Brésil : la présidente Rousseff affrontera Neves au second tour

Dilma Rousseff a remporté 41,57% des voix devant le social-démocrate Aécio Neves (33,58%), lors du premier tour de l'élection présidentielle au Brésil ce dimanche 5 octobre. Marina Silva (21,31%), candidate encore favorite jusqu'au retournement opéré fin septembre, ne se qualifie pas pour le second tour.
Marina Torre
Marina Silva (à g.) a affronté la présidente Dilma Rousseff devant les caméras brésiliennes. Cette dernière affrontera finalement un homme au deuxième tour: Aécio Neves.
Marina Silva (à g.) a affronté la présidente Dilma Rousseff devant les caméras brésiliennes. Cette dernière affrontera finalement un homme au deuxième tour: Aécio Neves. (Crédits : reuters.com)

"L'Obama" du Brésil échoue au premier tour. Marina Silva n'obtient que 21,31% des suffrages exprimés lors du premier tour du scrutin présidentiel brésilien. L'actuelle présidente, Dilma Rousseff (41,57%), affrontera au deuxième tour le social-démocrate Aécio Neves, qui obtient 33,58% des voix, selon le décompte officialisé dimanche 5 octobre après le dépouillement de 99% des suffrages exprimés (le vote est obligatoire au Brésil).

La candidate du Parti des travailleurs (PT), adoubée par le très populaire Lula dès sa première élection en 2010, avait repris du terrain dans les sondages sur sa rivale depuis fin septembre, d'après les estimations de l'institut Datafolha.

La tragédie Campos

Marina Silva, la candidate du Parti socialiste brésilien (PSB), ex-ministre de l'Ecologie du président Luiz Inacio Lula da Silva, a été en partie "portée" par le traumatisme provoqué en août par la disparition de celui qui était alors le candidat du PSB, Eduardo Campos. Le décès de ce dernier dans un accident d'avion avaitt fait passer Marina Silva du statut de candidate à la vice-présidence à celui de rivale de la présidente en exercice en quelques heures.

Accusée de remettre en cause les programmes sociaux

D'origine amazonienne, et première métisse à pouvoir espérer devenir présidente de la première économie sud-américaine, cette sénatrice a appris à lire à 16 ans. Ancienne nonne reconvertie au protestantisme évangélique, une religion en pleine expansion dans le pays, elle a défendu un programme écologiste, s'est opposée au mariage des homosexuels et a soutenu une autonomisation de la banque centrale dans le but de réduire une inflation supérieure à 6%.

Lors d'un débat télévisée, son opposante l'a notamment accusée de vouloir remettre en cause la "bolsa familia", programme de redistribution destiné à réduire la pauvreté conçu sous Fernando Henrique Cardoso, mais qui a produit ses effets sous la présidence de Lula, quand plus de 20 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté. Une politique maintenue par sa dauphine, Dilma Roussef, ce qui lui a valu un fort soutien d'une partie de la population, en particulier dans le nord du pays.

Qui Silva soutiendra-t-elle?

Toutefois, chez d'autres électeurs a dominé une certaine lassitude à l'encontre de ce parti au pouvoir depuis plus de 11 ans et entaché en 2005 par des scandales de corruption.

Il n'en reste pas moins que cette dernière a obtenu ce dimanche une majorité des suffrages exprimés. Mais dans un scrutin où concourraient également 8 autres candidats Marina Silva joue désormais le rôle d'arbitre. Le suspens n'est donc pas levé, pointent des observateurs locaux, car cette ancienne alliée du PT pourrait décider de soutenir Neves. Sa victoire éventuelle sonnerait la fin d'une ère politique au Brésil.

Marina Torre
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 07/10/2014 à 18:20
Signaler
Certains des propos qu'on peut lire ici, passez-moi la rudesse de l'image, mais ils sont à en vomir.

à écrit le 06/10/2014 à 14:11
Signaler
La chance historique est celle que doit saisir M Pedro Passos Coelho, le premier ministre qui a redressé le Portugal. Lisboa peut très bien abriter les nombreux entrepreneurs paulistas et mineiros, capter les Brésiliens les plus riches qui recherchen...

le 06/10/2014 à 14:28
Signaler
Et qu'allaient-ils faire, les riches du Brésil, dans un pays au bord de la faillite comme le Portugal ? cela n'a pas de sens, ils pourraient venir en France, ou aller aux Etats-Unis plutôt.

à écrit le 06/10/2014 à 13:29
Signaler
Je salue l'analyse précise faite par ce commentaire bien étayé de cdf. Connaissant moi meme très bien le Brésil, je suis d'accord sur pas mal de choses , sauf un point majeur : contrairement à ce que vous dites, je crois que la majorité des brésilien...

le 06/10/2014 à 14:09
Signaler
@Finissons en Normal que vous disiez des bêtises puisque vous avez choisi les US contre la Russie et la Chine et donc vous propagez la propagande de la CIA, soutenez l'infiltration/déstabilisation du BRESIL par les US et promouvez les intérêts atlan...

le 06/10/2014 à 14:53
Signaler
…je vois que la propagande pro-poutine se trouve bien organisée dans ce forum, je vois...

le 06/10/2014 à 17:39
Signaler
Le Brésil, une éternelle colonie euro-américaine ?

à écrit le 06/10/2014 à 13:22
Signaler
le Brésil doit seul choisir son président, mais avec l'actuelle si réélue attention à la corruption. que le Brésil choisisse avec discernement mais, la droite n'est pas toujours pro US.

le 06/10/2014 à 13:46
Signaler
Les résultats du scrutin en Israel (présidentielle brésilienne, 1 er tour) : Aécio Neves : 70 des votes valables, Marina Silva : 36 votes et Dilma Roussef : 9 votes !!! la messe est dite. À bon entendeur….

le 06/10/2014 à 15:17
Signaler
@Décli-cteur Israël un pays tenu par la droite dure Netanyahou, complice des néos- cons us, sur ce coup vous êtes très insuffisant, vous n'avez rien d'autre comme arguments, vrais, solides ..??!!

le 06/10/2014 à 15:56
Signaler
C'est Israel qui montre la tendance, toujours.

à écrit le 06/10/2014 à 13:03
Signaler
10 réponses à Discours à l’ONU de la Présidente du Brésil Dilma Rousseff et notamment "L’histoire du XXe siècle prouve que l’abandon du multilatéralisme est le prélude à des guerres ne laissant comme trace que misère humaine et dévastation. Elle nous...

à écrit le 06/10/2014 à 11:48
Signaler
Toute la grande presse et les grands médias occidentaux saluent l'ascension fulgurante du candidat de droite Neves au premier tour des élections présidentielles au Brésil. Une très agréable surprise. Et pourquoi ? parce que ce candidat incarne les va...

le 06/10/2014 à 12:06
Signaler
@Nevès Hélas non, les intérêts du monde libre seront préservés par la réélection de Dilma ROUSSEF .. La confirmation/intégration du BRESIL dans les BRICS va préserver le moyen de s'opposer à la mainmise planétaire des US qu'une presse décidément e...

le 06/10/2014 à 13:37
Signaler
Normal que vous disiez des bêtises puisque vous avez choisi la Russie donc êtes soumis à la propagande du FSB dont est issu Poutine. Les mêmes qui ont râté leur putsch lamentable dans les années 90 et qui a pour partie fait couler la Russie dans le c...

à écrit le 06/10/2014 à 9:12
Signaler
Au Brésil il faut impérativement qu'on mette sur place un gouvernement de droite et pro-Washington pour qu'on puisse à la longue faire le pays quitter les BRICS et revenir à la bonne et vieille pagaille sud-américaine. La sortie du Brésil du BRICS va...

le 06/10/2014 à 10:21
Signaler
@cdf"ll est bien possible que la CIA soit déjà en train de faire son boulot au Brésil", oui comme partout dans le monde encore libre la déstabilisation US est à l'oeuvre, oui le monde encore libre doit rejoindre les Brics avec Chine Russie Brésil ......

le 06/10/2014 à 11:16
Signaler
Si ce n'est pas du "discours vide" ou de l'ironie fine, alors, Décrypteur, tu es un drôle d'Occidental….

le 06/10/2014 à 11:21
Signaler
@cdf Et toi ami, un drôle de patriote ppur vendre ta nation aux !

le 06/10/2014 à 11:24
Signaler
@cdf Et toi toi ami, un drôle de patriote qui vend ta nation et les ...autres aux US...

le 06/10/2014 à 13:32
Signaler
et comment savez vous qu'il est brésilien ? vous avez une boule de cristal ?

le 06/10/2014 à 15:07
Signaler
@la belette Voui!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.