Etats-Unis : le chômage atteint son plus bas niveau depuis près de six ans

 |   |  283  mots
Aux Etats-Unis, les chômeurs sont désormais 9,8 millions. (Photo : Reuters)
Aux Etats-Unis, les chômeurs sont désormais 9,8 millions. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le taux de chômage s'est établi à 6,3% en avril aux Etats-Unis, contre 6,7% en mars. Les créations d'emplois ont été plus nombreuses que prévu, dans de nombreux secteurs.

Chute spectaculaire pour le taux de chômage aux Etats-Unis, où il a atteint en avril son plus faible niveau depuis septembre 2008. Selon les chiffres officiels publiés vendredi par le département du Travail, le taux de chômage s'est en effet établi à 6,3% en avril, alors qu'il s'élevait à 6,7% en mars. L'économie américaine a en effet créé plus d'emplois que prévu : 288.000. Le nombre de chômeurs s'établit désormais à 9,8 millions.

Une surprise pour les analystes

Ces chiffres n'ont pas manqué d'étonner les analystes, qui s'attendaient certes à un recul du taux de chômage au sortir de l'hiver (pendant lequel le mauvais temps a nettement ralenti l'activité), mais pas d'une telle ampleur. Leur prévision médiane tablait sur un taux de chômage à 6,6% et sur 210.000 créations nettes d'emplois.

Des créations d'emplois dans plusieurs secteurs

Les créations d'emplois sont intervenues dans de nombreux secteurs, précise le gouvernement américain. Les services aux entreprises affichent 75.000 nouvelles embauches, le commerce de détail 35.000, la restauration 33.000 et le bâtiment 32.000.

Le département du Travail a par ailleurs révisé en hausse les créations d'emplois de mars : elles s'élèvent à 203.000, alors qu'elles étaient auparavant estimées à 192.000. Sur un an, l'économie américaine a créé 190.000 emplois par mois en moyenne.

Une population active en recul

La durée moyenne hebdomadaire travaillée est demeurée inchangée à 34,5 heures, tandis que le salaire horaire moyen est demeuré à 24,31 dollars.

Le taux de participation à la population active (qui regroupe les personnes ayant un emploi et celles qui en recherchent un activement) a en revanche reculé de 0,4 point de pourcentage (ce qui correspond à 806.000 personnes de moins), pour s'établir à 62,8%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2014 à 18:36 :
les statistiques ne sont en rien le reflet de la réalité, les chiffres c'est pratique pour leur faire dire ce que l'on veut. On décide l'objectif à atteindre ensuite les méthodes et enfin on fait apparaître des chiffres qui viennent confirmer ce qu'on voulait au départ. C'est une manipulation intellectuelle pour se fabriquer des preuves et faire admettre l'objectif. Mais on ne peut dissimuler la réalité indéfiniment, elle finit toujours par s'imposer à tous comme une évidence et vient détruire les fausses preuves que l'on nous servait comme vérité absolue...
a écrit le 03/05/2014 à 15:08 :
A lire sur l'économie américaine, le blog de Onubre Einz, qui explique dans le détail pourquoi l'Amérique ne sort pas de la crise contrairement à ce qu'on nous annonce à tour de bras.
a écrit le 03/05/2014 à 11:15 :
pas mal l'image de votre article , 400 a 600 dollars par semaine ? , c'est mieux qu'en france avec un Smic a 1200 euro par mois .. non trop drôle ..
a écrit le 03/05/2014 à 0:17 :
Du négativisme encore du négativisme, toujours du négativisme.
a écrit le 02/05/2014 à 16:50 :
La seule formule de calcul valable est : 1.Population active = population en âge de travailler ayant terminé sa formation ou sa scolarité et étant en situation de pouvoir occuper un poste et n'ayant pas atteint l'âge de la retraite retraitée du temps de travail partiel volontaire, incluant donc les professions libérales ou indépendantes 2. Le nombre de personne n’occupant pas d’emploi retraité des personnes n’occupant que partiellement un emploi. En France sur une population totale de 67 ou 68 millions de personnes on a une population active de 35 millions de personnes (du fait d’un âge de départ à la retraite précoce, car sur la base de la moyenne européenne le taux serait de 53 ou 53% ce qui ferait une population active de 36 millions), et le nombre de gens employés ne dépasse pas les 28,5 millions de personnes ça fait donc un taux de chômage ou de sous-emploi effectif de 18.7%. Et les US ? Combien ? Par ailleurs on devrait dégrader les chiffres en tenant compte des salaires, un diplômé bac+5 ou 6 et ayant validé ses stages professionnels gagnant le SMIC ou à peine plus ça devrait faire un poste divisé par 2.5 ou 3. Donc les US comme l’Europe ferait bien de revoir ses stats, c’est curieux pour « trafiquer » le déficit de la Grèce Eurostat est très créative, mais en fait on s’aperçoit que tout ce qui est mauvais est amoindri et tout ce qui est à peu positif est embelli et amplifié, c’est la politique unanime des « décideurs » ou »responsables » politiques, des gens honnêtes intellectuellement ou « honnêtes » tout court puissance moins 1.
Réponse de le 03/05/2014 à 4:58 :
Je suis économiste américain . Vous vous trompez . Lors de la mesure du chômage , vous comptez les gens qui veulent et cherchent un emploi . Période . Le reste de la population ne reflète pas le taux de chômage parce qu'ils ne font pas partie de la main-d'œuvre ; ils sont tout simplement une population d'un certain âge , c'est tout . En outre , les États-Unis sous-estiment effectivement sa population active par rapport à la plupart des autres pays , dont la France . Ceci pour deux raisons: d'abord , les États-Unis ne compte pas son militaire actif au sein de son effectif , qui sont tous 100 % Travailleurs . Donc, si les États-Unis compté dans la population active , le taux de chômage global serait inférieur. Deuxièmement, les États-Unis compte les élèves beaucoup plus que d'autres pays parmi les chômeurs et les compte d'un plus jeune âge (à partir de 15 ans ) . C'est parce que dans les Etats-Unis une grande proportion d'étudiants dans l'université et le travail de haute école à temps partiel . Ainsi, vos commentaires sont dans l'erreur . Si quoi que ce soit , quand vous comparez des pommes avec des pommes , si les États-Unis ont utilisé des mesures européennes , il aurait un taux de chômage encore plus bas .
Réponse de le 03/05/2014 à 9:34 :
Merci pour ses éléments, mais dites-moi comme le repas gratuit n'existe pas, comment font les gens pour vivre sans travailler, ou comment le font ils assez longtemps, les US auraient-ils des millions ou dizaines de millions de vagabonds, clochards et sans abri refusant le système le plus pervers au monde? Il y a donc la population en âge et conditions de travailler (même un handicapé de ses jambes et de ses bras peut avec les techno actuelles travailler) que les gens soient inscrits ou non au chômage et ceux qui travaillent effectivement à plein temps ou équivalent et à temps partiel pour ceux qui ont choisi le temps partiel; et on tient compte de tous ceux qui ont fit des études aux US en s’endettant ou leurs parents ra la gueule pour gagner des queues de cerises, donc ces gens-là on les compte pour ½ ou 1/3 parmi les gens qui travaillent et vice versa en tant que chômeurs. Mais on pourrait également aller plus loin et considérer que tous ceux qui travaillent dans des métiers ou des postes contribuant à la destruction de l’environnement ou des écosystèmes ou à la cohésion sociale d’une société humaine ne comptent pas parmi les gens employés mais que chacun d’entre eux vaut 1, 2 ou 3 chômeurs. Si on faisait ce calcul aux USA ou en Chine on aurait plus de 50% de taux de chômage et si on faisait de même en ce qui concerne le personnel militaire et les services d’espionnage on arriverait à 60 ou 65%.
Réponse de le 03/05/2014 à 10:17 :
Votre exposé est celui d'un politique il est totalement faux, je n'ai jamais vu autant de misère dans la rue, ces gens ne sont comptabilisés nul part. Ensuite vous oubliez le niveau du salaire, combien gagne un type derrière la caisse, vous savez celui qui remplit vos sacs. Alors vos théories à dix balles on s'en tape. Ce n'est que du mensonge comme j'en convient c'est pareil en France.
Réponse de le 03/05/2014 à 17:58 :
Si les états unis sont en si bonne santé comme vous le laissez entendre, pourquoi à ce moment là ont-ils 15% de leur population qui mange avec des "food ticket" soit l'équivalent de nos "restos du coeur" ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :