Fiction : de l'euro au mundo, chronique d'un (impossible ? ) collapse

La sortie de l'euro de la Grèce entraîne la fin de l'expérience de la monnaie unique. Chaque pays revient aux parités de 1999. Mais le dollar ne résiste pas à l'onde de choc. Un nouvel étalon monétaire s'impose.
Copyright Reuters

L'éclatement de la zone euro ? Personne n'y croit, tout le monde y pense. Tant les « anti » que les « pro » euro se demandent quel impact pourrait avoir un tel big bang aujourd'hui. Bien sûr, le collapse ne peut venir que du berceau de la démocratie.

Le défaut total de la Grèce, que tout le monde prédit depuis un an, aura donc bien lieu courant mars prochain, avec son corollaire, la sortie du pays de la zone euro. Ce n'est pas la fin du monde mais les conséquences seront, une fois de plus, aussi inattendues que précipitées.

En Grèce, le troc, déjà largement pratiqué, sera généralisé, la « nouvelle » drachme dévaluée de 70 % par rapport à l'euro, et la dette privée et publique, devenue insupportable, sera tout simplement annulée. De toute façon, le pays n'a plus accès aux marchés financiers, bénéficiera de l'aide du FMI, de la Banque mondiale et de la Berd pour faire tourner les infrastructures et l'État sera contraint de lancer un programme drastique de réductions des dépenses, avec suppression de l'armée et privatisation de l'Acropole.

Réaction en chaîne

L'épreuve sera terrible pour les jeunes, les retraités, les malades et les fonctionnaires. L'émigration massive et la solidarité devraient cependant amortir le choc social. Bien évidemment, la défaillance d'un État va provoquer la défaillance du pays le plus faible suivant.

C'est ce que les économistes appellent « la contagion ». Pressés par leurs opinions publiques, les pays du « Club Med » déclarent, chacun leur tour, leur incapacité à rembourser leur dette, le retour au protectionnisme et au contrôle des changes, et font appel à l'épargne forcée de leurs habitants. Dans le plus grand secret, durant le week-end pascal, la France et l'Allemagne décident de mettre un terme à l'expérience de la monnaie unique et préparent un retour aux monnaies nationales sur la base des parités de 1999.

À court terme, chacun y trouve son compte (sauf l'Allemagne) : les dévaluations compétitives dopent la croissance, l'inflation repart, les bilans bancaires s'améliorent. Certes, tous les États se préparent à de sévères cures d'austérité pour faire face à l'explosion du coût du service de la dette.

Mais chacun sait qu'une partie des dettes ne sera jamais remboursée. Les grands perdants sont les retraités et les rentiers, ceux-là mêmes qui avaient largement voté en faveur de la sortie de l'euro. Le « credit crunch » menace, les taux d'intérêt explosent. Cela tombe bien, il faut de toute façon changer nos modes de vie, consommer moins, apprendre la frugalité et suivre le nouvel indicateur PIB « bonheur ».

Problème, la contagion ne s'arrête pas aux frontières européennes. Déjà le dollar et la livre subissent les assauts des marchés. Le système financier international, vrillé par le jeu des contreparties et des produits dérivés, vacille. La volatilité des primes et des monnaies devient incontrôlable. Chacun tente de rapatrier ses capitaux.

La Chine et les États-Unis sont d'accord sur un point : il est grand temps de convoquer un nouveau Bretton Woods. Le discrédit sur le dollar, dernière devise de réserve, est tel que la fondation d'un nouvel étalon monétaire devient impérieuse. C'est chose faite durant l'été. Le nouvel étalon ne sera adossé à aucune monnaie. La parité avec l'or est partiellement réintroduite mais le coeur du dispositif repose sur une chambre de compensation internationale des dettes. Adieu l'euro, vive le mundo !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 02/01/2012 à 16:45
Signaler
Mais c'est horrible, pourquoi mettre le mot collapse de cette manière, c'est affreux, le but c'est de montrer que vous connaissez l'anglais, quel intérêt sinon? On a pléthore de mots en français pour cette définition. Ca ne fait ni honneur à langue d...

le 02/01/2012 à 17:05
Signaler
vous avez raison... désolé, le sens donné ici à collapse est clairement un anglicisme. Je serai plus vigilant la prochaine fois !

à écrit le 02/01/2012 à 8:26
Signaler
Eric Benhamou est-il un agent de la Propaganda anglo-saxonne? En tout cas ce n'est pas cet article qui va aider l'Europe à s'en sortir. Heureusement qu'il y a en Europe des gens qui croient au projet d'une Europe unie, qui en savent les enjeux (pas s...

le 02/01/2012 à 11:24
Signaler
Cher Monsieur, cet article est une fiction et non ... un souhait de l'auteur. Simplement pour souligner que même les scénarios les plus improbables sont devenus réalistes en ces temps de crise aigüe. Et il faut reconnaître que les Etats européens et...

le 02/01/2012 à 13:53
Signaler
encore de la propagande pro-euro qui veut nous faire croire que la fin de l'euro amenerait l'apocalypse... vraiment insupportable. C'est le dernier truc des européistes pour nous faire avaler leur politique? Ils ne peuvent même plus prétendre que l'e...

le 04/01/2012 à 9:16
Signaler
et encore je penses que l article reste finalement assez soft la projection d un tel scénario a j+6 mois serait bien plus noire la cee volant en éclat de vieilles rancunes surtout en europe de l Est ne tarderaient a refaire surface ,meme si je suppos...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.