La zone euro va-t-elle vraiment profiter de la hausse des salaires allemands ?

 |   |  1304  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
L'accord salarial dans la métallurgie en Allemagne prévoit une hausse des rémunérations de 4,3 % cette année. Certains y voient le premier pas de la rééquilibrage de la zone euro. Mais rien n'est moins sûr...

L?accord passé ce week-end entre le syndicat IG-Metall et la fédération des industries métallurgiques allemandes pourrait, si l?on en croit certains, annoncer la vraie relance de l?économie de la zone euro. La hausse de 4,3 % arrachée par le syndicat pour les 800.000 salariés de la branche est en effet le plus élevé depuis 1991. Il fait suite à un accord déjà très généreux dans la fonction publique où les syndicats avait obtenu une hausse de 6,3 % sur dix-huit mois. Y a-t-il là un changement de paradigme de l?économie allemande ? Après près de quinze ans de modération salariale, la première économie européenne s?engage-t-elle dans une stimulation de sa demande interne ?

Rééquilibrage

A terme, ce mouvement pourrait conduire à un rééquilibrage au sein de la zone euro. L?Allemagne accepterait de renoncer à une part de sa compétitivité quand, par les mesures d?austérité, les autres pays amélioreraient cette même compétitivité. Cette solution a été présentée par l?ancien ministre turc des Finances, Kemal Dervi? dans un texte où il estime que « les pays européens du nord pourraient accélérer le rattrapage de la compétitivité [des pays du sud] en encourageant une croissance plus raide de leurs salaires. Selon l?économiste turc, « si les salaires allemands progressaient de 4 % par an et si la croissance annuelle de la productivité s?accélérait pour atteindre 2% », il faudrait « cinq ans » pour « inverser le différentiel de coût unitaire du travail qui s?est constitué en Espagne par rapport à l?Allemagne depuis 2000 ». Ce serait, pour Kemal Dervi? une façon commode et peu douloureuse de mettre fin aux déséquilibres de la zone euro.

Stratégie allemande contre Hollande

En théorie, cette vision est imparable et c?est sans doute sur elle que repose en partie la stratégie du gouvernement allemand. A Berlin, on a en effet encouragé les employeurs à lâcher du lest. Wolfgang Schäuble a laissé entendre qu?une inflation de 3 % « ne serait pas un drame » et la Bundesbank elle-même, bastion de l?orthodoxie monétaire allemande, a convenu qu?on pouvait accepter une légère accélération de la hausse des prix outre-Rhin. Mais on se tromperait en pensant que cela signifie que Berlin va lâcher du lest sur l?austérité. Bien au contraire. Pour que cette stratégie fonctionne, il convient en effet que les gains de compétitivité au sud soient considérables et donc que les « politiques d?ajustement » soient menées à bien. Car les pertes de compétitivité de l?Allemagne resteront limitées. En d?autres termes : si les salaires allemands montent, il faut aussi que les salaires grecs, espagnols, français et italiens baissent. Voici donc qui ne donnera pas.

Conditions

Reste que la réalité pourrait bien diverger de la fiction. Le rééquilibrage promis repose sur deux présupposés. D?abord, que les hausses de salaires contribuent à alimenter la consommation allemande de produits de la zone euro, ce qui tirera la demande externe de ces pays. La croissance allemande deviendrait en quelque sorte contagieuse. Ensuite, que les produits allemands sont en concurrence avec les produits espagnols, grecs, français et italiens et que l?élément du coût de main d??uvre soit un élément déterminant pour les exportations de ces pays.

Le facteur coût

Sur le deuxième point, il est clair qu?il n?en va pas ainsi. Les produits grecs font rarement face à leurs équivalents allemands. Il y a longtemps que l?industrie grecque a disparu sur les marchés où dominent les Allemands, notamment dans les biens d?équipement. Du reste, on voit que dans plusieurs pays comme l?Espagne, le Portugal ou la Grèce, l?industrie est si peu importante que même l?amélioration en cours de la compétitivité et des exportations n?est pas capable de vraiment doper la croissance. Le processus de rééquilibrage de la zone euro devra donc s?accompagner d?un rééquilibrage des économies du sud en faveur de l?industrie, ce qui sera très difficile compte tenu de la mondialisation.

Pour être compétitif face aux pays asiatiques, le sud de l?Europe devra réduire drastiquement ses salaires puisque l?argent public et manquera longtemps pour investir dans la recherche et développement, qui, seule, peu servir de facteur différenciant sur le marché mondial. Sans compter que les Allemands, eux, peuvent toujours compter sur cette capacité d?innovation. En d?autres termes : la réduction du différentiel de compétitivité avec l?Allemagne n?est pas la garantie d?une reprise de la croissance à moyen terme. Au contraire, ce pourrait être une stratégie « perdant-perdant » où l?Allemagne se retrouvera obligée de réduire ses investissements dans l?innovation et perdra ainsi du terrain face à la Chine sans véritablement aider les pays du « sud ». Et pour les pays qui, comme la France ou l?Autriche, livrent des biens d?équipements à l?Allemagne, la baisse de la compétitivité allemande n?est pas non plus une bonne nouvelle.

De la hausse des salaires à la hausse de la consommation?

A plus court terme, la hausse des salaires outre-Rhin est-elle capable de doper la croissance du reste de la zone euro ? Là encore, ce n?est pas certain. La question est de savoir si la hausse de la consommation allemande conduira à une hausse notable des importations de produits européens. Il convient d?abord de souligner que l?ensemble des hausses de salaires ne se traduit pas directement en consommation. Une part est absorbée par l?inflation (attendue cette année outre-Rhin aux alentours de 2,5 %), une autre va à l?épargne. Et la crise de la zone euro va sans doute inciter plus d?un Allemand à l?épargne. L?institut GfK prévoyait ainsi en février une hausse nominale de 1 % de la consommation des ménages en 2012, contre 1,5 % en 2011. Même si la hausse des salaires négociés (qui ne représentent qu?une part des salaires globaux outre-Rhin) peut gonfler légèrement ce chiffre, on voit qu?on ne peut parler d?impulsion venant de la consommation.

La Chine gagnante ?

Reste enfin le problème de la destination de la consommation. Dans le cas de la France, on constate que les biens de consommation représentent une part réduite des importations de produits français en Allemagne. Les importations de matériels d?aviations et d?espace, autrement dit les livraisons liées à EADS et à ses fournisseurs, comptaient ainsi en 2011 pour pas moins de 11,7 milliards d?euros, soit 17 % de l?ensemble des importations. Et en réalité, les biens de consommation représentent une part assez faible de nos exportations vers l?Allemagne. La principale part étant représentée par l?automobile et la pharmacie avec respectivement 6 et 2 milliards d?euros.

Mais il n?est pas certain que les métallos allemands utilisent leurs hausses de salaires pour acheter des Renault et des Peugeot et la consommation de médicaments ne dépend pas, dans un pays comme l?Allemagne du niveau des salaires. A l?inverse, l?Etat fédéral essaie depuis plusieurs années d?obtenir une baisse des prix des laboratoires. Bref, le gain pourrait être mineur pour l?économie française, alors que la Chine, elle, pourrait en profiter pleinement. La Chine exporte en effet vers l?Allemagne 21,4 milliards d?euros de produits électroniques finis et 11 milliards d?euros de produits d?habillement. Autrement dit, l?Empire du Milieu pourrait gagner la part du lion de ces hausses de salaires. Et le rêve de rééquilibrage pourrait attendre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 18:14 :
L'inflation allemande est sur une pente à 1 an de plus de 3%, le pays est en train de tenter d'éponger la casse. L'augmentation étalée prévue va profiter à la restructuration énergétique en premier lieu. Puis à la casse sociale sectorielle de 10% qui y est liée avec des compensation salariales internes. On sait que les échanges EADS sont équilibrés ou compensé sur les deux principaux pays. Les chinois sont confrontés à une baisse des prix drastique qui ne cesse de s'amplifier dans les secteurs qu'ils contrôlent et à la maturité de ces marchés. Le vêtement redevient européen et principalement italo-tunisien. Le second secteur fragile du pays, les banques et sociétés immobilières avec des trous sont béants sont à réformer, ce sera pour l'augmentation suivante si elles tiennent jusque là. Ailleurs l'Europe quoiqu'on en dise se calque sur la matrice française : financer uniquement les grandes entreprises.
a écrit le 22/05/2012 à 10:59 :
"Cette solution a été présentée par l?ancien ministre turc des Finances, Kemal Dervi? dans un texte où il estime que « les pays européens du nord pourraient accélérer le rattrapage de la compétitivité [des pays du sud] en encourageant une croissance plus raide de leurs salaires."
Pourquoi ne pas demander à Erdogan d'augmenter les salaires en Turquie, car les coûts de la main d'oeuvre étant très bas en Turquie, cela entraîne des délocalisations vers ce pays, comme Renault. Du boulot pour l'ex champion de la démondialisation De Montebourg! Les paroles c'étaient avant, le travail c'est maintenant.
a écrit le 22/05/2012 à 10:22 :
Que l'économiste turc Kemal Derviche, préconise la hausse des salaires en Turquie, afin de faire baisser la compétitivité de la Turquie, où certaines grandes sociétés et non des moindres délocalisent, comme Renault, au lieu d'investir en France, et de réduire au chômage les ouvriers français.
a écrit le 21/05/2012 à 23:22 :
Tout est dit: les pays du sud de l'Europe, France comprise, semblent totalement décrochés de la locomotive allemande, englués dans le poids de leurs dépenses publiques et sclérosés par une inertie non-réformatrice, voire, comme en France, un comportement de shadocks : quand on est dans le mur, on essaie quand même de continuer dans la même direction. Pathétique. Comment peut-on croire que les allemands vont accepter de payer pour nos erreurs? Nos déficits commerciaux sont leurs excédents? Non seulement c'est faux, car c'est oublier le reste du monde, mais même si c'était vrai, auraient-ils dû refuser de nous vendre leurs biens pour ne pas risquer de culpabiliser par la suite? C'est absurde. Ils profitent de leur force, c'est normal, le monde des bisounours n'existe pas, il ne tenait qu'à nous de faire de même! Pauvre France...
Réponse de le 22/05/2012 à 0:04 :
Tout à faire d'accord ! Nous n'avons pas fait le nécessaire! Bien au contraire, les 10 dernières années (et surtout les 5 dernières), nous avons dépensé bien plus que nécessaire et doublé la dette (la dette publique de la France est passé de 912 à 1717 milliards d'euros). Il était temps de changer de direction. Heureusement, c'est désormais chose faite et nous allons enfin pouvoir rattraper notre retard.
Réponse de le 22/05/2012 à 7:20 :
Chose faite?? vous rigolez j espere. La gauche veut augmenter les salaires donc perdre en competitivite (les prix vont augmenter), elle veut prendre aux riches (donc perte d innovation) et tout cela pour encore plus utiliser de l argent que l'on a pas pour creer des stimulus qui ne marcheront pas. Donc la dette va s'aggraver. C'est le debut de ce que la grece a vecu. On en prend le meme chemin. Apres il faudra faire un choix. Soit garder nos privileges et la on ressemblera a CUBA (pour pouvoir garder le systeme de sante etc...) soit le governement devra sortir du marche pour relancer l economie. Il faudra faire un choix. Mais etre au milieu ne marchera jamais. On en reparle plus tard.
Réponse de le 22/05/2012 à 8:01 :
Ca se saurait si les riches innovaient...
Ceux qui innovent ce sont les entrepreneurs, ce qui n'a pas grand chose à voir avec les ''riches'' en France.
L'oligarchie des incapables fait tout pour préserver les privilèges de ceux qui sont dans le système.
La France est un paradis fiscal pour les riches et un enfer pour ceux qui essaient de le devenir !
a écrit le 21/05/2012 à 18:05 :
Bon article sauf la conclusion qui pourrait être la suivante
Les industries des pays périphériques n'étant plus au niveau de celle de l'Allemagne, toute augmentation de la consommation allemande ira en Chine, donc l'euro consolide les forts et ne reste aux PIGS que la rigueur éternelle pour espérer on ne sait quoi puisque la péréquation entre Nord et Sud ne se fera que marginalement.
Bref, à quoi nous sert l'euro si ce n'est avoir faire croire au Sud au rêve de richesse temporaire en accélérant un déclin inéluctable dans une mondialisation sans frontière protectrice pour les faibles. Merci Darwin
Une fois qu'on a dit ça, on fait quoi ?
Réponse de le 22/05/2012 à 17:04 :
L'ancien banquier fédéral Thilo Sarrazin défend l'inverse de ce que vous prétendez, l'Euro ne sert à rien dans les transactions commerciales allemandes, il plaide surtout pour une sortie de l'Eurozone et donc un D.Mark. Le marché européen ne serait plus aussi porteur pour le commerce Allemand. Qu'en pensez vous ?
a écrit le 21/05/2012 à 17:52 :
Des pans entiers de l'industrie française ont disparu à jamais ces 30 dernières années. Plus aucun appareil électroménager n'est fabriqué dans l'Hexagone. Les lave linges viennent d'Italie ou d'Asie, même chose pour les lave vaisselles. Inutile de parler de l'électronique. Air France est en train de sombrer. Qui songe encore venir s'aventurer dans l'enfer de Roissy ?
Que reste-t-il ? Disney. Même le Moulin Rouge, les Folies Bergères appartiennent au passé. Trop ringards comme beaucoup de choses en France comme le code du travail, les 35 heures etc. Pour beaucoup d?étrangers les Française demeurent de sympathiques amateurs.
Réponse de le 22/05/2012 à 7:27 :
La faute a qui? Au gouvernement ou au marche libre? Le gouvernment a voulu faire le malin a investir ds des entreprises avec notre argent sans savoir ou la demande allait frapper. C'est impossible de continuer ainsi et pourtant la gauche a jamais ete autant serieuse qd elle parle d'aider certain salaries pour ne pas etre licencier. Mais si ils sont licencier c bien parce que les gens ne consomment plus les produits de l entreprise. Donc au lieu de proteger ces emplois avec notre argent, l Etat ferait mieux de laisser faire le marche. Les gens nont pas arrete de consommer, c juste un transfert de capitaux. Donc si cette entreprise base ds le nord de la France coule pour une entreprise ds le sud de la France, les salaries doivent aller travailler la bas, c tt. Y a pas a depenser l argent des francais pour sauver ce qu il arrivera tt de meme. Et me dites que c du a la mondialisation alors qu'en injectant des lois et de l argent l Etat pervertit le marche et rend complique l innovation et competitivite de nos entreprises francaise. Merci. Au boulot. Et y en a.
Réponse de le 22/05/2012 à 8:04 :
Vous avez raison sur la nécessaire mobilité mais quand on s'est fait berner comme beaucoup de salariés par les mirages du ''tous propriétaires (immobiliers)'' et bien pas facile de déménager...
France, vieux pays de rentiers qui sacrifie ses forces vives !
Réponse de le 22/05/2012 à 18:01 :
La mobilité géographique est une fable. Les Lorrains sont venus en Provence lors de la construction du grand complexe de Fos, au moment de la chute de leurs industries. Aujourd'hui leurs enfants risquent bien de perdre à nouveau leur job avec la fermeture d'Arcelor-Metal... Ils ont envahi les gens du Sud pour se retrouver au même point quelques années après...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :