Obama prêt à fermer (un peu) les grandes oreilles de la NSA ?

 |   |  386  mots
Barack Obama pourrait même décider de renouveler son autorisation de collecte de métadonnées au bout de 90 jours.
Barack Obama pourrait même décider de renouveler son autorisation de collecte de métadonnées au bout de 90 jours. (Crédits : reuters.com)
La Maison Blanche prévoirait dans un projet de loi d'interdire la collecte massive de données appartenant aux Américains auprès des opérateurs, après des mois de tergiversation.

Finie la collecte de "métadonnées". Voilà la principale disposition du projet de loi concocté par la Maison Blanche pour encadrer les activités de la NSA, selon le New York Times et l'agence Reuters. L'agence de renseignement ne serait plus autorisée, à l'avenir, à collecter des millions de données en vrac. Une pratique controversée dévoilée par l'ex-informaticien Edward Snowden. 

Encadrement par le juge

Selon ce texte, les compagnies téléphoniques ainsi que les fournisseurs d'accès à internet ne seraient  plus contraints de transmettre leurs "métadonnées" (numéros de téléphones, listes d'appels, dates de connexions à internet, etc.) aux agences de renseignement. Seule une requête dûment visée par le juge dans le cadre d'une enquête pour terrorisme par exemple serait recevable. A noter: seuls les citoyens américains seraient concernés par une telle protection. 

En outre, elles ne seraient pas obligées de conserver leurs données plus de 18 mois, comme c'est le cas actuellement. Rappelons que la NSA conservait ses "métadonnées" pendant cinq ans, d'après les documents publiés par Edward Snowden. 

Lobbying intense

Ces restrictions sont réclamées depuis plusieurs mois par les principaux acteurs du secteur comme Yahoo et Facebook, qui, soucieux de préserver leur image auprès du public, pratiquent un lobbying intense. Le 21 mars, le président Barack Obama a d'ailleurs reçu Mark Zuckerberg, le patron du réseau social au milliard d'inscrits, ainsi que d'autres dirigeants d'entreprise du web. 

Au mois de janvier, déjà, le chef de l'Etat américain affirmait qu'il souhaitait l'interdiction de la collecte massive de données, tout en mettant en garde contre les obstacles juridiques qui se dresseraient contre une telle décision. 

>> Obama rogne les pouvoirs de la NSA sans mettre fin à la collecte de données

La NSA aura encore les mains libres pendant trois mois

 Une disposition du Patriot Act, ensemble de mesures prises par l'administration Bush après le 11-Septembre pour lutter contre le terrorisme, sert jusqu'à présent de justification légale à la collecte de données. Pour l'heure, la NSA conserve ses grandes oreilles, Barack Obama aurait même décidé de renouveler son autorisation de collecte de métadonnées pour une période de 90 jours. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2014 à 14:22 :
De la poudre aux yeux des électeurs américains car la NSA n'a nul besoin de la légalité pour pratiquer le piratage massif des données. De plus, l'accès aux réseaux européens devrait mettre la puce à l'oreille concernant la complicité des dirigeants dans l'espionnage des citoyens du monde entier.
a écrit le 25/03/2014 à 13:27 :
A quand une réhabilitation du pauvre gars qui a informé du scandale et s'est retrouvé sali, insulté, menacé par la justice américaine et pourchassé pour ces actes légitimes ?
Quid du pays considéré comme une dictature et dans lequel il a trouvé refuge ? Peut-etre des questions que pourraient se poser les tenants de la pensée dominante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :