L'Argentine paiera ses dettes à Buenos Aires et Paris

 |   |  257  mots
La loi garantit non seulement le paiement de 93% des créanciers qui nous ont fait confiance, mais elle envisage également le paiement d'intérêts à ceux qui n'ont pas accepté les restructurations de dette en 2005 et de 2010, a déclaré Cristina Kirchner.
La loi garantit non seulement le paiement de 93% des créanciers qui nous ont fait confiance, mais elle envisage également le paiement d'intérêts" à ceux qui n'ont pas accepté les restructurations de dette en 2005 et de 2010, a déclaré Cristina Kirchner. (Crédits : reuters.com)
Soucieuse de contourner le blocage par la justice américaine de ses remboursements de dette, l'Argentine a fait adopter jeudi une loi permettant aux créanciers de toucher leur dû à Buenos Aires ou à Paris.

Les créanciers pourront être remboursés à Paris ou à Buenos Aires, en vertu d'une loi adoptée jeudi 11 septembre en Argentine. Après un vote favorable au Sénat la semaine dernière, les députés argentins ont approuvé la mesure par 134 voix pour, 99 contre et cinq abstentions, à l'issue de 17 heures de débats.

Le texte précise qu'un détenteur de bons argentins peut également demander à ce que les fonds soient mis à disposition dans une autre place financière.

Honorer ses dettes

L'Argentine veut ainsi démontrer sa volonté d'honorer les échéances de sa dette, restructurée après la crise économique de 2001, comme l'a rappelé la présidente du pays Cristina Kirchner lors d'un discours:

"L'Argentine veut payer, peut payer et va payer toutes ses dettes". "La loi garantit non seulement le paiement de 93% des créanciers qui nous ont fait confiance, mais elle envisage également le paiement d'intérêts" à ceux qui n'ont pas accepté les restructurations de dette en 2005 et de 2010.

Blocage new yorkais

Le dernier remboursement de dette argentine aux créanciers privés, d'un montant de 539 millions de dollars, est bloqué depuis le 26 juin sur un compte de la Bank of New York (BoNY) sur décision du juge américain Thomas Griesa, qui a condamné l'Argentine à verser 1,3 milliard de dollars à deux fonds "vautours", détenteurs de moins d'un pour cent de la dette. Mais Buenos Aires s'y refuse, avançant que l'application du jugement ferait s'écrouler la restructuration de la dette acceptée par 93% des créanciers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2014 à 21:20 :
Bien joué l'argentine!
Il faut se débarrasser des racketteurs et des vautours!
a écrit le 12/09/2014 à 15:42 :
Eh oui, les bankster vautours ont perdu une bataille et vont perdre la guerre le jour où l'Argentine paiera ses dettes à Pékin ou à Moscou.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :