21 banques espagnoles dans le viseur de Moody's

 |   |  288  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après la dégradation lundi soir de pas moins de 26 banques italiennes par Moodys, l'agence de notation s'apprêterait désormais à infliger un coup de massue aux banques espagnoles en abaissant la note de 21 banques ibères, selon le quotidien espagnol Expansion.

Lundi, Moody's annonçait la dégradation des notes de quelque 26 banques italiennes, dont les deux plus importantes du pays. Désormais, ce sont les banques espagnoles qui pourraient être victimes de l'agence de notation. Celle-ci s'apprêterait à baisser "de manière significative" les notes de 21 banques espagnoles d'ici moins d'une semaine, rapporte le journal espagnol Expansion. "Des sources du secteur financier espagnol sont convaincues que l'agence baissera de manière significative la note de plusieurs institutions", écrit le quotidien économqiue. "L'annonce pourrait tomber avant une semaine, selon des sources du marché", précise-t-il, affirmant que 21 banques seront concernées.

Une décision attendue

A la mi-février, Moody's avait annoncé qu'elle envisageait d'abaisser à court terme les notes de 114 banques européennes, en raison de la crise dans la zone euro et de la baisse de la note de plusieurs Etats du Vieux continent. Puis l'agence avait reporté sa décision à début mai. Cette nouvelle dégradation compliquerait encore la situation des banques espagnoles, qui peinent déjà à se financer sur les marchés et ont battu en avril un nouveau record d'emprunt auprès de la Banque centrale européenne.

Les banques espagnoles contraintes de provisionner 30 milliards d'euros supplémentaires

Pour tenter d'assainir les banques de leur exposition au secteur sinistré de l'immobilier, le nouveau gouvernement conservateur vient d'annoncer une nouvelle réforme qui les forcera à provisionner 30 milliards d'euros supplémentaires en 2012. Déjà en février, une précédente réforme leur avait ordonné de passer 53,8 milliards d'euros de provisions de plus. Le 30 avril, l'agence Standard and Poor's a dégradé les notes de neuf banques espagnoles, dont Santander et BBVA, peu après avoir abaissé la note souveraine de l'Espagne de deux crans.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2012 à 17:00 :
le changement doit etre à la hauteur de la France ? c'est bien ce que nous a dit Monsieur Hollande : la France est donc si polluée que ça pour nous mettre Ayrault, Fabius et on verra si les autres sont intègres, vous deviez faire mieux que N.Sarkozy, tous les mêmes JFKan disait c'est le plus menteur qui va gagner le 6 mai, j'espérais au moins qu'il voulait faire un peu du BLANC DE BLANC : INTEGRITE peut-être est-ce une chose impossible en France comme on le voit en Grèce
a écrit le 16/05/2012 à 17:00 :
le changement doit etre à la hauteur de la France ? c'est bien ce que nous a dit Monsieur Hollande : la France est donc si polluée que ça pour nous mettre Ayrault, Fabius et on verra si les autres sont intègres, vous deviez faire mieux que N.Sarkozy, tous les mêmes JFKan disait c'est le plus menteur qui va gagner le 6 mai, j'espérais au moins qu'il voulait faire un peu du BLANC DE BLANC : INTEGRITE peut-être est-ce une chose impossible en France comme on le voit en Grèce
a écrit le 16/05/2012 à 16:59 :
le changement doit etre à la hauteur de la France ? c'est bien ce que nous a dit Monsieur Hollande : la France est donc si polluée que ça pour nous mettre Ayrault, Fabius et on verra si les autres sont intègres, vous deviez faire mieux que N.Sarkozy, tous les mêmes JFKan disait c'est le plus menteur qui va gagner le 6 mai, j'espérais au moins qu'il voulait faire un peu du BLANC DE BLANC : INTEGRITE peut-être est-ce une chose impossible en France comme on le voit en Grèce
a écrit le 16/05/2012 à 12:16 :
Le système libéral et son serpent monétaire qui se mord la queue ! Les Banques qui spéculent à des taux élevés, perçoivent leurs fonds à 1% de la BCE et n'arrivent plus à recouvrir les dettes consentis aux États libéraux. Cette ineptie doit bien entendu cesser au plus tôt et la BCE si elle doit survivre donnera directement aux États à 1 voire 0% . Cette nécessité aujourd'hui démontre s'il en était besoin toute l'absurdité de la gestion économique libérale basé uniquement sur le profit. S'adapter pour survivre...n'est-ce pas là la doctrine essentielle que nous a toujours répété les serviles de ce système ? A eux maintenant d'appliquer leur logique ! Sic

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :