Berlin propose son propre plan de croissance européen

 |   |  918  mots
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, au Bundestag vendredi. C'est lui qui a présenté la teneur du plan allemand de croissance /Copyright AFP
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, au Bundestag vendredi. C'est lui qui a présenté la teneur du plan allemand de croissance /Copyright AFP
En prélude à la visite de François Hollande mercredi à Berlin, pour rencontrer la chancelière Angela Markel, le ministre des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle, a annoncé vendredi la teneur des six mesures pour favoriser la croissance dans l'Union européenne.

Avant une semaine, au cours de laquelle le nouveau président français François Hollande va pour la première fois rencontrer la chancelière Angela Merkel, le gouvernement allemand a décidé de définir plus précisément ce que la croissance européenne signifie outre Rhin.

Ainsi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a présenté vendredi un projet de "pacte de croissance" européen en six points.

1/ Dépenser mieux

Le pacte de croissance européen vanté par (François) Hollande et par d'autres ne doit pas se traduire par une hausse des dépenses, mais par une meilleure utilisation des ressources afin d'éliminer les gaspillages et l'utilisation abusive de l'argent de l'Union européenne (UE), tels que des séjours dans "des spas et des hôtels romantiques" financés sur les fonds de l'UE.
"Nous devons repenser la manière dont nous utilisons les ressources. Il ne doit désormais plus s'agir de réclamer autant d'argent que possible pour nos propres poches nationales", a dit le ministre allemand.

Cette incitation vise à mettre fin aux abus qui sont nés d'une mauvaise utlisation de l'argent public versé dans le cadre européen. Cela devrait se traduire par le renforcement des contrôles et la mise en place de procédures de validation des objectifs, et d'un suivi. En outre, il s'agit de gérer les montants existants et non d'augmenter la dotation.

2/ Utiliser l'ensemble des fonds structurels

La Commission européenne et les Etats membres doivent utiliser les quelque 80 milliards d'euros de fonds structurels non utilisés afin d'investir dans des projets qui amélioreront la croissance et la compétitivité.

Cette mesure est également préconisée par François Hollande dans son mémorandum. Cet argent non utilisé est dû  à la complexite des procédures de validation des dossiers qui devraient être simplifiées pour investir cet argent.

3/ Des crédits pour les PME

L'expertise de la Banque européenne d'investissement (BEI) doit être utilisée avec davantage d'efficacité afin d'atténuer les effets du resserrement du crédit qui pénalise les petites et moyennes entreprises (PME). "La BEI est un instrument que nous devons utiliser avec plus de force et de précision. Nous voulons améliorer l'accès des PME au crédit", a dit Guido Westerwelle.

A travers l'Europe, nombre de PME doivent sinon mettre la clef sous la porte, du moins travailler dans des conditions tendues en raison de la difficulté à avoir accès au crédit. En France, le nouveau président veut également améliorer cet accès au crédit en voulant rationaliser l'ensemble des institutions qui aident déjà les PME.

4/ Investir dans les infrastructures

Le maintien et l'amélioration des routes, des chemins de fer et des réseaux d'énergie et de télécommunication ouvriraient de nouvelles opportunités de nature à soutenir la croissance. Les capitaux privés doivent être davantage mobilisés pour développer les infrastructures transfrontalières européennes et l'Europe doit trouver de nouvelles méthodes de partenariats public-privé (PPP).

Cette proposition est un veiux serpent de mer européen. La Commission européenne a depuis des années plaidé en faveur de ces grands travaux mais s'est souvent heurté aux gouvernement locaux qui protègent les intérêts de certaines entreprises nationales. La crise pourrait donc favoriser l'accélération de la construction d'importantes infrastructures qui permettront de favoriser la circulation des biens, et des marchandises. Mais l'ampleur et la complexité de tes projets exigent du temps. Ils s'inscrivent au mieux sur le moyen terme.

5/ Améliorer le fonctionnement du marché intérieur

Le développement du marché unique européen dans de nouveaux secteurs, tels que le commerce électronique ou l'énergie, offrirait de nouvelles opportunités permettant de favoriser la croissance. Les PME pourraient être renforcées en réduisant les exigences administratives, en améliorant leur accès aux fonds de capital-risque et en modernisant la législation européenne sur les marchés publics.

Dans ce cas également, c'est une propostion de la Commission qui se voit soutenue par Berlin. Un statut unique européen pour les PME, une unification de la législation européenne en matière commerciale par exemple offriraient à nombre de PME de pouvoir étendre leur offre à l'échelle du continent, et sortir de leur seul marché local ou au mieux frontalier.

6/ Améliorer le libre-échange
L'Europe doit travailler à l'amélioration des accords de libre échange avec les anciennes et les nouvelles puissances économiques mondiales, en particulier avec l'Amérique du Nord et du Sud ainsi qu'avec l'Asie. "Tant que le cycle de Doha ne sera pas en mesure de finaliser un accord sur le libre échange à l'échelle mondiale, l'UE doit travailler à la conclusion d'accords de libre échange avec les anciens et les nouveaux centres de pouvoir de la planète."

C'est peut-être là le point le plus difficile à accepter du côté français, le candidat socialiste à la présidentielle doit en effet composer avec une forte opposition à la mondialisation dans son propre parti, où le thème de "démondialisation" a connu un succès d'estime et avec ses partenaires de gauche.

Mais une telle mesure proposée par l'Allemagne - deuxième exportateur mondial qui commerce de plus en plus avec les économies émergentes - vise également à être beaucoup plus actif hors de l'Union europénne qui concentre la majorité des échanges commerciaux.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2012 à 12:51 :
Quand on bafoue un principe économique de base qui s'appelle le triangle de Mundell , on va aussi surément à la catastrophe que conduire sans frein sur une autoroute.
Ce que les français doivent comprendre c'est qu'il y a un problème de conception à la base dans la zone euro car dans les faits il n'y a jamais eu de mobilité des travailleurs pour des raisons évidentes de langues ...
Les politiciens préfèrent accuser les banques et les spéculateurs alors que ce sont évidemment eux les reponsables de la situation actuelle .
La première chose que doit faire Hollande pour espérer diminuer la casse c'est d'imposer une dévaluation de l'euro à l'allemagne sinon toutes les économies européennes vont s'effondrer en commençant pas les plus faibles .
Et soyez sur que l'allemagne sera sortie de la zone euro avant qu'on lui présente la facture de l'espagne ou l'italie .
a écrit le 14/05/2012 à 0:28 :
Franchement, il a le mérite d'exister mais il mérite d'être étoffé. Car il est vraiment "short", sans ambition, et en panne d'imagination, le plan de relance et de croissance allemand pour l'UE...

Quelques remarques, à première vue, en gros, et très (trop...) rapidement :

Il manque un calendrier de mise en place...
RIEN pour stimuler la cohésion/proactivité/réactivité du processus de décision politique au sein de l'UE...
Pas de stratégie en termes de parité souhaitable Euro/Dollar/Luan/Yen
RIEN pour rendre l'UE plus proche de ses citoyens, ni plus participative et moins technocratique pour ces derniers...
RIEN pour favoriser la synergie compétitive intra-européenne...
RIEN en matière de rééquilibrage régional ciblé des atouts économiques des pays les moins bien dotés au sein de l'UE...
Investir dans les infrastructures ? Pourquoi? Elles ne sont pas suffisamment bonnes en Europe? Ne vaudrait-il pas plutôt investir prioritairement dans la R&D et l'innovation dans les secteurs stratégiques?
Améliorer le libre échange hors UE? 2 conditions non spécifiées à cela : la réciprocité systématique en valeur est à imposer, et l'interdiction de vendre des technologies UE clés en main hors de l'U.E.
Etrange:
Absolument RIEN n'est prévu pour empêcher les délocalisations!...
RIEN n'est prévu non plus au niveau fiscal pour favoriser l'investissement privé dans l'UE et dissuader la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux, ou même vers les pays hors UE...
RIEN n'est prévu pour dissuader la fuite des cerveaux hors UE...
RIEN n'est prévu pour redonner du pouvoir d'achat et relancer la consommation intérieure complètement atone au sein de l'UE!...
a écrit le 13/05/2012 à 18:26 :
C bien de se reveiller avec 4 ans de retard....La derniere phrase veut tout dire:"Mais une telle mesure proposée par l'Allemagne - deuxième exportateur mondial qui commerce de plus en plus avec les économies émergentes - vise également à être beaucoup plus actif hors de l'Union europénne qui concentre la majorité des échanges commerciaux." L'allemagne prevoit elle de moins dependre des "mauvais eleves" europeens et ainsi etre encore plus rude dans ses "relations" avec ses "amis" europeens?....c inquietant
a écrit le 13/05/2012 à 12:52 :
7-Réformer complétement le fonctionnement de la Bce
8-Changer le mode de nommination du président de l'Ue, des commissaires et du président de la commission
a écrit le 12/05/2012 à 21:49 :
elle a tout simplement raison.
a écrit le 12/05/2012 à 11:39 :
Si les allemands étaient en accord avec Merkel pourquoi celle ci, avec sa coalition perdent une à une toutes les élections ? Des travailleurs pauvres sans salaires minimum dans un pays riche! Les chanceux!!! Vivre tant bien que mal dans un pays dont tout le monde vante les mérites, ça doit pas être facile à avaler quand même.
a écrit le 12/05/2012 à 7:42 :
Les Allemands adorent les solutions qui ne marchent pas:
- L'Irlande et l'Espagne étaient champion de la règle d'or ...
- Le Portugal et la Grèce ont largement investi dans des infrastructures ...
- Le fonctionnement du marché intérieur s'est amélioré ainsi que le libre échange ...
Et malgré l'échec patent de ces stratégies, la leçon tirée est qu'il faut aller encore plus loin dans ces voies
Réponse de le 12/05/2012 à 8:21 :
"Les solutions qui ne marchent pas?" C'est une plaisanterie, je suppose. Regardez la différence de résultats entre l'Allemagne et la France, et vous verrez ce qui marche et ce qui ne marche pas.
Réponse de le 12/05/2012 à 11:25 :
t'as raison : on pourrait plutôt suivre la solution de la Corée du nord : eux on prouvé que le collectivisme, ça marche !!!! la Mélanchonite a encore frappée !
Réponse de le 12/05/2012 à 14:02 :
Je ne comprends pas trés bien la relation entre l'Allemagne et la Corée du Nord. Au contraire, il y a moins d'étatisme et plus de libre-entreprise en Allemagne qu'en France et ca marche mieux. Quand aux "travailleurs pauvres" en Allemagne, ca me fait plutot rigoler! Les salaires allemands sont plus élevés qu'en France, meme sans SMIC, et le cout de la vie inférieur. Il n'y a quasiment pas de SDF, contrairement à la France. Le problème est qu'en France, les gens ont les neuronnes bouffés par l'étatisme et attendent tout de l'état, gratuitement bien entendu. Il suffit de faire payer les autres...
Réponse de le 12/05/2012 à 14:32 :
je travaille en Allemagne et je pense que vous n'avez jamais du y mettre vos pieds.
Les salaires d'une partie de la population Allemande est inférieur au SMIC, surtout dans l'intérim et les métiers de services (coiffure, restauration..), ses emplois sont d'ailleurs souvent occupés par des ressortissants des pays de l'Est et des turques.
Réponse de le 12/05/2012 à 16:00 :
la Corée du nord est sans doute l'économie exemplaire pronée par amat ...!!
Réponse de le 12/05/2012 à 16:00 :
la Corée du nord est sans doute l'économie exemplaire pronée par amat ...!!
Réponse de le 13/05/2012 à 8:43 :
Pour repondre à tontonbis, je vie en Allemagne depuis plus de 25 ans. Les salaires sont bien en général plus élevés qu'en France, meme s'il existe effectivement des emplois mals payés, dans l'interim surtout. Une simple question: pourquoi travaillez-vous en Allemagne et pas en France? Connaissez -vous beaucoup d'Allemands qui travaillent en France? Il n'y en a pratiquement pas, sauf cas particulier. Par contre, il y a énormément de Francais qui passent la frontière tous les jours pour travailler en Allemagne. Pouvez-vous m'expliquer pourquoi?
Réponse de le 13/05/2012 à 20:07 :
parce qu'il n'y a plus de boulot en France
a écrit le 12/05/2012 à 0:52 :
Que des solutions néo-libérales qui vont encore plus enfoncer les pays dans la crise, la récession et la pauvreté. Il ne faut pas croire que les néo-libéraux font cela par erreur, NON, ils le font exprès, ça fait partie de leur plan de domination totale des peuples, de leur mise en coupe réglée, tout le monde au gabarit, Chinois de préférence. L'élite seule au pouvoir, le complexe-militaro-industriel à la manoeuvre. Parano? Non triste réalité.
NB:Investir dans des infrastructures pour améliorer les transports et faciliter les échanges en un temps où le pétrole devient une rareté ne paraît pas très judicieux.
Mais certaines entreprises de BTP transnationales doivent y avoir un intérêt...
Réponse de le 12/05/2012 à 11:27 :
la solution, c'est peut-être de continuer à dépenser plus que ce que l'on gagne, s'endetter encore plus, et pis quand y aura plus de sou, allez présenter la facture à Angela ???!!!
Réponse de le 12/05/2012 à 15:07 :
Et encore, c'est encore pire, les néo-libéraux mangent les petits enfants !!!
Réponse de le 12/05/2012 à 22:13 :
Faut dire que c'est bien bon, le dimanche en famille, un bébé-coco bien rôti dans son jus...
a écrit le 12/05/2012 à 0:52 :
Que des solutions néo-libérales qui vont encore plus enfoncer les pays dans la crise, la récession et la pauvreté. Il ne faut pas croire que les néo-libéraux font cela par erreur, NON, ils le font exprès, ça fait partie de leur plan de domination totale des peuples, de leur mise en coupe réglée, tout le monde au gabarit, Chinois de préférence. L'élite seule au pouvoir, le complexe-militaro-industriel à la manoeuvre. Parano? Non triste réalité.
NB:Investir dans des infrastructures pour améliorer les transports et faciliter les échanges en un temps où le pétrole devient une rareté ne paraît pas très judicieux.
Mais certaines entreprises de BTP transnationales doivent y avoir un intérêt...
Réponse de le 12/05/2012 à 22:19 :
La théorie du complot fait encore fulminer quelques têtes tourneboulées, en mal de boucs émissaires. Il faut consulter d'urgence !
a écrit le 12/05/2012 à 0:18 :
1)0,001% d'économie, mais c'est bien. 2) Donner 1000 milliards au banques en 72h, c'est facile, arriver à dépenser 80 milliards pour la recherche... impossible? 3) Donc on acte sur le fait que les banques ne prêtent plus et ne font que spéculé, magré les 1000 milliards à 1% donné l'année dernière qui ont... disparu des compteurs... Mais on change rien. 4) Il faudrait investire, mais on peut quand même pas trop en imposé aux entreprises privé alors on fait rien. 5) Après avoir inventé la délocalisation des multinationale, inventons les délocalisation des PME, quel bonne idée. Les résultats de la première expérience sont si bons ! 6) Et puis tant qu'à faire, élargissont le truc à toute la planète ! Ca semble être une telle bonne idée. ------- Danke shone pour cette leçon de libéralisme salvateur !
Réponse de le 12/05/2012 à 11:30 :
votre '4' me fait bien rire : vous voulez imposez (sans jeu de mot) quoi de plus aux entreprises : les obliger à embaucher 2 ou 3 fonctionnaires qu'elles mettraient à la disposition des syndicats et des partis politiques pour faire tourner les moulins à vent des bonnes idées de 'faut-obliger-les-autres-à-bosser-pour-me-donner' !!!????
Réponse de le 12/05/2012 à 12:28 :
La première erreur c'est cette volonté absolue de tout privatisé, notamment les entreprise de service publique ou au moins a utilité publique. Si on créer un système ou l'état ne peut plus rien... il faut pas pleurer en disant : "il faudrait investir pour relancé la croissance..." Comme merkel le fait. C'est pathétique... on leur donne tout, et après on les supplies. On est quand même des buses, on s'y est mis tout seul.
Réponse de le 12/05/2012 à 16:05 :
vous voulez nationaliser quoi ??...
Les entreprises embaucheront quand ce sera dans leur intérêt, c'est à dire quand on arrêtera de leur taper dessus !
La croissance ne se décrète pas : elle s'obtient par la création de richesses, ce que ne font que les entreprises productives : le reste, ce ne sont que des emplois qui parasitent l'économie !!!
certes, il en faut un peu, comme les services administratifs dans une entreprise... mais si dans une boite, il y a plus de salariés dans les services administratifs que dans les emplois productifs...la boite coule !!!
Pour un pays, c'est pareil !!
a écrit le 11/05/2012 à 22:57 :
Bah...si les conditions de l'euro ne nous vont pas il n'y a qu'à revenir au Franc et on verra si c'est encore la faute de Merkel.
Qu'il est facile de vouloir penser que Merkel est notre problème alors que le problème est notre couple recettes/dépenses.
C'est quand même con que l'on ait pas d'homme d'état en France pour tracer le vrai chemin sur lequel les doctrines n'ont pas de prise.
A écouter tous nos bobos, il va falloir entrer en Guerre contre ceux qui ne veulent pas acheter notre dette et leurs enfants. Et ils se prennent pour des intellos. Incapables qu'ils sont.
a écrit le 11/05/2012 à 22:19 :
Les allemands annoncent la couleur....Quel autre choix pour FH?
Réponse de le 12/05/2012 à 11:31 :
mais quel autre choix avait-il vraient...bel enfumage, mais pas d'autre possibilité que d'arrêter de dépenser plus que ce qu'on gagne !
a écrit le 11/05/2012 à 21:42 :
Formidable, nous avons là au moins une de gaulle, je diras même plus la première présidente de l'europe. Ma foi, que la performance dans les humanités assure le crédit, c'est une bonne chose...
Réponse de le 12/05/2012 à 0:55 :
M'étonnerait que le Général eut accepté de devenir Allemand par le biais d'une présidence Allemande...L'Histoire a un sens.
a écrit le 11/05/2012 à 21:35 :
Bah, chacun dans son coin, Hollande ferait une croissance de la dépense publique et Merkel une dépense d'investissement. Seulement, et qui finance? Combien de réserve de dette avons nous, sachant qu'on a du hors bilan, cf les retraites 1000 milliards? Je ne crois pas que la mère Kel serait favorable à une europe RDA... elle sait ce que c'est la dictature de l'Etat, ersatz le dirigisme. Comme Tatcher, elle est chimiste, c'est concret, on touche la matière... c'est pas du rêve. A vendre du rêve, on voit les pays exploser... c'est tragique.
a écrit le 11/05/2012 à 19:39 :
Pour la question de la croissance, ne va-t-on pas à un clash en Europe?
a écrit le 11/05/2012 à 19:24 :
Contrairement à tout ce qu'affirment les germanophobes de tout poil, les allemands ne souhaitent qu'une chose: la croissance. Mais avec le réalisme économique, le pragmatisme et la rigueur qui les caractérise, clés de leurs succès, tout l'opposé de notre Bisounours et ses solutions mitterandiennes réchauffées!
Réponse de le 12/05/2012 à 0:22 :
Remettons les choses en place. Le grand gagnant de ces dernières années c'est l?Allemagne. (enfin sur le papier, car les millions de travailleurs pauvres, sont pas plus heureux de vivre de un pays riche) Donc le but de l'Allemagne c'est que rien en bouge pour défendre ses propres intérêts. Pourquoi voudraient ils changé les choses au risque d'y perdre ? Quel élu s'y frotterait ? C'est le malheur du libéralisme capitaliste, on ne peut créer des richesses que sur le dos de quelqu'un d'autre... c'est comme ça.
Réponse de le 12/05/2012 à 14:34 :
@ yurf, vous avez tout à fait raison!
a écrit le 11/05/2012 à 19:17 :
Dépenser mieux : Réduction du nombre de ministres et sénateur . Coupe dans les budget ministériels au niveau des frais de bouche et autres avantages en nature .
Au niveau des institutions européennes , il doit y avoir plusieurs milliards à économiser aussi ...

Des crédits pour les PME : prêts à 1 % ?

Investir dans les infrastructures : Fermer les marchés publics aux pays hors communauté ... sinon ça sert a rien...
Faire comme la Chine , construire des villes fantômes pour stimuler le BTP ....

Améliorer le libre-échange : Si les USA et la Chine arrête de tricher ....

Arrêter de faire de l'Europe le dindon de la farce de la mondialisation ...
Réponse de le 12/05/2012 à 0:28 :
Oulla, vous êtes gauchiste vous ! Prêter à 1% et le manque a gagné des banques ? Cela dit je suis d'accord avec vous. J'ajouterai d'arrêter de se faire plumer par le niveau artificiellement bas du dollars et du yen par rapport à l'euro. Le dessus, on est vraiment des buses de rien faire. Si on s'en occupe pas avant la prochaine crise énergétique... on est foutu. C'est le FMI qui va nous écrire nos lois... ou plutôt supprimer toutes les lois, les taxes et... le système solidaire. on sera tous des bons petits américains ou chinois endetté sur plusieurs générations pour le chanceux et expulsé de nos maisons pour les autres. Bon il y aura bien un petit pourcentage de millionaire qui s'en sortira mieux, de quoi alimenté le rêve européen.
Réponse de le 14/05/2012 à 22:33 :
artificiellement bas du dollars...ah bon!!! Vous souhaitez que les matières premières, dont le pétrole, augmente? Ne pas oublier que nos règlement du commerce extérieur se fond principalement... en dollar!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :