Les dépenses de santé représentent 11,6% du PIB français

 |   |  482  mots
En Grèce, les dépenses de santé ont reculé de 25% entre 2008 et 2012. | REUTERS
En Grèce, les dépenses de santé ont reculé de 25% entre 2008 et 2012. | REUTERS (Crédits : reuters.com)
Les dépenses de santé ont faiblement augmenté depuis la crise dans l'ensemble des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) selon un rapport publié ce lundi. En France, elles restent élevées malgré un recul global des dépenses de produits pharmaceutiques.

Le secteur de la santé semble se remettre lentement de la crise. Dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les dépenses de santé sont reparties à la hausse en 2012 d'après le rapport remis ce lundi. Elles avaient fortement chuté au cours de la crise économique mondiale en 2008. 

Graph santé OCDE

Toutefois, l'organisme pointe des divergences régionales notables. Ainsi, en Europe, le recul des dépenses persiste, en particulier en Grèce où elles ont chuté de 25% en quatre ans! A l'inverse, en Amérique du Sud, en particulier au Chili et au Mexique, les dépenses de santé ont augmenté de 6,5% et 8,5%. 

>> Crise sanitaire : un Grec sur trois n'a plus de couverture santé

3.476 dollars par habitant

La France en particulier, est le troisième pays où les dépenses de santé sont les plus élevées toutes sources de financement confondues, derrière les Pays-Bas et les Etats-Unis. Au total, ces dépenses équivalaient en 2012 à 11,6 % du produit intérieur brut, contre 9,3% en moyenne dans le reste des pays de l'Organisation. La hausse est cependant restée faible puisqu'elle s'est limitée à 1% alors qu'elle était de 3% (hors inflation) en 2009. 

En parité de pouvoir d'achat, cela correspond à une dépense moyenne annuelle par habitants de 3.476 dollars, bien loin des 7.662 dollars dépenses par habitants aux Etats-Unis. La France se place au 10e rang si l'on prend en compte ce critère. 

Les auteurs de ce rapport expliquent que:

Dans plusieurs pays de l'OCDE y compris la France, la réduction des dépenses de médicaments a contribué au ralentissement général des dépenses de santé ces dernières années.

La part des génériques a même explosé de 60% entre 2008 et 2012, ce qui correspond à l'une des plus fortes hausses en Europe. Conséquence de ce mouvement: en chiffres réels, les dépenses de médicament ont même reculé dans le pays au cours de l'année étudiée.

Des financements publics plus élevés au Pays-Bas et au Danemark 

Enfin, en matière de dépenses de santé publiques, la France se place également en troisième position. Les pouvoirs publics y consacrent 9% du PIB, un peu plus des trois-quarts des dépenses totales de santé étant financées par des fonds publics. C'est un peu plus que la moyenne (72%) mais moins que les Pays-Bas et le Danemark où, respectivement 10,1% et 9,4% du produit intérieur brut, sont consacrés aux dépenses de santé.

Une étude du Trésor datant de décembre 2013 signale toutefois une forte hausse à prévoir des dépenses en France dans les années à venir, la consommation de soins et biens médicaux devant augmenter de 2,5 points de PIB entre 2011 et 2060, passant de 9% à 11,5% du PIB, en raison, entre autres du vieillissement de la population. 

>> Les dépenses de santé vont continuer à progresser

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2014 à 9:24 :
Merci de rappeler que si les dépenses de santé ont baissé de 2008 à 2010 c'est pour beaucoup en raison des déremboursements et de la montée en charge des mutuelles sur la forte impulsion du gouvernement Sarkozy. En fait, les dépenses n'ont jamais baissé mais ont été transférées ailleurs et sont donc officiellement plus aussi visibles ...
a écrit le 30/06/2014 à 23:27 :
et nos politiques, ils représentent quoi comme pourcentage ? tout compris, tout ! y compris leurs retraites pharamineuses pour avoir peu travailler?.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :