Après le sommet de la zone euro, les réactions françaises fusent

 |   |  945  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Suite aux accords conclus par les chefs d'Etats au sommet de la zone euro, à Bruxelles, jeudi soir, la classe politique française - l'opposition en particulier- n'a pas tardé à réagir.

Les partis de l'opposition convergent tous vers un même son de cloche : l'Europe ne serait pas à l'abri des spéculations. Ils dénoncent les taxes sur les transactions financières qui n'ont pas été évoquées ainsi qu'une contagion imminente de la crise vers les autres pays membres. De son côté, François Fillon a déclaré vendredi que la dette augmentera de 15 milliards d'euros en 2015.

Martine Aubry
(PS) : "Je me réjouis qu'un accord ait été finalement trouvé à Bruxelles entre les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone Euro pour trouver une solution au financement de la dette grecque. Nous le devions au peuple grec, nous le devions à l'Europe". Elle dit réclamer avec les socialistes européens, « depuis longtemps une taxe prélevée sur les transactions financières"

François Hollande (PS), candidat à l'investiture socialiste pour 2012 : "C'était un accord nécessaire mais il est aussi tardif qu'insuffisant".  Il explique : "tardif parce que si ces mesures avaient été prises il y a 18 mois, il n'y aurait eu jamais de crise de la zone euro".  "La capacité que doit avoir l'Europe d'emprunter pour elle-même pour se substituer à des Etats défaillants pour leur dette souveraine" et que "rien n'a été décidé" sur une "taxe sur les banques"

 

Ségolène Royal (PS) : Ce 23e sommet "n'apporte que des colmatages provisoires à une crise sans précédent", mais selon elle, « en effet l'accord final reporte à plus tard les deux questions fondamentales pour l'avenir de l'Europe : la lutte contre la spéculation financière et la relance économique de la zone euro ».

Arnaud Montebourg (PS) : "Leur nouveau plan de sauvetage négocié avec le secteur bancaire souffre en effet de quatre défauts rédhibitoires: il ne peut enrayer le risque de contagion systémique aux pays fragiles (...), il charge les contribuables européens et épargne le secteur bancaire (...), il propose des contributions d'urgence des Etats et néglige les financements pérennes par les opérateurs financiers privés (...), enfin il perpétue à tort l'obsession de l'austérité et le retour en force des critères de Maastricht de 1992."

François Bayrou, président du MoDem, ajoute vendredi : le nouveau plan européen d'aide à la Grèce "ne suffira pas", prédisant "d'autres crises" dans la zone euro. Le plan "souffre de deux défauts rédhibitoires"."On était dans l'urgence extrême (...) On a pris des décisions dans la douleur qui donneront un répit au gouvernement grec et on l'espère à son peuple. Mais ce plan ne suffira pas"." On n'a pas trouvé la réponse et on connaîtra d'autres crises" conclue-t-il.

Jean-Michel Baylet, sénateur, président du Parti radical de gauche (PRG): "Si la solidarité avec la Grèce est une nécessité, les mesures prises s'arrêtent au milieu du gué en restant purement techniques. (...) Surtout, le cercle vicieux de la spéculation n'est pas enrayé. Pour le Parti radical de gauche, il faut taxer les transactions financières sur les dettes souveraines à l'échelle du continent européen."

Marine Le Pen (Front National) : "Le nouveau plan d'aide à la Grèce est une bonne nouvelle pour les marchés financiers, mais une très mauvaise nouvelle pour les contribuables français", et défend "une sortie concertée de l'euro". Les 109 milliards d'euros, "(jetés) dans le trou sans fond de la dette grecque", "ne sauveront pas une zone euro déjà en faillite" et "viendront en partie alourdir la dette publique de la France".

Nicolas Dupont -Aignan (Debout La République, souverainiste) : Cela (...) va endetter un peu plus les Français, sans aider les Grecs. Dans quelques mois la même crise se reproduira pour le Portugal, l'Espagne, l'Italie ou même la France, pour la simple raison que l'économie de ces pays est asphyxiée par une monnaie unique taillée pour la compétitivité allemande"

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF: "Malgré le fiasco des recettes appliquées jusqu'ici - qui n'ont fait qu'encourager le chantage des marchés financiers - les décisions du sommet européen prises sous la houlette du couple Merkel/Sarkozy persistent dans une logique unique : préserver les intérêts des grands créanciers, banques et assurances, et des spéculateurs". Il s'alarme : "Le risque d'effondrement généralisé du système est bien réel. (...) Les intérêts financiers sont sauvegardés à court terme, mais les Etats et les peuples sont mis à genoux. Rien n'est réglé !"

Jean-Francois Copé (UMP) : salue l'accord trouvé "sous l'impulsion décisive du président Sarkozy". Il assure "qu'avec cet accord, l'Europe donne un signal important: la zone euro est forte, solidaire et unie, elle ne se désagrégera pas face aux attaques des spéculateurs".

François Baroin, le ministre de l'économie qualifie le plan de sauvetage de réponse "excellente", "profonde" et "puissante".

Alain Juppé, ministre des affaires étrangères: c'est "un accord de grande portée, qui n'est pas seulement un rafistolage de circonstances, mais qui donne des perspectives à moyen terme et permet d'aller plus loin aussi dans la bonne gouvernance économique de la zone euro"

Sans surprise, Christine Lagarde a déclaré que "sur la base d'une mise en oeuvre solide du programme par les autorités grecques, et de la détermination des Etats membres à soutenir la Grèce, le FMI continuera à jouer son rôle conformément aux pratiques du Fonds et, bien entendu, sous condition de l'approbation de notre conseil d'administration", a-t-elle indiqué. Elle ajoute, enfin : "nous saluons avec enthousiasme les termes de financement plus favorables offerts par les membres de la zone euro".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2011 à 5:15 :
Au bout du compte nous serons toujours plus endettés car malheureusemet plus sieurs pays de la zone "EURO" sont dans des situations précaires jusqu'ou irons nous ?
a écrit le 24/07/2011 à 20:20 :
Ce nouveau plan résoud momentanément le problème de solvabilité de la grèce. Mais les causes profondes des déséquilibres demeurrent. Et les déficits budgetaires sont répandus dans l'ensemble des pays européens. On verra plus tard, c'est toujours plus facile ainsi et en s'excusant toujours d'une situation présente qui ne peut être traitée qu'avec un large déficit pour acheter la paix sociale. Aujourd'hui les pays européens atteignent la limite en terme d'endettement et cela se transforme en crise. La zone euro vient d'en passer une, mais celles qui s'annoncent seront d'une toute autre ampleur avec le Portugal, l'Espagne, l'Italie mais également la France.
Le feu a été momentanément éteint. la crise de la dette va se traduire par de très fortes tensions au sein de l'Europe pour les prochains mois et années. C'est la fin d'un modèle aveugle de fuite en avant.
Si l'ensemble des pays européens ne s'engagent pas dans la rigueur budgétaire en s'interdisant d'agrandir leurs déficits, alors oui, les jours de l'euro sont comptés et notre avenir économique fortement compromis.
a écrit le 23/07/2011 à 10:45 :
que dire? la gauche est consciente que ce plan est unitile et ne fait qu'alourdir la dette francaise mais ne propose rien de concrets a part ses "petites taxes", la droite applique LE discours type de la majorité du "tout va bien, on est sorti de la crise" ca ne fait que la 5 ou 6e fois qu'on nous le dit!
il n'y a que les extremes qui osent aborder un vrai debat, une veritbale remise en cause de l'euro qui est l'une des sources certaine de tous les maux de l'Europe... Mais pourquoi s'acharne-t-on a vouloir conserver l'euro? pourquoi tant d'efforts? bientot 500 milliards d'euro d'aide a la Grece, plus de 200 milliards pour le portugal et l'irlande et combien si l'italie et l'espagne tombent a leur tour?! dommage qu'aussi peu de personnes s'interessent reellement aau débat sur l'euro, que les economistes ne soit pas ecoutés et que les quelques politiques francais qui osent aborder ce debat soit automatiquement décredibilisés par une classe politique francaise qui ne comprend RIEN a l'economie et continue a sacraliser tout ce qui est au nom de l'europe!
Réponse de le 23/07/2011 à 16:03 :
L?autre problème est à la fois grec et européen. Selon Athènes, 200
milliards d?euros venus de Grèce dorment dans la banques suisses, soit
l?équivalent du plan européen d?aide à la Grèce. Il faut que l?Union
européenne et Athènes forcent la Suisse à coopérer contre cette évasion
fiscale. Pour le moment les demandes de Bruxelles et d?Athènes sont
faibles ou inexistantes.
Réduire les dépenses militaires, lutter contre la fraude fiscale, c?est
faisable, et ce qui devrait passer avant le démantèlement de la
protection sociale. Si on fait les choses dans cet ordre, on pourra
ensuite s?attaquer au problème de compétitivité globale de la Grèce.



a écrit le 22/07/2011 à 23:55 :
Si les socialistes trouvent que c'est tardif, où étaient-ils pour négocier avec les autres pays? C'est très facile de critiquer, plus difficile d'agir...
Réponse de le 23/07/2011 à 21:52 :
Ce que tu dis n'a aucun sens : tout le monde a le droiut d'exprimer un avis, on est en démocratie.
S'il fallait, dans la vie être aux affaires pour s'intéresser aux problèmes ou émettre un avis, on retournerait sous la monarchie absolue de droit divin, mec!
a écrit le 22/07/2011 à 13:24 :
Une fois de plus le contribuable va payer.
En ce qui concerne la taxation des opérations financières sur la dette souveraine, celles-ci se déplaceront hors de la zone européenne, ce qui, je pense, est déjà le cas (les américains par ex.).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :