Madrid se résigne à augmenter la TVA

 |   |  568  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La mesure qui serait effective en 2013 permettrait à l'Etat de récolter 8 milliards d'euros. Mais elle pourrait plomber la consommation alors que le taux de chômage atteint 24,4% de la population active.

TVA. IVA, en espagnol. Ces trois lettres, le ministre de l?Economie espagnol, Luis de Guindos s?est refusé à les prononcer vendredi en conférence de presse, même pour annoncer l?augmentation des impôts sur la consommation à partir de 2013. Pourtant pour la presse espagnole, pas de doute : la TVA augmentera. De Guindos ne s?en est d?ailleurs pas défendu.

Le gouvernement a cédé

Le Gouvernement de Mariano Rajoy se dédit ainsi une nouvelle fois, après avoir écarté cette possibilité de façon répétée depuis son arrivée au pouvoir il y a cinq mois. Rajoy s?était insurgé, en tant que leader de l?opposition, contre la hausse de la TVA mise en place par José Luis Rodríguez Zapatero en juillet 2010. Son ministre du Budget, Cristobal Montoro, avait lui qualifié l?impôt de « profondément injuste », pour justifier en janvier la hausse de l?impôt sur le revenu. Le gouvernement promettait de garder ce cap malgré les appels de l?UE à augmenter l?impôt indirect. Finalement, Mariano Rajoy a cédé. De Guindos a précisé que la mesure irait dans le sens de la « stratégie recommandée par l?Union et par le FMI ». Il s?agira de « modifier la structure fiscale » en 2013 articulée autour d?une hausse des impôts sur la consommation et d?un allègement de l?imposition sur le travail.

Huit milliards d'euros

Ce nouveau modèle fiscal doit apporter huit milliards d?euros aux arcanes de l?Etat. Le risque, c'est pourtant qu?il pénalise la consommation dont la faiblesse est déjà en partie responsable de la baisse de 0,4% du PIB au premier trimestre. Mais Luis De Guindos a estimé que le risque récessif d?une hausse des impôts indirects serait écarté en 2013 grâce à la reprise économique. Le plan de stabilité 2013-2015 approuvé vendredi en Conseil des ministres prévoit en effet une croissance de 0,2% l'an prochain et un déficit public ramené à 1,1% du PIB en 2015. Ce plan ne prévoit cependant pas d?amélioration du taux de chômage avant 2014. D?ici là, la pénurie d?emplois continuera donc à affecter la consommation. Le taux de chômage a, du reste, atteint 24,44% de la population active au premier trimestre.

La dégradation éclipsée

Les nouveaux chiffres catastrophiques du chômage connus vendredi matin ont quelque peu éclipsé l?annonce la veille au soir de la baisse de deux degrés de la note de l?Espagne par Standard & Poor. Pourtant, la situation est grave, la dette espagnole, désormais à BBB+, se retrouvant en effet à trois échelons de l?obligation de pacotille. Le Secrétaire d?Etat à l?Economie a réagi en accusant l?agence américaine de ne pas prendre en compte toutes les réformes mises en place par le Gouvernement.

La dégradation n?a quoiqu?il en soit pas fait la une de la presse, peut-être à cause de l?heure tardive à laquelle elle a été rendue publique jeudi soir. L?Ibex 35 a quant à lui commencé la journée dans le rouge pour remonter ensuite d?1,69% à la fermeture. Parallèlement la prime de risque sur la dette espagnole a connu une évolution similaire, passant de 430 points en début de journée à 420 après les mesures fiscales annoncées par le gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2012 à 7:45 :
Il faut augmenter la TVA sur les produits importés et la baisser sur les produits fabriqués en Espagne.
La même solution pour tous les pays à la balance commerciale déficitaire.
Et si nécessaire il faut changer les règles de l'Union Monétaire Européenne.
C'est si simple, et si les Merkozy ne veulent pas, qu'ils aillent voir ailleurs si j'y suis.
a écrit le 28/04/2012 à 18:45 :
la tva frappe avant tout les petits salariés et précaires qui paient en proportion de leurs revenus un impôt injuste ! ainsi ponctionnée elle baissera le pouvoir d'achat de ceux qui ont du mal à finir leurs fins de mois avec de petits revenus ! dans un pays en récession et avec trop de chômage cela me semble etre une erreur ; elle cassera la consommation des familles ! mauvais choix ?
a écrit le 28/04/2012 à 18:01 :
Un avantage de la TVA est que c'est un impôt difficile à frauder...
Réponse de le 28/04/2012 à 18:46 :
Pas d'accord : y'a le travail au noir et le paiement en espèces dans certains échanges...
a écrit le 28/04/2012 à 17:33 :
parfois je me demande,si sortir de l euros n est pas la meilleure chose...l Europe pour qui pour quoi ,le peuple lui il dit quoi??????je suis pour une Europe qui serais comme une famille ,quant un enfant vas mal on le soigne..(Portugal, Italie,grece, Irlande,hollande, bientôt la France )quant on n a pas les moyens de faire une grande famille ,on ne fait pas de fratrie ............
a écrit le 28/04/2012 à 16:06 :
la TVA est à mon sens le meilleur vecteur de masse pour générer des
rentrées importantes et il gau arrêter de se faire peur en disant qu elle va assassiner la consommation-bien sûr il faut rester dans des limites raisonnables
et surtout diversifier le taux
jusqu à. présent les nombreuses augmentations du tabac et de m
essence n ont pas beaucoup réduit
la consommation de ces secteurs-cela
semble depuis peu s inverser ,car nous
arrivons à toucher des sommets
il est préférable de taxer la consommation et de baisser les impôts directs ainsi tout le monde cotisé
y compris les dealers !!!!et même les 11
millions de foyers fiscaux qui ne payent
pas l impôt
la vraie recette d une fiscalité réussie
c est une base large et un taux faible
même cela Marx l avait compris


Réponse de le 28/04/2012 à 17:49 :
avec tous les gens au chomage ou sur le point de l'etre je pense que les rentrées seront négatives.faut etre énarque pour croire qu'il suffit d'augmenter les prélèvements.trop d'impot tue l'impot
a écrit le 28/04/2012 à 12:56 :
L'augmentation de la TVA est la manoeuvre la plus absurde qui soit. Purement de très très court terme et considérablement destructrice à très moyen terme, c'est l'impôt/ taxe le plus imbécile qui soit ! Aucune stratégie économique ne peut justifier une augmentation de cette taxe qui devrait au contraire être totalement supprimée. Bien entendu il n'est pas possible de le faire en une fois mais un plan sérieux à 15 ans suffit pour la faire disparaître et relancer l'économie. [ En France : Hausse provisoire de la petite TVA à 8 % en y intégrant les secteurs d'utilities. Baisse immédiate en équivalence intégrale de la grande TVA à 18 %. Puis baisse progressive de 1% tous les 18 mois pour in fine obtenir une TVA unique de 8 %. Enfin baisse de 0,8 l'an en ajustement opportuniste vers zéro] La TVA qui n'est de loin s'en faut, pas neutre est en effet un énorme boulet aux pieds des entreprises et des consommateurs. Réfléchissons au scandale de la TVA, à l'obligation que fait Bruxelles d'une TVA destructrice à 15 % minimum pour tous. Mais qu'est-ce qui pourrait bien justifier la TVA ???
Réponse de le 28/04/2012 à 15:12 :
Et comment remplacez-vous ce que rapporte la TVA aux états ? La justice de cette taxe est qu'elle est appliquée à tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :