Ukraine : Hollande et Merkel laissent planer l'espoir d'un cessez-le-feu

Le président français et la chancelière allemande ont rencontré jeudi le président ukrainien Petro Porochenko. Ils se rendent vendredi à Moscou.
François Hollande et Angela Merkel ont présenté jeudi à Petro Porochenko une proposition de sortie de crise acceptable par tous.
François Hollande et Angela Merkel ont présenté jeudi à Petro Porochenko une proposition de sortie de crise "acceptable par tous". (Crédits : VALENTYN OGIRENKO)

"L'espoir qu'on aboutira à un cessez-le-feu": c'est le sentiment qu'ont suscité chez le président ukrainien Petro Porochenko les discussions tenues jeudi 5 janvier à Kiev avec François Hollande et Angela Merkel. Le président français et la chancelière allemande se sont rendus en Ukraine pour lancer une nouvelle initiative diplomatique afin d'y ramener la paix.

Les combats entre séparatistes et forces gouvernementales se sont en effet intensifiés ces derniers jours dans l'Est du pays.

Poutine prêt à des "discussions constructives"

François Hollande et Angela Merkel ont présenté à Petro Porochenko une proposition de sortie de crise "acceptable par tous". Les trois dirigeants n'ont pas fait de déclaration commune.

Vendredi, le Français et l'Allemande se rendront à Moscou. Iouri Ouchakov, conseiller diplomatique de Vladimir Poutine, a assuré que le président russe était prêt à des "discussions constructives".

Obama se décidera "bientôt" sur une éventuelle fourniture d'armes à Kiev

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui est également arrivé jeudi dans la capitale ukrainienne et a aussi a rencontré Petro Porochenko, a souligné pour sa part que les États-Unis "préféraient une solution diplomatique pour l'Ukraine" mais "ne fermeraient pas les yeux" sur la présence de chars et soldats russes aux côtés des rebelles et ne voulaient pas d'une "paix à sens unique".

Il a déclaré que le président américain Barack Obama prendrait "bientôt" une décision sur la fourniture d'armes à Kiev.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 06/02/2015 à 23:29
Signaler
Les russophones de l´Ukraine devraient avoir droit á l´auto-détermination.

à écrit le 06/02/2015 à 17:16
Signaler
Je paris que d'ici fin avril Poutine et ses rebelles séparatistes auront les deux villes Debaltseve et Marioupol sous leur contrôle total, Et l’Europe fait semblant de ne rien voir et continuer à discuter avec le dictateur Poutine.. ...

à écrit le 06/02/2015 à 16:07
Signaler
Porochenko aurait-il enfin compris que Russes et Américains se font la guerre,mais c'est les Ukrainiens qui meurent et son pays qui est en ruines?:pas sûr

à écrit le 06/02/2015 à 12:34
Signaler
Poutine n'en veut pas. Avec tous les soldats qu'il a déjà envoyé au feu..........

à écrit le 06/02/2015 à 10:39
Signaler
les français ou les européens soient informés, c'est à dire d'abord éduqués. Primo qu'on rappelle l'Histoire de l'Europe, de la Russie et...des Etats-Unis. Deuzio, qu'on rappelle la cause et les provocations ou manipulations qui sont à l'origine de t...

à écrit le 06/02/2015 à 10:25
Signaler
@Bah. Ce constat, bien subtil, est de reconnaître que les US ont "des buts" et aucun "dogme" pour les atteindre et que l'UE n'a que "des dogmes" mais pas "de but"!

à écrit le 06/02/2015 à 9:57
Signaler
Comme d'habitude les US mette de l'huile sur le feu pour arriver a ses buts et les européens joue la com. pour gérer la terreur au profit de ses dogmes!

à écrit le 06/02/2015 à 9:55
Signaler
POROCHENKO est un milliardaire, HOLLANDE un millionnaire, qui commande ? Le patron ou l'ouvrier, on rigole doucement !

à écrit le 06/02/2015 à 9:51
Signaler
Des pourvoyeurs de guerres, une vrai honte, des milliers de morts, femmes enceintes, femmes, enfants, vieillards, ils ont tous du sang sur les mains dans le conflit Ukrainien. Coupables de guerres. A quand un nouveau procès de Nuremberg ?

à écrit le 06/02/2015 à 9:39
Signaler
Tiens l'empire de Charlemagne redécouvre qu'il peut s'entendre et éviter le conflit sur le continent avec leur meilleur intérêt stratégique. Il faut surtout éviter de tomber dans le piège étatsunien qui consiste à armer Porcochenko

à écrit le 06/02/2015 à 8:58
Signaler
Faire le constat: c'est une guerre civile.

à écrit le 06/02/2015 à 8:31
Signaler
Le 1er ministre Grec a appelé Moscou, suite à la décision de la BCE !!! lu dans un journal économique étranger !!! mais CHUUUTTTT faut pas faire peur aux français !!!! et puis on relate ce que l'on veut, pour le bien du peuple !!! Et après on s’éto...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.