Le gouvernement Rajoy approuve les plans d'austérité de 16 régions sur 17

 |   |  588  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement espagnol a approuvé les plans d'austérité proposés par 16 régions. Seule celle des Asturies devra revoir sa copie.

La quasi-majorité des ragions ont passé leur premier test. Jeudi, le gouvernement espagnol a approuvé les plans d'austérité de 16 des 17 régions du pays.,Le gouvernement a ainsi écarté pour le moment la menace d'une prise en main par l'Etat central des budgets des régions qui ne respecteraient pas la trajectoire fixée, soit une réduction de leur déficit de 2,94% du PIB en 2011 à 1,5% cette année. Au total, les économies prévues par les régions s'élèvent à 18 milliards d'euros, se décomposant en 13 milliards d'euros de coupes budgétaires et 5 milliards de rentrées supplémentaires, a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Ces plans vont commencer à être appliqués dès leur approbation. Cette question est fondamentale pour retrouver la crédibilité de l'Espagne", a déclaré le ministre du Budget Cristobal Montoro après une réunion avec les présidents de région. Le ministre a annoncé que les plans d'austérité avaient été approuvés pour 16 des 17 régions du pays. Seule la région des Asturies, dans le nord, devra revoir sa copie dans un délai de 15 jours.

Des efforts qui ne suffisent pas à rassurer les investisseurs

Malgré ces efforts de réduction du déficit, la santé financière des régions espagnoles, qui gèrent les lourds budgets de l'éducation et de la santé, continue à susciter la méfiance. L'agence de notation Moody's a ainsi dégradé jeudi la note de quatre d'entre elles, l'Andalousie, la Catalogne, Murcie et l'Extrémadure. L'agence, qui a placé ces régions sous perspective négative, et envisage donc d'abaisser à nouveau leur note à moyen terme, a souligné qu'elles n'avaient pas rempli leurs objectifs de réduction du déficit en 2011, et qu'il existait une "faible probabilité" que ces objectifs soient remplis en 2012. Deux autres régions, la Castille-la-Manche et Valence, conservent leur note mais sont également placées sous perspective négative.

Le ministre du Budget a répondu à cette annonce qu'il ne lui appartenait pas de "faire des évaluations". "Ce que je fais, c'est travailler pour redonner confiance", a-t-il ajouté. La menace que faisait planer le gouvernement sur les régions visait à rassurer les investisseurs alors que l'Espagne, très décentralisée depuis la fin de la dictature franquiste, inquiète les marchés, qui craignent un contrôle insuffisant sur les finances locales et régionales.

Aide appuyée du gouvernement

Très endettées depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, les villes et régions du pays ont de plus en plus de mal à payer leurs fournisseurs. Le gouvernement a donc promis de les aider dans ce domaine, et pour cela, les collectivités ont dû remettre leurs factures impayées à l'Etat: les villes ont présenté pour 1,7 milliard d'euros de factures, les régions 17,7 milliards.

Pour aider les villes et régions à régler les factures, le gouvernement a annoncé mercredi avoir souscrit auprès de 26 banques un prêt syndiqué de 30 milliards d'euros, qui pourra être porté à 35 milliards si besoin. La discipline budgétaire imposée aux régions s'inscrit dans les efforts du gouvernement central de droite, qui cherche à ramener le déficit public du pays de 8,51% du PIB en 2011 à 5,3% cette année, puis à 3% en 2013. Pour cela, le gouvernement a déjà adopté un budget d'une rigueur historique, prévoyant 27,3 milliards d'euros d'économies en 2012 . Il prévoit également d'économiser dix milliards d'euros par an sur les budgets de la santé et de l'éducation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2012 à 11:40 :
1,17 17,7 et 17 régions tient là aussi on aime les 17 et les 7. cf commentaires de l'article du 15.5.2012 " dette publique revue à la hausse.... (concerne le France)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :