Argentine : la Banque mondiale compte débloquer 5,3 milliards de dollars

 |   |  397  mots
(Crédits : Photo Reuters)
Le nouveau prêt vise à désenclaver des quartiers défavorisés et renforcer la productivité agricole du pays latin. La Banque mondiale a donné son feu vert mardi 9 septembre à un nouveau partenariat avec l'Argentine en mal de financement sur les marchés.

Une bouffée d'air pour l'Argentine? La Banque mondiale (BM) a indiqué avoir donné son feu vert, mardi 9 septembre, à un nouveau partenariat avec Buenos Aires, dans un communiqué. Elle octroierait ainsi un prêt total de 5,3 milliards de dollars à l'Argentine pour les années budgétaires 2015-2018.

Désenclavement des quartiers défavorisés

Jesko Hentschel, directeur de la BM pour l'Argentine, cité dans le communiqué, a ainsi déclaré:.

"La Banque mondiale va soutenir l'Argentine en ciblant les populations les plus vulnérables dans la société, notamment dans les zones les plus pauvres du pays"

La stratégie approuvée par l'institution vise notamment à désenclaver des quartiers défavorisés, à renforcer la productivité agricole, à réduire les "risques environnementaux" et à préserver les ressources naturelles du pays, selon le communiqué.

C'est "un outil pour parvenir à une croissance équitable", a estimé le ministre argentin de l'Economie, Axel Kicillof, également cité dans le communiqué.

La Banque mondiale déjà engagée à hauteur 5,6 milliards de dollars

Soumis à des feux verts successifs de la BM, les financements proviendront à la fois de la branche de l'institution consacrée aux pays émergents (1 à 1,2 milliard de dollars par an) et de sa filiale en charge du secteur privé (1,7 milliard sur trois ans).

La Banque mondiale est actuellement déjà engagée en Argentine à hauteur d'environ 5,6 milliards de dollars, selon le communiqué.

Une inflation annuelle à 30% pour l'Argentine

Affaiblie par une récession économique, l'Argentine est en butte à une inflation annuelle supérieure à 30%. Elle a dû se déclarer en défaut de paiement de partiel début août en raison d'un litige sur la dette lié à la faillite du pays en 2001.

Le pays a connu à la mi-août un échec de négociations avec les fonds "vautours" à qui elle doit 1,3 milliard d'euros, en vertu d'une décision d'un tribunal américain. Si les discussions avaient abouti, le pays aurait pu éviter un défaut de paiement total

En outre, depuis début septembre, Cristina Kirchner vise à contourner le blocage imposé par la justice américaine au paiement des échéances argentines avec une loi visant à rembourser la dette du pays non plus à New York, mais à Buenos Aires, voire à Paris. Elle sera soumise au vote des députés argentins à la fin du mois de septembre. L'objectif est d'éviter des défauts de paiement techniques tel que celui survenu en août.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :