La production industrielle chinoise s'essouffle en novembre

 |   |  305  mots
Ces statistiques confirment dans l'ensemble l'accès de morosité de la conjoncture, après l'annonce en début de semaine d'une chute inattendue des importations chinoises.
Ces statistiques confirment dans l'ensemble l'accès de morosité de la conjoncture, après l'annonce en début de semaine d'une chute inattendue des importations chinoises. (Crédits : reuters.com)
Nouveau signe d'un ralentissement de la deuxième économie mondiale : la production industrielle de la Chine n'a progressé que de 7,2% en novembre selon des chiffres gouvernementaux publiés vendredi.

Après des hausses de 8% en septembre et 7,7% en octobre, la croissance de la production industrielle chinoise continue de ralentir. Le chiffre dévoilé par le Bureau national des statistiques (BNS) s'établit en deçà de la prévision médiane de seize analystes interrogés par le Wall Street Journal, qui tablaient sur une progression de 7,5%.

Léger sursaut

En revanche, les ventes au détail en Chine se sont quelque peu ressaisies, gonflant de 11,7% en novembre sur un an après avoir grimpé de 11,5% le mois précédent, suggérant un sursaut modéré de la consommation des ménages.

Quant aux investissements en capital fixe —qui reflètent les dépenses dans les infrastructures—, ils ont grossi de 15,8% sur un an au cours des onze premiers mois de 2014 (janvier-novembre), un niveau correspondant aux attentes du marché.

C'est toutefois un ralentissement par rapport à la progression enregistrée sur les dix premiers mois (+15,9% sur un an), leur rythme de croissance le plus faible depuis 2001.

Conjoncture morose

Ces statistiques confirment dans l'ensemble l'accès de morosité de la conjoncture, après l'annonce en début de semaine d'une chute inattendue des importations chinoises qui a mis en exergue une demande intérieure désespérément terne.

La croissance économique de la Chine a ralenti à 7,3% au troisième trimestre, son plus bas niveau depuis 5 ans, alors même que Pékin s'est fixé un objectif d'"environ 7,5%" pour l'ensemble de l'année. Un pari difficile à tenir, selon la plupart des analystes : la consommation est toujours à la peine, le marché immobilier —un pilier du PIB— n'en finit pas de s'effriter et les tensions déflationnistes s'intensifient.

La hausse des prix à la consommation dans le pays a ainsi marqué le pas en novembre, à 1,4%, soit le plus bas niveau d'inflation depuis 2009, et la tendance devrait encore s'accentuer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2014 à 13:16 :
Du bidonnage auquel on s'est habitué, hélas, à voir sur nos médias-Système. Si un cabinet-conseil publie une étude sur l'état de l'économie d'un pays européen ou des Etats-Unis, la presse-Système le publie et vénère les analyses comme étant objectives et tout à fait correctes (notamment si celles-ci laissent présager des bonnes choses pour le pays concerné). En aucun moment nos journalistes mettront en question la validité des résultats due à une éventuel étude commandé par l'Etat. Quand il s'agit d'un État-presque-ennemi (la Chine, la Russie, l'Inde, le Brésil… quel hasard, ils appartiennet tous aux BRICS , tiens !) alors nos braves hommes de presse vont lever leurs boucliers-plumes-claviers en disant que c'est du RP !

Or la réalité nous prouve que c'est exactment le contraire que se passe, que les pays occidentaux ont toujours l'intérêt de montrer leurs économies encore plus stables et plus fortes qu'elles ne le sont, la raison majeure de l'effondrement généralisé qu'on voit autour de nous depuis belle lurette. Les autres économies, au contraire, ont tout intérêt de publier des études fiables car elles savent que si celles-ci sont bidonnées, l'omnipuissant réseau des médias-Système vont étaler ces manipulations au grand jour. Donc, l'objectivité est de mise.

Une étude publiée aujourd’hui par Awara Group, une firme d’experts-conseils en Russie, montre que l’économie de la Russie n’est pas aussi dépendante du pétrole et du gaz qu’aussi souvent revendiqué. Vous pouvez trouver un article à ce sujet, traduit en français, – avec même le lien direct de l'agence qui l'a publiée – à cette adresse:
www.vineyardsaker.fr/2014/12/12/un-etude-realisee-par-un-cabinet-russe-montre-la-resilience-de-la-russie-face-aux-sanctions/

Heuereusement que de nos jours, et grâce au réseau d'information indépendante sur la toile, nous avons la possibilité de marcher entre les gouttes de la propagande la plus infâme pour aller aux sources de la bonne information concernant la réalité des sujets traités, d'ordinaire, de la façon la plus tendancieuse et biaisée dans les médias-Système. Fort heureusement !
a écrit le 13/12/2014 à 12:09 :
L’International Center for Monetary Banking (ICMB) a additionné trois dettes :
dette publique + dette des ménages + dette des entreprises. Le vainqueur de la coupe du monde est l’Irlande, avec tous les honneurs.

1- Médaille d’or : Irlande.
Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 442 % du PIB.

2- Médaille d’argent : Japon.
Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 411 % du PIB.

3- Médaille de bronze : Portugal.
Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 379 % du PIB.

4- Belgique : 350 % du PIB.

5- Grèce : 304 % du PIB.

6- Espagne : 300 % du PIB.

7- Pays-Bas : 294 % du PIB.

8- Suède : 293 % du PIB.

9- Canada : 284 % du PIB.

10- Royaume-Uni : 276 % du PIB.

11- Etats-Unis : 264 % du PIB.

12- Italie : 258 % du PIB.

13- France : 254 % du PIB.

14- Finlande : 242 % du PIB.

15- Autriche : 235 % du PIB.

16- Corée du Sud : 232 % du PIB.

17- Hongrie : 223 % du PIB.

18- Chine : 217 % du PIB.

19- Australie : 209 % du PIB.

20- Allemagne : 193 % du PIB.

(Pour info : Russie : 43 % du PIB)
a écrit le 12/12/2014 à 19:43 :
et ca continue j espere de tout mon coeur. C est un dragonneau en papier mache
Réponse de le 13/12/2014 à 15:25 :
Tu crois aussi au Père Noel ? et aux promesses d'Obama ? aux menaces de McCain ? pourquoi tu crois à toutes ces choses là ?
Réponse de le 13/12/2014 à 19:21 :
Parce que ! NA !
a écrit le 12/12/2014 à 17:43 :
LA CHINE N EST PAS A LABRIT D UN CRAC ECONOMIE? ON ELLE NE PAS CONTINUEZ A CETTE VITESSE DE DEVELOPEMENT SANS CASSE C EST IMPOSIBLE? DANS UN MONDE EN RESETION ECONOMIQUE???
a écrit le 12/12/2014 à 15:06 :
Travaillant dans une entrprise a capital chinoi troisieme entreprise sur son domaine: Ils n'ons plus un rond, delocalisation impossible, transferer les machines coute trop cher!
a écrit le 12/12/2014 à 12:22 :
La Chine serait en passe de devenir la plus grosse économie du monde, voire le serait déjà, affiche un taux de croissant délirant (7% du plus gros c'est énorme) et au même moment on voit les cours du pétrole s'effondrer alors que la Chine est importateur net en hydrocarbures, il y a un truc qui ne colle pas.
a écrit le 12/12/2014 à 12:13 :
Cette conjoncture morose me fait rêver.
+16% d'investissement...
a écrit le 12/12/2014 à 12:09 :
Rectificatif première économie mondiale!
Réponse de le 13/12/2014 à 15:26 :
Après l'aéroport de Toulouse, quelle sera la prochaine grande acquisition chinoise en France ? réponse dans une semaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :