France Télévisions : pas de barrage à la nomination de Rémy Pflimlin

 |   |  255  mots
Les commissions des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale et du Sénat ainsi que le CSA ont toutes deux approuvé le choix de Nicolas Sarkozy de nommer Rémy Pflimlin à la présidence de France Télévisions.

La commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale n'a contredit ni celle du Sénat, ni le CSA. Ces trois organismes ont tous trois donné leur feu vert à la nomination de Rémy Pflimlin, actuel patron de l'opérateur de presse Presstalis (ex-NMPP) et ancien directeur de France 3, à la tête de France Télévisions.

Sur les 70 députés membres de la commission, seuls 21 ont pris part au scrutin et 20 ont apporté leur voix au candidat, un autre a émis un vote négatif. Les élus socialistes et communistes ont refusé de prendre part au vote, dénonçant le mode de nomination du responsable de l'audiovisuel.

La veille au Sénat, sur les 56 membres de la commission, Rémy Pflimlin avait recueilli 22 votes favorables et deux votes blanc. Les sénateurs de gauche avaient également refusé de prendre part au vote.

Ces deux commissions n'ont donc pas fait valoir leur droit de veto, possible dès que la majorité des 3/5e est réunie.

Quant aux neuf membres du Conseil Supérieur de l'audiovisuel qui ont auditionné le candidat jeudi dernier, 6 d'entre eux ont approuvé cette nomination, trois se sont abstenus.

Choisi par le chef de l'Etat, conformément à la loi sur l'audiovisuel public de février 2009, Rémy Pflimlin avait tout de même besoin de l'aval des trois organismes précités pour que la nomination soit effective. Tout comme Jean-Luc Hees, nommé l'année dernière selon la même procédure, à la tête de Radio france.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :