2012, "année sombre" pour la Grande-Bretagne

 |   |  286  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)
Selon l'Institut de recherche pour les politiques publiques, la Grande - Bretagne risque de replonger dans la récession en 2012

L'économie britannique va connaître une "sombre" année 2012, durant laquelle elle risque de replonger dans la récession, estime l'Institut de recherche pour les politiques publiques (centre-gauche).
"Alors que nous nous apprêtons à passer en 2012, le mot qui semble le mieux décrire l'avenir pour l'économie britannique est l'adjectif "sombre" ", juge mardi Tony Dolphin, le chef économiste de l'IPPR.

"La crise de la zone euro n'est pas résolue et les pays (membres) sont contraints les uns après les autres à des mesures d'austérité extrêmes qui se traduisent par des baisses de production. En conséquence, l'économie de toute la zone euro semble être entrée dans une récession modérée", poursuit-il.

"Le risque est que le discours sur l'austérité au plan national et la crise en Europe décourage la confiance, au point que l'économie dérive vers la récession", a-t-il souligné.

"La seule bonne nouvelle est que l'affaiblissement de l'économie mondiale conduit à des taux d'inflation plus faibles", a-t-il noté. "Les organismes de prévision, notamment la Banque d'Angleterre, s'attendent à une inflation proche de l'objectif de 2% d'ici la fin de l'année 2012 et rien dans les dernières données ne laisse à penser qu'il en sera autrement", estime-t-il.

Selon les dernières projections officielles britanniques, la croissance devrait s'établir à +0,9% cette année et +0,7% l'an prochain, des chiffres encore jugés trop optimistes par la plupart des économistes.
L'agence de notation financière Moody's a estimé le 20 décembre que le Royaume-Uni pourrait à terme perdre son triple A, meilleure note possible de la dette souveraine pour les agences de notation financière, en raison de l'impact de la crise dans la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2011 à 17:18 :
La TRILATÉRALE, qui a conduit l'Angleterre à la ruine est toujours mettre du jeu. Sa marionnette Cameron a conquis le pouvoir et ne ne connait pas d'autres recettes que le libéralisme économique. Malheureusement la marionnette OBAMA est toujours sous tutelle et ne sifflera donc pas la fin de la récréation libérale, les ou le lobby qui tire les ficelles se contrefout des intérêts des américains et de l'amérique
a écrit le 28/12/2011 à 11:47 :
Il y a quelques jours une instance internationale classait le Nigeria:pays le plus optimiste du monde...3 jours après,attentats sanglants et début d'une guerre civile avec tout ce que cela implique d'horreurs;alors méfions nous des "études" des experts;
a écrit le 27/12/2011 à 20:06 :
Je pense exactement le contraire. De tous les pays touchés par l'endettement public, la GB est le pays qui va le mieux tirer son épingle du jeu en 2012. I'Institut qui prédit le contraire à une vision keynésienne de l'économie, et ne sait pas concevoir qu'un pays puisse faire autre chose que de la relance budgétaire (i.e acheter à crédit une croissance _ faut-il leur préciser la source de la crise?).
a écrit le 27/12/2011 à 17:08 :
C'est sûr, pour un annus horibilis, un seul doigt suffit.
Réponse de le 27/12/2011 à 17:49 :
annus = année en latin à ne pas confondre avec l'homonyme avec un seul n, en tout cas prenons garde à celui là car avec les anglais on est jamais à l'abri c'est comme avec les grecs, j'ai pas trop envie de me faire avoir une deuxième fois avec la conduite à gauche.
a écrit le 27/12/2011 à 17:06 :
Finalement, il n'y a pas besoin d'être 27 pour se mettre dans la merde puisque le résultat est le même.
a écrit le 27/12/2011 à 14:50 :
depuis l'éclatement de la bulle financière et la croissance virtuelle passée de la City on découvre la réalité du pays !
a écrit le 27/12/2011 à 13:46 :
Année grise pour la Grande Bretagne, année noire profond et ténébreuse pour la france, année verte pour l'allemagne.
a écrit le 27/12/2011 à 12:42 :
Pas de souci ,nos traders expat là-bas reviendrons toujours le chomage chez nous !Plus de 6000 euros /mois ,sans avoir "crachés au bassinet"
Réponse de le 27/12/2011 à 13:44 :
Ces traders voyous traitres de la Nation, il faudra leur imposer le ramassage des ordures ménagères dans les banlieues les plus mal famées françaises, chaque jour de chaque semaine de chaque mois, de 5heures du matin à 8h30, et de 21h30 à minuit.
Réponse de le 27/12/2011 à 13:53 :
Je vous corrige: la contrainte est de bosser au moins 1 jour (Mc Do, Baby Sitting...) pour pouvoir toucher environ 50% des deux années de salaire précédente, capé à environ 6000?.
a écrit le 27/12/2011 à 11:52 :
Le système financier usurier engendre la désolation et la destruction de toutes les valeurs de l'humanité... Il est tant pour les peuples soumis a cette dictature de prendre conscience de cette infamie ! et de ce battre pour reprendre notre liberté !
Réponse de le 27/12/2011 à 12:29 :
20 ans de croissance à plein régime pour 3 ans de récession. Un mauvais cap à passer, c'est tout!
Réponse de le 27/12/2011 à 13:18 :
Ben, avez vous deja pris le train, ete dans un hopital, ou bien connu les villes industrielles des midlands ou du nord de l angleterre? la realite sociale anglaise est bien differente du mythe de "ville monde" qu est londres!!
vous verrez que la croissance en question n a pas profite a tous.. la est la desolation engendree par le phenomene d "usure" que denonce Socratus..
Réponse de le 27/12/2011 à 13:53 :
Vingt ans de croissance à plein régime ? Au moment où les journaux économiques anglo-saxons et notamment anglais ne parlaient que de la ringardise frileuse des Français ? Et pourtant le PIB français est passé devant celui du Royaume Uni avant même le déclenchement de la crise. Tout ça est un peu paradoxal, non ?

Cela dit, je reconnais volontiers que ces histoires de PIB ne veulent pas tout dire. On apprend que le Brésil vient de prendre sa 6e place à l'Angleterre et j'ai vu un brillant analyste financier expliquer que cela confirmait la montée en puissance des pays "asiatiques" (sic). Après s'être trompés sur l'hyperpuissance américaine, sur la supériorité économique du système anglais ou sur la future Europe allemande, ils continuent avec cette émergence de pays dont l'atterrissage brutal a déjà commencé alors que ne sont pas en place les conditions de leur réelle modernisation... Se tromper aussi continuellement dans toutes leurs analyses, cela mérite presque un prix, une médaille, quelque chose...
Réponse de le 28/12/2011 à 9:04 :
voui!! par contre nous, salariés lambda, t'as pas intérêt à te tomper sur quoi que ce soit, sanction immédiate!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :