Bruno Le Maire : "l'entrée dans la zone euro est une obligation"

 |   |  917  mots
Faire entrer les pays d'Europe de l'est dans la zone euro et s'appuyer sur le couple franco-allemand sont les solutions pour sortir de la crise, selon le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Bruno Le Maire.

Pas question de retarder l?entrée dans la zone euro des pays de l?Est de l?Europe. C?est en substance le message délivré par le secrétaire d?Etat aux Affaires européennes, Bruno Le Maire, lors d?une audition devant les commissions des Affaires européennes de l?Assemblée nationale et du Sénat, mercredi 4 mars.

Cette prise de position fait écho aux propos de Nicolas Sarkozy lors du Conseil européen extraordinaire du 1er mars. "Tous les pays de l?UE doivent rejoindre l?euro", avait déclaré le président français à cette occasion. "Ce n?est pas un droit, c?est une obligation", avait renchéri le commissaire européen aux Affaires monétaires, Joaquín Almunia.

Pour faire face à la crise économique mondiale, l?Europe doit être solidaire et refuser "toute forme de division entre l?est et l?ouest", a rappelé Bruno Le Maire.

Evoqué le 1er mars par les Vingt-Sept, le principe de solidarité suscite des craintes chez les députés et sénateurs français. En période de crise, l?entrée dans la zone euro des pays de l?est pourrait mettre en difficulté l?ensemble de la zone, se sont inquiétés les députés Marc Laffineur (UMP) et Elisabeth Guigou (PS).

Il est possible de "se pencher" sur les critères de 1991, qui définissent l?entrée dans la zone euro, a estimé Bruno Le Maire. "En tout état de cause nous avons besoin de critères rigoureux", a-t-il rassuré tout en indiquant qu?il n?était pas opposé à l?idée de les modifier. Dès lors, "une accélération de l?entrée [dans la zone euro] est envisageable mais elle doit se faire de manière rigoureuse" afin d?éviter "une instabilité" pour la zone une fois ces nouveaux pays intégrés, a-t-il signalé.

Le secrétaire d?Etat a rappelé que l?adoption de l?euro était une obligation prévue par le traité après chaque adhésion à l?UE. Seuls les Etats ayant signé une clause d?"opting out" peuvent faire exception à la règle, a-t-il rappelé.

Pour sortir de la crise, Bruno Le Maire a indiqué la nécessité de mettre en place une politique économique européenne. Une marotte du président français depuis son élection. "Le seul point de départ crédible" étant, selon Bruno Le Maire, un accord franco-allemand sur le sujet.

Mais "aujourd?hui l?Europe hésite à prendre les décisions nécessaires" et ne modifie pas "ses comportements et habitudes des temps plus calmes", a-t-il regretté. Il faut "un élan qui ne pourra venir que d?un accord franco-allemand".

Insistant sur la nécessité de préparer la sortie de crise, qui se soldera, selon lui, par "un endettement public jamais connu depuis la création de l?Europe", Bruno Le Maire a estimé que l?innovation serait alors "la seule clef pour absorber l?endettement". Le ratio de dépenses publiques accordé à l?innovation, et préconisé par les critères de Lisbonne, devrait devenir une obligation inscrite dans le traité, a-t-il proposé. Ces critères seraient définis en prenant en compte les différences entre les pays, et leur respect soumis à l?examen des Etats.

Revenant enfin sur la réforme du système financier international, Bruno Le Maire a réaffirmé qu?il était nécessaire d?assurer "une régulation financière à l?échelle mondiale". L?Europe doit "apporter un plan clef en main" à la réunion du G20 du 2 avril prochain. "J?ai bon espoir que les Européens arrivent unis".

Pour défendre l?euro, la député Elisabeth Guigou (PS) a préconisé l?utilisation des outils du Traité qui permettent d?établir une stratégie de change avec les autres monnaies mondiales. "Des outils qui n?ont jusqu?ici jamais été utilisés", a-t-elle ajouté.

Le député Jacques Myard (UMP) a déclaré n?avoir "jamais mis les malheurs de l?Europe à l?aune de ses espérances". Mais, selon lui, le problème de l?Europe réside dans sa confusion entre "une coordination au niveau européen et un intégrisme". "Il faut arrêter de dire qu?il est nécessaire de faire entrer de nouveaux Etats alors que deux vont peut être en sortir (de la zone euro, ndlr); il faut sortir du politiquement correct", a-t-il rétorqué.

Le sénateur Jean Bizet (UMP), vice-président de la commission des Affaires européennes, a estimé qu?il était "primordial" de réformer le système financier international.

Dans le même sens, Annick Girardin (PS) a indiqué, évoquant le G20, "s?il y a une chose qu?il faut réussir c?est cela".



Le Conseil européen sur l'emploi, prochaine échéance
Selon Bruno Le Maire, "il faut travailler avec nos partenaires en vue de la préparation du Conseil Emploi du 1er mai". Il a estimé que les conditions qui permettent de bénéficier des fonds européens à la mondialisation et du FSE sont "trop rigides et inappropriées à une situation de crise". L?Europe doit "travailler avec les responsables syndicaux", a-t-il ajouté. Une proposition qu?il formulera aux présidences tchèque et suédoise qu?il devrait rencontrer prochainement. Après le Conseil européen du 19 mars, le Conseil Emploi est "la prochaine échéance", a-t-il conclu.

 

 

Site d'EurActiv.fr  
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la première question les pays de l'est sont-ils Europhiles, je pense que ces pays sont trop tournés vers les US et pas fiables, Pologne, Tchéquie et autres. Les intégrer plus oui mais sous contrôle.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@SAMARINDA: Complètement sectaire comme raisonnement, l'Union Européenne n'a pas été conçue uniquement pour servir les intérêt de la France. De plus le fait que ces pays soient tournés vers les US n'empêche pas de travailler avec eux au sein des institutions Européennes. Au contraire les intégrer plus avant dans le marché commun leur impose de facto de faire converger leurs intérêts avec les notres. Typique : comme si tout ce que touchait les US était sale...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour, merci pour le commentaire mais je ne suis pas pour des raisons personnelles anti-US. Pour l'UE je suis un pour avec un bravo pour l'EURO et une vision fédérale de l'UE donc bien loin de penser exclusivement Bleu, Blanc, Rouge. Mais je suis peut-être un imbécile de penser que les pays de l'est je parle des politiques sont bien loin de vouloir INTEGRER l'UE hors du profit qu'ils en tirent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Rational :

Samarinda a raison.
Il n?est pas sectaire et votre jugement à l?emporte pièce me semble dépassé.
Il faut que ces pays qui prennent un malin plaisir
A critiquer la ? vieille Europe? se rendent compte qu?ils avaient et ont
Toujours le droit de demander à être rattaché aux USA.
Qu?ont-ils fait de particulier pour cette vieille Europe dont ils n?attendent que des avantages,
des entreprises, etc?
Qu?ils aillent donc voir chez l?oncle SAM si c?est mieux(surtout en ce moment), mais nos
Politiques n?auraient jamais dû accepter que nous les ayons pour fardeau.
Hélas?
Moi j?aimerais qu?ils aient la politesse avant de la ramener, de se poser la question :
Qu?ont-ils fait pour l?Europe ? Jusqu?à présent rien !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui on aurait pu se contenter d'une Europe à 6, c'est plus facile à gérer. C'est petit aussi. Qu'ont fait les Pays d'E de l'est pour l'Europe? Etre sous le joug soviétique pendant 50 ans en serrant les dents. Rentrer dans l'Union Européenne a des conditions de seconde zone (avec une sous PAC). Et surtout, contrairement aux rumeurs populaires, a nous permettre d'avoir quelques balances commerciales excédentaires (Pour une usine de voiture en Tchéquie, combien de biens d'équipement et de cosmétiques vendus la bas?). En bref ces pays ne sont un fardeau que depuis l'impact ponctuel de la crise financière et la solution pour éviter la contagion sur notre économie est de les intégrer dans l'Eurozone. Les fardeaux sont internes, pas besoin d'aller les chercher à l'étranger.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sans Union politique, l'union monétaire ne survivrait pas. Dommage que la France ( encore elle) n'ait pas su accepter les propositions Lamers voilà presque 12 ans. OOn ne peut pas continuer à avoir une monnaie et 16 voire 26 états ( 27 si la GB adhère un jour....mais j'en doute) . l'UE doit devenir une féfération avec un gouvernement fédéral fort, sinon...l'UE disoparaitra tôt ou tard pour evenir à son point d'origine, une zone de libre échange.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La part de pib des pays d'E de l'est dans l'Eurozone ne serait pas significative. Pas d'implosion de leur seul fait donc. Une Union politique serait effectivement la solution par le haut, mais il ne faut pas trop en demander aux Français tant les amalgames et les discours démagogiques se sont multipliés ces dernières années. Ici c'est toujours de la faute des autres...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :