Salaire minimum : Bruxelles prise en flagrant délit de double langage

La "révolution copernicienne" de la Commission sur les salaires minima est remarquable. D'autant qu'en 2010, Bruxelles aurait réclamé une baisse de 12 % du SMIC irlandais, avant de revenir en arrière.
Copyright AFP
Copyright AFP

« Nous ne pensons pas que la diminution des salaires est la seule solution pour augmenter la compétitivité.... Les salaires minima jouent un rôle très important dans la lutte contre la pauvreté ». Mardi, la porte-parole du commissaire européen Lazslo Andor répondait en ces termes aux attaques venues de France contre son « paquet emploi ». Dont acte. Les mesures proposées comportent des inflexions remarquables, en plaidant notamment pour une augmentation des salaires en fonction de la productivité. Une critique subliminale de la stratégie compétitive de l'Allemagne depuis 10 ans.

Coupes prévues dans les SMIC grecs et portugais

Mais entre cette doctrine sociale et la pratique, il y a un pas. En Grèce et au Portugal, les programmes de réforme mis en place par Bruxelles, avec le FMI et la Banque centrale européenne, prévoient des coupes sévères dans le salaire minimum. « Situation particulière », plaide la Commission car les déboires des deux pays s'expliquent par un décrochage de la compétitivité prix. Ce remède n'a pas été réservée à ces jouisseurs méridionaux. L'Irlande a du aussi avaler sa potion, elle dont la crise avait tout à voir avec la bulle immobilière et bien peu avec un manque de compétitivité.

Tentative ratée en Irlande

En 2010, quand elle s'est portée au chevet de l'île, la Commission européenne a immédiatement visé le salaire minimum irlandais, nettement supérieur, il est vrai, à la moyenne européenne. D'après Paul Sweeney, économiste de la confédération syndicale irlandaise ICTU, elle l'a même fait contre l'avis du Fonds monétaire international. « Le premier mémorandum (de 2010) prévoyait une baisse de 12% », explique-t-il à la Tribune. A l'époque, « j'ai interrogé le représentant du FMI : vous avez demandé cette baisse? Il m'a dit 'non' sans hésiter », raconte l'économiste. La demande venait bien de Bruxelles, selon lui. Il « est matériellement impossible. Les mesures sont présentées par la Troika comme une unité, pas de façon dispersée », dément un porte-parole de la Commission européenne.La mesure a été biffée du programme après les élections législatives de fin 2010, à la demande du nouveau gouvernement. Le salaire minimum irlandais, mis en place au début des années 2000, est relativement élevé mais « le coût de la vie est 17% supérieur à la moyenne européenne », insiste Paul Sweeney pour qui le problème irlandais réside avant tout dans la faiblisse de la demande. Il sent une inflexion dans la ligne des représentants de la tutelle européenne. « Ils insistent moins fortement sur un message d'économie de l'offre. J'ai l'impression qu'ils mettent la pédale douce », disait-il mercredi à la sortie d'une énième réunion avec la troïka.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 20/04/2012 à 1:09
Signaler
@socialisme cynique - C'est le foie - C'est la rate vous dis-je... Euh pardon c'est le socialisme (il est grand temps que je révise mes classiques)

à écrit le 19/04/2012 à 13:18
Signaler
Si j'étais à la place de Hollande la première chose que je ferais en allant rendre ma première visite à cette chère (mais très fatiguée) Angela ce serait de demander à ce que Barroso (qui d'ailleurs on le voit est en train de retourner sa veste en to...

à écrit le 19/04/2012 à 11:38
Signaler
Personnellement en tant que martien j'ai tendance à considérer ce que vous appelez vous la Commission de Bruxelles (comme on dit d'ailleurs les choux de Bruxelles, c'est rigolo que les fonctionnaires européens soient assimilables à des légumes à moin...

à écrit le 19/04/2012 à 9:18
Signaler
En France, le salaire minimum complet est supérieur à 2400 euros mensuel pour 35h de travail hebdomadaire. Toute activité non rentable à ces conditions est irrémédiablement détruite. Pour développer des activités compatibles avec un salaire minimum a...

le 19/04/2012 à 9:42
Signaler
Je ne sais pas si tu as vu qu'il y a eu une crise et que ca n'était pas dû aux taxes mais au capitalisme débridé que tu préconises apparemment. Tu dois en tirer un large bénéfice également. ou sinon tu es d'un cynisme sans limite.

le 19/04/2012 à 10:18
Signaler
Nan mais on crois rêver. Je ne sais pas si c'est juste de la mauvaise fois, ou si il applique du principe: "Dire plein de gros mensonges, quelque chose restera". ------------ Le salaire minimum en France, pour le travailleur est de 1400 euro brut - 1...

le 19/04/2012 à 10:40
Signaler
La crise est due aux multiples interventions étatiques dont les effets négatifs ne sont jamais maîtrisés, d'abord aux USA. Comment oser parler de capitalisme débridé quand le monde est dominé par un néo-mercantilisme anarchique d'Etats collectivistes...

le 19/04/2012 à 10:48
Signaler
En plus de cela... vous nous faites pleurer avec vos 2400 euros... Sauf que peu de gens travail au SMIC a plein temps... voici des chiffres de l'INSEE (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=24&ref_id=14698) : ------------ 25% des travaill...

le 19/04/2012 à 11:10
Signaler
@socialisme cynique: Ah oui ? Donc malgré les milliards de bénéfices des multinationales, malgré les PIB qui augmentent tout les ans dans pratiquement tout les pays de la planète... Si il y a du chômage, c'est à cause des pauvres? Elle est bien votre...

le 19/04/2012 à 11:25
Signaler
Eh oui, l'Etat providentiel obèse et liberticide spolie aux salariés du privé, seuls véritables producteurs de richesses, avec les investisseurs et les entrepreneurs, plus de la moitié de leurs salaires complets, et même pratiquement 70% si on tient ...

le 19/04/2012 à 13:11
Signaler
Mais enfin... ca fait 20 ans qu'on privatise tout, on a supprimer toutes les frontières, les seules taxes supprimer sont celles des entreprises et des riches... Et c'est ça que vous appelez l'URSS ? Oui il y a des impots, mais ils sont pour les ménag...

le 19/04/2012 à 13:15
Signaler
Et puis a vous entendre... c'est le socialisme la cause des délocalisation, des crash boursier, de la spéculation, des entreprises qui licencient alors qu'elles font des bénéfices, du fait que les états empruntent aux entreprises privé de 3 a 8% quan...

le 19/04/2012 à 14:42
Signaler
Vous pouvez appeler comme vous voulez le socialisme pratique mis en oeuvre avec acharnement en France, mais vous vous empêchez de réfléchir indépendamment des slogans des politiciens collectivistes. Quand on spolie 70% des revenus de salariés et des...

le 19/04/2012 à 15:37
Signaler
La où nos avis diffèrent, c'est quand vous dites que toutes les entreprises sont contrôlés par les Etats socialistes, moi j'y vois tout les états contrôle par les multinationales et les organisations économiques tel le FMI. A la tête de l'Italie et d...

à écrit le 19/04/2012 à 4:02
Signaler
Qu'ils commencent par eux mêmes ces hauts Fonctionnaires Européens sont en surnombre et trop grassement payes eu égard a leur bilan calamiteux ! Ils nous mènent dans le mur les pays européens traversent une crise sans précédent Leur gouvernance c'e...

le 19/04/2012 à 9:00
Signaler
Le peuple européen est souverain : il a majoritairement voté en faveur du traité.

le 19/04/2012 à 9:54
Signaler
Ce n'est pas le peuple européen qui a voté majoritairement en faveur du traité vous le savez bien et si vous ne le savez pas c'est encore pire. Très peu de pays ont organisé un référendum. France 55% non Finlande non Irlande le vote pas respecté. Les...

le 19/04/2012 à 10:19
Signaler
Heu.... Je rappel qu'au dernier référendum, sur l?Europe de la concurrence déloyale, les français ont voté non... et pourtant... 'est ça la souveraineté du peuple ? ou la souveraineté des marchés ?

le 19/04/2012 à 10:50
Signaler
Ce n'est pas en répétant des mensonges qu'ils deviennent vrais. Le peuple européen a voté pour le traité, soit directement soit par ses représentants. Il n'y a rien à ajouter. Si vous refusez le vote majoritaire, vous devez en tirer toutes les conséq...

le 19/04/2012 à 11:29
Signaler
Les français ion majoritairement voter NON. Et pourtant on a quand même ratifier le traité. Je vois pas ce qu'il y a de compliqué à comprendre.

le 19/04/2012 à 11:56
Signaler
Seul compte le vote majoritaire des Européens : voilà ce que vous ne parvenez pas à comprendre. Les Européens ont voté majoritairement pour l'Europe. Point final.

le 19/04/2012 à 13:12
Signaler
Pourquoi nous avoir fait un référendum alors ? pour du flan ? C'est ça la belle démocratie ?

le 19/04/2012 à 14:35
Signaler
Parce que les politiciens de chaque pays n'ont pas voulu d'un vote unissant tous les européens qui aurait pu remettre en cause leurs petits pouvoirs locaux. Mais malgré tout, les Européens ont voté pour.

le 19/04/2012 à 15:51
Signaler
Alors... j'acte sur le fait que ça proviens d'un vote Européen. Mais je lâcherai pas que le traiter n'a pas ratifié démocratiquement (sous entendu par la volonté direct du peuple)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.