Les touristes allemands effrayés par la crise grecque

 |   |  363  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les réservations des touristes allemands pour cet été sont en baisse de 30 % par rapport à l'année dernière, constate le voyagiste Thomas Cook

La crise grecque ne fait pas seulement paniquer les investisseurs et les épargnants - ceux-ci auraient retiré entre 2,5 et 3 milliards d'euros de dépôts depuis les élections du 6 mai. Elle fait aussi fuir les touristes. Les réservations des touristes allemands pour des voyages organisés en Grèce sont en chute libre avant la saison estivale, a déclaré un responsable du voyagiste britannique Thomas Cook, numéro deux européen du tourisme, dans un entretien à paraître dimanche.
"Dans la branche allemande les chiffres des réservations pour des vacances en Grèce sont inférieures de 30% par rapport à l'an dernier avant la saison estivale", déclare Michael Tenzer au journal dominical allemand Euro am Sonntag.

Après une embellie en 2011, la saison 2012 s'annonce plus sombre

Jusqu'aux élections législatives grecques début mai, les réservations avaient repris. Mais depuis les discussions sur de nouvelles élections et sur une éventuelle sortie de la zone euro, les touristes allemands sont de nouveau inquiets, en dépit d'offres promotionnelles, explique M. Tenzer.
Les images de manifestations violentes dans les grandes villes contre les plans d'austérité ont effrayé les touristes, même si la situation reste calme dans les îles comme la Crète ou Rhodes.

Les touristes Allemands, une manne essentiele pour un secteur qui représente plus de 15 % des revenus du pays

L'an dernier, le nombre de touristes allemands en Grèce a atteint 2,5 millions, ce qui en fait la principale manne de revenus du secteur touristique, qui représente lui-même 15,7 % des revenus du pays et près de 800.000 emplois.

Thomas Cook n'enregistre pas de pertes sur les réservations annulées car "nos clients se rabattent sur l'Espagne ou la Turquie", explique Michael Tenzer. Globalement, le chiffre d'affaires comme le niveau des réservations du voyagiste se situent ainsi en hausse de 2 % par rapport à l'an dernier. Si la Grèce quittait effectivement la zone euro, des turbulences économiques seraient inévitables mais pour Thomas Cook les choses ne changeraient pas fondamentalement : "Nous avons des contrats avec les hôteliers et nos partenaires (grecs) en euro, ils doivent aussi être payés en euro" a assuré M. Tenzer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 12:56 :
Je rentre de Grèce, horrifiée par la xénophobie grecque ! Et sa recherche de bouc émissaire à tout prix, pour éviter de se poser les bonnes questions ... Les Albanais, plèbe corvéable à merci, humiliés, insultés, sont, dans leur majorité, partis, faute d'emplois, ce sont donc les Allemands, au Panthéon des détestés, qui occupent la 1ère place, et de loiin ! On se croirait en guerre... Ayant subi une coupure d'eau, j'ai dû appeler la sté concessionnaire et la 1ère question qui m'a été posée, en raison de mon accent grec à fort accent étranger, était "Etes-vous Allemande ?". Déclinant ma nationalité, j'ai eu la stupeur d'entendre "Alors c'est bon, on vient réparer, on a cru que vous étiez Allemande"....
Réponse de le 23/07/2012 à 23:59 :
Bonsoir Hélène.

Oui, la xénophobie est une pente sur laquelle il ne vaut mieux pas se laisser rouler. Je ne crois pas à ce titre qu'on puisse parler de xénophobie "grecque". Comme si tous les Grecs étaient xénophobes. Car tous les Grecs ne réagissent pas de cette façon.
Vous dites par ailleurs qu'on se croirait en guerre. Oui, il y a de ça. Figurez-vous que la violence infligée à la population grecque est ignoble. Saviez-vous que les cancéreux ne sont plus remboursés de leurs traitements ? Que près d'Athènes, un établissement hospitalier a vu son courant coupé, les patients de cet hôpital étant considérés comme souffrant de pathologies incurables, que de nombreuses personnes se retrouvent sans couverture sociale ? J'ai bien d'autre faits à énoncer mais je m'arrêterais là, c'est déjà trop. On se suicide en Grèce dans des proportions anormales, ceux qui le peuvent s'exilent à l'étranger. Espérons qu'il y trouveront travail, accueil et réconfort et qu'il ne souffriront pas de xénophobie eux non plus. Mais espérons surtout qu'on renonce à infliger aux Grecs la politique austéritaire. Quant aux Allemands, beaucoup souffrent aussi de la politique économique actuelle et il s'en trouve même pour organiser des solidarités en faveur des Grecs. Enfin, il y a aussi des Français qui sont partis en Grèce cet été en vue de nouer des liens avec des Grecs, de façon à leur apporter du soutien, mais aussi à mieux se rendre compte sur place de la difficulté dans laquelle ils sont, et à échanger avec eux sur leurs expériences, à réfléchir avec eux à des solutions bénéfiques à la population. Car une solution aussi nuisible peut-elle être encore considérée comme une solution ? Non bien sûr.

Bien à vous Madame, j'espère que nous ferons tout pour restaurer ce qui a été entamé de la fraternité entre les peuples dans la tête de quelques-uns.
a écrit le 20/05/2012 à 19:06 :
LIEN FERME

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :