Croissance américaine : il ne faut pas s'emballer

 |   |  477  mots
(Crédits : Reuters)
La hausse du PIB plus forte que prévu au troisième trimestre (3,5% en rythme annuel) n'empêchera pas la croissance de plafonner autour de 2% sur l'ensemble de 2014. La consommation reste freinée par la montée des inégalités: la majeure partie de la population voit ses revenus au mieux stagner

L'économie américaine serait-elle en passe d'accélérer ? On pourrait le penser, après l'annonce d'une croissance plus forte que prévu cet été. Elle a atteint 3,5% en rythme annuel, au troisième trimestre, au lieu des 3% attendus.

Les Etats-Unis, où le chômage est au plus bas (moins de 6% de la population active), seraient donc sur la voie d'une expansion à vive allure. Rien à voir avec la stagnation de la zone euro, qui flirte avec la déflation. La Fed aurait donc eu raison d'annoncer mercredi soir l'arrêt des mesures monétaires non conventionnelles de soutien à l'économie.

Un bilan pas si flatteur

A regarder les chiffres de plus près, le bilan apparaît moins flatteur. D'abord, en dépit de ces chiffres très élevés du troisième trimestre -à tout le moins en regard avec la situation européenne- la hausse du PIB ne devrait guère dépasser 2% en volume cette année. Pas de quoi pavoiser en regard des performances habituelles de l'économie américaine en phase de reprise, qui tangentent souvent les 4%.

En outre, le rebond du troisième trimestre tient beaucoup à une forte hausse des dépenses publiques de Défense -assimilées à l'investissement. Ces dépenses contribuent pour plus 20% à la croissance de ces trois mois. Il ne fait guère de doute qu'elles ne se renouvelleront pas tous les trimestres.

Le commerce extérieur s'est bien tenu également, contribuant pour près de 40% à la croissance, grâce à une hausse des exportations et une baisse des importations. Mais là aussi, cette tendance est fragile.

Une consommation fragile

Quant à la consommation, elle a augmenté sur un rythme annuel de 1,8%. Là aussi, ce chiffre peut paraître favorable, eu égard aux « standards » européens, mais il est faible pour les Etats-Unis. Si ce chiffre se confirme sur l'ensemble de l'année 2014, ce sera l'une des plus faibles hausse de la consommation depuis 15 ans, crise de 2008-2009 mise à part.

Une vraie rupture s'est produite dans le rythme de la consommation américaine depuis la crise. Elle peut être reliée à l'envolée des inégalités de revenus. Depuis 2010, la quasi-totalité de la hausse des revenus est accaparée par une infime partie de la population -1% des ménages, les plus aisés- , une minorité qui ne peut évidemment consommer indéfiniment. Elle contribue donc à la hausse du taux d'épargne constaté (il a atteint 5,5% au troisième trimestre, là aussi un taux élevé en regard des moyennes américaines).

Gaz de schiste et faibles salaires

Ce qui soutient notamment la croissance américaine, c'est une reprise industrielle, marquée dans les Etats du sud, fondée sur une énergie bon marché -gaz de schiste, pétrole non conventionnel- et des salaires très faibles. Le smic américain a vu son pouvoir d'achat baisser de 33% depuis 1968!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 17:52 :
Les USA ont en effet l’insigne avantage de pouvoir accumuler la plus grosse dette mondiale, d’autre part la Réserve fédérale des USA achêtent les emprunts du Trésor sans que choquer personne. Si cela n’est pas un moyen d’en fausser les adjudications nouvelles et de peser sur le marché secondaire de la dette. Et si ce n’est pas une tricherie, il faudra qu’un bienveillant lecteur nous explique ce que c’est.

Mais voilà, les USA tiennent le monde entier par le niveau de leur endettement ; ils peuvent donc faire ce qu’ils veulent avec leur dette publique sans déclencher de scandale. Le seul tort des Grecs et des Irlandais est de ne pas avoir emprunté assez pour disposer de la licence mondiale de tricher autant. La France, la pauvre, comme les autres, en subit les conséquences.
Réponse de le 31/10/2014 à 18:03 :
Le bilan de l’endettement des USA est accablant. Le pays est totalement insolvable. Mais cela, n’est pas une surprise. On pourrait élargir la notion d’insolvabilité nationale à une fraction de la valeur des patrimoines détenus par les résidents américains ou les entreprises américaines. Mais est-ce bien nécessaire ? Au pays des chiffres fantastiques, les USA multiplient les records de richesse fictive.Il ne sert à rien d’aller dans cette direction.
L’insolvabilité se constate d’abord au plan de son économie nationale : L’addition de la dette publique (Etat fédéral + administrations subfédérale) et de la dette privée non financière (ménage et entreprise) atteint 39771 Md de $ fin 2010 soit 269 % du PIB. Si l’on y ajoute la dette des GSE et la dette financière, l’endettement brut atteint les 61809 Md de $, soit 419 % du PIB. L’endettement net des USA est évidemment inférieur, mais il reste colossale. Le pays est en fait insolvable.
Mais si une agence de notation comme Fitch menace de dégrader la note des USA, comme c'était le cas l'année passée, alors c'est le chaos ! les marchés financiers mondiaux ainsi que ceux des crédits plongeraient immédiatement, les marchés des devises seraient en outre seraient déstabilisés. Le monde crie "au secours" et implore à Fitch de repenser ses notes, les double-standard revient sur scène et on maintient le "statuo quo", c-à-d, on reste tous dans merd* !
Réponse de le 01/11/2014 à 14:39 :
Deus excellentes analyses, mes félicitations à vous deux.
a écrit le 31/10/2014 à 12:39 :
Hargne des Français envers les Américains ? Non, la réalité n'est pas exactement comme quelques-uns le veulent. Après que nos amis américains ont libéré la France des mains des nazis, alors s'est crée chez nous, les Français, une vraie passion pour tout ce qui est américain, tout ce qui venait de l'Amérique, c'était un vrai gage d'amour. Inébranlable.

Notre culture est devenu un prolongement de la culture américaine, leurs idoles, leurs musiciens, leurs stars du cinéma sont devenu aussi nos idoles et, avec cette manière si française de voler ce qu'on aime à la folie, nous les avons adoptés sur-le-champ. N'importe quel français aura un discret tressaillement quand il regardera une enseigne américaine dans un pavé de magasins, dans un paysage, sur la page d'un journal… c'est atavique!! c'est quelque chose de très particulier, une sorte d'amour inconditionnel à un peuple, une culture qui nous a redonné la liberté au prix de la vie de beaucoup de leurs.

La France sera toujours amoureuse de l'Amérique, des valeurs américaines, de la beauté physique de ces G.I.s qui ont peuplé les rues de Paris lors de La Libération, de tant d'acteurs qui sont venus en France pour tourner dans les rues de ce Paris mythique (Fred Astaire, Gene Kelly, Marlon Brando, Harrison Ford… ), des musiciens de jazz (Louis Armstrong, Miles Davis, Quincy Jones, Thelonius Monk…), tout ce beau monde qui a tellement encouragé des artistes français à devenir aussi presque comme eux (je pense à un Michel Legrand, le plus américain des compositeurs français, à un Claude Moine qui a même changé son nom pour celui de Eddy Mitchell pour sonner plus américain…), bref, la vie culturelle française est définitivement associée à la culture américaine, nos valeurs se confondent, notre Histoire (avec un H majuscule !).

Et tant qu'il flottera une bannière étoilée au vent de n'importe quel coin de France, le cour de plus d'un authentique Français battra la chamade, en silence, certes, mais plein d'amour, d'admiration e de reconnaissance pour ce peuple qui tant nous séduit. (Mme Delphine de Beauvais)
Réponse de le 31/10/2014 à 14:50 :
Un véritable hymne d'amour aux Américains de ces amis français reconnaissants, bravo, Madame !
Réponse de le 06/11/2014 à 11:45 :
Vous ne nous avez même pas épargné le cliché raciste sur la "beauté physique des GI". Vous pensez donc qu'ils ressemblaient tous à John Wayne ?

On peut admirer un peuple sans se montrer servile, Madame.
a écrit le 31/10/2014 à 11:00 :
Merci pour cet article amenant un peu d'objectivité dans un journal qui ne véhicule, pour l'essentiel, que des messages où le monde va bien ou va aller mieux... Alors que la crise de 2007-2008 n'est toujours pas finie et qu'elle va durer jusqu'à ce qu'un nouveau monde apparaisse. Difficile à admettre, évidemment. Merci encore
Réponse de le 01/11/2014 à 20:14 :
Tu dois être de ceux qui adorent être leurrés tout le temps, ces gens qui vivent dans une bulle d'irréalité en regardant les misères du monde à travers des lunettes roses. Un type de comportement qui me rappelle celui du personnage Ingénu de Voltaire ou alors Pollyanna de Walt Disney, plus naïf tu meurs.
a écrit le 31/10/2014 à 9:33 :
Cet article parle de la faiblesse du pouvoir d'achat mais omet d'expliquer pourquoi l'Obamacare a été catastrophique sur le pouvoir d'achat des classes moyennes.
a écrit le 31/10/2014 à 4:17 :
Pour qui s’intéresse un tant soit peu à l’économie, sait que les États Unis sont en récession depuis longtemps.
Retirez simplement leurs tonnes de dollars photocopiés ces dernières années, et vous aurez déjà une idée un peu plus juste de leur situation ingérable…autrement que pas la désinformation et la guerre. 
Il ont perdu la bataille économique, celle monétaire est pliée, le dollar cancéreux se meurent.
Les cow boys ont pêché par orgueil, leur complexe d’infériorité (historique) a généré un potentiel militaire hors normes, complètement inadapté et qui paradoxalement les affaibli d’une manière inéluctable. Des sommes colossales, en pure pertes, gangrène leur potentiel à générer de la vraie valeur, sans parler de la finance qui assèche leur économie de proximité (et du reste du monde aussi). 
La CIA paye les journalistes depuis vingt ans au moins, pour orienter leurs articles. Des budgets considérables pilotés depuis Washington sont alloués à leurs agences de renseignement comme l’Atlantic Bridge, la Commission trilatérale, le German Marshall Found, l’American Council on Germany, l’Aspen Institute, etc..pour organiser forums, think tanks, oeuvres de charité et tout un tas d’autres mondanités fréquentées par la politique, les médias et autres décideurs.
Ces « affaires » plus ou moins soft mais surtout discrètes sont menées avec la bannière de la démocratie, de l’équité et de la générosité !
J’aurais tellement aimé qu’un jour nos médias main stream nous révèlent ces manigances abjectes et surtout leurs commanditaires…mais peut être ont-ils perdu la notion de quatrième pouvoir ou plus certainement fréquentent-ils trop ces cercles nauséabonds ?
Dommage que le peuple Américain n'arrive pas à faire le ménage chez lui, le monde s'en porterait tellement mieux.
Réponse de le 31/10/2014 à 8:05 :
Rien à ajouter, tout est dit !
Réponse de le 31/10/2014 à 8:27 :
Que de fantaisies ! Un exemple : le roi dollar va bientôt faire un euro aux dires de nombre d'analystes internationaux. Un autre exemple : plus de 80 % de la capitalisation mondiale des entreprises en nouvelles technologies sont aux USA. Internet est un quasi monopole US. En plus ils seront bientôt auto-suffisants en pétrole. USA seule et unique super puissance pour encore bien longtemps.
Réponse de le 31/10/2014 à 9:13 :
Brillant expose de votre part , avec une grande luciditee egalement bravo .
Réponse de le 31/10/2014 à 11:47 :
+1000
Réponse de le 31/10/2014 à 17:43 :
Vous lisez trop de BD américaines du genre Batman, Superman, Captaine Amérique…. descendez sur terre, le monde est déjà multipolaire, actualisez-vous.
a écrit le 30/10/2014 à 22:48 :
On aime critiquer les USA, l'Allemagne, le R.U, la Suisse, la Chine..... Oui ces pays ne sont pas parfaits mais la France est une catastrophe et un territoire sans avenir. Les faiblesses des autres ne sont pas une consolation. La France est injuste, divisée, archaïque, sclérosée, arrogante et ridicule. Vive les USA et les autres.....
Réponse de le 30/10/2014 à 23:05 :
Juste pour l'info et sur des chiffres reéls : le salaire réel des travailleurs américains n'augmente plus depuis le milieu des années 1970, alors que le solde négatif de la balance commerciale s'accumule constamment et dépasse aujourd'hui les 10 000 milliards de dollars. En France, au moins les salaires sont compatibles avec la croissance et l'inflation.
Réponse de le 31/10/2014 à 7:06 :
Allez travailler dans les usines en Chine...et tombez malade aux USA sans couverture santé. ...puisque ces pays ne dont pas arrogants !
Réponse de le 31/10/2014 à 12:04 :
Non, la réalité n'est pas exactement comme quelques-uns le veulent. Après que nos amis américains ont libéré la France des mains des nazis, alors s'est crée chez nous, les Français, une vraie passion pour tout ce qui est américain, tout ce qui venait de l'Amérique, c'était un vrai gage d'amour. Inébranlable.

Notre culture est devenu un prolongement de la culture américaine, leurs idoles, leurs musiciens, leurs stars du cinéma sont devenu aussi nos idoles et, avec cette manière si française de voler ce qu'on aime à la folie, nous les avons adoptés sur-le-champ. N'importe quel français aura un discret tressaillement quand il regardera une enseigne américaine dans un pavé de magasins, dans un paysage, sur la page d'un journal… c'est atavique!! c'est quelque chose de très particulier, une sorte d'amour inconditionnel à un peuple, une culture qui nous a redonné la liberté au prix de la vie de beaucoup de leurs.

La France sera toujours amoureuse de l'Amérique, des valeurs américaines, de la beauté physique de ces G.I.s qui ont peuplé les rues de Paris lors de La Libération, de tant d'acteurs qui sont venus en France pour tourner dans les rues de ce Paris mythique (Fred Astaire, Gene Kelly, Marlon Brando, Harrison Ford… ), des musiciens de jazz (Louis Armstrong, Miles Davis, Quincy Jones, Thelonius Monk…), tout ce beau monde qui a tellement encouragé des artistes français à devenir aussi presque comme eux (je pense à un Michel Legrand, le plus américain des compositeurs français, à un Claude Moine qui a même changé son nom pour celui de Eddy Mitchell pour sonner plus américain…), bref, la vie culturelle française est définitivement associée à la culture américaine, nos valeurs se confondent, notre Histoire (avec un H majuscule !).

Et tant qu'il flottera une bannière étoilée au vent de n'importe quel coin de France, le cour de plus d'un authentique Français battra la chamade, en silence, certes, mais plein d'amour, d'admiration e de reconnaissance pour ce peuple qui tant nous séduit.
Réponse de le 31/10/2014 à 17:45 :
Non mais…. Autant être aveugle que lire des stupidités pareilles !!...
a écrit le 30/10/2014 à 21:42 :
Pendant que les USA tournent leur planche à billets nuit et jour sans arrêt et tentent d'emballer le monde avec leur croissance hypothétique, le nouvel ordre économique mondial prend petit à petit mais effectivement son essor.

La Chine et Singapour ont supplanté le dollar américain dans leurs paiements réciproques et convertissent leurs monnaies sans recourir à une monnaie intermédiaire. La conversion directe entre le renminbi (nom officiel du yuan) et le dollar de Singapour a débuté hier, le 29.10, sur le marché interbancaire chinois et la bourse de Singapour.

De même doit se passer tout prochainement avec la Russie et à partir de l'année 2015 avec les pays du BRICS.

À quand pour l'euro ?
Réponse de le 30/10/2014 à 21:49 :
jamais pour l'euro car les américains sont des européens qui ont réussi.
ce sont nos cousins, mais peu de français veulent l'admettre que américains et européens c'est blanc bonnet et bonnet blanc. memes origines, meme mentalité, meme culture.
Réponse de le 30/10/2014 à 22:34 :
Sauf que les Américains ont trois atouts majeurs: une langue devenue le latin du 21eme siècle, une suprématie technologique dans les nouvelle technologie et....la plus puissante armée du monde.
Réponse de le 30/10/2014 à 23:04 :
La Chine essaye de contenir l'explosion d'une bulle immobilière qui donnait jusqu'à présent l'illusion que la consommation intérieure était en croissance, la Russie s'enfonce dans la crise et le prix du baril en chute va l'aider à plonger plus bas et plus vite. Je préfère largement être en Occident en ce moment que d'être dans un de ces blocs économiques qui ne sont toujours que des systèmes dépendant essentiellement de notre propre activité.
a écrit le 30/10/2014 à 20:57 :
On oublie de dire que pour réaliser cette croissance ils font de la dette, pour 1 dollar de croissance ils font 5 dollars de dettes, rien que sur cette année la dette à augmenter
de 1000 milliards, mais je suis bête ils ne rembourseront jamais leurs dettes, tandis
que nous c'est pas bien la dette LOL
Réponse de le 30/10/2014 à 21:25 :
Le "Titanic USA" est en route de collision et l'impact ça ne va pas durer . Vous voulez des chiffres en temps rééel ? alors adressez vous ici :
www.planetoscope.com/comptes-publics/1332-le-compteur-de-la-dette-publique-americaine-le-deficit-budgetaire-cumule-des-etats-unis.html
Réponse de le 30/10/2014 à 23:08 :
Aux USA la dette publique est injectée assez directement dans l'économie privée. Chez nous la dette sert essentiellement à entretenir l'Etat et empêcher toute forme de réforme qui, on l'a bien compris, remettrait en cause la politique du clientélisme industriel qui nous caractérise. Le point de vue Allemand est de nous faire sortir malgré nous de notre tendance au collectivisme, si on arrive à réduire le périmètre de l'Etat Français on pourra remercier l'Allemagne de Merkel et pas nos énarques.
a écrit le 30/10/2014 à 20:18 :
Quand vous parlez du smic américain, il faudra nous dire ce que vous entendez par là. Il y a aux Etats-Unis des salaires minimum variables selon les lieux et les activités. De plus, le salaire minimum touche essentiellement les jobs étudiants. M. Best, vous ne portez pas bien votre nom.
a écrit le 30/10/2014 à 20:15 :
Quand vous parlez du smic américain, il faudra nous dire ce que vous entendez par là. Il y a aux Etats-Unis des salaires minimum variables selon les lieux et les activités. De plus, le salaire minimum touche essentiellement les jobs étudiants. M. Best, vous ne portez pas bien votre nom.
a écrit le 30/10/2014 à 19:23 :
Quelle analyse!!! 2% de croissance c'est pas terrible parce qu'avant ils faisaient 4 %. Les salaires sont surement faibles aux Etats-Unis c'est exact quoi que supérieurs aux salaires français.
Réponse de le 30/10/2014 à 19:35 :
Si les salaires des classes moyennes sont supérieurs a ceux des français, je me demande bien pourquoi ils sont obligés de cumuler plusieurs jobs pour boucler leur fin de mois.

Et également pourquoi 50 millions d'americains font appellent aux ticket de rationnement (food stamp) pour se nourir...
Réponse de le 30/10/2014 à 20:15 :
Et le niveau de vie trois fois supérieur. Donc, sortir un élément de son contexte...
Réponse de le 31/10/2014 à 13:21 :
car les américains pauvres correspondent à notre classe moyenne en france.
c'est à dire, les américains ont un niveau de vie plus élevé, un pauvre là bas, c'est un riche chez nous.
a écrit le 30/10/2014 à 18:55 :
Ne pas s'emballer ne pas s'emballer. L'Europe, Allemagne comprise, sont en récession.... on aurait les miettes de la croissance américaine qu'on serait déjà aux anges! ça me fait pensez au mec jaloux de son voisin plus riche que lui qui dit à sa femme "tu sais ça ne durera pas. Le voisin fait le malin aujourd'hui mais ça ne durera pas". Sauf que le temps passe, le voisin est toujours plus riche, agrandit sa maison, achète un nouvelle voiture, part en vacances, et le mec jaloux, toujours pauvre, dit encore et toujours à sa femme "ça ne durera pas...". Bref la seule chose sur laquelle on peut être certain, c'est que dans 10 ans l'Europe sera toujours en panne.
Réponse de le 30/10/2014 à 19:45 :
Votre avis est aussi mon avis et je le partage.
Réponse de le 30/10/2014 à 20:17 :
Les BRICS sont en train de supprimer petit à petit le pouvoir du pétrodollar. Renseignez-vous à l'international. La mondialisation, c'est AUSSI des CONNAISSANCES plus larges des "autres".
Réponse de le 30/10/2014 à 21:17 :
En t'applaudissant debout, Yvan, toute la clique autour de moi te fait aussi une standing ovation !!! BRAVO!!! bien parlé!!!!! yvan, yvan, yvan !!….
Réponse de le 31/10/2014 à 12:33 :
C'est normal Boston boy : c'est toi qui paie leur niveau de vie les USA impriment des dollars (ou papier chiot) et toi qui veux du pétrole (qui ne se paie qu'en dollar) tu échanges tes euros, soit le résultat de ton travail, par des dollars (tout fraichement imprimé). Et qui est-ce qui est content de n’être pas jaloux ? et qui est un bon toutou à son maître ?
a écrit le 30/10/2014 à 18:15 :
"forte hausse des dépenses publiques de Défense " ...Comme dans les pays totalitaires, les dictatures... au rang desquels, la Russie, la Chine, la Corée du Nord pour ne citer que les plus connus.
Réponse de le 30/10/2014 à 20:19 :
Ce qui serait amusant serait que vous nous donniez les chiffres respectifs des défenses des pays que vous citez. Chiche... Vous serez alors écoeuré...
Réponse de le 30/10/2014 à 21:20 :
Vous avez raison, j'ai réfléchi mieux et je vois que j'ai écris une connerie. Au fait je me sens frustré car les Etats-Unis sont mon pays du coeur mais j'entends déjà son son chant du cygne. Mon Empire, je le sens, ne va pas trop durer, le monde é multipolaire et c'est la fin des haricots pour nous.
a écrit le 30/10/2014 à 18:12 :
"forte hausse des dépenses publiques de Défense " Tout est dit.
Pour le reste, le constat sur ce que sont les US sont justes. Un pays qui produit surtout de la pauvreté, de la précarité et de l'injustice. US GO HOME.
Réponse de le 30/10/2014 à 18:25 :
Tout à fait d'accord, si le PIB était calculé comme auparavant, le pays serait en récession.

Tout ces chiffres ne reflètent absolument pas la réalité de l'étendue des problèmes économiques que connait le pays. On parle beaucoup de la Chine qui maquille ses chiffres, mais franchement, je pense que les USA sont devenus les maîtres à ce jeu !
Réponse de le 31/10/2014 à 9:12 :
Il me vient une question a l esprit , l auteur de l article a t il pris en compte que le nouveau calcul du pib , integre maintenant les revenus de la prostitutions et de la drogue !
Ai je commis une erreur ou pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :