Le G7, sans la Russie, pourrait se réunir à Londres

 |   |  391  mots
Initialement, la Russie devait être le pays hôte du G8 à Sotchi, où viennent de se dérouler les Jeux olympiques.
Initialement, la Russie devait être le pays hôte du G8 à Sotchi, où viennent de se dérouler les Jeux olympiques. (Crédits : reuters.com)
Le gouvernement britannique a proposé Londres comme lieu de réunion alternatif pour le G7 si la Russie devait être expulsée du G8 en raison de sa politique à l'égard de l'Ukraine, écrit l'hebdomadaire allemand Der Spiegel samedi.

Londres plutôt que Sotchi. Le gouvernement britannique aurait proposé Londres comme lieu de réunion alternatif pour le G7 si la Russie devait être expulsée du G8 en raison de sa politique à l'égard de l'Ukraine, d'après l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Initialement, la Russie devait en effet être le pays hôte du G8 à Sotchi, où viennent de se dérouler les Jeux olympiques.

Six pays seraient d'accord

Selon le magazine allemand, qui cite une source proche du gouvernement allemand, la proposition du gouvernement britannique a été bien accueillie par les six autres membres: Etats-Unis, Allemagne, Japon, France, Canada et Italie.

L'expulsion de la Russie de ce groupe des nations les plus industrialisées est l'une des sanctions internationales envisagées si elle persiste dans sa volonté d'encourager des régions de l'Ukraine à faire sécession, comme la Crimée, qui organise un référendum dimanche sur un éventuel rattachement à la Russie.

Suspendre les réunions de préparation du G8

Le gouvernement allemand a réagi à ces information en soulignant dans un communiqué que, pour le moment, la seule décision arrêtée était de suspendre les réunions de préparation du G8. "Au-delà de ceci, aucune autre décision n'a été prise", écrit le service de communication de la chancellerie dans un communiqué.

Toujours selon Der Spiegel, Berlin étudierait plusieurs scénarios concernant les consultations gouvernementales entre les deux pays qui doivent avoir lieu en avril à Leipzig (est), poursuit Der Spiegel. Une annulation pure et simple ou en tout cas une version "réduite" seraient les deux scénarios privilégiés, à en croire une source gouvernementale.

L'Allemagne communiquera en temps et en heure

"Dans la situation actuelle, toute autre attitude n'aurait pas de sens", a-t-on ajouté de même source. Là encore, sans démentir formellement, le gouvernement allemand s'est contenté d'indiquer qu'il "communiquera (sur le sujet) en temps voulu".

Pour l'heure, Moscou a mis son veto à une résolution occidentale samedi, dénonçant le référendum de dimanche en Crimée tandis que la Chine s'est abstenue, isolant encore un peu plus la Russie dans ce dossier au cours d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU. La consultation est jugée illégale par les pays occidentaux, qui ont annoncé qu'ils ne reconnaîtraient pas son résultat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2014 à 13:33 :
Il n'y a qu'une seule chose de vrai. Les russes ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Un pays si proche qu'est l'Ukraine dans le giron européen est un trop grand risque pour eux et leur sphère d'influence. De plus, personne ne fera vraiment rien contre Poutine.
1. les gouvernements seront poussés par les lobbies économiques à limiter les sanctions,
2. Personne ne voudra se mettre à dos la Russie et son gaz (notons que c'est certainement le moment de se rendre bien plus indépendant du gaz russe)

La seule chose qui ferait arrêter Poutine c'est 20 fois plus d'hommes en face de lui, 20 fois plus de chars en face de lui, 20 fois plus d'hélicoptère en face de lui, 20 fois plus d'avions en face de lui et enfin 20 fois plus de navires que lui devant Sébastopol mais cela, personne n'osera.

Tout ce merdier est à mi-cheimin entre Tchécoslovaquie en 38 et Pologne en 39 avec plutôt une tendance Tchécoslovaquie 38.
a écrit le 16/03/2014 à 15:46 :
Depuis 2005, Industriellement la France est tombée à la 10 ou 11ème place mondiale...

depuis 2011 la France est 64ème mondiale et 27ème européenne en matière d'efficacité de l’innovation ...

Il en découle que la France n'a pas sa place au sein du G7 ... Hollande et ses pléthoriques conseillers bons à rien mauvais à tout peuvent et DOIVENT faire l'économie de Ces déplacements DANS LES FORUMS INUTILES G machins bidules
a écrit le 16/03/2014 à 11:32 :
Et le fait que l'occident encourage un coup d'état en Ukraine ne dérange personne ? J'ai du mal a comprendre comment l'occident peut soutenir le fait qu'elle a le droit d'évincer un président au motif qu'il est mauvais, et d'interdire dans le même temps à la Russie de s'inquiéter de ses bases militaires légalement implantées en Crimée. Une telle mauvaise foi me parait insoutenable intellectuellement.
Réponse de le 16/03/2014 à 13:57 :
t'en fais pas, ton idole Poutine se retrouvera très vite au trou lorsque les sanctions asphyxieront la Russie de l'intérieur et qu'il devra faire face à la fronde des russes. Pour le ukrainiens pas besoin d'un complot internationale pour que le peuple miséreux est envie de déloger un dirigeant dont la qualité première était le pillage de l'Etat.
Réponse de le 16/03/2014 à 15:59 :
@AS : La Russie n'a jamais eu la volonté d'envahir l'europe occidentale, contrairement à celle-ci. C'est l'Allemagne nazi qui a perturbé l'équilibre qui s'était installé entre l'europe occidentale et la russie. Devant l'avancé des Américains pendant la seconde guerre mondiale, les Russes ont dû réagir pour ne pas laisser du terrain à un adversaire très belliqueux. Ton idole Obama risque donc encore de perdre la face comme en Géorgie...
Réponse de le 16/03/2014 à 19:02 :
Obama me semble plus raisonnable que Poutine, pourquoi essayer de défendre ce dernier?
Réponse de le 16/03/2014 à 22:53 :
Pourquoi essayer de défendre les états-unis, le pays impliqué dans la majeur partie des guerres de la planète, qui possède un site officiel de torture contraire aux droits de l'homme (Guantanamo), qui a élevé la pollution et le gaspillage au rang d'art de vivre, qui a transformé l'économie mondiale en casino... ?
Réponse de le 17/03/2014 à 10:55 :
Il faut aussi remarquer que la France a été amie avec la Russie bien avant de l'être avec l'Amérique. Nous avons plus de points commun avec la Russie qu'avec les USA. Et ceux qui disent que la Russie, c'est l'union soviétique, doivent encore qualifier l'Allemagne de Nazi.
Réponse de le 17/03/2014 à 13:36 :
Il est illusoire de croire que l'ex URSS est le berceau des droits de l'homme. Les goulags et autres camps de concentration d'URSS ont laissé de bonnes idées à un éminent ancien cadre des services secret russes ...
Réponse de le 17/03/2014 à 18:24 :
Il ne faut pas dire Ex-URSS en parlant de la Russie. Pourquoi ne pas dire non plus Ex-Nazi en parlant de l'Allemagne ? L'URSS n'existe plus, alors pourquoi toujours le mentionner ? Contrairement aux USA qui se prétendent l'axe du bien, la Russie défend ses intérêts sans chercher à enfumer qui que ce soit. Poutine a au moins le mérite d'être franc. Les USA reprennent justement les pratique de l'URSS, que la Russie a abandonné. Les USA cherchent à déstabiliser les sociétés qui ne correspondent pas à leurs valeurs qu'ils estiment supérieure à celles des autres.
a écrit le 16/03/2014 à 11:09 :
L'Ukraine est actuellement dirigée par la CIA et les européens, écoutés par la NSA sont une fois de plus ridicules
Entendre notre president répéter bêtement les conneries d'Obama concernant le référendum est consternant
Les États Unis ont imposé a l'Europe la création du Kosovo, c'est a dire qu'ils ont donné a une population la possibilité de faire sécession au cœur même de l'Europe dans la plus totale illégalité avec la bénédiction de l'Europe
Aujourd'hui un coup d'état pilote de l'extérieur (merci une fois de plus BHL) a amené au pouvoir un pantin mais surtout des gens encadres par des neonazis ce que l'on entend quasiment pas (BHL non plus d'ailleurs sur ce dernier point)
La question est de savoir QUI a intérêt a cela ? Au nom de quoi l'ONU se permet de dire qu'un référendum est "illégal" selon le " droit international " (qui est d'ailleurs nié par les États Unis entre autres dans d'autres affaires comme dans le conflit israélo palestinien qui conduit a des annexions de force)
A VOMIR
a écrit le 16/03/2014 à 10:15 :
puisque l Ukraine a bessoin d argent. ils n ont qu a propossez la location des bases russes en krime??? TOUS ET NEGOSIABLE EN ECONOMIE???
a écrit le 16/03/2014 à 8:35 :
Il se passe en Ukraine ce qui s'est passé en Géorgie mais aussi en Egypte. Les gens veulent le changement ! Russes ou pas en Ukraine, personne ne pensait à une partition ! Là-dessus violences, dont on sait maintenant par les Etats Baltes qu'elle est venue des groupes armés de l'ouest Ukrainien (qui les a armés ? la Pologne et les services secrets US sans doute), les putchistes accusent Ianoukovitch en plus, en fuite ! amusant (à distance). Le putch est soutenu par les USA MAIS Ianetsouk et ses complices, sensés préparer des élections, ne suivent pas du tout ce que demandent les gens ! ils commencent par interdire le russe ! Donc ils fichent le bazar. Idem en Egypte, les frères musulmans s'emparent du pouvoir mais en pratique ce ne sera pas le changement que demandaient les gens. Quelle folie de soutenir cette minorité à Kiev ! Pourquoi la France ne demande t-elle pas à Kiev la levée des décisions contre le droit des gens ? effrayant de soutenir la peste brune ... elle s'est emparée de la Hongrie, de la Pologne,de l'ouest Ukrainien. En 1945, les USA ont remis en place en entreprises et l'administration de la RFA des dizaines de milliers de SS assassins qui auraient dû être pendus. Cela commençait mal pour l'Europe mais la présence US dégénère en Europe comme ils ont fait en Amérique Latine. je suis inquiet de la guerre menée contre les nations Slaves via les USA sur le sol européen depuis la fin de l'URSS (Yougoslavie, Moldavie, Serbie avec le Kosovo, Ukraine .etc ...). Cela rappelle la xénophobie hitlérienne contre les Slaves, ces sous-hommes....Quant à la France, l'indépendance c'est fini.
a écrit le 16/03/2014 à 0:51 :
Poutine a massé ses troupes à l'Est de l'Ukraine à moins de 3 heures de Kiev, la Crimée ne semble donc être que l'apéritif des plans de Poutine qui se comporte comme Staline ou Hitler et qui après avoir voulu dominer ses voisins par le gaz cherche aussi à s'accaparer le marché agricole avec l'Ukraine et ses ports de transit du Sud.
Réponse de le 16/03/2014 à 3:10 :
Au même titre que la réaction de "géraldine101" je soutien le point de vue de la Russie. Les snipers qui ont tiré sur les manifestants de la capitale ukrainienne sont les mêmes que ceux qui ont tiré sur les manifestants pro-russes de Kharkov. Ce sont les groupes de radicaux ukrainiens de droite disent les journalistes européens. En fait ce sont les ultras nationalistes ukrainiens qui ont déclenché les évènements dans la capitale ukrainienne et qui fomentent le même scénario dans les villes de l'est de l'Ukraine. C'est une cécité partisane des occidentaux qui encourage les pro-russes à demander leur indépendance en Crimée et dans les autres régions de l'est de l'Ukraine. Les russes finiront par intervenir, comme en Géorgie, pour sauver les populations qui refusent la montée vertigineuse du nationalisme ukrainien qui fleurte dangereusement avec les discours néonazie que l'on croyait d'un autre âge.
Réponse de le 16/03/2014 à 9:59 :
à @Woodless ,Poutine disait les même chose en Syrie pour l'utilisation de Gaz Sarin , vous voyez ce que vous voulez voir en réalité , il n'y a eu que des Ukrainiens de souches de tuer par qui selon -vous ? par eux-mêmes votre tentative de blanchir les Russophones ne tient pas , même un enfant vous rirez au nez .
a écrit le 15/03/2014 à 23:28 :
Les consultations gouvernementales entre les la Russie et l'Allemagne seraient maintenues en avril dans une version "réduite". Concernant les sanctions l'Allemagne freine des 4 fers, mais de toutes façon ce sont les USA qui fixeront le niveau et il est peu probable que les américains se privent de ce plaisir.
Réponse de le 16/03/2014 à 10:29 :
Merkel qui parle russe et était d'Allemagne de l'Est a des positions très fermes et déterminées concernant Poutine. Ce n'est que le patronnat allemand qui freine. Pas les allemands ni Merkel. Parlez des soviets aux allemands et vous n'allez pas tarder à faire remonter un élan de patriotisme bien justifié.
Réponse de le 17/03/2014 à 13:25 :
"Parlez des soviets aux allemands et vous n'allez pas tarder à faire remonter un élan de patriotisme bien justifié."
Vous connaissez l'histoire?
Parlez des allemands aux soviets et vous n'allez pas tarder à faire remonter un élan de patriotisme bien justifié.
...
a écrit le 15/03/2014 à 23:27 :
C'est sûr que les 22% des voix des inscrits de Hollande au 1er tour sont beaucoup plus légitimes que les quelques 70 à 80% des voix auxquelles on s'attend en Crimée :-) On a quand même une drôle de conception de la démocratie, non :-)
Réponse de le 16/03/2014 à 0:41 :
@ Patrickb : Vous calculez mal Patrickb car vous ne tenez pas compte du taux de participation en Crimée et le fait que le vote a lieu sous le contrôle de l'armée d'invasion de Poutine qui détient en plus les médias. Mais la bonne foi chez vous on connait, elle ne vaut pas tripète !
Réponse de le 16/03/2014 à 8:41 :
Une élection le pistolet sur la tempe n'a jamais été considéré comme démocratique ! Que votre Anti-Hollandisme ne vous fasse pas déraper. Quoique je ne porte pas Hollande et son gouvernement (nullissime) dans mon cœur, il a été élu démocratiquement et en toute liberté. Bien que je compte les jours d'ici à 2017, je lui laisse le bénéfice d'avoir été élu à un instant donné. Mais on ne peut démocratiquement faire un appel aux armes pour imposer sa vision, fut-elle meilleure : une dictature même éclairée reste une dictature !
a écrit le 15/03/2014 à 21:13 :
Donc renverser un gouvernement qui a un président élu et qui a presque la majorité dans un parlement élu (209 députés sur 445) et instaurer un gouvernement entièrement issu d'une opposition minoritaire serait légal à l'inverse de ce référendum.
On ne peut pas faire plus hypocrite comme conception de la légalité.
La seule issue pour sortir de cette crise par le haut est d'instaurer un gouvernement d'union national temporaire donc incluant à des postes importants le premier parti d'Ukraine (celui de Ianoukovitch) dont les députés ont quand même été élus et ce afin d'organiser dans de bonnes conditions des élections anticipées dont le principe avait été accepté par le parti de Ianoukovitch avant qu'il soit renversé.
Une précision, je ne suis absolument pas pro-russe et souhaiterais que ce commentaire soit publié.
Réponse de le 15/03/2014 à 21:45 :
Quand un président se conduit mal à la tête d'un pays et dépasse ses droits par rapport aux quels il avait été élu , alors le peuple a le droit de le renverser (cela relève d'une trahison avec l'ennemi.) d'ailleurs nous voyons les prémisses de ce qui était prévu pour l'Ukraine .
Réponse de le 15/03/2014 à 22:58 :
Si je me rappel bien c'est sa propre majorité qui a tourner casaque quand le monsieur est parti
Réponse de le 15/03/2014 à 23:35 :
Zyat, ça ne vous surprend guère, que le parlement a voté d'un seul coup à l'unanimité soviétique (juste deux contre) pour le nouveau PM. Ah oui, c'est juste les forces d’autodéfense (quel beau mot) ont passé au tabac un des députés qui n'était pas d'accord. Ca c'est démocratie européen et le gouvernement de désunion nationale.
Réponse de le 16/03/2014 à 0:47 :
@ Hypocrisie : la parlement ukrainien était élu et il avait tout pouvoir pour destituer Yanoukovitch qui a signé la constitutuon de 2004. De plus il a fui et il a été démissionné par son parti des régions. Personne ne l'a soutenu, il n'y a quasiment pas eu de contre manifestations à l'Est pourtant pro-russe. Bref personne n'en voulait et vu la situation très critique du pays et le fait qu'il allait sombrer dans la guerre civile, le plus sage était de nommer un gouvernement de transition qui n'est là que pour moins de 3 mois avant des élections générales.
Réponse de le 16/03/2014 à 8:37 :
Je vous ferais remarquer qu'il n'y a absolument aucun membre du parti de Ianoukovitch dans le gouvernement provisoire. Cela veut dire que ce n'est pas le parti de Ianoukovitch qui l'a viré. En effet, les hommes politiques ukrainiens ne sont pas différents des notres, ils auraient réclamé des postes dans le gouvernement provisoire et auraient pu les obtenir si leur parlement continuait à fonctionner "normalement", c-à-d les lois sont promulguées par une majorité de députés. Sans le parti de Ianoukovitch ne les communistes, le gouvernement provisoire est minoritaire dans ce parlement ! On a aussi jamais entendu s'exprimé les membre de ce "parti des régions" depuis que le gouvermenet provisoire est installé. Cela donne des doutes sérieux sur l'argument sur la légalité du gouvernement provisoire et sur la version officielle sur la destitution de Ianoukovitch et sur la majorité qui aurait destitué Ianoukovitch. Les gars ils destituent le chef de leur parti mais ne récupère aucun poste dans le gouvernement provisoire !
Sinon je suis tout à faire d'accord que ce Ianoukovitch n'est pas une personne très fréquentable mais quand on parle de légalité alors qu'on est au pouvoir suite à un coup d'état, alors ... . Je vous laisse le soin de conclure.
Réponse de le 16/03/2014 à 9:24 :
Rectification pour être plus précis, le ministre de la culture, un poste sans pouvoir (surtout en temps de crise), a été donné à un membre du "parti des régions" (le parti de ianoukovitch). C'est le seul poste donné à ce parti. C'est pour permettre à des observateurs extérieurs de dire que tout le monde est représenté dans ce gouvernement. Mais il n'y pas de communistes (32 députés, soit autant que le parti svoboda) dans ce gouvernement.
Donc, ce détail (la présence d'un seul ministre sans aucun pouvoir) ne change absolument rien à ce que j'ai dit.
Réponse de le 16/03/2014 à 9:24 :
Rectification pour être plus précis, le ministre de la culture, un poste sans pouvoir (surtout en temps de crise), a été donné à un membre du "parti des régions" (le parti de ianoukovitch). C'est le seul poste donné à ce parti. C'est pour permettre à des observateurs extérieurs de dire que tout le monde est représenté dans ce gouvernement. Mais il n'y pas de communistes (32 députés, soit autant que le parti svoboda) dans ce gouvernement.
Donc, ce détail (la présence d'un seul ministre sans aucun pouvoir) ne change absolument rien à ce que j'ai dit.
Réponse de le 16/03/2014 à 10:55 :
Compte tenu des manifestations qui duraient depuis des mois et entraînaient un blocage du pays voire une guerre civile, était-il raisonnable et possible de mettre des membres plus que controversés du parti des régions qualifiés de corrompus et responsables de la situation désastreuse de l'Ukraine, pour un gouvernement de transition et alors que Yanoukovitch avait accepté de démissionner, acceptait des élections anticipées (et que par la suite il a fui et son parti l'a expulsé) ? Les membres du parti des régions se sont-ils proposés ? Les gens qui ont été choisis ont pour certains été membres du gouvernement Yanoukovitch et la plupart faisaient consensus sans enthousiasme toutefois pour la transition, plusieurs n'ayant jamais occupé de fonctions ministérielles. Comment pouvait-on véritablement intégrer des membres d'un parti qualifié de corrompu à l'Ouest comme à l'Est. Vous aurez remarqué que Yanoukovitch n'a quasiment pas été soutenu y compris dans la partie pro-russe de l'Est et pas non plus par Poutine. Il ne pouvait décemment pas être établi un gouvernement de transition qui reproduise le même shéma dont personne ne voulait, l'important étant d'avoir le plus de personnes qui fassent consensus même si çà n'est pas parfait. Imaginez que Hollande soit destitué avec 20% de français qui le soutiennent parce que sa politique depuis plusieurs années aurait conduit au chaos tel que celui de l'Ukraine, si vous remettez 52% de membres du PS alors dans un gouvernement de transition, pensez-vous que çà va être accepté ? A mon avis en aucun cas. Donc en pratqiue et surtout dans la situation de l'Ukraine il n'y avait pas vraiment le choix. Je ne ferais pas référence à la révolution française ou la situation était bien plus radicale tout comme à la prise de pouvoir par Napoléon, il eut été difficile d'avoir des représentants du roi quand une population est arrivée à saturation ! C'était un peu le cas en Ukraine.
Réponse de le 16/03/2014 à 20:59 :
En réponse, je t'enjoint à aller sur le lien suivant :
http://edition.cnn.com/2014/03/06/opinion/speedie-ukraine-far-right/

L'nalyste explique que les choses ne sont pas aussi clair que cela.
a écrit le 15/03/2014 à 19:56 :
Londres a raison et Paris a tort qui devrait viser un G 8 - 2 ( Moscou et Paris ) .
Réponse de le 15/03/2014 à 23:00 :
j'ai pas compris ce que paris venait faire dans cette histoire mais d'autant que votre argumentation est inexistante, je pense que votre intelligence l'ai également.
Réponse de le 15/03/2014 à 23:25 :
Les effets du cannabis sont destructeurs sur de très jeunes ou de vieux cerveaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :