. On l'a vu également pendant le crise de 2008 entre autres avec un défaut d'harmonisation comme actuellement de défense commune. Lorsqu'Adenauer propose, en mars 1950, une union complète entre la France et l'Allemagne, sur le modèle de ce que Churchill avait proposé à la France en juin 1940 lors de la débâcle face à l'Allemagne nazie, de Gaulle est même le seul à réagir positivement : "J'ai perçu dans ce que dit ce bon Allemand une sorte d'écho à l'appel de l'Europe", déclare de Gaulle. Le 9 mai 1950, la déclaration Schumann lance un projet moins ambitieux, la mise en commun du charbon et de l'acier, pour rendre la guerre matériellement impossible. De Gaulle dénonce "ce méli-mélo de charbon et d'acier" insuffisant. Il s'agit pourtant d'un coup de génie technocratico-politique qui permettra de fonder toute l'Europe en partant de l'économie. Une majeure partie de l'Ukraine a une histoire européenne et elle doit donc rester libre de trouver un équilibre entre l'Europe et la Russie dont l'Est est également proche de la culture européenne à Saint Petersbourg voire Moscou notamment. Un accord de partenariat européen avec l'Ukraine pose moins de problème pour l'Europe qu'une dictature comme celles mise en place par Poutine dans les pays satellites de la Russie pour mieux les dominer avec une minorité d'oligarques qui détiennent toute l'économie et dont on voit l'absence de résultats en Russie, même dénoncés par Medvedev entres autres, comme en Biélorussie etc. C'est d'ailleurs bien la Russie de Poutine et son pouvoir de dictateur qui sont terriblement gênés comme on le voit avec cette invasion en Crimée et sans doute plus, et non pas l'Europe qui a très bien assimilé tous les anciens pays sous la domination soviétique, domination qui n'avait aucune justification mais qui était là encore une invasion de pays auparavant européens. Heureusement que les américains avaient débarqué sinon Staline envisageait d'aller jusqu'à l'Atlantique et les japonais en savent aussi quelque chose, relisez l'histoire au lieu de relayer la propagande du dictateur et envahiseur maffieux Poutine, merci.
a écrit le 15/03/2014 à 19:34 :
Désolant de voir le ministre français des affaires étrangères se complaire dans le rôle subalterne de vassal européen des USA, alors qu'aucun membre du foirail de Bruxelles ne veut être solidaire des efforts de la France contre la barbarie en Centrafrique. L'on comprend que l'on en fasse une affaire française et pas européenne, mais alors, que fiche-t-on encore dans ce foirail délétère ? en se donnant de grands airs de justiciers en politique étrangère.
Réponse de le 15/03/2014 à 23:44 :
@ Yokikon : Heureusement que la diplomatie suédoise, polonaise, allemande, française s'implique chez notre voisin européen ukrainien. Dans les années 30 avec Hitler il aurait été mieux de s'impliquer largement et de réagir à l'invasion des Sudètes que vient nous rappeler celle de la Crimée par Poutine. Quant au Mali et à la Centrafrique votre accusation envers les Etats-Unis ne tient pas la route car ils y ont certainement moins d'intérêts que nous. Et quant à la participation européenne elle n'est absolument pas négligeable au total mais démontre qu'une Union européenne plus forte est bien entendu plus que jamais nécessaire et alors même que Poutine soutient des partis séparatistes en Europe pour mieux la vassaliser. Vous vous trompez d'ennemi et faîtes le jeu de Poutine qui n'est qu'un dictateur ex kgb avec une vision datant de Staline et des soviets dont la majorité des russes hormis les oligarques ne profitent pas de la politique. Voyagez au delà de Moscou et Saint Peterbourg et vous pourrez voir la réalité, idem en Biélorussie, alors que c'est très différent en Pologne notamment qui a rejoint l'Europe.
a écrit le 15/03/2014 à 19:01 :
Pourquoi la révolte a Kiev serait plus légitime que ce référendum !!!!! Au moins là on demande l'avis des citoyens de Crimée.. Alors que la révolte n' a amené que des extrémistes. De plus cette hypocrisie américaine et européenne qui ne font que le forcing pour affaiblir géopolitiquement la Russie, ils n'ont rien a foutre du peuple ukrainien.
Et l'entrée de l' Ukraine va nous couter très chère a nous la France : Pays en déficit qu'il faudra redresser a cout de milliards, les entreprises du CAC vont faire du pognon là-bas et nous n'aurons toujours pas d'emploi en France et nous allons avoir un concurrent sérieux pour l'agriculture ......Hollande ferait mieux de s'occuper de la France !!!!
Réponse de le 15/03/2014 à 23:51 :
@ ahahah : N'importe quoi ! Il n'a pas été prévu "d'intégrer l'Ukraine" mais de signer des accords avec l'Europe qui n'empêchaient pas des accords avec la Russie. Quant à comparer un référendum bidon sous 10 jours en Crimée et sous la menace d'une armée d'invasion et la destitution d'un président pion de Poutine et maffieu par un parlement élu et la nomination d'un gouvernement de transition pour des élections en bonne et du forme ouvertes au contrôle internationale, il y a une sérieuse différence. Ce type de référendum en Crimée c'est du jamais vu dans l'histoire vu sinon dans les dictatures.
Réponse de le 16/03/2014 à 20:37 :
C'est marrant, quand vous parlez "d'armée d'invasion", de "maffia" et d'organisation de "référendum bidon", on a le portrait robot de l'ex démocratie US, votre employeur trollien par procuration (vu qu'on sait que l'UE est une création de la CIA pour empêcher l'émergence de l'Europe puissance ...)
a écrit le 15/03/2014 à 17:32 :
Je pense que dans 1 an ou 3, nous seront à la suite de la Russie pour féliciter Poutine pour sa stratégie. La Biélorussie et la Kazakhstan ont rejoint la cordialité Russe et l'Arménie, petit pays va le faire prochainement. Mais dans cette zone la Géorgie et l'Azer qui sont dirigés par des dictateurs devraient rejoindre la cordialité tant en réalité ils ont peu d'autre choix stratégique. Ceci dessinerait définitivement la frontière sur cette zone veant en prolongement des la Turquie avec laquelle Moscou entretient de très bonnes relations. Sur la partie orientale la Russie protège les 4 pays de l'Asie Centrale et sera certainement amenée à le faire plus voire à installer une zone tampon sur 15% du territoire de l'Afganisthan suite au départ honteux de la diplomatie européenne et américaine. La Mongolie toujours dans la sphère russe mais sans signature du pacte de cordialité complète le tableau. La Russie et ses alliés constituent le plus large pays du monde et bientôt le plus grand en population pour le monde occidentalo-caucasien devant les Etats-Unis. La Russie est par ailleurs la meilleure solution pour la réintégration de L'Iran et un contexte plus rassurant jusqu'en Inde. Sur la partie européenne Moscou est prêt à négocier une fois la Crimée redevenue légitimement russe. Les pays Baltes pourraient verser dans un accord avec la Russie tant ils ont été abandonnés, et pour cause, par l'Europe incapable de réaliser la fausse promesse de l'impossible rêve qu'elle avait faite. Mais peut-être la réussite fait-elle peur à ceux des européens qui se voulaient rentiers ?
Réponse de le 16/03/2014 à 9:09 :
Corso se soumet corps et âmes à Poutine, nous assistons en direct à une pénétration d'un béat par un dictateur !
a écrit le 15/03/2014 à 17:17 :
Poutine doit être tétanisé devant les menaces européennes...ces mêmes européens pas foutus de monter une troupe de 500 militaires pour appuyer la France en Centrafrique !!!! Nous voulons une Europe puissante capable de parler avec les russes, les américains, chinois et autres indiens. Nous avons une vague confédération hétéroclite de nations arcboutées sur leurs petits intérêts nationaux qui seront peu de chose le jour où un bourbier type Ukraine nous pétera au museau !!! Allons voter aux européennes, pendant ce temps là, le Monde se fend la poire, malheureusement...
a écrit le 15/03/2014 à 15:40 :
L'UE a voté discretement cette semaine le decret abolissant les frais et taxes douanieres entre l'UE et l'Ukraine. Et oui, on ne vous dit rien, bientot de grosses delocalisations en Ukraine ou l'ouvrier coute 250 euros par mois, 2 fois moins cher qu'un roumain !
Réponse de le 15/03/2014 à 21:49 :
Vous avez raison, nous subissons la dictature des oligarques européens!
Réponse de le 16/03/2014 à 0:22 :
Que de mélanges : le Kosovo faisait l'objet de déplacements forcés de populations, tueries et d'un début de génocide dans une guerre qui durait depuis des années, l'Onu avait donné son accord, il y avait eu enlèvement de casques bleus etc; les malouines étaient alors anglaises. Sadam Hussein déstabilisait toute une région et envahissait régulièrement ses voisins depuis des décennies même s'il n'y pas lieu pour autant de cautionner Bush, la Russie avait envahi l'Afghanistan etc L'Ukraine n'était pas dans cette situation et l'invasion et l'annexion de la Crimée n'a aucune justification...sauf à faire de la propagande et d'être un troll du dictateur et envahisseur Poutine dont le modèle est Staline.
Réponse de le 16/03/2014 à 7:22 :
mon cher Henri BRAVO , vous et l'histoire ? vous savez tout BRAVO !
Réponse de le 16/03/2014 à 10:17 :
Ben voyons ... Et le charnier de Timisoara n'était pas un bidonnage, les armes de destruction massive irakiennes ont vraiment existé, à Fukushima la situation est sous contrôle, les moteurs diesel sont propres et Hollande est un chef de guerre qui nous mène à la victoire ... Ça rend benêt de répéter la propagande de la télévision ...
Réponse de le 16/03/2014 à 12:31 :
Timisoara c'est la Roumanie pas le Kosovo lol !!! évidemment si on mélange tout. Le reste n'a rien à voir avec la Crimée et le sujet de l'article.
Réponse de le 16/03/2014 à 13:07 :
Votre empire US (tout comme ses vassaux occidentaux aux mains des banksters de l'oligarchie et des incapables technocrates non élus) est vermoulu et ne tient que par l'accroissement de la dette. Bientôt les petits trolls européistes iront repointer chez pôle emploi.
a écrit le 15/03/2014 à 15:37 :
Pourquoi se poser la question ? Qui a t-il de mal à ce qu'une région majoritairement russe demande à se rattacher à la Russie ? Pourquoi refuser à la Crimée ce que l'on a accordé au Kosovo ?
Réponse de le 15/03/2014 à 17:00 :
2 poids, 2 mesures. Les Americains peuvent envahir tranquillement l'Irak ou installer Pinochet au Chili, ou entrainer, financer et armer les talibans dans les annees 80, la France annexe les Comorres, le Royaume Uni annexe les iles Malouines... L'Occident a le droit, pas les autres pays. C'est simple a comprendre.
Réponse de le 16/03/2014 à 6:23 :
@ TC et 3 poids : vous êtes poutinien pour employer la vieille technique des dirigeants russes de répondre systématiquement aux questions qui leur sont posées en bottant en touche sur des thèmes qui sont d'autres sujets spécifiques. Cette vieille technique des régimes autoritaires remonte aux temps les plus sombres.
Réponse de le 16/03/2014 à 6:25 :
Si l'on suit votre raisonnement, on pourrait l'appliquer à la Corse (majoritairement Corse), à la Bretagne (majoritairement Breton), aux Basques (majoritairement Basques) etc...
Réponse de le 16/03/2014 à 6:26 :
@ TC : Poutine ne s’arrêtera pas là. Il ira jusqu’où on l’arrêtera, mais ne le fera pas lui-même. La griserie des conquêtes militaires est ainsi faite : annexion de l’Ossétie du Sud et de l’Abhazie en Georgie en 2008 avec la promesse faite aux Européens de retirer des troupes russes… qui s’y trouvent encore ; annexion de la Crimée en 2013 à « l’appel » du peuple de Crimée qui doit être défendue contre les nazis… (sic !), alors que les Ukrainiens voulaient simplement se débarrasser de la marionnette de Moscou en la personne de Ianoukovitch dont la résidence d’un goût aussi vulgaire que fastueux est la risée de la presse internationale. A chaque fois, la ficelle est un peu plus grosse pour voir jusqu'où il peut aller. Bientôt il sera chez vous si vous êtes toujours aussi naïf.
Réponse de le 16/03/2014 à 8:34 :
@Jacques : en 2008 c'est la Georgie qui a agresse la Russie, le jour meme de l'inauguration des JO d'ete de Pekin. Et oui la Georgie de Saakachvili le mythomane n'a meme pas respecte la treve des JO.
Réponse de le 16/03/2014 à 9:35 :
à Jacquouille : Bien sûr Jacquouille vous faîtes dans la finesse soviet, approfondissez le sujet. Et en Crimée ce sont les nazis qui ont agressé la Russie ? Et en Moldavie ? et antérieurement à Prague ? et avant en Europe de l'Est ? : "Le président russe a affirmé que l'offensive militaire contre la Géorgie avait été préméditée et préparée par l'état-major, sous ses ordres. Il a aussi reconnu que les militaires russes avaient armé et entraîné des milices locales en Ossétie du sud, l'une des régions séparatistes de Géorgie, au cœur du conflit d'août 2008...."
Réponse de le 16/03/2014 à 11:02 :
@Jacques : je me mets au niveau de votre finesse soumise et obamesque beate. Demandez donc aux Georgiens ce qu'ils pensent du petit Saakachvili ? Rien de bon, c'est pour cela qu'il a ete degage de la Presidence de la Georgie pour avoir entraine le peuple georgien en guerre contre la Russie. Vous n'y avez pas pense ou ne voulez pas l'admettre ? La prochaine fois que je vais a Tbilissi, je vous emmene, ca vous fera prendre un peu l'air et vous aerez vos neurones naifs Obamesque et Bushiste. Au fait, Guantanamo, la prison democratique US a Cuba, quand va t elle fermer ?
Réponse de le 16/03/2014 à 12:53 :
@ Jacquouille : je n'arrive pas à descendre à votre niveau de lourdeur poutinienne aveugle soviétique et partisanne, désolé. En Ukraine Yanoukovitch pion de Poutine a été mis dehors par son parti des régions pourquoi ? et en Biélorussie le dictateur en place pro-poutine est apprécié ? La Géorgie a été envahie partiellement par Poutine qui avait préparé ses troupes dans ce but. Avant l'invasion il n'était pas si mal vu. J'irai volontiers en Géorgie avec vous après son adhésion à l'Europe et à l'Otan si votre chef Vladimir ne l'a pas envahie complètement d'ici là. A propos vos prisons de Sibérie sont toujours aussi confortables, vos tribunaux démocratiques et peut-on s'exprimer dans vos médias poutiniens et manifester librement si l'on est opposant ? J'ai vu qu'en Crimée c'était devenu très libre, il faut filmer en caméra cachée et la vie est simplifiée avec des choix entre oui et oui et des troupes d'invasion dans les rues et des soldats russes qui vous exproprient pour se loger, sympa le poutinisme !
Réponse de le 16/03/2014 à 14:02 :
@Jacques : la propagande UERSS-USA fonctionne à donf avec vous. Eteignez la TV deux minutes et lisez les blogs d'informations (la vraie).
Réponse de le 16/03/2014 à 15:34 :
@Jacques : lisez cet article du Guardian (attention c'est pas un journal russe, mais anglais et de gauche en plus ! ...) et éduquez vous : http://www.theguardian.com/commentisfree/2008/aug/14/russia.georgia
Réponse de le 16/03/2014 à 19:41 :
Comme chacun sait les dirigeants de cette UERSS n'aiment pas que les peuples expriment un avis différent du leur ...
On se souvient du 29 mai 2005 ou 55% des français ont voté non à la constitution européenne ... donc je dis bravo à la population de Crimée, exprimez vous !
a écrit le 15/03/2014 à 15:16 :
Bof,...et nos problèmes à nous les Français ?
Réponse de le 15/03/2014 à 18:55 :
je paries qu'il y aura plus de bulletin dans les urnes que d'habitants- la russie est une dictature avec une bonne propagande- reveillez ça a commencé comme cela la 2eme guerre mondiale........................
Réponse de le 15/03/2014 à 21:16 :
Et l'Europe avec ses 120 milliards d'euros de corruption chaque annee est le paradis democrate ? Lisez le rapport de la commissaire europeenne Cecilia Malmstroem, il a ete publie en Fevrier 2014 mais personne en Occident n'ose en parler dans les medias. Oui 120 milliards d'euros PAR AN, c'est ce que represente la corruption dans l'espace "democratique" europeen.
Réponse de le 16/03/2014 à 0:26 :
Il y a de la corruption partout mais il y a plus de démocratie et de libertés en Europe qu'en Russie et une justice qui fonctionne mieux. De plus classement de la corruption la Russie est dans les derniers du classement. Donc c'est nettement moins pire en Europe qu'en Russie de Poutine ou en Biélorussie etc, bref chez tous les copains de Poutine.
Réponse de le 16/03/2014 à 10:31 :
120milliards c'est honteux ,j'en conviens et au delà du constat il faut en effet des mesures pour peser sur cette corruption mais en même temps il faut souligner que ça represente à peu prés 1% du PIB de l'UE . Croyez vous qu'en Russie,en Turquie ,en Syrie ,.... ce soit la même proportion
Réponse de le 16/03/2014 à 12:57 :
La Russie de Poutine est 179e sur 215 dans le classement de la corruption. L'Europe est nettement mieux classée heureusement. Comparer une démocratie à une dictature faut oser.
Réponse de le 16/03/2014 à 16:47 :
Parler de "démocratie" à propos de l'Europe : ça c'est osé ! Et les affaires DSK ou Cahuzac (sans parler de Karachi) démontrent l'état de putréfaction avancée de votre démocrassouille française !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :