Ukraine : l'Est refuse toujours l'accord, Moscou masse ses troupes à la frontière

 |   |  328  mots
L'ex-chef de l'état-major ukrainien Volodymyr Zamana a estimé vendredi que l'Ukraine devait préparer des mesures asymétriques pour repousser une intervention russe. (Photo : Reuters)
L'ex-chef de l'état-major ukrainien Volodymyr Zamana a estimé vendredi que l'Ukraine devait préparer des mesures "asymétriques" pour repousser une intervention russe. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les séparatistes ukraniens pro-russes refusent toujours l'accord signé à Genève par les chefs de la diplomatie ukrainienne, russe, américaine et européenne. Moscou a confirmé la présence de soldats à la frontière.

Les insurgés séparatistes de l'Est de l'Ukraine demeuraient inflexibles vendredi, refusant l'accord conclu à Genève pour apaiser la crise dans le pays. Les autorités pro-européennes dont ils exigent le départ ont, quant à elles, tendu la main aux rebelles, promettant une importante décentralisation et un statut protecteur pour la langue russe, sans réagir à la fin de non-recevoir des pro-russes.

À la surprise générale, les chefs de la diplomatie ukrainienne, russe, américaine et européenne avaient signé jeudi à Genève un texte prévoyant notamment le désarmement des groupes armés, la libération des bâtiments publics occupés et une amnistie pour les insurgés non "coupables de crimes de sang".

Moscou critique la réaction américaine

Dès la signature de l'accord, les États-Unis ont averti leurs partenaires russes qu'ils comptaient "les observer de près" pour s'assurer qu'ils respectent les engagements de l'accord de Genève.

Une menace jugée "partiale" qui n'a pas manqué de "décevoir" Moscou. "Les Américains ont lancé des ultimatums, et ont essayé de nous menacer de nouvelles sanctions, ce qui est totalement inacceptable", peut-on lire dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères russes.

 

40.000 soldats russes à la frontière 

Le Kremlin a par ailleurs confirmé pour la première fois que la Russie avait bien mobilisé des troupes - jusqu'à 40.000 hommes selon l'Otan - à la frontière ukrainienne "en raison de la situation". Le président Vladimir Poutine ayant en effet promis d'assurer "à tout prix" la protection des russophones de l'ex-URSS.

"Il y a des troupes près de la frontière ukrainienne. Certaines y sont basées, d'autres ont été envoyées en renfort en raison de la situation en Ukraine", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

L'ex-chef de l'état-major ukrainien Volodymyr Zamana a estimé vendredi que l'Ukraine devait préparer des mesures "asymétriques" pour repousser une intervention russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2014 à 19:52 :
En 1990, Mikhaël Gorbatchev avait accepté la réunification des deux Allemagnes à condition que l'OTAN s'arrête à la frontière germano-polonaise. Puis, Bill Clinton promit à Boris Eltsine que l'OTAN n'engloberait pas les anciennes républiques soviétiques (États Baltes, Ukraine, Géorgie, Biélorussie). Or, ces deux promesses ont été manifestement violées ! Et les Occidentaux parjures voudraient que la Russie reste les bras croisés !! Non sans oublier que des avions F-16, AWACs, des destroyers lanceur de missiles et même de blindés de l'OTAN sont à ce moment acheminés vers l'Ukraine, la Pologne et le Pays Baltes. Dans quel but , faire peur à Poutine? ou tout simplement pour envahir la Russie ? à ces questions l'OTAN se tait. Donc rien de plus normal que la Russie déploie ses soldats à ses frontières. Et qu'ils achèvent l'OTAN d'une fois pour toutes.
a écrit le 20/04/2014 à 14:46 :
Où t'es? Papa, où t'es?
a écrit le 20/04/2014 à 14:40 :
Il existe tellement de façon de faire taire les leaders...
a écrit le 20/04/2014 à 11:39 :
Quand le complexe militaro-industriel d'un pays est privatisé et dirigé par des sociétés, la guerre devient plutôt une activité économique que les tout derniers recours pour l'autodéfense de la souveraineté d'un pays ou d'un peuple. Les guerres constantes dans lesquelles les US se sont engagés ont enrichi ceux qui en profitent et ont dévasté l'économie et la population de plusieurs pays, parmi lesquels l'Irak, l'Afghanistan, la Libye et l'ex-Yougoslavie. Maintenant la cible c'est l'Arctique et la Russie (avec ses immenses ressources pétrolières) et ils l'ont déjà commencé par un coup d'´État en Ukraine. La morale et l'éthique n'existent pas pour ce genre de "politique étrangère", c'est l'appât du gain le plus important. Indécent que l'UE se rallie aux côtés d'une telle oligarchie. Sans les US et le Royaume-Uni le monde serait de loin meilleur qu'avec eux, décidément. Pensons-y.
a écrit le 20/04/2014 à 7:09 :
Ah qu'ils sont mignons nos grands donneurs de leçons démocratiques ... Ils refusent les référendum quand ça les dérange (rejet du TCE en France, Irlande et Pays Bas). Ils approuvent le bombardement d'un allié historique, la Serbie, pour créer un chancre maffieux en pleine Europe (Kosovo). Ils veulent forcer les russophones d'Ukraine à reconnaître un Putsch et a accepter les mesures discriminatoires des néo nazis au gouvernement ....pour l'instant ils pavoisent... Jusqu'à ce que l'abstention record et la montée du FN aux européennes leur fassent verser des larmes de crocodiles ...
Réponse de le 20/04/2014 à 12:03 :
Les Etats-Unis continueront à mettre de l’huile sur le feu, car c’est leur stratégie, il en va de la survie de leur suprématie pendant encore quelques années et puis ce sera fini. L'Europe alors va faire ses plus beaux yeux aus Russes, aux Chinois....
Réponse de le 22/04/2014 à 22:03 :
pour une fois que poutne ouvre les yeux et ce tant mieux
j'espere qu il va balayer toute cette racaille
a écrit le 19/04/2014 à 19:33 :
L'europe veut mettre main basse sur l'ukraine, poutine est gentil nous meritons qu'il nous envois des pruneaux sur la gueule
Réponse de le 19/04/2014 à 20:38 :
@Deucht: tu cours tellement vite devant le danger qu'il n'aura même pas besoin de dépenser "les pruneaux" :-)
Réponse de le 19/04/2014 à 22:07 :
D'accord avec Patrickb. Il y aura des intimidations de partie et d'autre mais perso je ne pense pas que la Russie ni l'OTAN iront plus loin que montrer les dents l'un à l'autre. Ne faut pas oublier que la Russie garde intacte son arsenal nucléaire....
Réponse de le 19/04/2014 à 23:53 :
Je suis pas contre la provoc, mais si ça fait réfléchir.
Là, rien, si ce n'est qu'Agen est une jolie ville.
a écrit le 19/04/2014 à 19:33 :
@balzac: assez d'accord. @Albert: et pourquoi pas un référendum à Marseille pour le rattachement au Maghreb ? Les russes qui se trouvent en Ukraine ou dans les pays baltes sont souvent des gens qui ont été déportés par Staline. Aujourd'hui, léconomie va mieux en Russie et ils veulent leur rattachement. Je les qualifierais donc de réfugiés économiques.
a écrit le 19/04/2014 à 18:20 :
En fait, les Européens seraient en train de se châtrer eux-mêmes : le chiffre d’affaires entre les Russes et l’Europe occidentale accuse nettement un solde positif et ce, en faveur de l’Europe Occidentale.
Réponse de le 19/04/2014 à 19:26 :
Initialement ils n'existaient pas... maintenant ils existent... demain peut-être ils n'existeront plus.
a écrit le 19/04/2014 à 17:12 :
Quand le président centrafricain avait demandé à Hollande de venir l'aider, il a dit que la France n'envoyait des troupes que pour protéger ses ressortissants et non pour se mêler d'une guerre civile( le pays n'est intervenu que pour le président suivant, pour l'évincer et démanteler ses soldats ce qui conduit actuellement le pays dans le chaos et est 1er sur la liste des futurs candidats à génocide).
Quand Poutine dit qu'il se réserve le droit d'envoyer des troupes russes pour aller protéger les ressortissants russes si la situation devient dangereuse, pourquoi d'un coup accuse t-on Poutine de tous les maux ? nous faisons régulièrement pareil dans pleins de pays africains.
Et un jour ce seront les Chinois qui débarqueront chez nous pour protéger leurs ressortissants.
Peut-être que pour éviter les crises, il suffirait d'arrêter les double discours, le 2 poids 2 mesures, l'hypocrisie et d'avoir enfin une seule série de règles pour tous, là seulement ce serait correct. Seule une vraie justice permettrait d'éviter à chaque puissance d'arranger les règles à sa manière, à son point de vue. Il faut améliorer l'ONU.
Réponse de le 19/04/2014 à 18:25 :
" ...pourquoi d'un coup accuse t-on Poutine de tous les maux ?"

C'est parce qu'il y a une concertation entre le Pentagone, l'OTAN et certains États européens pour diaboliser le leader russe via les médias. Les raisons pour cela ? un endémique anti-communisme occidental et l'ambition de faire mainmise sur le pétrole et la technologie russe. Et bien plus que cela, certainement.
Réponse de le 20/04/2014 à 0:57 :
Aussi, Poutine est insupportable à l'Occident car il s’efforce de restaurer un aura à la Russie, alors que les technocrates de Bruxelles aimeraient enfin mettre fin aux nations Européennes. Le diaboliser est donc une obligation, sinon le projet Européen implose.
a écrit le 19/04/2014 à 15:49 :
On comprend les insurgés pro-russes, ils veulent avoir plus de garanties que de simple mots couchés sur un papier. Normal quand on sait que l'opposition qui a renversé Iakounovitch avait, juste avant, signé un accord tripartite avec le gouvernement alors en place et l'UE.
a écrit le 19/04/2014 à 15:42 :
Les soldats basés à la frontière n'ont pas vocation à "envahir" l'Ukraine mais à éviter les infiltrations de provocateurs et surtout le commerce au noir qui est pratiqué par les populations locales. Ainsi ne passe en Russie que les produits que le pays souhaite laisser passer et surtout vendus par des ukrainiens sincères et non des européïstes. Un bon point pour la Russie : la position de la Crimée n'est pas remise en cause. Moscou lâche donc du lest sur les autres décisions qui ne dépendent pas de la Russie mais sur lesquelles étrangement les européens et américains voudraient les voir intervenir! En face, de toute évidence c'est la panique et l'embrouille qui domine.
a écrit le 19/04/2014 à 14:12 :
Une bonne nouvelle pour les va-t-en guerre de l'Otan, et pour les journaux en mal de copie.
Tout çà, c'est nul.
a écrit le 19/04/2014 à 14:07 :
Météo merveilleuse temps clair , à l'est ! temps brumeux et froid !presque la Russie brrre !
a écrit le 19/04/2014 à 14:05 :
La question qu'on ne pose jamais dans les médias soi-disant occidentaux : "Pourquoi l'OTAN avec l'aide des US et de l'UE ont voulu renverser le gouvernement ukrainien démocratiquement élu ?" la bonne réponse expliquerait cette crise en Ukraine. Mais… on change de sujet, parlons plutôt du nouveau design des couches du bébé de la famille royale anglaise, c'est de loin plus important…
a écrit le 19/04/2014 à 13:50 :
L'1NTELLIGENCE,0 SOUTIEN,0 LA RUSSIE LE TZRESIDENT VLADIMIR PUTINE etc, etc, etc a notre Amour PerlArcange,0 L'<O>.<O>
a écrit le 19/04/2014 à 13:43 :
Vas y Poutine,, rends cette grandeur que la Russie a toujours eut - l'Ukraine fut une province Russe de 1647 à 1991 ! En réaction. espérons en retour que les nationalismes se réveillent en Europe, sans que ce soit la guerre, et envoie balader cette Europe technocratique, non démocratique (Troika, négo sur le traité transatlantique etc..).
Le point de vue que c'est la Nation la bonne dimension démocratique fait son chemin et commence son retour, les peuples ne sont pas belliqueux, mais veulent un état fort, à son service.
a écrit le 19/04/2014 à 13:00 :
Venir ici pour débiter un tas d'opinions fondées sur des vérités et contre-vérités véhiculées par les réseaux de propagande pro-Russie et pro-OTAN c'est le même que participer à une conférence à propos de l'influence de la quadrature du cercle sur le sexe des anges. Profitons donc du férié et bonne pêche à tous !
a écrit le 19/04/2014 à 12:41 :
Franchement, je trouve d'un culot le plus insensé quelques-uns qui viennent ici critiquer la Russie du fait qu'elle se prépare à une éventuelle invasion occidentale. On sait que l'OTAN amasse de plus en plus en avions, navires et soldats aux environs des frontières russes. Quand la France intervient en Libye ou en Afrique pour des raisons qu'on ne nous expliquera jamais, ceux qui viennent ici critiquer Poutine et la Russie applaudissent ces interventions. Imaginez si le même cas de fugure se passait ici chez nous. Ah les hypocrites…
a écrit le 19/04/2014 à 12:38 :
les salons feutrés de geneve accouche de souris , comme la crimée , les ukrainiens de l'est feront un referendum et décideront le lendemain le rattachement a la russie qui acceptera le deal , hop bis repetitas comme la crimée , toute cette gesticulation diplomatique n'aura servi a rien sauf a faire croire aux dirigeants ukrainiens qu'ils conserveront une portion de leur territoire , dans le diner de cons il y'a des claques qui se perdent .
Réponse de le 19/04/2014 à 13:47 :
Oui, c'est le retour de la Nation qui se concrétise, avec les frontières qui se redessinent en conséquence.
Bientôt la même chose en Europe avec la Catalogne et l’Écosse avec, comme en Crimée, un référendum.
PS : La Crimée n'a que 25% d'Ukrainiens, vous vouliez qu'elle reste Ukrainienne ??
Réponse de le 19/04/2014 à 19:12 :
@balzac: assez d'accord. @Albert: et pourquoi pas un référendum à Marseille pour le rattachement au Maghreb ? Les russes qui se trouvent en Ukraine ou dans les pays baltes sont souvent des gens qui ont été déportés par Staline. Aujourd'hui, l'économie va mieux en Russie et ils veulent leur rattachement. Je les qualifierais donc de réfugiés économiques...et bien entendu que cela intéresse Poutine d'amplifier son influence !!! S'ils aiment tant que cela la Russie, pourquoi ne quittent-ils pas tout simplement l'Ukraine ?
Réponse de le 19/04/2014 à 23:51 :
La Crimée, Ukrainienne de 1954 à 2014, comparez ce qui est comparable !
La Catalogne, l’Écosse ? Les référendums sont en route.
Un jour Majorque sera Allemande ? Sans doute, si les Espagnols abandonnent les lieux. Le monde bouge, rien n'est figé
a écrit le 19/04/2014 à 11:44 :
Ils n'ont qu'à accepter un vote libre le 25 mai avec tous les partis et régions représentés et ils négocieront ensuite avec le président élu. Ou sinon s'installer directement en Russie s'ils n'ont plus envie d'être en Ukraine. Ou encore accepter l'Onu. Mais ils n'acceptent rien ces bougres, que ce dont ils ont envie sans tenir compte des autres. Mille millions de mille sabords.
Réponse de le 19/04/2014 à 12:28 :
Il faut connaître mieux l'histoire de l'Ukraine pour comprendre que ces régions ont toujours eu leurs traditions et indépendance avant d'être associées à un État. Les Européens n'en savent pas grande chose, et les Américains n'en savent rien. Ainsi comme les habitants de la Crimée, les russophones de l'Est de l'Ukraine ne veulent pas devenir des Européens occidentaux, c'est leur choix et celui-ci se trouve lié à leurs traditions. Cela reviendrait au même que demander à un Wallon indépendantiste d'immigrer en France.
a écrit le 19/04/2014 à 11:36 :
La Russie est devenue un problème pour la communauté internationale et ses institutions du droit qui prévaut depuis des décennies. Forcément cela va changer les rapports durablement et des réponses vont êtres étudiées qui bouleverseront l'équilibre que l'on connaissait. Poutine fera t-il comme Hitler après avoir ressassé sans-cesse la déconfiture de l'union soviétique dû à la Guerre d'afghanistan ..
Réponse de le 19/04/2014 à 11:48 :
Oui, enfin, en l'occurrence, les néo-nazis de svoboda qui sont au pouvoir en Ukraine (pro-UE) sont largement opposés aux ukrainiens de l'est pro-russes. Cela devrait vous faire réfléchir sur vos points Godwin, non ?
Réponse de le 19/04/2014 à 12:12 :
La Russie est surtout un probleme pour les US / OTAN dont la politique de destabilisation et d'ingerence prevaut depuis des decennies
Réponse de le 19/04/2014 à 12:23 :
Les Etats-Unis sont certainement beaucoup plus coupables d'ingérence, de déstabilisation et de guerre que les Russes.
Y compris en Ukraine, où ils sont responsables des premières manifestations pro-occidentales (comme en Syrie!), afin de faire de ce pays un satellite de l'OTAN et poser ses missiles sur la frontière russe.
Les russes, comme Al Hassad, ne font que se défendre de cette aggression!
Réponse de le 19/04/2014 à 12:31 :
Les US et l'OTAN est un vrai problème pour l'Europe, plutôt, et à long-terme, pour le monde entier. Renseignez-vous mieux et d'un regard critique aux agissements de cette Alliance au fil des années et, si il n'y aura pas de la mauvaise foi de votre part, vous serez du même avis.
Réponse de le 19/04/2014 à 15:42 :
@ 12:31 : Le revers de la médaille de l'UE, c'est l'OTAN. L'appartenance à l'OTAN a été constitutionnalisée via les traités de l'UE. De fait, l'UE est le prolongement des USA. Alors oui, c'est un vrai problème pour tous les pays membres qui sont obligés de suivre la politique étrangère des USA. Le seule remède : sortir légalement de l'UE par l'article 50 du TUE et donc quitter aussi l'OTAN.
Réponse de le 19/04/2014 à 20:03 :
@TC: on ne doit en effet pas être à la botte de qui que ce soit, c'est la raison pour laquelle il nous faut une Europe forte. Il est évident (pour moi du moins) que les intérêts des autres ne sont pas les nôtres :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :