L'Ukraine, antichambre d'un affrontement Occident-Russie

 |   |  1802  mots
Vladirmir Poutine et le président ukrainien Petro Porochenchenko, lors de leur 2e rencontre, le 27 août Minsk.
Vladirmir Poutine et le président ukrainien Petro Porochenchenko, lors de leur 2e rencontre, le 27 août Minsk. (Crédits : reuters.com)
L'inquiétude reste de rigueur en ce début d'année, alors qu'est annoncé pour le 15 janvier un sommet réunissant les dirigeants de la Russie, de l'Ukraine, de l'Allemagne et de la France. Tout au long de l'année 2014, la "crise ukrainienne" a occupé le devant de la scène européenne et mondiale. La Tribune vous résume les péripéties et les impacts géopolitiques et économiques sur les pays en lice comme sur l'Union européenne.

Le mois de novembre 2013 est le point de départ de la crise ukrainienne: le président ukrainien Viktor Ianoukovitch décide alors de rejoindre l'Union douanière avec la Russie. Et ce, alors qu'un accord d'association avec l'Union européenne, en cours de négociation depuis 2009, est proche de la ratification. L'Ukraine semble tourner le dos à l'Europe. Mais des manifestations pro-européennes massives apparaissent et se multiplient dans le pays.

De la répression des manifestations à la destitution du président

  • Janvier 2014

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch tente de briser le mouvement en décrétant des lois anti-manifestations. Le 22 janvier, la répression s'accentue : plusieurs manifestants meurent dans des batailles de rue à Kiev lors d'affrontements avec la police.

  • Février

Des dizaines (une centaine selon certains témoignages) de personnes meurent sous les balles des forces de l'ordre dans de nouvelles manifestations au cours de la journée du 20 février. Le pouvoir en place tente de calmer le jeu et signe des accords avec les opposants. Mais le 22 février, Viktor Ianoukovitch est destitué de ses fonctions par les députés ukrainiens. Le chef du Parlement Olexandre Tourtchinov, un proche de l'opposante Ioulia Timochenko, le remplace à la présidence du pays. Le 24 février, Dimitri Medvedev, le premier ministre russe, assène que le nouveau pouvoir en Ukraine est "illégitime".

La Russie ne réagit pas seulement verbalement mais décide aussi de renforcer ses intérêts en Crimée, région à majorité russophone. Après avoir placé ses troupes en état d'alerte aux frontières et menacé d'intervenir pour sauvegarder les intérêts de la population russophone, elle promettra 5 milliards d'euros d'aides pour les entreprises en Crimée, le 27 février. Le nouveau pouvoir de Kiev craint une "invasion" armée.

Détachement de la Crimée et premières sanctions contre la Russie

  • Mars

La Russie approuve l'idée d'une intervention militaire en Crimée le 1er mars. La Chambre haute du parlement russe, le Conseil de la Fédération, approuve le déploiement des forces armées dans la région ukrainienne, sur demande du président Vladimir Poutine. L'objectif est de recourir aux "forces armées de la Fédération de Russie sur le territoire de l'Ukraine jusqu'à la normalisation de la situation socio-politique dans ce pays".

Silencieux depuis la destitution de Viktor Ianoukovitch, Vladimir Poutine nie l'implication russe en Ukraine, le 4 mars. Il affirme que ce sont des "forces locales d'auto-défense" qui bloquent les bases et fustige un "coup d'Etat" contre le "seul président légitime", Viktor Ianoukovitch. Depuis plusieurs jours, responsables militaires ukrainiens et russes se livrent une guerre des nerfs à coups d'ultimatums sur un possible assaut des forces russes.

Le 16 mars 96,77% des habitants de la Crimée votent en faveur de l'annexion par Moscou, un vote organisé par le parlement de Crimée, qui avait déjà voté le rattachement de la région à la Russie jeudi 6 mars. Le président russe entérine le 18 mars le détachement de la Crimée, qui rejoint ainsi la Fédération de Russie. La France réagit, envisageant la possibilité d'annuler la vente de deux navires militaires français Mistral à la Russie "si Poutine continue ce qu'il fait" en Ukraine, déclare le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, le 17 mars.

Fin mars, la Russie tente de calmer le jeu avec les Occidentaux. Le président russe a appelé son homologue américain Barack Obama à étudier "les mesures que peut prendre la communauté internationale pour coopérer en vue d'une stabilisation".

L'est de l'Ukraine s'embrase malgré les premiers contacts Poutine-Porochenko

  • Avril

Le 20 avril, les États-Unis prévoient de fournir à l'Ukraine une aide de 36 millions d'euros pour permettre au pays de se gouverner seul, sans "intimidations" étrangères. Une semaine plus tard, Washington accélère et  annonce de nouvelles sanctions contre la Russie. Celles-ci visent le premier cercle de Vladimir Poutine et l'industrie de défense russe. La Russie connaît à ce moment-là des difficultés, avec une récession. Selon les estimations du gouvernement russe, le PIB du pays s'est contracté de 0,5% pendant les premiers trois mois de 2014 par rapport aux trois derniers de 2013. Les mesures adoptées ou prévues par les Etats-Unis et l'Union européenne n'y sont pas pour rien: elles découragent les investissements et provoquent une fuite des capitaux.

  • Mai

Début mai, Kiev accuse une nouvelle fois la Russie de chercher à la "détruire" après la propagation des troubles séparatistes dans l'est du pays et les violences à Odessa, où les pro-russes ont attaqué un bâtiment de police. Environ 2.000 personnes ont lancé un assaut contre le siège de la police de cette ville portuaire du sud, a constaté l'AFP.

Le 12 mai, près de 90% des électeurs de la région de Donetsk auraient suivi le choix de la Crimée. Ils auraient voté "oui" lors de l'un des référendums du 11 mai ayant pour objet l'indépendance de la région. Kiev et ses partenaires occidentaux ne reconnaissent pas la légalité de ce scrutin.

  • Juin

Un avion de transport militaire ukrainien est abattu par des séparatistes prorusses à Lougansk, un des bastions de l'insurrection à l'est du pays, faisant 49 morts. C'est l'attaque la plus meurtrière depuis le lancement il y a deux mois d'une opération "antiterroriste" de Kiev dans l'est rebelle. Cette attaque met à mal l'espoir d'une détente née ces derniers jours après les premiers contacts entre le nouveau président ukrainien Petro Porochenko, élu le 7 juin lors d'élections anticipées (qui ne se sont pas déroulées dans une partie de l'est de l'Ukraine), et son homologue russe.

Les sanctions économiques s'accélèrent

  • Juillet

Kiev gagne à nouveau du terrain face aux rebelles pro-russes de l'est du pays et reprend la ville de Slaviansk. Les Occidentaux sanctionnent à nouveau la Russie  le 17 juillet. Les Européens décident de geler des programmes menés en Russie par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Washington adopte des sanctions de plus grande ampleur encore : le géant pétrolier russe Rosneft est mis sur liste noire. Ses avoirs aux Etats-Unis sont gelés et les entreprises américaines ont interdiction de mener des transactions avec lui. Ces nouvelles sanctions sont décidées alors que le crash d'un Boeing de Malaisia Airlines survient en Ukraine. Les causes précises ne sont pas déterminées mais les déclarations et annonces s'enchaînent, les pro-Russes accusant les Ukrainiens, et vice-versa.

Le 29 juillet, les sanctions économiques contre la Russie franchissent un nouveau palier : Les États-Unis et l'Union européenne tombent d'accord pour alourdir les sanctions. L'énergie, la finance et les armes, sont les secteurs les plus touchés par ces nouvelles mesures. La Russie contre-attaque le 31 juillet, en imposant une réduction des importations agroalimentaires venant de l'Union Européenne, et menace de frapper d'autres secteurs si les sanctions continuent.

  • Août

Effet collatéral des sanctions et contre-sanctions: des projets entre Européens et Russes sont annulés: l'Allemagne renonce définitivement à un projet militaire avec la Russie le 4 aout. Un vaste projet d'équipements militaires conclu entre le groupe de défense Rheinmetall et la Russie est suspendu depuis mars. En outre, l'industrie allemande a connu une chute importante de ses exportations vers la Russie au premier semestre 2014: 15% sur les 5 premiers mois.

La France est toujours réticente à livrer les Mistral: la Russie annonce qu'elle ne paiera sa commande à la France qu'à la réception du deuxième navire. Paris conditionne la livraison des porte-hélicoptères à "l'attitude de la Russie" dans la crise ukrainienne.

Le gouvernement russe est sous pression économiquement. Selon ses estimations, le PIB n'augmentera que de 1% en 2015, contre 2% prévu auparavant. Il l'impute aux effets de la crise ukrainienne, et des sanctions occidentales qui en découlent. La deuxième rencontre de Vladimir Poutine avec Petro Porochenko, le 27 août à Minsk, ne donne rien. La Russie accroît même les tensions en évoquant la création d'un Etat dans l'est de l'Ukraine, le 31 août. Jusqu'à présent, la Russie avait seulement demandé que les régions orientales de l'Ukraine, majoritairement russophones, aient davantage d'autonomie dans un système fédéral moins centralisé.

Un cessez-le-feu qui ne tient pas en Ukraine

  • Septembre

A Minsk, un cessez-le-feu est signé par les autorités ukrainiennes avec les séparatistes prorusses., entrant en vigueur le 5 septembre. Le président ukrainien Porochenko annonce ordonner à l'armée ukrainienne de cesser les hostilités.

Pourtant, du côté des occidentaux, on ne relâche pas la pression tant que le cessez-le-feu entre Kiev et les séparatistes pro-russes ne se "concrétise pas": la France gèle la livraison des Mistral à la Russie. Jeudi 11 septembre, l'Europe avalise cinq nouvelles sanctions contre la Russie, notamment dans le secteur pétrolier et l'accès aux capitaux.

Dans la foulée de l'Europe, les États-Unis annoncent de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant de nouveaux groupes pétroliers et entreprises de défense, et limitant l'accès des principales banques russes aux marchés américains de la dette et des actions.

  • Octobre

Le 12 octobre, Vladimir Poutine annonce le retrait de plus de 17.000 soldats russes stationnés à Rostov, une ville située à l'ouest de la Russie. Quelque jours plus tard, il rencontre son homologue ukrainien pour la troisième fois.

Un revirement du côté de la France ? Paris se met en situation de livrer le Mistral à la Russie. Moscou annonce avoir été invité à prendre possession le 14 novembre du premier porte-hélicoptères de type Mistral vendu par la France à la Russie. In fine, cela n'aboutira pas.

   Lire >> Mistral perdant?

  • Novembre

Le cessez-le-feu du 5 septembre semble un lointain souvenir. Le 6 novembre, les séparatistes affirment que l'armée ukrainienne vient de lancer une nouvelle offensive. Le 7 novembre, selon Kiev, 32 chars en provenance de Russie ont franchi la frontière.

L'Ukraine se rapproche de l'Otan

  • Décembre

Le 18 décembre, pour réaffirmer son opposition à "l'annexion illégale" de la péninsule ukrainienne par la Russie, l'Union européenne décide d'interdire tous les investissements européens en Crimée, y compris les croisières, ainsi que l'exportation d'un certain nombre de biens et technologies. Le 23 décembre, le parlement ukrainien choisit de renoncer au statut de non-aligné du pays pour se rapprocher de l'Otan.

Pour Moscou, cette décision fait de Kiev "un adversaire militaire potentiel de la Russie". Les négociations reprennent toutefois entre séparatistes et autorités ukrainiennes à Minsk en fin d'année, mais semblent patiner.

Une nouvelle réunion est prévue le 15 janvier entre Petro Porochenko, Vladimir Poutine, Angela Merkel et François Hollande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2015 à 13:21 :
Juste pour l'info, puisque la "menace" Russie-Poutine s'est temporairement éffacée des "unes" de nos journaux, en janvier 2015 la Russie recevra les premières cargaisons de denrées alimentaires depuis l'Iran. Selon les autorités russes, la gamme et les quantatités des exportations iraniennes sont suffisamment amples et de la meilleure qualité.
Et, cerise sur le gâteau russe, les paiements seront probablement effectués en monnaies nationales ou sur la base des livraisons de produits intéressant chacune des parties. Exit US dollar.

De quoi faire pleurer plus d'un exportateur agroalimentaire français.
a écrit le 06/01/2015 à 13:52 :
La proposition la plus étonnante de l'année pour mettre fin à la crise en Ukraine, elle vient de Vladimir Chizhov, ambassadeur de la Russie auprès de l’Union européenne :
"Ce qui causera le plus de mal aux pays européens est bien plus simple : le manque d’échanges commerciaux. Nous pourrions penser à une zone de libre-échange comprenant toutes les parties intéressées en Eurasie.
Croyez-vous qu’il soit sage de dépenser autant d’énergie politique pour une zone de libre-échange avec les États-Unis, alors que vous avez des partenaires plus naturels à vos côtés, plus proches de chez vous ? Nous, nous ne chlorons pas nos poulets. Débarrassez-vous des États-Unis et rejoignez l'Union Economique Eurasienne."

Merci, M. l'ambassadeur, j'y penserai.
Réponse de le 06/01/2015 à 18:45 :
C'est une évidence qui amènera chacun et chaque nation a se questionner sur l'avenir de l'Europe. Trois options :

1) elle fait cavalier seul (improbable en l'état actuel des choses).
2) Elle continue sa vassalisation aux intérêts des USA au risque d'une guerre avec la Russie dont elle ne se remettra plus jamais ( voir les stigmates des deux premières).
3/ Elle fait partie de la nouvelle Eurasie ( sans pour autant être dans les travers d'une nouvelle soumission a une puissance tiers).

Ce qui me semble inéluctable, compte tenu du poids démographique grandissant des populations proches de l'Asie (du Proche-Orient et de l'Extrême-Orient).
Soyons les premiers européens a montrer une nouvelle option a l'Humanité que l'américanisation, quittons d'abord l'OTAN et ensuite l'Union Européenne.

Excellente analyse, bravo.
a écrit le 05/01/2015 à 22:31 :
A Wisigoth


Magnifique repartie...!!!


Réponse de le 06/01/2015 à 17:02 :
Je vous reconnais Bonaparte et Wisigoth sont une seule est même personne, vous vous gratifiez vous -même , vous avancez dans le contrôle de la force obscure bientôt vous rejoindrez votre maître celui que vous adorez !
Réponse de le 06/01/2015 à 18:19 :
Serena ? trop musclée pour moi, je préfère les filles du genre Nabilla. Et toi ?
a écrit le 05/01/2015 à 13:37 :
Les britanniques se plaignent que la Russie augmente le nombre de ses sous-marins atomiques et les envoie se promener sous les eaux de la planète. Et puis alors ? ne savent-ils pas ces Britanniques que l'hypocrisie est la grande triomphante du monde anglo-saxon ? est-ce qu'ils croient, les sujets britanniques, que ses maîtres étasuniens sont des enfants de choeur ? quel cynisme cette presse d'outre-Manche !

La rhétorique agressive des Américains est à la hauteur de leur manque de crédibilité, leur potentiel mensonger. La parole d'un Président américain en vaut autant que celle d'un politicien encore en campagne. Gorbachev avait conclu un accord avec Bush senior qu'il allait dissoudre le Pacte de Varsovie à la condition que l'OTAN n'avance pas à l'est de l'Allemagne. Bush, cyniquement, avait promis que l'Otan ne bougerait pas "d'un pouce". Et depuis lors l'Otan n'a fait qu'avancer vers l'est.

La politique mensongère de l'Otan se confond avec la "parole d'honneur" d'un Président américain, toutes les deux n'ont pas la moindre valeur. Donc la Russie doit grandir militairement plus que les USA (et elle l'est déjà, au moins en termes de technologie et de nombre de missiles ICBM aux tête nucléaires) et ne plus jamais accepter la moindre promesse venue d'un Président américain. Car cette idée de que l'Américain est un peuple correct, sérieux et qui tient sa parole c'est du Hollywood des années 50, 60 et on s'arrête là. De la fiction. La réalité en est toute une autre.
Réponse de le 05/01/2015 à 18:55 :
Aujourd'hui la République populaire de Donetsk (DNR) a décidé de renoncer complètement au combustible ukrainien d'ici la fin de janvier. On peut imaginer sans effort qui va le remplacer. La junte putschiste de Kiev pro-Otan se voit de plus en plus dans la marre aux canards…..
a écrit le 05/01/2015 à 11:51 :
Mr Poutine est content en faisant des morts et beaucoup de bruit, il fait parler de lui. Malheureusement la situation est ce qu'elle est: La Russie n'est plus grand chose démographiquement, économiquement ou politiquement. Un peu comme nous , les nuisances et les matières premières en moins, mais sans l'isolement et l état de droit en plus.
Réponse de le 05/01/2015 à 12:52 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille. :-(
Réponse de le 05/01/2015 à 16:47 :
"Mr Poutine est content en faisant des morts et beaucoup de bruit, il fait parler de lui. "

Je n'ai lu que cette première phrase et alors une répugnance à de tels propos m'est immédiatement venue, atroce et soudaine. Donc, j'ai arrêté.
Réponse de le 06/01/2015 à 11:53 :
C'est à peine croyable ce qu'on peut lire de conneries de tous bords dans ces forum, nom d'une pipe !
a écrit le 05/01/2015 à 8:23 :
Antichambre USA/RUSSIE avec comme terrain de jeu europe
a écrit le 05/01/2015 à 0:00 :
cela doit être fort déplaisant de serrer la main d'une poignet de dictateurs pour Pétro Porochinchinko. L'Ukraine a payé au prix fort son appartenance aux non alignés . Il faut qu'elle adhère à l'OTAN c'est vitale pour elle , autour d'elle de nombreux ennemis . Son avenir est avec l'Europe .
Réponse de le 05/01/2015 à 11:11 :
je ne sais pas si l'avenir de l'ukaine est avec l'europe mais le votre est avec la grammaire et l'orthographe française !!
Réponse de le 05/01/2015 à 15:04 :
Ce message est destiné à maxim.

Cher monsieur, je fais partie d’une équipe de chercheurs attelés à l’étude et l’amélioration de la gelée de pétrole (plus communément connue sous le nom de vaseline). L’aisance, la fluidité avec laquelle vous faites glisser vos arguments au travers d’un terrain pour le moins rugueux et épineux nous laissent mes collègues et moi-même pantois d’admiration. Seriez-vous intéressé par notre proposition de rejoindre notre équipe et de travailler à la conception et à l’amélioration de nos produits? Je suis sûr que nous pourrions bénéficier grandement de votre expertise.

P.S. Auriez vous l’amabilité de relayer cette proposition à M. crédo qui semble lui-même démontrer quelques bonnes dispositions en la matière?
a écrit le 04/01/2015 à 20:41 :
Bonsoir. J'aimerais juste répondre à Ex-Moscovite qui se targue de connaître la Russie plus que les Russes ! eh oui ! mais faut pas avoir la grosse tête, mon gars, les Russes ne sont pas comme les Français, la mentalité et les réactions sont sur toute une autre longueur d'onde.

Par exemple, le sondage de nouvel an de la TV Business RBC-TV a fourni des résultats choquants: 6% seulement de l’audience ont demandé à D’ed Maroz’ (le Père Noël), la suppression des sanctions envers la Russie. Et seulement 7,4%, la stabilité du rouble.

Plus d’un quart (27,3%) ont demandé la paix en Ukraine, mais une majorité absolue, et cela est très important ! 59,3%, formule en tant que souhait le plus cher pour notre Patrie, «la renaissance de l’URSS».

Donc il est probable que pour ces gens, la renaissance de l’Union Soviétique rassemble en elle toutes les autres possibilités: tant l’impossibilité de sanctions douloureuses imposées par l’Occident, que la stabilité de la monnaie nationale, la paix en Ukraine, et toute une série d’autres joies et espoirs russiens.

Voilà des faits, pensez-y avant de dire n'importe quoi (moi je ne parlerai pas des trolls de Q.I. très élevé qui font la propagande bon marché de l'Otan ici). Si il n'a pas eu une confrontation jusqu'à présent entre la Russie et le reste de l'Europe c'est parce que c'est Poutine le Président du pays. Attendez qu'il sorte pour voir qu'ira faire quelques-uns que je connais……. la Troisième Guerre ne va pas tarder.
Réponse de le 04/01/2015 à 23:49 :
@Romanoff : Bonsoir 1. Je suis Russe, mais résidant en France. Ainsi, vos paroles pathétiques sur la différence des mentalités (oui, elle existe) ne présentent aucun intérêt. 2. Je ne sais rien sur le sondage, dont vous parlez, mais si vous dites la vérité, je suppose que ce sondage a été basé sur le choix des réponses proposées. Sinon j’imagine difficilement les gens choisir des choses si éloignés de la vie quotidienne (sauf rouble). Une certaine nostalgie existe bien, mais je ne l’exagérais pas. 3. En m’accusant de dire n’importe quoi, veuillez justifier cette accusation : citer mes paroles incorrectes et argumenter pourquoi elles sont incorrectes. Sinon c’est du bla-bla. 4. Une vérification simple pour vous : En tant qu’un admirateur de Poutine, veuillez nous expliquer pourquoi les accords de Minsk ont été ultra-favorables aux ukrainiens et très défavorables aux républiques d’Est (à vrai dire, à la Russie aussi)? Merci d’avance pour votre réponse. 5. De quelle confrontation parlez-vous ? Les guerres directes sont le destin des bantoustans coloniaux (au moins dans cette époque). C’est ce qu’on observe à ce moment.
Réponse de le 05/01/2015 à 12:59 :
hmmm… un Russe résidant en France….. hmmmmm….. si vous êtes pro-Poutine, alors vous êtes un James Bond du FSB, c'est ça ? et si vous êtes contre Poutine, alors un "cinquième colonne" se profile à l'horizon, en serait ainsi ?
Réponse de le 05/01/2015 à 15:40 :
@Maxim.. : Si c’est juste une blague de votre part, comme j’espère, elle n’est pas drôle.
a écrit le 04/01/2015 à 20:02 :
Démocratie, tolérance, ouverture et libertés, ce sont autant d’idéaux chéris de tous temps par l’Europe. Pourtant, toute idée, aussi noble soit-elle, peut être poussée à l’absurde ou déformée au point de devenir méconnaissable. C’est le cas des principes démocratiques de la société européenne qui sont actuellement tournés à l’envers : le nationalisme à la place du multiculturalisme, le radicalisme à la place de la tolérance et la lutte des autonomies pour la sécession à la place de la liberté.
C'est l'éffondrement même du rêve européen qu'on voit devant nos yeux. Heureux seront ceux qui, comme votre serviteur, quitteront ce monde avant du début des hostilités d'une nouvelle guerre en Europe, et une guerre qui sera très certainement la toute dernière.
a écrit le 04/01/2015 à 18:39 :
La nouvelle version de la doctrine militaire de la Russie, approuvée par le président Vladimir Poutine et publiée vendredi sur le site du Kremlin, qualifie le renforcement du potentiel militaire de l'Otan et la déstabilisation de certaines régions d'essentielles menaces extérieures. C'est-à-dire, elle considère la présence de l'OTAN dans l'est européen et les Etats-Unis de l'Amérique comme "Dangers militaires essentiels" (sic).

La nouvelle doctrine militaire de la Russie désigne l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord comme une menace fondamentale pour la sécurité du pays et fait état d'inquiétudes face au "renforcement des capacités offensives de l'Otan directement aux frontières russes. Pour faire plus simple, la Russie considère désormais les USA et l'OTAN comme des ennemis, tout court, et elle le dit.

Les réactions n'ont pas tardé : l'OTAN a déjà fait savoir par son porte-parole que sa fonction est seulement défensive" et qu'il faut développer avec la Russie des relations plus productives et blablabla. Le même son de cloche du côté de la Maison-Blanche qui chercher à analyser la nouvelle doctrine militaire russe et se dit prête à travailler ensemble pour la prévention de conflits notamment ceux qui regardent les problèmes internationaux et blablabla…. bref, les premiers frissons sont arrivés au "ricains"….
Réponse de le 04/01/2015 à 19:17 :
L'Otan est un tigre de papier, rien à craindre, c'est les afghans et d'autres qui le disent. Mais les pilotes portugais et les soldats hollandais, selon la légende, sont les plus redoutables de toute la planète ! lol
Réponse de le 04/01/2015 à 20:15 :
Ouais ouais, c'est assez connu, les pilotes portugais par leur sens de discipline et les fantassins hollandais par la qualité de la came dans leur munitions !! mdr
Réponse de le 04/01/2015 à 20:44 :
eheheheh……. non sans oublier non plus la lourdeur du "plomb" des Polonais ni la grande expérience de guerre des Norvégiens !
a écrit le 04/01/2015 à 17:37 :
La prochaine étape pour l'Ukraine c'est l'adhésion à l'OTAN et le renouveau de son arsenal nucléaire, puisque le traité signé par la Russie lors du démembrement de l'URSS , est rompu .
Réponse de le 04/01/2015 à 18:29 :
On n'adhère pas à l'OTAN comme au Club Med !
Il faut être admis.
Or, l'Allemagne et la France sont contre.

Question arsenal nucléaire elle doit surtout entretenir ses centrales nucléaires (fabrication russes) afin que nous n'avons pas un nouveau Tchernobyl.
Réponse de le 04/01/2015 à 18:31 :
Après cela, la prochaine étape pour l'Ukraine c'est de recevoir un missile Satan sur la place Maïdan et un R30 Boulava en plein coeur de la nouvelle base OTAN ukrainienne. Il y aura deux énormes BOOUUUMMM" mais tout de suite après le monde vivra en paix. :-)
Réponse de le 04/01/2015 à 21:04 :
Mon cher Popov, imaginons par exemple un scénario pour mieux comprendre toute la vérité des graves événements qui se sont passés, et qui se passent toujours en Ukraine, dites-moi, qui aimeriez-vous retrouver, disons, dans un discret sauna pour un tête-à-tête sans témoins : Petro Poroshenko ou Vladimir Poutine ?
a écrit le 04/01/2015 à 14:45 :
Pourquoi devrait-on se confronter avec les Russes ?: l'Ukraine, qui semble incapable de se gouverner, n'en vaut vraiment pas la peine, et les Russes ont le même ennemi que nous, qui est le terrorisme islamiste.
Pour faire plaisir à l'Otan, qui ne sert plus à rien depuis que l'URSS et le Pacte de Varsovie ne menacent plus l'Europe? Maintenant, les fauteurs de guerre, et tous ceux qui les soutiennent en espérant faire du business avec,y compris bien sûr les petits agents de propagande payés qui ont écrit certains des intéressants posts ci-dessous, sont à l'Ouest.
a écrit le 04/01/2015 à 14:41 :
L'analyse purement petrolière , ne permet aucunement celle de l'AFP (La Tribune) quant-aux réalités du marché de l'or noir russe .
Outre le fait que la baisse de bénéfice liée à la cotation du brent , affectera nombre de producteurs bien avant la Russie ; Coût d'extraction des huiles de schiste ( Canada , USA ) , transport (Moyen Orient/ UE) , rapport recettes/nb. habitants . ce n'est pas en jouant des poids et mesures qu'on gruge le lecteur du figaro.fr .
En 2014 la production petrolière de la Russie est de 531,4 millions de tonnes (10,58 mb/j)... alors baisser à 525 ... c'est 1,1 % (10,46 mb/j) ... quand on sait (on devrait) que à cause des USA , il est sur-produit 11,1 % ... va falloir que les Émirs sunnites et les petroliers Nord-Européens fassent un gros effort d"Amitié" envers les Nord-Américains ...
Réponse de le 04/01/2015 à 14:56 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement. Bravo!
Réponse de le 04/01/2015 à 18:39 :
Beaucoup de pays producteurs vont souffrir, plus ou moins, c'est vrai.
L'Arabie saoudite, les USA, la Russie, l'Iran, le Venezuela...
D'autres comme la France et la plupart des pays européens en profitent.
.
"En 2014 la production petrolière de la Russie est de 531,4 millions de tonnes (10,58 mb/j)... alors baisser à 525 ... c'est 1,1 %"
Oui, mais attention de ne pas oublier de multiplier par le prix unitaire qui a chuté fortement !!!
a écrit le 04/01/2015 à 14:24 :
Quand on regarde la tête à Poutine sur la photo , il y a quand quelque chose qui tourne pas rond chez lui, alors que c'est lui l'agresseur et la cause de cette confrontation Est-Ouest.Les positions qui l'a pris en chétchènie, en Syrie, en Ukraine et j'en oublie .
Le résultat des milliers de morts , des conflits qui durent , il vend ses armes , et faisait monter le pétrole et la gaz par effet induit pendant plusieurs années consécutif aux conflits qu'il entretenait .
Réponse de le 04/01/2015 à 14:49 :
@ crédo : Désolée mais je ne peux pas être en accord avec vous. Poutine est un homme qui me séduit par son regard, ses attitudes, sa masculinité tout court. Les positions qu'il a pris en Tchétchénie étaient les justes, il n'est pour rien qu'un grand Seigneur comme Gorbachev vient de dire que "Poutine a uni toute la Russie". Si vous comptez le nombre de morts dans le monde à partir de l'adminsitration Reagan jusqu'à celle d'Obama ça ne se compte pas par milliers mais par millions. Votre discours à trois balles c'est pour compenser (vraisemblablement) des attributs typiques d'un homme comme Poutine qui vous font défaut. Désolée pour la franchise, mais j'ai toujours eu un excellenet flair quand il s'agit de connaître les hommes. Vous êtes très dépité, ça se voit.
Réponse de le 04/01/2015 à 15:52 :
mdr…. hé crédo, tes fantasmes avec Poutine n'ont pas passés inaperçus pour une femme….. hehehehe Freud explique…..
Réponse de le 04/01/2015 à 17:00 :
@ Néni : Wow, alors là vous êtes très dure envers notre petit bisounours de crédo. D'accord, il n'aime pas son Vlado, certes, mais que voulez-vous…. l'amour restera toujours l'amour, avec ses crises de jalouisie, ses coups tordus, ses menaces irréalisables et surtout avec sa passion. Oui c'est comme ça la vie. ;-)
Réponse de le 04/01/2015 à 17:09 :
Oui je vous comprends mon brave , mais en Russie on ne tient pas compte de l'avis des femmes c'est bien connu .
Réponse de le 04/01/2015 à 17:12 :
je suis touché par votre compassion , mais n'en jeté plus la cour est pleine .
Réponse de le 04/01/2015 à 18:34 :
Détendez-vous, crédo, on est toujours en France, pas en Russie. Restons crédophiles, je vous paie un autre tour, allez…. santé !
Réponse de le 04/01/2015 à 18:36 :
crédo, au Canada on dit "la COUPE" est pleine, et pas la cour. Somme toute, nous ne sommes pas à Roland-Garros….. lol
a écrit le 04/01/2015 à 13:41 :
Poutine 83% d'opinion favorable.
Qu'une majorité de Russes sombrent dans un nationalisme exacerbé et en arrive même à soutenir Poutine n'est pas quelque chose de nouveau dans l'histoire.
Son activisme militaire stimule le nationalisme et permet de masquer l'échec économique que constitue sa politique.
Goebbels, Hitler, Mussolini et même Staline (psychopathe et "double-face") étaient encore meilleurs dans ces exercices d'exaltation des masses.

Poutine et ses amis oligarques ont désormais tous les médias bien en main.
Quant aux sondages ils sont des instruments de manipulation, pire que chez nous.
Mais est-ce que l’enthousiasme patriotique des Russes de base résistera au général hiver ?
Réponse de le 04/01/2015 à 14:18 :
Quand un peuple soutient son Président à 83% c'est, selon vous, du "nationalisme exacerbé." C'est curieux…. Donc quand les Français soutiennent Hollande à 13% c'est du "anti-nationalisme exarcebé" ?

La Russie se voit attaquée par les US et l'UE pour rien, parce qu'elle n'a voulu céder sur un plateau sa base de la mer Noire à des néonazis et à l'OTAN. Pour cela tout son peuple soutient Poutine.

La France, "a contrario", se retrouve en pays sans souveraineté, sans plus de diplomatie, de pouvoir de faire ce qu'elle veut car elle est devenue une marionnette dans les mains des américains. Est-ce pour cela que les Français ne soutiennent-ils Hollande ?

Merci pour votre explication de "nationalisme exacerbé" et de "soumission exarcebée". Édifiant.
Réponse de le 05/01/2015 à 12:01 :
je suis entièrement d'accord avec vous, même si pour moi le chiffre de 83%ne vaut rien du tout. C est drôle d''ailleurs, les mêmes qui ne croient pas les sondages ici, sont béats devant ceux venant de Russie, c'est ridicule.
C est clair le Poutine a peur, économie en berne, démographie catastrophique, incapable de reformer le pays, il voit les manifs chez lui et les pays autour vouloir la démocratie, Ukraine, Géorgie, demain Bielorussie et pire la réussite de ceux passés dans l'Union Européenne, Baltes entre autres. Le peuple Russe mérite mieux beaucoup mieux, et entre un modèle asiatique autoritaire et l'Europe, pour moi y a pas photo...
Réponse de le 06/01/2015 à 12:41 :
100% d'accord avec vos propos. D'ailleurs les EU ont pu faire tourner la planche à billets et l'exporter en échange des marchandises bon marché fabriquées à l'étranger. Mais les banquiers ont contribué à la mort de l'arrangement de Pétrodollar en insistant sur des sauvetages et l'impression d'argent, le bénéfice eux-mêmes. Actuellement cela se chiffre autour des milliards de milliards de USD.

L'impact sera l'inflation de prix d'importation énorme (en raison du rejet d'USD et probablement l'introduction d'un dollar domestique(intérieur) non publié par la Réserve fédérale, mais par la Trésorerie(le Trésor) (la Réserve fédérale n'est pas un département de gouvernement américain, son une banque centrale privée)). Les choses deviendront laides très rapides quand le point d'infliction frappe à la maison.

L'élan construit et seulement le perçant et préparé fera(sera) le temps ceci une fois dans une implosion de durée de vie(fonctionnement) de la réserve mondiale ccy qui a été abusé par le Zionist/banksters.

Vous avez tout à fait raison. (Kiceca)
a écrit le 04/01/2015 à 11:50 :
si la FRANCE ETAIT LOGIQUE ELLE aurait accepter le depart du mistral puisque en aout 2014 les etats unis via exeen ont signait un gros contrat petrolier
puis semaine derniere les etats unis encore on apportait un total soutient aux COLONS ISRAELIENS QUELLE difference avec l'ukraine et la russie ?
Réponse de le 04/01/2015 à 12:15 :
Mais la France est logique, le problème c'est que la France n'a plus de souveraineté, n'a plus d'émancipation pour agir comme l'État le veut, elle se voit désormais soumise et obéissante au département d'Etat US. Les américains disent souvent aux Européens : "Hey, les gars, vous faites tout ce que je vous dis de faire mais n'essayez surtout pas de faire ce que je fais."

Les US ont pourri l'image commerciale et diplomatique des Européens auprès des Russes, c'est évident, et en profiteront pour continuer à faire des grosses affaires avec les Russes. Sans les Européens.

Les US tiennent l'Europe bâillonnée et ligotée. La France n'est pas une exception, bien au contraire. L'affaire Mistral n'est qu'un seul exemple, il y en aura bien d'autres dans l'avenir.
a écrit le 04/01/2015 à 11:33 :
Malheureusement je n’ai pas eu le temps de faire ma chronologie des points importants du conflit, mais je voudrais ajouter aux mes paroles ci-dessous et à l’article quelques remarques (la liste non-exhaustive).__ La Crimée en février-mars : l’auto-défense locale a bien existé et fait un travail considérable, de plus les autorités locales (y compris une bonne part des services spéciaux et militaires) ont été unies contre Kiev. L’existence possible des accords secrets entre la junte, le Kremlin et les Américains. __Mars : Les paroles de Poutine avec les promesses de la protection de civiles de l’Est de l’Ukraine dans le cas d’intervention militaire (c’est important car les Ukrainiens croient à Poutine bien plus que les Russes). __ Mai : les tueries des opposants à Odessa (le 2) et Mariupol (le 9) avec des réactions honteuses des autorités ukrainiennes. La non-reconnaissance par le Kremlin des référendums dans les républiques d’Est. __ Juillet : Le recul organisé des rebelles de Slaviansk à Donetsk (victoire de Pirrus pour les forces ukrainiennes) suivi par la neutralisation du complot de pouvoir et oligarchie locaux avec Kiev par les rebelles. Un changement du pouvoir à Donetsk malgré qu’il y reste plusieurs centres de décisions et que les structures de nouvel Etat restent rudimentaires. Fin juillet : premières grosses défaites de l’armée ukrainienne. Le début de la neutralisation des chefs rebelles les plus indépendants et populaires par Moscou. __ Fin aout-début septembre : Grosses défaites stratégiques de l’armée ukrainienne avec plusieurs encerclements et plusieurs milliers des troupes dedans. L’armée est au bord de l’effondrement total, le chemin vers la ville stratégique de Mariupol était ouverte, mais les troupes rebelles ont été arrêtés par les accords de Minsk. (A remarquer: les actifs stratégiques du plus riche oligarque de l’Ukraine R. Akhmetov sont à Mariupol).
Réponse de le 04/01/2015 à 12:19 :
"(c’est important car les Ukrainiens croient à Poutine bien plus que les Russes)."

Et pourtant, les sondages les plus divers, donnent la popularité de Poutine auprès des RUSSES à plus de 83%. Figurez-vous alors si les RUSSES croyaient à son Président…. 200% ? n'importe quoi, de la propagande otaniste comme d'hab….
Réponse de le 04/01/2015 à 15:56 :
@ @Ex-Moscovite: Les sondages en Russie sont une chose si particulière... De plus il y a une confiance, disons, générale théorique et la confiance en paroles de Poutine. La dernière est beaucoup moins répandue, surtout parmi les gens éduqués. Arretez-vous de voir la propagande atlantiste là, où il n'y en a jamais été. Pour vérifier votre croyance à Poutine: 1. Donc, Poutine a trompé et trahi les habitants de l'Ukraine d'Est en promettant de les protéger? 2. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi les accords de Minsk étaient ultra-favorables à l'Ukraine? Merci d'avance pour vos réponses.
a écrit le 04/01/2015 à 11:31 :
Certains changent de Pseudo comme de chemise.
Ce n'est pas grave sauf quand ils empruntent le pseudo de quelqu'un qui les a manifestement contrarié.
Je trouve un "Marco29" que je reconnais :
s'agit-il :
- d'une petite main de l'Ambassade (très nombreuses sur les réseaux sociaux français) ?
- d'un suppôt du FN ?
- d'un survivant du PC ?
- d'un pensionnaire d'une "maison de soins" (je compatis). En effet il se prend pour Poutine ! Ses yeux gris le fascine...
---
Il faut que "La Tribune" trouve une solution pour ces gens sans scrupule si elle ne veut pas que les "débats" finissent dans une confusion totale.
Une seule solution : que chacun soit obligé d'opter pour un Pseudo unique et définitif.
Réponse de le 04/01/2015 à 12:24 :
@ Marco (vrai ou faux) : vous n'allez pas nous chanter cette même mélodie au cours de l'année, j'espère. Personnellement, je pense que c'est vous même qui faites tout ce cirque à inventer qu'il existe quelqu'un qui vous pique le pseudo, honnêtement.

De grâce, épargnez-nous, 2015 vient juste de commencer. Merci.
Réponse de le 04/01/2015 à 13:30 :
Vous trouverez ce fanatique qui parle toujours dans ses com' des "yeux gris" , une allusion à Poutine sans doute.
Bonne année "Xavier"...
a écrit le 04/01/2015 à 11:26 :
@Pampita "Décidément, ce Marco ne connaît rien à l'économie. Il s'imagine qu'il suffit d'aligner des chiffres comme pour un match de football : celui qui a les plus gros gagne la partie...
Une baisse de la monnaie favorise les exportations et donc l'économie. C'est une loi économique basique que connaissent tous les étudiants en première année d'éco, mais apparemment pas notre ami Marco... "
.
Vous, il n'est même pas sûr que vous ayez même fait votre première année.
.
Il y a une grande différence entre un baisse du change comme pour l'euro qui passe de 1.40 $ à 1.20 et un écroulement.
La baisse de l'euro est excellent pour la France, moins pour l’Allemagne et encore moins pour la Grèce qui n'a rien à exporter et importe tout.
.
En Russie
1. Le rouble s'est écroulé.
En 4 ans il est passée de 1$ = 27 roubles (29.04.11) à 58 roubles aujourd'hui (le DOUBLE).
2. Les réserves en devises de la Banque Centrale de Russie ont atteint un maximum historique au début d'août 2008 avec 598 milliards de $.
Aujourd'hui elles sont tombées à 310 milliards de $ (dont 200 milliards de $ peu liquide dans son fonds souverain).
3. Le prix du pétrole est bas (la demande mondiale chute et l'Arabie saoudite veut refréner les extracteurs de gaz de schiste américain).
Très mauvais pour la Russie d'autant que cela représente entre 45 et 55 % des recettes de leur budget.
4. Leurs banques coulent et l’État est contraint de venir à la rescousse.
5. L'inflation a été (en moyenne) de 11 % en 2014 et atteindra probablement 15 % en 2015. Leur pouvoir d'achat s'écoule.
6. Les investisseurs ne remettront plus les pieds en Russie avant une décennie (sauf ceux qui sont pris au piège…).
7. Les Russes se dépêchent de dépenser leurs roubles avant qu'ils ne s'évaporent. Cela ne peut durer que 2 à 3 mois.
8. Les entreprises et certains particuliers, sont pris dans le piège des emprunts en $ qu'ils doivent désormais rembourser avec beaucoup plus de roubles.
.
La Russie mettra au moins 10 ans pour se remettre de Poutine.
a écrit le 04/01/2015 à 7:05 :
J habite a moscou depuis presque 40 ans,une chose que je sais tres bien le peuple Russe estime beaucoup le peuple Français.
Il ne faut pas perdre cette amitie qui coute trop chere.
Réponse de le 04/01/2015 à 11:36 :
Être anti-Poutine ne veut dire être anti-Russes.
Nous savons que les médias et tout l'appareil du pouvoir sont bien tenus en main par Poutine et les oligarques qui vivent sur la rente gaz/pétrole/matières premières.
Leurs avoirs sont à la City, en Suisse... et il y a quelques temps encore à Chypre.
De vrais patriotes !!!
Réponse de le 04/01/2015 à 12:26 :
Encore un discours à deux balles sorti direct des publications néocons et de l'OTAN. Changez le disque, ça fait déjà trop barbant à nos oreilles.
Réponse de le 04/01/2015 à 13:34 :
Et en plus, beaucoup parmi ceux qu'il m'a été donné de rencontrer avaient une parfaite connaissance de la littérature classique française, chose dont on se rend compte qu'elle est assez rare chez les Français pour leur propre littérature et ne parlons pas de la connaissance de ces derniers de la littérature russe...
On ne peut pas en dire autant pour la littérature ukrainienne mis à part Taras Chevtchenko, Ivan Franko et Anatoly Khorounjy. (un coup pour Marco29)
Réponse de le 04/01/2015 à 14:41 :
@Xavier "Un discours à deux balles sorti direct des publications néocons"

Ah non, c'est fait main !
Quand je cite je mets entre guillemets et je donne le lien (ici c'est impossible).

L'OTAN, l'OTAN, l'OTAN !!!
Vous n'avez que ce mot à la bouche.
Mais la France et l'Allemagne sont opposées à une adhésion de l'Ukraine à l'OTAN.
Ça ne veut pas dire pour autant qu'elles doivent rester inerte devant l’agressivité de Poutine.
C'est d'ailleurs l'Allemagne qui souffre le plus de ce conflit dans l'UE.
Obama ne s'intéresse pas vraiment à l'Europe, c'est surtout l'Asie et le Proche orient qui l’intéressent.
Les plus pro-OTAN ce sont la Pologne, les Pays-baltes, la Géorgie, l'Ukraine bien sûr, les anciens pays de l'est à l'exception de la Hongrie pré-fasciste et pro-Poutine.

Eux savent de quoi ils parlent. Ils n'ont pas oublié...
Réponse de le 04/01/2015 à 16:46 :
Marco, on vient de me dire que vous êtes le troll anti-Poutine et anti FN , celui qui utilise près d'une centaine de pseudos dans le but de "tromper l'ennemi" français.

Je copie-colle la liste de noms censés d'être utilisés par vous : Chich, jeanmaius83, pff, Effix, obywan,netrick, kotcho, JB38, pmxr, Star shell, scot, Tom, Nico, Wisigoth, yvan, popov, décrypteur, jwel, elshan, Tyrion, cdf, Vador, Victor Stus, Eco, Omer Sarnico et pour compléter la liste…… Marco29 !!!

C'est fort intéressant vos opinions sur la Russie et la junte de Kiev, à propos, pourriez-vous nous communiquer les coordonnées de votre fournisseur… ? je vous en remercie d'avance.
Réponse de le 04/01/2015 à 21:27 :
"Marco, on vient de me dire que vous êtes le troll anti-Poutine et anti FN "

Qui ça ON ?
Vos petits copains de l'Ambassade ?
Ridicule...
Je n'ai jamais changé de Pseudo sur La Tribune, "Maristella"...
a écrit le 03/01/2015 à 23:17 :
4 mai 2014: Les nervis de Kiev brûlent vifs des pro-russes à Odessa, l’armée ukrainienne attaque les populations de l’est : Que peut faire Poutine ?

Ce n'est pas dans la chronologie présentée dans cet article. Il y manque pas mal de choses au demeurant.
Réponse de le 04/01/2015 à 11:47 :
Règlement de comptes qui a suivi une attaque organisée contre des supporters de foot qui se rendaient au match d'une équipe ukrainienne.. ne tronquée pas la réalité, celle-ci est déjà assez compliquée à comprendre avec l'intervention des différents services secrets !
Réponse de le 04/01/2015 à 12:28 :
@ pff : Apparemment l'OTAN manque d'idées, propos vides de sens ! donc = non recevable ! quel délire….
a écrit le 03/01/2015 à 22:26 :
Bravo, vous nous avez très correctement présenté la position américaine .
Il manque maintenant l'analyse nuancée de celle-ci par votre journaliste .
C'est son travail .
a écrit le 03/01/2015 à 21:35 :
La situation en Russie est de loin moins catastrophique que ce que l'on veut nous faire croire la machine de propagande-système. Les indicateurs sont plus solides que ceux des USA, par exemple, dont on évite soigneusement de tisser le moindre commentaire.

La grande erreur de Moscou a été de permettre à l’industrie nationale de la Russie de se financer au moyen d’emprunts à l’étranger, libellés en dollars US. Elle s’est ainsi empêtrée dans un monstrueux piège de l’endettement, que l’Occident peut facilement manipuler. Moscou devrait commencer par surveiller de très près ses banques. Les sociétés russes devraient emprunter au niveau intérieur et commencer à vendre leurs actifs à l’étranger. Moscou devrait aussi songer à mettre en œuvre un système de contrôle monétaire, pour que le taux d’intérêt de base puisse redescendre rapidement.

Il ne faut pas oublier que la Russie peut toujours imposer un moratoire sur la dette et les intérêts, qui s’élèvent à plus de 600 milliards de dollars. Pareille mesure ferait trembler tout le système bancaire mondial. Un message on ne peut plus clair ,qui réduirait en miettes la guerre économique que lui livrent les USA et l’Union européenne.

Poutine, en toute certitude, n'a pas encore dit son dernier mot. Ouvrez bien vos égards, cela ne va pas tarder.
Réponse de le 04/01/2015 à 11:52 :
Poutine se couperait immédiatement de l'économie mondiale (FMI, OMC,..) où ils ont eu tant de mal a rentrer ! De plus, les oligarques russes, qui détiennent l'essentiel des avoirs russes, ont placés leurs viens hors de portée de la Russie : pas sur qu'ils soient prêts à subir les mesures de rétorsion qui ne manqueraient pas de s'abattre sur eux !! Demandez donc à la communauté russe de Londres ce qu'ils en pensent ...
Réponse de le 04/01/2015 à 12:29 :
Ce qui vous dites c'est de la com' pro-Otan-US-néocons etc, c'est encore bien loin de la réalité. Une petite tisane et hop !….z'avez compris, papy ? :-)
a écrit le 03/01/2015 à 21:02 :
Les Russes, toujours à l'écoute des évènements en France et dans le monde, l'on relevé. Eux, ils font très confiance en leur dirigeant, Vladimir Poutine (plus de 83%), et malgré les sanctions et menaces en tout genre de l'Occident n'en ont cure et continuent de vivre. Le sondage du Figaro a été repris par la presse moscovite et a fait rire plus d'un russe, paraît-il.

Les Russes font confiance à leur président, plus de 90% des Français ne sont pas content de leur président ! et pourtant, le président des Français veut faire la guerre à la Russie ! Poutine compte avec le soutien de son peuple, Hollande non. La Russie se trouve menacé par les troupes américaines et européennes (OTAN), la France n'a pas un seul soldat russe à des milliers de kilomètres de ses frontières.

Le peuple russe n'acceptent pas ce bobard de l'annexion de la Crimée pour faire des sanctions à son pays, c'est un alibi et très mal monté selons les résultats du sondage. La France commence a être vue comme un pays proche de l'ennemi du peuple russe, les américains. Et qui dit ami de mon ennemi, dit mon ennemi aussi.

La France va-t-elle faire une guerre pour un bout de terre russe dont la population est à 100% russe désormais rien que pour plaire ses "amis" de Washington qui l'espionnent, lui font de coups tordus pour les ventes d'armements français et dictent des ordres à ses affaires commerciales ?
Réponse de le 03/01/2015 à 21:44 :
Vador veut essayer de fédérer les nations du monde libre , contre les Américains qui font un gros travail dans ce monde cruel et barbare , mais c'est peine perdue . La lumière éclairera les justes sur leurs chemins .
Réponse de le 03/01/2015 à 22:03 :
Amen, my brother, amen.
a écrit le 03/01/2015 à 20:42 :
Mais qu'englobe exactement le terme Occident, celui des occidentaux culturels ? Ou les seuls européens de l'ancienne Europe de l'ouest et les nord-américains soit les ex pays de l'Otan mais alors quid des turques. Les habitants des pays baltes, les bulgares et les roumains sont-ils maintenant plus occidentaux que les russes ou les ukrainiens ? Et les australiens ou les NZ sont-ils des occidentaux ou des asiatiques d'origines européennes ? Ce terme d'Occident (ou d'occidentaux) regroupe exactement quels pays ?
Réponse de le 03/01/2015 à 21:19 :
Ce terme (dont on ne sait pas tellement l'origine) est reconnu par les géopoliticiens et sociologues comme dépourvu de sens et de logique. Il s'agit d'un concept qui s'appuie généralement sur l'idée d'une civilisation commune, héritière de la civilisation gréco-romaine dont est issue la société occidentale moderne.

Or son emploi sous-entend également une opposition avec, soit le reste du monde, soit une ou plusieurs autres zones d'influences du monde comme l'Orient, le monde arabe, le monde chinois ou encore la sphère d'influence russe. Mais il n'y a pas de logique car l'Occident depuis de siècles est référencié par le meridian de Greenwich. Donc ceux qui se trouvent à l'Ouest de ce méridien seraient des occidentaux ( les Amériques, la partie occidentale de la Grande-Bretagne, la Groenlande et quelques îles dans l'Atlantique) et des orientaux la partie à l'Est de ce méridien. Le concept est flou, totalement confus et ne se résiste pas à une analyse plus objective.

Pour tenter de le garder, quelques-uns englobent d'autres notions à ce concept flou, comme des races, des religions et de culture. Or l'Occident possède le tissu ethnique le plus heterogène qu'existe, ainsi que multiculturel et religieux. Si l'on considère que les concepts de race ne tiennent plus debout depuis bientôt plus de trois siècles, imaginez donc vous un concept encore plus flou que celui d'Occident !

C'est un terme utilisé à défaut, mais on appeler l'Occident de BNAE (bloc nord-americano-européen) et l'Orient de BNNAE (bloc non-nord-américano-européen). C-à-d, nous reviendrons toujours à la case départ de la bêtise.
Réponse de le 03/01/2015 à 22:28 :
Ce bloc est impérissable et durable et tient comme roc et son nom c'est "NATO"
Réponse de le 04/01/2015 à 12:32 :
Que nenni, néni !!! LOL la NATO est un bloc pourri déjà, les Etats de cette alliance malfaisant contribuent de moins en moins, et une alliance qui s'appauvrit ne va pas durer longtemps, renseignes-toi, papy. mdr
a écrit le 03/01/2015 à 19:46 :
Bonsoir à tous!

voilà je me présente, je m'appelle Raymond, pseudo Wisigoth, je suis breton et j'ai des questions qui me tracassent au fil des jours, des questions qui trottinent dans ma tête et qui rendent plus amère encore la sombre réalité de mes jours de contribuable :

Répondez-moi, svp: puisque Barack Obama veut ardemment faire la guerre à la Russie alors pourquoi ne la fait-il pas tout de suite ? pourquoi les Etats-Unis de l'Amérique ont-ils besoin de l'aide de petits pays européens pour faire la guerre à la Russie ? est-ce qu'ils ont peur de Vladimir Poutine ou parce qu'ils sont la partie la plus faible ?

Merci d'avance pour toute réponse.
Réponse de le 03/01/2015 à 20:34 :
Je sens la force obscure en vous , vous pouvez vaincre le bon côté de la force continuez ! elle vous envahie
Réponse de le 03/01/2015 à 21:27 :
Votre commentaire n'est pas une réponse. Oú voulez vous en venir ?… vous avez quel âge ?
Réponse de le 03/01/2015 à 22:24 :
c'est l'âge de ce monde , le bien et le mal !
Réponse de le 03/01/2015 à 22:38 :
Vador, je te reconnais, tu es Marco29 n'est-ce pas ? tu t'amuses en utilisant les pseudos des autres pour faire ta propagande pro-OTAN et anti FN et anti-Poutine. La question de Wisigoth est opportune et je la reprends : tu as quel âge, Vador-Marco29, Star shell, Mauricius, Nico et tant d'autres pseudos ?
Réponse de le 03/01/2015 à 22:51 :
@Wisigoth
Très bonne question !! La réponse est que tout simplement l'union fait la force ! Voilà pourquoi les US ont tant besoin de nous embarquer dans leur aventure ukrainienne.
@Vador elle a l'air d'être vraiment bonne :-) Pourriez-vous nous communiquer les coordonnées de votre fournisseur...
Réponse de le 04/01/2015 à 10:12 :
Mon fournisseur est Star War et je vous assure ce n'est pas une denrée de mauvaise qualité .
Réponse de le 04/01/2015 à 12:41 :
LE BIEN : La Russie, par exemple. La Chine, le Tibet….
LE MAL : L'Union Européenne atlantiste et les pays de l'Otan.
LE MAL ABSOLU : Les Etats-Unis et l'Ukraine.
Réponse de le 04/01/2015 à 15:21 :
Mince alors !! Moi qui croyais que c'était du Tchernobyl ! Chui un peu déçu...
a écrit le 03/01/2015 à 19:39 :
Il ne reste plus qu'a se préparer au pire, acheter des provisions, riz, patte et whisky, puis
aménager un abri dans sa cave .....
a écrit le 03/01/2015 à 18:39 :
Que veut Poutine ? arrive t-il les mains vides pour cette rencontre , dans ce cas là , Lavrov à l'habitude du service minimum , pas besoin de la star de toutes les Russie .
Réponse de le 03/01/2015 à 19:26 :
Popov, je sens une petite pointe de jalousie de ta part envers le maître des échecs, pas vrai ? d'ailleurs, mon cher Popov, tes remarques sont une pure découverte, une vraie et ô combien agréable boite de Pandore… ! :) ah... je me délecte d'une telle verve tel un papillon frétillant ses ailes bling-bling-bling au soleil d'avril…

Toujours intéressant pour un jeunot ou jouvencelle de lire ce qu’un autre coeur vit ou a vécu au fil de ses rencontres tantôt avec les forces du Mal, tantôt avec les forces du Bien. Poutine est un homme séduisant, convenons. Je n’ai pas ton expérience géopolitique ou, qui sait, bien d'autre… je dirais plutôt que je trace mon petit chemin… mais tes remarques sur Poutine me font rire, Pop (papy?) ! merci pour le moment. :-)
Réponse de le 03/01/2015 à 20:34 :
En toute vraisemblance, vous êtes un néophyte en politique internationale et peut-être même un naïf en ce qui regarde la chose Russie. Alors je vous explique : le grand ennemi de Poutine n'est pas les zozos occidentaux, moins encore les "gens de Kiev". Ses ennemis les plus redoutables se trouvent au sein de son gouvernement, à la Bance centrale, à la tête de certaines entreprises…. sont ceux qui sont appelés de "la cinquième colonne". En tant que un ex-agent, un avocat et surtout un fin stratège, Poutine se méfie de sa propre ombre, si peut-on dire. Donc, dans une réunion aussi cruciale que celle-là, il est impératif qu'il soit présent.
Qui plus est, il aura la présence d'autres chefs d'État (Poroshenko, Merkel et Hollande), donc selon les formules protocolaires la présence du Président de la Russie est de rigueur.
Réponse de le 03/01/2015 à 20:36 :
je me tords de rire ------ excellent !!!!!!
Réponse de le 03/01/2015 à 20:37 :
merci pour ce moment ( citation de Valérie ) un peu de culture quand même .
Réponse de le 03/01/2015 à 22:21 :
Quels délires , allez les papys au lit! avec un bonne tisane !
Réponse de le 04/01/2015 à 12:42 :
Allez, papy, il fait frais, mettez vous en pantoufles… une petite tisane à la verveine et hop! on va faire un beau dodo! :-))
a écrit le 03/01/2015 à 18:37 :
Le strict zèle et la haute éthique professionnelle des nos journalistes les empêche de dire qu'en effet, après la publication de la Nouvelle Doctrine Militaire de Moscou, les dirigeants américains et leurs sbires ont tremblé dans leurs fondations. Pour faire simple, il se sont salis (un euphémisme) de peur. Immédiatement, ils ont doublé leur budget militaire (c'est simples aux US doubler un budget, il ne suffit que faire tourner leur planche à billets un peu plus que d'habitude) dans l'espoir de se rassurer qu'ils allaient faire peur aussi aux "soviets" (comme les ricains appellent jusqu'à aujourd'hui les Russes).

L'histoire cependant c'est que la technologie militaire de pointe russe possède des longueurs d'avance par rapport à l'américaine, ce sont mêmes des analystes militaires US qui le disent. Les Russes (et c'est ça qui me fait les admirer) eux ils ne disent rien. Ils se préparent en silence. Mais on sait quelques de leur réussites absolument redoutables. À commencer par leur tout-récent sous-marins nucléaires stratégiques de la classe Boreï qui peuvent lancer du fond de l'océan 16 missiles balistiques intercontinentaux à 10 têtes nucléaires, chacune avec un pouvoir de destruction de 100 (cent) bombes d'Hiroshima ! d'autres peuvent aussi lancer des missiles Satan (nom de code de l'OTAN) encore plus puissants, en fait, le missile nucléaire le plus puissant de l'actualité. Qui plus est, les systèmes anti-missiles russes sont plus performants que les américains et l'OTAN le sait.

On s'achemine donc vers deux logiques seulement:
1. une course aux armements où les USA vont essayer de dépasser les Russes toutefois en sachant que la tâche ne sera pas du tout aisée;
2. une solution diplomatique au conflit ukrainien et à d'autres conflits de la région autour de la Russie (Caucase, Proche-Orient)

Dans le premier cas de figure, ce sera la guerre car les Ukrainiens (un pays en totale faillite mais qui veut bâtir une armée "entre les 7 plus puissantes de l'Europe"!), instigués par John McCain, Victoria Nuland ou d'autres va-t-en guerre néocons du même acabit vont finir pour allumer la mèche en envoyant un missile sur territoire russe. En toute attente, celui-ci sera dévié mais le mal sera déjà fait et Moscou aura finalement son heure de vengeance envers les néonazis et putschistes et Kiev sera rasée en moins d'une semaine. Alors là ce sera l'escalade….

Dans le deuxième cas de figure, la "paix diplomatique", signifiera que la Russie et la Chine n'en démordront pas de leur politique de remplacer le dollar (ce qui est plus que juste, convenons !) et vont continuer à faire des transactions avec le monde en monnaies respectives. Cela va déplaire à Washington et à ses patrons néocons du lobby militaro-financier-industriel, ceux-ci n'auront d'autre choix que, pour tenter de sauver leur empire qui s'effondre de faire le va-tout et partir pour une guerre suicidaire avec la Russie mais aussi avec la Chine.

Le grand doute (et cela personne possède la réponse à l'heure actuelle) est sur QUI seront les alliés de qui. Il se pourra que l'Europe se désengage de l'OTAN….. ou non. Il pourra aussi que le Japon et la Corée du Sud s'engage à côté des US….. ou non. À l'heure actuelle est tout à fait impossible de prévoir ces alliances dans le cas d'une guerre totale car, très vraisemblablement, ce sera la dernière et il n'aura personne pour la raconter après. Oui, parce que hormis l'inimaginable degré de destruction qui va s'étaler sur toute la surface du globe, ceux qui comme notre ami "letroll" comptent s'acheter du riz et du whisky avant d'aller se cacher dans un abri quelconque n'y pourront rester que, dans le meilleur des cas, pour quelques mois seulement. Et le jour où ils sortiront, devant un paysage effroyable et hallucinant, il vont se retrouver devant un hiver nucléaire grandissant et qui va durer des décennies et des décennies.

Alors, bravo aux journalistes de La Tribune qui ont donner le titre juste à une situation qui n'aura pas d'autre solution, à juste titre.
Réponse de le 03/01/2015 à 18:40 :
Alors, bravo aux journalistes de La Tribune qui ont donné le titre juste à une situation qui n'aura pas d'autre solution que l'affrontement. À juste titre.
a écrit le 03/01/2015 à 17:54 :
Bonsoir, mes amis !
Ce soir, dans le sujet "Grillades" je vous propose la question suivante, préparez-vous :

En quelle l'année débutera la Troisième et Dernière Grande Guerre (cette fois totalement nucléaire) en Europe ?
a) 2015
b) 2016
c) 2017
d) 2018

Quelle est la bonne réponse ?
Réponse de le 03/01/2015 à 18:21 :
Je voudrais pouvoir fêter mes 80 ans et après moi, le déluge.
Il y a eu dans l'histoire géologique deux grands cataclysmes qui a chaque fois ont fait disparaître une très grande proportion d'espèces animales.
L'être humain qui est arrivé à coloniser la planète entière est trop nombreuse a également trouvé le moyen d'anticiper le cataclysme qui le fera disparaître. Bonne chance aux espèces qui pourront y survivre !
Réponse de le 03/01/2015 à 20:37 :
Réponse c. (2017)
a écrit le 03/01/2015 à 17:54 :
Lorsque l'Ukraine a déclaré son indépendance du bloc soviétique effondré, qui a entendu les habitants de la Crimée revendiquer revenir à la Russie de la même façon qu'on ne leur avait pas davantage demandé leur avis lorsque Khrouchtchev l'a donnée en cadeau" à l'Ukraine?
La suprême bêtise des Iatséniouk et consorts membres d'un gouvernement provisoire autoproclamé a été de légiférer en force sur l'usage du russe, donnant aux russophones cette occasion sans laquelle le détachement de la Crimée de l'Ukraine aurait été autrement plus problématique, damant le pion à l'OTAN, dont il n'est absolument pas question dans le texte , mais qui l'infeste littéralement par le non-dit à son sujet, qui voulait profiter du désordre qu'elle a elle-même piloté, pour faire dénoncer l'accord liant l'Ukraine et la Russie sur la présence de la flotte russe à Sébastopol.
Tout le monde sait que le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ne peut se faire que dans un sens, dans le sens où le bouseux du Nebraska pense que tous les habitants de la planète Terre sont ses alter ego.
Pour 80% des Russes : "Notre Vovocha, quel gaillard !" Hollande est loin du compte.
a écrit le 03/01/2015 à 14:38 :
En espérant qu'il s'agit d'une faute d'inattention du journaliste et non d'une volonté d'enfoncer la position russe, la ville de Rostov se trouve en Russie et non en Ukraine. Par conséquent, les 17 000 soldats russes dont vous parlez dans l'article et que Vladimir Poutine a retirés ne se trouvaient pas en UKRAINE mais en RUSSIE. Un peu de bon sens ferait du bien : avec 17 000 soldats russes en Ukraine, la situation aurait été toute différente.
Réponse de le 03/01/2015 à 16:21 :
Vous avez raison. Mais, qu'attendiez-vous de journalistes qu'avant février 2014 ne savaient même pas où se trouvait la Crimée et qu'après en parlent comme si ils étaient de grands experts en géopolitique ?
Réponse de le 03/01/2015 à 16:58 :
n'oublions pas que d'après les déclarations de Kiev et de l'OTAN, la Russie a envahi l'Ukraine une quarantaine de fois en 2014.
Réponse de le 03/01/2015 à 17:57 :
Korrekt. Et n'oublions pas non plus que les USA n'ont jamais envahi Cuba (Guantanamo est une rumeur de presse seulement) et n'ont jamais exercé de la torture envers quelconque.
Réponse de le 04/01/2015 à 22:46 :
@Michel Bernard,
A ma connaissance, en Russie il y deux villes qui porte le nom de Rostov :
Rostov Viélikiï et Rostov na Donou. Ici, il s'agit bien entendu de la seconde de la région de laquelle bon nombre de valeureux Cosaques sont venus prêter main forte aux insurgés pro-russes de même qu'ils sont intervenus en Géorgie.
a écrit le 03/01/2015 à 13:20 :
Un sixième jeune djihadiste de Lunel mort en Syrie ! Choisissez votre camp .
Les russes ont plébiscité Poutine quand les français s' accommodent d' un fantoche fanfaron engagé dans des conflits ruineux sans issues . Les Chinois rachètent la France après la Grèce . .
a écrit le 03/01/2015 à 12:54 :
Poutine veut détendre la situation internationale dans l'Est en restant sur ses conquêtes, sa stratégie faire reconnaître que la Crimée à tout le temps été Russe contrairement à ce que dit l'Histoire de ces régions .
Réponse de le 03/01/2015 à 16:44 :
La nouvelle version de la doctrine militaire de la Russie, approuvée par le président Vladimir Poutine et publiée sur le site du Kremlin, qualifie le renforcement du potentiel militaire de l'Otan et la déstabilisation de certaines régions d'essentielles menaces extérieures. C'est-à-dire, elle considère la présence de l'OTAN dans l'est européen et les Etats-Unis de l'Amérique comme "Dangers militaires essentiels" (sic).

La nouvelle doctrine militaire de la Russie désigne l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord comme une menace fondamentale pour la sécurité du pays et fait état d'inquiétudes face au "renforcement des capacités offensives de l'Otan directement aux frontières russes. Pour faire plus simple, la Russie considère désormais les USA et l'OTAN comme des ennemis, tout court, et elle le dit.

Les réactions n'ont pas tardé : l'OTAN a déjà fait savoir par son porte-parole que sa fonction est seulement défensive" et qu'il faut développer avec la Russie des relations plus productives et blablabla. Le même son de cloche du côté de la Maison-Blanche qui chercher à analyser la nouvelle doctrine militaire russe et se dit prête à travailler ensemble pour la prévention de conflits notamment ceux qui regardent les problèmes internationaux et blablabla…. bref, les premiers frissons leur sont arrivés.

La Russie, selon des experts américains (c'est pas de l'intox, vous pouvez vous informer là-dessus sur internet) possède déjà une avance de plusieurs années sur les EUA en ce qui concerne la qualité et nombre de ses têtes nucléaires et missiles ICBM ainsi que au sujet de l'efficacité de ses systèmes anti-missiles. Après ce cirque de la Maison Blanche à Kiev et la pantomime otanesque aux pays baltes, la Russie a décidé de réagir et elle aura d'ici 2018-20 une armée vraiment redoutable en nombre d'hommes et d'armements de pointe.

Malheureusement, faute d'avoir un corps diplomatique compétent, les nations enfantines et adolescentes telles les USA et les Etats de l'Union Européenne ne connaissent pas d'autre langage que celui de la force, du discours musclé. Ben oui, alors ces nations ont frappé à la porte de qui peut effectivement les combler avec ce même genre de discours. L'ours russe devient de plus en plus fort militairement et cela nous rassure en Europe car, différemment de l'Amérique, la Russie (je ne parle pas de l'URSS qui est déjà révolue), mais la Russie n'a pas la même mentalité impérialiste d'envahisseur du maître des Européens, comme la presse-Système veut nous faire croire.
a écrit le 03/01/2015 à 11:08 :
J'ai hâte de voir le film.
Réponse de le 03/01/2015 à 16:19 :
Et moi, et moi et moi !!!!! j'attends les premiers ICBMs pour fin 2015 début 2016 !!! si c'est en hiver alors ça va chauffer…… sans en avoir besoin de gaz !!! :-))
a écrit le 03/01/2015 à 10:51 :
Que faire? Que dire quand 80% des Russes disent : "Notre Vovocha (V. V. Poutine) quel gaillard!".
On est loin de "Hollande démission".
A aucun endroit du texte il n'est évoqué la participation de l'OTAN sans quoi ça ne serait pas arrivé.
Nulle part non plus il est dit que les séparatistes n'ont absolument, à très juste titre d'ailleurs, en la parole de Porochenko et encore moins dans celle de Iatséniouk pour ce qui est du retrait des armes lourdes sachant que celui qui s'y commettrait perdrait tout le terrain libéré aussitôt occupé par l'adversaire. Le cessez le feu a été demandé par l'armée ukrainienne en déroute qui veut profiter de la "trêve" pour se renforcer et recevoir le renfort des USA. Personne n'est dupe.
Quant à la Crimée, personne n'a entendu parler lorsque l'Ukraine a pris son indépendance de la volonté des Criméens d'être à nouveau rattachés à la Russie, c'est pourtant la réalité et c'est enfin arrivé pour eux au grand dam de l'OTAN qui voulait en chasser les Russes et installer ses bases sur la Mer Noire.
Réponse de le 03/01/2015 à 11:45 :
Moi je dis plutôt "Hollande dehors !" :-))

Plus sérieusement, je suis en accord avec vos propos, d'ailleurs, c'étaient toujours les miens depuis des mois. Que les Néocons américains (le groupuscule, j'entends, pas la société américaine, celle-ci totalement ignorante du reste du monde) veulent s'attaquer à la Russie par des raisons de leur doctrine et de vouloir aussi faire la main basse sur le pétrole russe, même en n'étant pas d'accord (du tout) je peux encore le comprendre. Mais qu'ils y aillent avec leur armée, marine et aviation quoi !! pourquoi faire appel à des Européens qui ne sont pas tout à fait dans leur coup ?

Est-ce que Poutine allait se mettre à côté des Cubains pour repousser l'invasion américaine à Guantanamo ? et pourtant, les yankees sont allés jusqu'aux frontières russes, on sait comment, en soudoyant les pourris de ces pays en les gavant de pétrodollars, voilà comment.

Feu Kaddhafi disait toujours que le problèmes au Proche-Orient n'étaient pas Israel mais les Arabes. Il disait : "Israel on peut balayer d'un revers de main du jour au lendemain, le problèmes ce que les Arabes ne veulent pas se mettre d'accord pour le faire". Alors je dirais que le problème en Ukraine ne sont pas les Ukrainiens (la junte putschiste qui occupe le pouvoir avec l'aide des US et de l'UE) mais les pays du l'est européen. Si ils voulaient, l'affaire serait réglée en moins d'une semaine. Voilà.
Réponse de le 03/01/2015 à 18:14 :
Merci.
Si on observe en effet l'histoire qui va de la période qui remonte à l'enfance de Ivan le Terrible jusqu'à aujourd'hui, il y a une constante : la volonté de la Pologne à limiter l'influence de la Russie et qui a toujours été à l'affût des moindres signes de faiblesse pour imposer un de ses affidés (voir le Temps des troubles) et plus tard (avec la Suède) soutenir les mouvements des Cosaques ukrainiens du Hetmanat contre les Tsars. Ces derniers ayant été définitivement déplacés sur le Kouban par Catherine II.
La Pologne intégrant l'OTAN est revenue à la charge avec le même adjuvant, l'Ukraine, actuellement dirigée par un gouvernement composé en majorité de gens, venant de régions qui ont été annexées par l'URSS pendant la seconde guerre mondiale, qui n'ont jamais été sujets de l'empire russe mais dont l'ultranationalisme russophobe a été exacerbé par les autorités de tutelle comme l'empire autrichien, qui se sont en permanence servis d'eux comme tampon contre la Russie.
a écrit le 03/01/2015 à 9:53 :
Personne ne pourra mettre a genou" MAITRE POUTINE" ni L'UE, ni USA....! Poutine est un homme extrêmement dangereux ! Avez vous vu son regard "GLACIALE" Napoléon, Hitler tous ont sous estimé les Russes. Alors au lieu de sanction par ci,sanction par la laissé tomber l'affaire, que chacun s'occupe de ces affaire avant une nouvelle "CATASTOPHE" !!!!!!!
Réponse de le 03/01/2015 à 11:38 :
Holà monsieur, pourquoi cet affolement, trop de propagande n'est pas bonne pour la santé. Visionner donc les discours de Poutine qui ne sont pas de la langue de bois et pas celui d'un va t'en guerre( je vous rappelle qu'historiquement, la Russie n'a jamais été impérialiste et qu'elle sauvez la France par trois fois et qu'elle fait toujours fait l'objet d'agression de la part du camp occidental dans son histoire). Moi j'aimerai que l'on une homme politique de la trempe de Poutine qui défend les intérêts de son pays et qui a un programme politique cohérent avec la volonté de son peuple.
Rien a voir avec les politiques veules et traitres français soumis aux US, a Israel et à Bruxelles.
Réponse de le 03/01/2015 à 11:46 :
Moi j'ai aussi peur de votre regard "GLACIALE", Aloun, ne me regardez pas comme ça, je frissonne….
Réponse de le 03/01/2015 à 11:59 :
Il s'agit d'un instantané photo seulement, celui-ci allié à un choix (à l'évidence malveillant) du journal. Ce même journal où il est formellement interdit de poster de photos d'un Obama où il pourrait être aisément confondu avec un homossexuel du genre "cage aux folles". (il suffit de jeter un coup d'oeil sur internet pour s'y rendre bien compte). C'est le choix photo d'un journal le responsable pour cela et il n'est pas fortuit. Du tout.
a écrit le 03/01/2015 à 9:37 :
Bon courage , si l'Europe , même avec les US , veut affronter l'Armée russe...
Réponse de le 03/01/2015 à 9:52 :
les US sont prêts à combattre , jusqu'au dernier européen :-)
Réponse de le 03/01/2015 à 11:35 :
" L'inflation ou la guerre " N'est-ce pas une prédiction de J.ATTALI ?
La guerre permettra de ne jamais rembourser les dettes des Etats , mais comme la guerre est devenue une marchandise , elle enrichira les rentiers européens ...
Réponse de le 03/01/2015 à 11:55 :
Non, mon cher, la prédiction de cette guerre (la dernière très certainement) en Europe n'est pas une prédiction de l'animateur économique de la cour de Bisounours I, elle est partagée par les vrais analystes géopolitiques de ce monde. Attali (ou Attila) a déjà prévu plusieurs disparitions de l'euro et pourtant…. mais lui, il y aura toujours de lecteurs pour ses bobards.
Réponse de le 03/01/2015 à 13:30 :
Bien reçu ; entrainons -nous à la résistance...
Réponse de le 03/01/2015 à 16:50 :
Tu sais, Brodnik, moi je suis tellement las et dégoûté de ce monde de pourris qui m'a toujours entouré que dès la première explosion en Alsace (j'habite Besançon) ou même à Paris, je sortirai dans la rue, le torse nu (si c'est l'été) et j'attendrai la vague de chaleur et de destruction de façon tranquille et paisible, assis sur un banc de jardin ou d'une place. D'une fois pour toutes, j'aurai finalement la PAIX !!
a écrit le 03/01/2015 à 9:01 :
Pourquoi voulez vous des affrontements, la Russie et l'Ukraine, tous comme la Russie et l'Europe avons tout intérêt a nous entendre économiquement, ensuite si nous souhaitons contrebalancer la puissance américaine et chinoise nous devons impérativement developper nos accords economique....
Réponse de le 03/01/2015 à 15:29 :
EXAT???
a écrit le 03/01/2015 à 1:31 :
L'article est loin d'être au top. La chronologie n'est pas bien écrite, incomplète car basée uniquement sur les articles de la Tribune qui n’est un journal dédié aux conflits, manque des points importants. Je vais écrire une critique détaillée, mais me sens obligé de donner deux points critiques de suite. 1. Le 20 février : Des dizaines manifestants tués par balles à Kiev, c’est vrai, mais est-ce que majorité ils ont été tués en majorité par les forces d’ordres, au moins par les forces d’ordres loyales à M. Ianoukovitch ? La réponse doit être négative. 10 mois après les faits, il n’y a aucune condamnation, même aucune information exacte sur les éventuels coupables n’a été donnée. La police anti-émeute en général a été officiellement blanchie par les nouvelles autorités ukrainiennes. Je rappelle également qu’il y a eu plusieurs agents des forces d’ordre tués par balles et qu’il existe beaucoup d’information à réfléchir (discussion Ashton-Paet, version d’Iakimenko etc.). Si on pose la question éternelle « Qui prodest ? », la réponse « Ianoukovitch » ne semble pas bonne, tout simplement parce que le dernier n’avait pu en tirer aucune bénéfice. 2. Le 2 Mai : Se limiter à l’assaut des « pro-russes » contre le siège police dans la description des événements à Odessa, c’est donner une petite part sans importance du tableau. Pourquoi ne pas parler des dizaines manifestants pro-russes (en réalité, plutôt des fédéralistes) tués dans la Maison des Syndicats par les pro-ukrainiens? L’assaut du siège a été lancé parce qu’après ces évènements la police a arrêté uniquement les manifestants pro-russes, et n’a arrêté personne de ceux qui ont commis la tuerie de masse dans la Maison des Syndicats. Pourquoi ne pas parler de l’attitude honteuse des autorités ukrainiennes et locales dans cette histoire ? Après le 2 mai la guerre civile en Ukraine est devenue inévitable. J’ai entendu et lu cela plusieurs fois des gens de l’Est de l’Ukraine y compris de ceux qui n’étaient pas du tout pro-russes.
Réponse de le 03/01/2015 à 11:50 :
@ Ex-Moscovite : Ton analyse est assez différente des autres de ta plume, et pour une fois je te félicite car elle est lucide et – étonnement – pas teintée de cet anti-poutinisme primaire qu'on voit souvent dans tes commentaires. Bravo, mais… je ne suis pas sûr si c'est même toi qui l'a écrite ou un autre "Ex-Moscovite.
Réponse de le 03/01/2015 à 13:33 :
@Xavier: Il est bien dommage qu'il n'y ait plus d'enseignement de logique dans les écoles françaises. Selon ses règles, être contre la junte à Kiev ne signifie pas être fan de M. Poutine. Ma position n’a pas changé. Dès le début j’ai été et je reste absolument contre les autorités ukrainiennes, mais je trouve la politique de Kremlin très médiocre et schizophrène depuis la mi-mars. Egalement je doute de votre droit de me féliciter, tout simplement parce que mes connaissances sur le sujet dépassent probablement l’ensemble des connaissances de tous les commentateurs du site. Comme vous adorez M. Poutine, veuillez nous expliquer la logique des accords de Minsk ultra-favorables à l’Ukraine qui était au bord de la défaite totale au début de septembre et aussi la non-reconnaissance de toutes les élections à l’Est de l’Ukraine avec la reconnaissance de toutes les élections ukrainiennes par le Kremlin. Merci d’avance.
Réponse de le 03/01/2015 à 13:37 :
@Xavier: Suite. Juste pour l’illustration. Avant-hier un des chefs de guerre des rebelles, une personne connu et populaire (mais pas un saint, certes) a été tué avec ses gardes par des tirs de lance-grenades très probablement par les troupes proches au président de la république de Lougansk, donc, celui nommé par Moscou.
Réponse de le 03/01/2015 à 16:27 :
@ Ex-Moscovite : je ne suis pas Xavier, d'abord parce que je suis une femme mais aussi parce que mon prénom est celui d'une femme.
Respectueusement j'ai lu et réfléchi à propos de vos commentaire-réplique-tréplique et je me suis mis à divaguer…. flute, alors ! qui veut au fait faire saboter les accords de Minsk ? Poutine ? et dans quel but ? ka junte à Kiev, pour ainsi continuer à s'enrichir en armes venus des US et éviter la Fraqnce de livrer les Mistral à la Russie ?
Nom de Dieu, aidez-moi, je suis trop confuse à ce moment…. merci.
Réponse de le 03/01/2015 à 19:41 :
Bonsoir, Marie ! vous savez, la fumette…. ;-) n'est-ce pas ? :-)
Réponse de le 03/01/2015 à 20:46 :
@ churchill : votre remarque est entièrement déplacée, Monsieur, je ne fume que du tabac abyssin.
Réponse de le 04/01/2015 à 11:30 :
@Marie-Claire : Madame, malheureusement vos questions ne sont pas trop bien formulées, mais je vais essayer d’en répondre en bref et en simplifiant certains aspects. 1. Les accords de Minsk ne règlent aucun problème, le status quo n’est bon à personne. 2. Les accords ne sont pas respectés principalement par Kiev, parce qu’ils signifient la défaite de Kiev, malgré que cette défaite a été très limitée (les accords étaient ultra-favorables à l’Ukraine qui était au bord de la défaite totale), mais aussi par une part des rebelles qui se sentent trahis par ses accords (les républiques d’Est n’ont rien eu). Les mauvaises langues disent aussi que certains combats servent à éliminer les combattants les plus actifs, qui se battent pour des raisons idéologiques des deux côtés. Ces figures sont gênantes pour l’oligarchie de l’Ukraine, des républiques d’Est et de la Russie. 3. Les accords ne sont pas respectés par Kiev, parce qu’une bonne part des dirigeants ukrainiens ont été placés au pouvoir uniquement pour faire la guerre. Si Kiev le voulait, il avait plein de possibilités de régler le conflit par les négociations, mais il n’a montré aucune volonté. Il s’agit surtout des politiciens ayant une orientation pro-américaine. 4. Les profits des dirigeants ukrainiens viennent d’autres sources que les livraisons d’armes américaines. 5. Les bateaux de type Mistral n’ont aucune importance militaire pour la Russie.
Réponse de le 04/01/2015 à 16:20 :
@Marie-Claire et Ex-Moscovite
L'imbécilité du gouvernement provisoire qui s'est propulsé aux commandes suite au départ de Ianoukovitch à promulguer une loi scélérate à l'encontre des pratiquants de la langue russe a précipité le pays qui aurait pu d'une façon plus civilisée organiser son retrait de la zone d'influence russe, dans une guerre civile par russophobie compulsive. Il y a à tout moment, au détour du discours d'un Ukrainien, tapie quelque part vis-à-vis des Russes une latence de sentiment d'infériorité surcompensée qui se manifeste. Ceci ayant conduit la situation là où nous la trouvons aujourd'hui. Les accords de Minsk 1, 2 et tous les autres qui suivront n'aboutirons jamais à rien, pour la simple raison que Porochenko, tout juste élu président aurait dû dès cet instant se rapprocher des séparatistes et discuter pour trouver un arrangement avec eux. Cela aurait de toute évidence évité le carnage qui s'en est suivi et le blocage de chacun sur des positions impossibles à tenir.
Cet individu plein de lui-même, usant d'un double langage, a cru pouvoir venir à bout en trois coups de cuiller à pot. Peine perdue. Il n'est plus crédible pour personne. Tout le monde sait maintenant que le matériel mobilisé en Afghanistan pour lequel les américains perdraient trop à le ferrailler va se retrouver sur les théâtres d'opération en Ukraine, peu importe qu'il soit efficace, ça fait toujours illusion. C'est du même ordre que la soi-disant "aide humanitaire" que les USA octroient "généreusement" aux états en difficulté (en France, Emmaüs n'en voudrait pas). Formés à la même école, les séparatistes à aucun moment ne feront confiance et n'accorderont de crédit à quoi que puisse proposer la partie adverse.
Réponse de le 04/01/2015 à 23:10 :
@Bern78 : 1. Il est probable que la junte provoquait la guerre spécialement, pas par sa bétise. 2. Il ne faut réduire tout à Porochenko, il ne contrôle pas énormément des choses. Il y a d’autres personnages encore moins sympas. On peut citer de la première ligne Tourtchinov, Avakov, Nalivaichenko, Iatseniuk, je suppose qu’il y ait d’autres très importants, mais moins visibles. Les dernières élections en Ukraine l’ont montré. 3. Les séparatistes ne sont pas formés à la même école. 4. Je vous remercie pour la remarque, mais finalement je n’ai pas compris pourquoi vous aviez adressé cette remarque à moi : peu de points de désaccords, pas de nouvelle information pour moi.
a écrit le 03/01/2015 à 1:28 :
Pour le redacteur de l'article :
Je trouve dommage que pour le mois d'aout 2014 vous ne mentionnez pas la grande offensive des rebelles pro-Russie ( qui ont été accusés d'avoir été aidés par des milliers de soldats lourdement armés de Russie) qui a changé complètement la donne sur le terrain au moment où precisement Kiev
encerclait Donetsk et Lougansk et etait très pret de gagner la "guerre". Pas un mot sur la bataille d'Ilovaisk le 25 août où des milliers de soldats et
volontaires ukrainiens ont été encerclés et qui aurait fait plus de 400 morts et 600 blessés côté ukrainien selon l'Armée Ukrainienne et le SBU.
a écrit le 03/01/2015 à 1:11 :
Icare : la majorité de la population ukrainienne soutient l'adhésion future à l'Union Européenne et à l'OTAN et rejette l'adhésion à l'Union Eurasiatique et à tout pacte militaire avec la Russie. J'ai une partie de ma famille qui est ukrainienne et vit en Ukraine et beaucoup d'amis à Kiev, Dnipropetrovsk, Zolotonocha,.. Et pas un ne soutient la Russie même si la majorité sont de langue maternelle russes. Ils se sentent de nation ukrainienne et absolument pas
russes. Mes dires sont corroborés par les résultats aux elections legislatives où les dizaines de partis pronant la démocratie aux standats de type
occidental et le rapprochement avec l'Europe politique ont obtenu 80% des voix et 303 députés sur 424 (26 sièges inoccupés de Crimée et d'une partie du Donbass sous contrôle pro-Russie).
Réponse de le 03/01/2015 à 1:56 :
1. Soutiennent-ils ,donc, les actions des gouvernements ukrainiens après 22.02.2014? 2. Soutiennent-ils les tueries des opposants (Odessa, Mariupol)? 3. Comprenaient-ils que l'Union Douanière n'a pas grande chose avec l'intégration politique et militaire (contrairement à l'UE)? 4. Rendent-ils compte que les perspectives européennes sont très éloignées dans le meilleur des cas? Merci pour vos réponses.
a écrit le 03/01/2015 à 1:04 :
Comment expliquer qu'un pays sans dette voit sa monnaie s effondrer alors que les pays occidentaux avec des milliers de dollars de dettes garde un euro et un dollar forts?
Comment expliquer un prix du petrole aussi bas quand la lybie et l iraq sont aux mains des fous d'allah?
Comment expliquer le soutien inconditionnel des occidentaux à 2 coup d etats en ukraine? leur passion pour une apparatchik corrompue dont même les ukrainiens pro occidentaux ne veulent plus? l'information presque à sens unique sur le conflit en ukraine?

Comment expliquer que les poussy riots et une poignée d'autres "opposants" de seconde zone aient droit à une couverture médiatique sans commune mesure avec celle opposants chinois qui vivent dans une vrai dictature. Il faut des milliers d'etudiants chinois pendant des mois dans les rues d'hong kong pour en entendre parler.
Je crois que les puissances économiques et financieres qui impose leur Diktat à nos pâles democraties occidentales adorent la transformation de la Chine en dictature du "medef" chinois et veulent la peau du nationaliste poutine et de sa bande qui les ont privés du gaz et du petrole russe bradés par tonton Elsine
a écrit le 02/01/2015 à 23:24 :
D'après un collègue ukrainiens les pro occidentaux sont une minorité bien organisé...
a écrit le 02/01/2015 à 23:03 :
Les nouveaux héros de l'apolitique (sic) créer un problème pour le résoudre. Et hop! Et voila..
a écrit le 02/01/2015 à 21:44 :
Que se passe-t-il aujourd'hui dans la patrie de l'envahisseur Poutine-Staline ?

Panique financière en Russie : Partout où l’on pose son regard à Moscou, il est impossible d’y échapper. Les enseignes lumineuses des taux de change sont présentes aux quatre coins des rues et elles ont récemment captivé l’attention plus encore qu’à l’ordinaire, lorsque le rouble a atteint un nouveau pallier historiquement bas. Le dollar s’échangeait contre 48 roubles et l’euro à plus de 60 roubles, provoquant un début de panique dans les milieux financiers moscovites. « Le marché des changes est proche d’une situation de panique qui menace la stabilité financière », alertait l’une des plus importantes banques russes, VTB24. En fin de journée, la Banque centrale de Russie se résignait, dans un communiqué, à admettre les « prémices de risques pour la stabilité financière ».

En une semaine, la monnaie russe a perdu 10 % de sa valeur, plus du quart depuis le début de l’année. La chute du cours du pétrole, les sanctions internationales et la fuite des capitaux expliquent cette volatilité « Dans ces conditions », la Banque centrale russe s’est dite « prête à augmenter ses interventions monétaires à tout moment et à utiliser tous les instruments à sa disposition ». Rien de concret à la clé mais cette déclaration marque un fléchissement dans la volonté affichée de préserver ses réserves.

Quarante-huit heures plus tôt, l’institution avait en effet annoncé qu’elle comptait réduire ses interventions à 350 millions de roubles par jour pour défendre la monnaie nationale – une goutte d’eau comparée aux 30 milliards de dollars qui s'évaporent chaque mois. "On assiste à une panique de grande ampleur avec des airs de crise monétaire qui s'alimente elle-même", ont averti les analyste de la banque ING. Plus le rouble chute, plus les ménages sont tentés de protéger leurs économies en achetant des dollars et des euros, ce qui alimente le phénomène. Selon les analystes de VTB Capital, "la principale pression sur le rouble vient désormais probablement des ménages".

La population, confrontée à une inflation déjà à plus de 14% et qui, selon certains économistes, pourraient atteindre 20% début 2015, ont réduit leurs grosses dépenses, affectant de plein fouet le marché automobile ou le secteur touristique. Les enfants meurent dans les rues, sous-alimentés et mal vêtus. Les hôpitaux sont délabrés, la précarieté y règne. Les citoyens, ivres de vodka, tombent dans les rues et le places, beaucoup d'entre eux ne survivront pas à l'aube. Les soldats organisent en silence une mutinerie avec le but de chasser le dictateurs du pouvoir. Les millionaires russes ramassent leur or pour fuir ver l'Occident libre et paisible qu'ils ont connu lors de leurs séjours touristiques.

Voilà la Russie du maléfique Poutine d'aujourd'hui. Il faut la raser pour tout reconstruire : selon nos valeurs occidentales les plus élévées et le monde deviendra, finalement, un havre de paix.
Réponse de le 02/01/2015 à 23:06 :
Le problème avec les ukrainiens, c'est qu'ils abusent de la vodka, surtout le vendredi soir. Il est vrai qu'il faut bien se chauffer..
Réponse de le 02/01/2015 à 23:22 :
ce que je préfère : " nos valeurs occidentales les plus élevées "
les néo-nazis en font partie ?
le bombardement des populations civiles aussi ?
Réponse de le 03/01/2015 à 12:04 :
J'ai pas lu ton bêtisier, juste les premières lignes m'ont suffit...
Réponse de le 04/01/2015 à 21:42 :
@ Marco29 a répondu le 03/01/2015 à 12:04:

C'est un faux Marco29 pour me déconsidérer.
Ce troll pervers est agaçant.
a écrit le 02/01/2015 à 20:59 :
Comment en sortir par le haut ?
Le détour de Hollande était positif, il faut continuer à se parler et ne pas considérer Poutine comme un pestiféré.
.
Je suggère que les droits de douane pour les marchandises (hors les armes...) passant la frontière russo/ukrainienne (par rail et route uniquement) soient très faibles et les mêmes que sur la frontière UE/Ukraine.
L’Ukraine deviendrait alors un sas, un tunnel entre les 2 grandes zones économiques et pourrait se rétablir rapidement.
Elle devra évidemment faire une régionalisation poussée.
.
La Russie devra reconnaître clairement la souveraineté pleine et entière de l'Ukraine sur la région du Dombass.
Elle aussi serait gagnante et l'Europe pourrait respirer et reprendre son commerce.
.
En attendant nous devons maintenir et même aggraver nos sanctions économiques.
Et garder les Mistral à Saint-Nazaire.
Quant aux rétorsions contre la Crimée les rétorsions doivent être illimitées et renforcées.
.
Mais peut-on encore faire confiance à Poutine ???
Réponse de le 02/01/2015 à 21:30 :
Sauf que :
Économiquement, Poutine ne souhaite ABSOLUEMENT pas faire de l'Ukraine une porte d'entrée en Russie pour les produits européens,
Politiquement, Poutine perdrait son influence sur l'Ukraine, ce qu'il veut à tout prix empêcher !!
C'est pourquoi je serais beaucoup moins optimiste que vous... il faudra que Poutine soit plus gagnant que perdant pour qu'il cède quoique ce soit !!
Réponse de le 02/01/2015 à 21:47 :
En tant qu'Ukrainien je doit defendre mon pays : vive l'Otan = vive Nulland !! vive Arseni Iatseniouk !!! vie éternelle à l'Ukraine Libre !!
Réponse de le 02/01/2015 à 22:03 :
Et puis Poutine est un peu chez lui en Ukraine comme Obama l'est au Canada ! Ils connaissent très bien le terrain.
Réponse de le 03/01/2015 à 12:09 :
Aha…. vous êtes donc Ukrainien…. je m'en doutais déjà, maintenant la messe est dite.
Réponse de le 03/01/2015 à 19:22 :
Que signifie être ukrainien?
Habiter un pays approximatif constitué de bric et de broc qui n'a eu d'existence que par la volonté des Cosaques de Khmelnitsky jusqu'à sa disparition par annexion par Catherine II. Assemblé dans des frontières par le pouvoir soviétique avec l'ambition d'associer la faucille (l'Ouest) et le marteau (l'Est industriel) et maintenant gouverné par une majorité venant des territoires "annexés durant la seconde guerre mondiale" russophobes. A quel type d'Ukrainien revendiquez-vous appartenir?
Réponse de le 04/01/2015 à 10:54 :
A quel type d'Ukrainien revendiquez-vous d'être ?
Qu'est-ce que être ukrainien veut dire?
Pour autant que je sache, avant 1918, il n'y avait pas d'état ukrainien si ce n'est la période de l'Hetmanat cosaque de 1654 à 1771, date de la destruction de la Setch et le déplacement des Zaporogues sur le Kouban.
Et encore, cette Ukraine constituée de bric et de broc par les autorités soviétiques enserrant dans des frontières tout à fait artificielles uniquement dans l'idée d'associer les deux symbole la faucille (l'Ouest agricole) et le marteau (l'Est industriel). L'URSS ayant annexé des régions pendant la deuxième guerre mondiale où les habitants avaient été conditionnés à une russophobie culturelle dont sont sortis les Iatseniouk et près de la moitié des membres du gouvernement actuel dont les décisions imbéciles notamment pour ce qui concerne l'usage du russe ont conduit le pays à l'état où il est. Ce sont ces gens là que vous soutenez?
Réponse de le 04/01/2015 à 13:48 :
J'avais oublié pour effectuer un portrait-robot plus fin :
Catholique, Uniate, Orthodoxe ?
Parce qu'en fonction de sa pratique religieuse, il y a autant de façon de se concevoir ukrainien.
a écrit le 02/01/2015 à 20:54 :
Voilà ce que donnerait la politique de "dévaluation miracle" de MLP en France.
Mais c'est aussi le cas au Venezuela (les copains de la Méluche...).
29.04.11 1$ = 27 roubles
19.03.12 1$ = 39 roubles
19.12.14 1$ = 58 roubles
27.12.14 1$ = 53 roubles
02.01.15 1$ = 58,8 roubles
Essayez d'imaginer si c'était l'Euro qui avait dégringolé ainsi (avec Marine le Pen ce serait possible) !
.
Les réserves en devises de la Banque Centrale de Russie ont atteint un maximum historique au début d'août 2008 avec 598 milliards de $.
Aujourd'hui ces réserves sont tombées à 310 milliards de $ (dont 200 milliards de $ peu liquide dans son fonds souverain).
.
Les banques VTB,Gazprombank,Trust ont dû être recapitalisées. Tout leur système bancaire est très fragilisé.
.
Bien des emprunts ont été faits en $ ou en € par des entreprises et des particuliers russes qui doivent aujourd'hui rembourser avec beaucoup plus de roubles dépréciés...
.
L'inflation a atteint 11,4% en 2014 (15% cette année ?). Baisse du rouble+inflation = énorme perte de pouvoir d'achat.
.
Il faut être aveugle pour ne pas voir que pour fin mars ils seront à genoux.
Réponse de le 02/01/2015 à 21:58 :
@ Marco29 : Vous avez posté ce même commentaire à 100% pour un autre article de La Tribune le 31/12/2014 à 17:08.

Le titre de l'article était "Russie : l'inflation à 11,4% son plus haut niveau depuis 2008" à la même date.

Donc vous vous amusez à répéter les mêmes sottises indépendamment du sujet du forum. Quelles sont donc vos intentions, vous pourriez-nous dire ? merci.
Réponse de le 02/01/2015 à 23:25 :
marco29 est juste un troll de l'UE, un pseudo utilisé par des équipes chargées de polluer les forums
Réponse de le 03/01/2015 à 1:13 :
Décidément, ce Marco ne connaît rien à l'économie. Il s'imagine qu'il suffit d'aligner des chiffres comme pour un match de football : celui qui a les plus gros gagne la partie...
Une baisse de la monnaie favorise les exportations et donc l'économie. C'est une loi économique basique que connaissent tous les étudiants en première année d'éco, mais apparemment pas notre ami Marco... Qu'est-ce qui a permis le miracle chinois depuis trente ans ? Le yuan faible ! Qu'est-ce qui a étouffé l'UE depuis dix ans ? L'euro fort ! Cette loi économique est encore vérifiée actuellement en Russie : la chute du rouble a permis un boom des exportations et un sursaut du PIB russe en 2014 (+0,7% au lieu des 0% attendus en début d'année)
Réponse de le 03/01/2015 à 10:11 :
Pfff n importe quoi. Je n ai pas vraiment de "poulain" dans ce panier de crabes, mais même moi je peux voir le délire de votre post. Pourquoi Poutine serait monté lui même au créneau pour expliquer qu' il y aura sans doute de l ordre de 2 an de galère, si l économie russe était en plein "boom" de part l effondrement du rouble ? Franchement je pense que les commentaires devraient être réservés aux abonnés, voire fermés...
a écrit le 02/01/2015 à 20:46 :
Aujourd’hui, notamment en France, dans le cas de l’offensive multiforme menée par l’Amérique contre la Russie, les atlantistes proches du club Bilderberg ont totalement subverti les hommes politiques, les médias et une large partie de l’opinion. La Russie est plus que jamais l’ennemie, l’Amérique et son dollar, les alliés. L'Histoire peut-être nous le dira que c'était plutôt le contraire.
a écrit le 02/01/2015 à 20:19 :
Par pitié n'y allez pas sinon ça va foirer.
Réponse de le 02/01/2015 à 20:32 :
Ce qui m'étonne, Flamby, c'est qu'il n'aura pas d'US dans cette réunion, l'aviez-vous aussi remarqué ? que c'est fabuleux, pas un seul yankee pour parler à la place du oligo-chocolat….. lol
Réponse de le 03/01/2015 à 18:16 :
A l'attention du régulateur:
"Ce qui m'étonne, Flamby, c'est qu'il n'aura pas d'US dans cette réunion, l'aviez-vous aussi remarqué ? que c'est fabuleux, pas un seul yankee pour parler à la place du oligo-chocolat….. lol "
USURPATION DE PSEUDO? JE N'AI PAS ECRIT CE COMMENTAIRE, C'SET LA 2° FOIS QUE CELA ARRIVE. MERCI D'Y REMEDIER.
Réponse de le 03/01/2015 à 18:16 :
A l'attention du régulateur:
"Ce qui m'étonne, Flamby, c'est qu'il n'aura pas d'US dans cette réunion, l'aviez-vous aussi remarqué ? que c'est fabuleux, pas un seul yankee pour parler à la place du oligo-chocolat….. lol "
USURPATION DE PSEUDO? JE N'AI PAS ECRIT CE COMMENTAIRE, C'SET LA 2° FOIS QUE CELA ARRIVE. MERCI D'Y REMEDIER.
a écrit le 02/01/2015 à 19:22 :
Je vais vous faire part de mes souhaits de Nouvel An 2015 :

1. je souhaite que les ukies continuent à briser les cessez-le-feus en Novorussie, ainsi Hollande se verra toujours obligé à rapporter la livraison des Mistral à Saint-Jamais;

2. Ceci faisant, il va forcer Moscou à entamer des ripostes commerciales contre la France, bien entendu. Poutine va mettre à mal tous le groupes français en Russie et privilégier les constructeurs asiatiques (qui se frottent les mains déjà) et ouvrir les infrastructures de distribution de produits agroalimentaires à des pays non-européens. Par conséquent (et c'est logique) les investissements tricolores seront forcer à quitter peu à peu le marché russe.

3. La France, piquée sur le vif, va créer de nouvelles sanctions contre la Russie (je ne peux pas vous dire lesquelles à l'heure actuelle mais elle le fera, c'est sûr)

4. Poutine, en utilisant son influence auprès des pays du BRICS (la Russie sera à la présidence de ce bloc en 2015) pour saboter les exportations d'armements françaises (déjà passablement sabotées par les US) au profit des armements russes. Bonjour les dégâts pour Dassault, DCNS et j'en passe.

5. Poutine et la Russie deviendront plus que jamais les tête-à-Turc des journalistes français et il n'aura pas un seul quotidien parisien qui passera un seul jour sans étaler haut en couleurs les Russia bashings les plus ignominieux, disons, de façon un peu plus corsée qu'ils font déjà actuellement.

Et tout reviendra à la normale, la Russie restera notre ennemie de toujours, nos bons amis américains profiteront pour aider la France et passeront à investir massivement dans notre beau pays.
Réponse de le 02/01/2015 à 20:13 :
Pas faux. J'ajouterais cependant que la Russie est peut-être l'ennemie no. 1 des nos journalistes mais pas celle de nos patrons. Quand on songe à un certain Christophe de Margerie…
a écrit le 02/01/2015 à 19:03 :
Les médias de Poutine encore pris la main dans le sac à mentir pour tenter de cacher la réalité du tir de la 53e brigade antiaréienne russe de Koursk qui a abattu le vol MH17. Andreï Menchenine, éditorialiste de la radio indépendante russe Ekho Moskvi, a dénoncé pour le « pseudo-sensationnalisme » du reportage russe et affirme que l’angle d’attaque qui aurait été celui du chasseur ukrainien ne correspond pas aux dégâts constatés sur l’épave du Boeing. Интересно, изображение Боинга они прямо загуглили тоже? Или совпадение? Первая картинка в выдаче «Боинг вид сверху» pic.twitter.com/e5MyH07UWQ — Максим Кац (@max_katz) 14 Novembre 2014 Sur Internet, les détournements du photomontage se multiplient, afin de démontrer la grossièreté du procédé. Des internautes, via Twitter, démontrent ainsi que le logo de la compagnie aérienne Malaysia Airlines n'est pas au bon endroit sur la carlingue. Autre indice : la texture de l'habillage des ailes du chasseur ukrainien ne correspond en rien à celle d'un avion. Autant de constats qui poussent certains internautes à l’humour. ПРАВДЫ НЕ СКРЫТЬ! На снимке видно, что крылья истребителя, сбившего Боинг, раскрашены в цвета украинской вышиванки! pic.twitter.com/VfttMMu72i
— Дядюшка Шу (@Shulz) 14 Novembre 2014 Bellingcat, site internet de journalisme d’investigation basé en Grande-Bretagne, a dénoncé un « faux grossier » et affirmé que les photos avaient été en partie « fabriquées » à partir d’images de Google Earth datant de 2012. #версия Боинг сбили фашиствующие инопланетяне... pic.twitter.com/4z25E7UBjb — Reincarnation. (@TukvaSociopat) 14 Novembre 2014
Réponse de le 02/01/2015 à 19:40 :
Le troll pro OTAN anti Poutine est de retour : âmes sensibles, s’abstenir. Foutons le camp !
Réponse de le 02/01/2015 à 20:34 :
John McCain, sors de ce corps !
Réponse de le 03/01/2015 à 1:20 :
Pour l'instant, les plus grands comiques sur l'affaire du Boeing malaisien sont les Américains, toujours incapables de fournir la moindre preuve qu'ils disent pourtant posséder. Le principal journal malaisien en langue anglaise (The New Straits Times) a déjà titré il y a plusieurs mois sur une responsabilité du régime de Kiev dans le crash de l'avion. Pourtant la Malaisie n'est pas une officine de propagande russe, elle est au contraire intéressée au premier chef par cette tragédie. Est-ce la raison pour laquelle elle a été exclue de la commission d'enquête montée par les petits trolls atlantistes (Pays-Bas, Belgique, Ukraine et Australie) ?
a écrit le 02/01/2015 à 19:01 :
Au-delà des apparences, la politique ukrainienne de Vladimir Poutine est parfaitement claire. Seuls ses signaux sont contradictoires. Il menace durant des semaines d’arrêter les livraisons de gaz à Kiev et de perturber, par là, les approvisionnements de l’Union européenne puis signe, tout soudain, un accord tout à fait acceptable et levant toute crainte, jusqu’au printemps prochain du moins. Il reconnaît la légitimité des législatives ukrainiennes qui avaient donné, il y a huit jours, une écrasante majorité aux partisans d’un rapprochement avec l’Europe puis approuve l’organisation, hier, d’élections présidentielles dans les deux régions de l’Est aux mains des sécessionnistes pro-russes. Il fait et dit tout et son contraire mais poursuit, en fait, un objectif parfaitement cohérent qui est de vouloir le beurre, l’argent du beurre et les charmes de la crémière.
Comme il ne veut pas d’une complète rupture avec l’Europe et les Etats-Unis et, moins encore, d’un risque de confrontation militaire avec eux, il ne marche pas sur Kiev, ne coupe pas les robinets du gaz et ne met pas même en doute la régularité des élections ukrainiennes. Sur ces terrains inflammables, c’est business as usual, respect des règles et usages internationaux mais, comme il ne veut pas non plus admettre que son agressivité militaire et l’annexion de la Crimée ont eu pour résultat d’amener l’écrasante majorité des Ukrainiens à se détourner de la Russie avec laquelle ils avaient, pourtant, des liens aussi profonds qu’anciens, comme il ne veut surtout pas s’avouer vaincu devant sa propre opinion, il continue de soutenir, armer et financer les sécessionnistes des régions de Donetsk et de Lougansk en leur laissant le soin de dire à haute voix ce que lui pense tout bas. Elu hier président de la région de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko explique ainsi que son ambition est de « construire un nouvel Etat qui deviendra légitime après ces élections et de récupérer les territoires de l’Est actuellement sous contrôle ukrainien ». Les territoires en question, c’est la bande côtière qui mène, le long de la mer d’Azov, à la Crimée et permettrait à la Russie d’alimenter cette péninsule annexée par la route et de former, sur son flanc occidental, un nouvel Etat de fait sur lequel elle exercerait un protectorat. C’est une nouvelle partition de l’Ukraine qui est à l’œuvre.
Mort à l'envahissuer Poutine !!
Réponse de le 02/01/2015 à 19:31 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille.
Réponse de le 02/01/2015 à 19:39 :
vous savez, la russophobie ça se soigne...
a écrit le 02/01/2015 à 18:56 :
Bizarrement vous ne parlez pas de la 20aine de policier tuée et des 250 blessés donc plus de 50 par balles.
Réponse de le 02/01/2015 à 19:04 :
Et vous vous en étonnez ? Faut pas lire la presse mainstream si vous voulez voir ce genre d'infos être publié !
a écrit le 02/01/2015 à 18:46 :
Poutine a une politique de gribouille, il veut tout faire ou laisser faire croire qu'il peut négocier avec l'Europe , mais ne veut pas lâcher la Crimée . la réunion du 15 janvier 2015 ne servira à rien .
Réponse de le 02/01/2015 à 19:04 :
Popov, excellent 2nd degré, désormais je vais soutenir la position Russe ! merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :