Nucléaire iranien : pessimisme sur la possibilité d'un prochain accord

 |   |  415  mots
Le secrétaire d'Etat américain va rencontrer à Vienne son homologue saoudien le prince Saoud al-Fayçal, d'après un diplomate américain. Cet entretien entre les deux ministres qui se connaissent très bien n'était ni prévu ni annoncé par l'Arabie saoudite, la grande rivale régionale de l'Iran. John Kerry informera son hôte saoudien de l'avancée des négociations sur le nucléaire, a dit ce responsable du département d'Etat.
Le secrétaire d'Etat américain va rencontrer à Vienne son homologue saoudien le prince Saoud al-Fayçal, d'après un diplomate américain. Cet entretien entre les deux ministres qui se connaissent très bien n'était ni prévu ni annoncé par l'Arabie saoudite, la grande rivale régionale de l'Iran. John Kerry "informera" son hôte saoudien de l'avancée des négociations sur le nucléaire, a dit ce responsable du département d'Etat. (Crédits : reuters.com)
L'Iran envisage de prolonger les négociations nucléaires pendant six à douze mois, aux conditions précises de l'accord intérimaire de Genève de novembre 2013, en cas d'absence d'accord politique d'ici dimanche soir, a déclaré à l'AFP une source iranienne à Vienne.

Cinq jours de pourparlers à Vienne et aucun résultat encourageant. Les négociations sur le dossier nucléaire iranien n'ont abouti à "aucun progrès significatif", indiquait samedi 22 novembre une source européenne proche des négociations citée par l'AFP. Au point que la perspective de parvenir à un accord complet d'ici lundi soir, date butoir que se sont fixée l'Iran et les grandes puissances pour sceller un accord historique dans ce dossier, apparaît désormais "physiquement impossible", a déclaré la même source.

L'Iran envisage même de prolonger les négociations nucléaires pendant six à douze mois, aux conditions précises de l'accord intérimaire de Genève de novembre 2013, a déclaré à l'AFP une source iranienne à Vienne.

Plus assez de temps pour la conclusion d'un accord "précis"

"Pour qu'on arrive à un accord, il faudrait que les Iraniens bougent d'une manière assez substantielle", relève le diplomate. Et "même si on arrive à un accord politique, les annexes techniques ne seront pas prêtes. Or, dans notre esprit, rien ne sera agréé tant que tout ne sera pas agréé y compris les annexes", observe-t-il, soulignant que "l'objectif est d'arriver à un accord précis". Un éventuel accord politique devrait ainsi nécessairement être suivi de difficiles négociations détaillées.

Selon Reuters, des discussions sur une prolongation des négociations au delà de la date de lundi pourraient démarrer dimanche.

Douze ans de tensions internationales

L'Iran et les grandes puissances du "5+1" (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) tentent depuis six jours dans la capitale autrichienne de mettre fin à douze ans de controverse sur le programme nucléaire de Téhéran, en échange d'une levée des sanctions internationales contre la République islamique. Les discussions achoppent en particulier sur le rythme de la levée des sanctions en cas d'accord et sur la capacité d'enrichissement d'uranium que pourrait conserver l'Iran pour ses besoins nucléaires civils.

Selon l'AFP, le secrétaire d'Etat américain John Kerry va rencontrer dimanche après-midi à Vienne son homologue saoudien le prince Saoud al-Fayçal, d'après un diplomate américain. Cet entretien entre les deux ministres qui se connaissent très bien n'était ni prévu ni annoncé par l'Arabie saoudite, la grande rivale régionale de l'Iran. John Kerry "informera" son hôte saoudien de l'avancée des négociations sur le nucléaire, a dit ce responsable du département d'Etat.

---------------------------------

Article actualisé le 23 novembre à 14h.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 15:56 :
Une photo signée AP d'aujourd'hui illustre de façon didactique l'ambiance de ces pourparlers à Vienne : on y voit presques tous les ministres des AE des "5+1" en arborant le sourire, tous en montrant les dents aux photographes. Il n'y a que deux qui tirent la geuele, vous devinez qui ? Kerry et Fabius !! allez savoir pourquoi justement ces deux là….
a écrit le 23/11/2014 à 10:24 :
Que l'on arrête de nous parler d'un accord, il n'y en aura pas . Parler d'une prolongation des négociations sur 6 mois ou 1 an est une absurdité car en janvier les 2 chambres américaines imposeront de nouvelles sanctions et B.Obama cédera (les républicains lâcheront du lest sur un autre dossier), avec à la clef un raidissement des positions iranienne. Il est d’ailleurs peu probable que le négociateur Javad Zarif conserve son poste, car à Téhéran aussi les ultras tiennent les rênes. L'objectif des antis était de faire durer les négociations, L.Fabuis était là pour ça et il a parfaitement rempli son rôle. Reste que sur ce dossier (aussi important que l'Obama-care pour le président américain), F. Hollande n'aura pas su travailler main dans la main avec B.Obama qui en a maintenant terriblement besoin, le président français n'aura pas su imprimer sa marque dans l'histoire géopolitique du monde, sauf au Mali et en Centre-Afrique, mais cela restera plus anecdotique.
a écrit le 22/11/2014 à 21:41 :
Selon les sources, c'est le négociateur français celui qui met le batôn dans les roues des pourparlers. Veut-il embêter les US ou qui donc ?...
Réponse de le 23/11/2014 à 9:02 :
Ce type de négociation demande un grand poids politique, économique et de « puissance de feux » les interlocuteurs qui à mon avis ont un réel poids sont les US la Chine et la Russie, les autres sont sur un strapontin pas pour leur capacité à peser et encore moins à imposer une ligne directrice et à fortiori commune. Les US pour éviter de trop montrer leur suprématie actuelle ont besoin de porter dans leur valise des alliés qu’ils sont fiers!!!d’exhiber comme garant d’une certaine forme de « démocratie » de décisions. Ce n’est pas un propos anti US mais simplement à mon avis une réalité des puissances en présence celles qui font bien sur le papier et celles qui ont du poids. Un jour viendra où la Chine pour des raisons de super puissance fera à l’identique. En marge, pour avoir travaillé en Iran, les iraniens sont de fins négociateurs.
a écrit le 22/11/2014 à 21:32 :
Cause otujours tu m interresse dixit le Guide supreme et suivez rz suivez mes yeux pour voir quel est le pays nucleaire en Proche Orient, Mais suivez mes yeux une fois pour touteplease thank you very nuch M, Coca Cola
a écrit le 22/11/2014 à 20:35 :
Vos lignes téléphoniques sont-elles bien sécurisées ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :