Le déficit public de l'Allemagne a fondu en 2011 à 1% du PIB

 |   |  113  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le chiffre était de 4,3% en 2010 et 3,2% en 2009, selon un chiffre définitif publié vendredi par l'Office fédéral des statistiques (Destatis).

Le déficit public de l'Allemagne a fondu en 2011 à 1% du Produit intérieur brut, contre encore 4,3% en 2010 et 3,2% en 2009, selon un chiffre définitif publié vendredi par l'Office fédéral des statistiques (Destatis).

En valeur absolue, le déficit public de la première économie européenne s'est monté l'an dernier à 25,3 milliards d'euros, pour un PIB de 2.570,8 milliards d'euros. L'Etat fédéral et les Etats régionaux ont dépensé plus qu'ils n'ont gagné, alors qu'au contraire les communes ont fini dans le vert et que le système d'assurance-chômage a dégagé son plus gros excédent depuis la Réunification grâce au dynamisme du marché de l'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 6:02 :
Voici ce qu'on peut lire chez ceux qui ne cherchent pas à amplifier les "mauvaises nouvelles" en provenance de Chine. "Gross domestic product expanded 9.2 percent last year, down from a 10.4 percent gain in 2010. China?s economic growth may slip to 8.59 percent this year due to slowing in Europe, while inflation will ease to 3.3 percent, according to a Xiamen University and National University of Singapore joint forecast.By Bloomberg News - Feb 25, 2012 6:08 AM GMT+0100""Ce qui veut dire que l'Allemagne continuera à profiter du dynamisme de l'économie chinoise: plus d'exportations, plus de créations d'emplois et plus de marge de manoeuvre pour la gouvernance économique?Tandis que les sarkozistes, les lepenistes et leurs semblables continueront à dire n'importe quoi et à inciter nos clients potentiels à aller voir ailleurs.
a écrit le 25/02/2012 à 19:37 :
Oui on paye beaucoup d'impôts en Allemagne, bien plus qu'en France quand on est employé.
a écrit le 25/02/2012 à 17:59 :
Forcement , elle profite d'un euro faible pour ses exportations grâce aux déboires des pays du sud de l'Europe et ne donne rien a personne ( au FESF au ou MES) ... elle se contente de dire "gérez bien" c'est sa seule action en terme de solidarité Européenne .... Mais tous les consommateurs (et surtout les journalistes) raffolent des produits Allemands : VW, BMW, Mercedes, Bosh, Siemens , etc ...
a écrit le 25/02/2012 à 12:01 :
Merkel donne l'impression au premier abord de mener sa barque, tranquillement mais surement, mais le fait est que l'Allemagne n'a pas pris la mesure du problème, et ce problème se résume en 5 points: 1. L'incohérence fiscale qui règne en Europe favorise la fraude et l'évasion fiscale mais cette fraude n'est pas perdue pour tout le monde à commencer par les allemands qui fourguent ainsi leurs voitures haut de gamme 2.La parité de change débile euro/dollar et l'absence de réciprocité dans les échanges entre l'Europe et les autres pays du monde ont détruit une bonne partie de l'industrie y compris allemande 3. L'Europe ne s''est pas défiée de la Finance et en particulier des banques d'affaires anglo américaines dont Deutsche Bank qui est le vrai mouton noir des banques allemandes, 4. Sans intelligence européenne (service d'intelligence intégré s'entend) protégeant les intérêts européens point de salut 5. Accepter le démantèlement de l'industrie nucléaire allemande sans concertation avec ses voisins et sans programmation de très long terme est un suicide pour l'Allemagne et pour l'Europe.
a écrit le 25/02/2012 à 8:41 :
Bravo l'Allemagne qui sauve la renommée des Européens ! Vite débarrassons-nous de notre renommée de papandréouistes, de sarkozistes ou de berlusconistes.
a écrit le 24/02/2012 à 14:11 :
L'Allemagne suce le sang de ses partenaires européens, lesquels semblent ne se rendre compte de rien... et même en redemander ! Après avoir saigné les tissus industriels de ses voisins au moyen de l'Euro et des lois Hartz, voila que maintenant, le vampire germanique se félicite d'attirer les jeunes espagnols, qui formés en Espagne par les impôts espagnols, sont obligés d'aller chercher du travail en cette Allemagne vieillissante. Non seulement l'industrie allemande a asphyxié celle de ses voisins, mais voila qu'au lieu de payer cette forfaiture, elle en profite, gratis.
a écrit le 24/02/2012 à 10:53 :
cas d'école: on comparera variation du pourcentage du déficit, variation du taux d'activité, variation de l'indice des prix et de la croissance de la consommation intérieure. A mon avis les Allemands ne seront pas particulièrement gagnants, surtout tous ceux du Harz 3 ou 4!....
Réponse de le 25/02/2012 à 19:38 :
Vous avez raison, derrière les chiffres se cachent misères et irrespect des aînés.
a écrit le 24/02/2012 à 10:22 :
La crise c'est comme la grippe c'est très injuste,ça ne frappe pas tout le monde.
Réponse de le 24/02/2012 à 10:48 :
Excact, Nicolas mais a la difference de la grippe, ceux qui ne sont pas atteint par la crise vont de mieux en mieux. Plus la sante des malades de la crise s'aggrave, mieux se porte l'Allemagne .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :