L'UE mérite des ressources propres, selon la Commission

 |   |  383  mots
Alors que l'exécutif européen prépare ses propositions pour le budget post-2013 de l'UE, son vice-président Maros Sefcovic revient, pour EurActiv Slovaquie, sur l'action européenne, injustement dépréciée.

"Notre philosophie est d?essayer d?obtenir des ressources des activités qui n?existeraient pas sans l?Union européenne. De la valeur ajoutée que crée l?UE", déclare le commissaire aux Affaires interinstitutionnelles, dans un

entretien

accordé à EurActiv Slovaquie.

La Commission prépare ses propositions pour remodeler le budget de l?UE, et éventuellement y introduire des ressources propres. Elle présentera un rapport sur le sujet "au plus tard début octobre", promet Maros Sefcovic.

Ce document dressera une évaluation du budget à mi-parcours du cadre financier 2006-2013, avant que les négociations ne débutent pour l?après 2013. Seules "des données sur les revenus et les dépenses" seront publiées, prévient-il néanmoins. Si la Commission évoquera des propositions alternatives, "la décision revient aux Etats membres et au parlement européen", rappelle-t-il.

Le commissaire préconise un alignement du budget sur les priorités de la stratégie Europe 2020 et promeut une économie basée sur l?innovation. Il rappelle également, à EurActiv.sk, l?importance de la politique de cohésion, essentielle à l?Union. "L?élimination des différences est l?une des politique-clés sans laquelle l?Union ne peut pas travailler", met-il en garde. L?évocation de contributeurs nets et de bénéficiaires nets lui paraît d?ailleurs "très malsaine", dès lors que les contributeurs nets bénéficient du développement économique des nouveaux Etats membres.

Négociation délicate

La rigueur issue de la crise et l?assainissement des finances publiques rend la négociation du budget plus délicate encore. La crise a logiquement renforcé les préoccupations nationales, bien qu?elle ait, dans le même temps, "souligné que nous avons besoin de résoudre nos problèmes ensemble", estime Maros Sefcovic.

Une déclaration qui fait écho à celle du président de la Commission José Manuel Barroso, lors de son discours sur "l'état de l?Union" du 7 septembre : "soit nous flottons ensemble, soit nous coulons individuellement". "Finalement, nous avons négocié des mesures qui auraient semblé impensable il y a six ou douze mois", remarque Maros Sefcovic avec optimisme.


Lire la suite de l'article L?UE mérite des ressources propres, selon la Commission
 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :