L'Espagne tergiverse sur les privilèges fiscaux de l'Eglise

 |   |  776  mots
Le roi et la reine d'Espagne en compagnie du cardinal Antonio Maria Rouco Varela attendent l'arrivée du PapeBenoit XVI le 18 août dernier à l'aéroport de Madrid /Copyright AFP
Le roi et la reine d'Espagne en compagnie du cardinal Antonio Maria Rouco Varela attendent l'arrivée du PapeBenoit XVI le 18 août dernier à l'aéroport de Madrid /Copyright AFP
Les partis de gauche réclament la suppression de l'exemption fiscale dont bénéficie l'Eglise en matière foncière, afin d'augmenter les recettes publiques, mais le gouvernement refuse une modification du Concordat de 1979.

Polémique idéologique sur fond de crise économique en Espagne. Le Parti Socialiste (PSOE) a décidé de s'attaquer aux privilèges fiscaux de l'Eglise catholique afin d'augmenter les recettes publiques en ces temps de rigueur. Le premier parti d'opposition a ainsi annoncé ce week-end qu'il présentera dans toutes les mairies une motion réclamant que l'Eglise paye l'impôt foncier sur les immeubles qui ne sont pas destinés au culte. A cette fin, la motion réclame un recensement des biens immobiliers de l'Eglise.

 

Un privilège qui remonte au XIXe siècle

L'initiative socialiste prend la suite de plusieurs municipalités, comme Alcalá de Henares, dans la banlieue madrilène, qui ont annoncé leur intention d'imposer les immeubles de l'Eglise dans les limites de la légalité... D'autres, dont Madrid, rejettent cette idée. D'autres, comme Burgos, en vérifieront la possibilité juridique.

 

En effet, le Concordat de 1979 inscrit dans le marbre cette exemption, qui concerne non seulement les lieux de culte mais aussi les logements des prélats, entre autres immeubles. Le Traité entre l'Espagne et le Vatican reprend là un privilège qui remonte au XIXème siècle. Depuis 1992, d'autres confessions en bénéficient également. La motion du PSOE évoque d'ailleurs les autres religions. Si certaines mairies souhaitent pouvoir imposer les immeubles n'entrant pas dans les catégories visées par le Concordat, comme les immeubles loués à des tiers, d'autres, comme Alcalá, réclament tout bonnement la suppression de ces exemptions.

 

Un débat récurrent

Le débat sur ces privilèges n'est pas nouveau en Espagne mais il a pris une intensité accrue ces dernières semaines. La crise et les coupes sociales imposées par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy n'y sont pas étrangères. En effet, les municipalités, gravement endettées et affectées par la crise immobilière qui les prive des revenus liés à l'urbanisme, sont à l'affût de toute nouvelle source de recettes. Or, le patrimoine immobilier de l'Eglise est immense et son imposition fournirait des revenus non négligeables aux collectivités locales sommées de retrouver l'équilibre de leurs comptes.

 

L'impact de la suppression de l'exemption est incertain. Pour la Conférence épiscopale il ne dépasserait pas 100 millions d'euros, alors que le partir de gauche Izquierda Unida (IU) le situe à 2,5 milliards... « Il n'y a pas d'estimation du patrimoine de l'Eglise », nuance Alejandro Torres, professeur de Droit Public à l'Université publique de Navarre.

L'Etat apporte sous diverses formes 11 milliards d'euros à l'Eglise, selon Europa Laica

Quoiqu'il en soit, pour l'association Europa Laíca, cette exemption est l'arbre qui cache la forêt. « L'impôt foncier n'est qu'une partie du problème », affirme son porte-parole, Juanjo Picó. Certes, la Constitution de 1978 proclame qu' « aucune religion n'aura de caractère étatique ». Mais la laïcité de l'Etat n'en est pas moins ambiguë. Outre que l'Eglise constitue un lobby politique puissant, elle bénéficie en effet de privilèges fiscaux importants qui vont au-delà de l'impôt foncier et incluent, par exemple, le versement à l'Eglise de 0,7% de l'impôt sur le revenu des contribuables qui le souhaitent. D'après Europa Laíca, l'Etat espagnol apporte à l'Eglise catholique 11 milliards d'euros annuels en subventions directes et exemptions d'impôts.

Ce « paradis fiscal », comme le nomment les contestataires de ce système, n'est pas inattaquable. Le Concordat prévoit en effet l'autonomie financière progressive de l'Eglise qui passe donc par la suppression des subventions publiques. De plus, certains aspects du traité sont contestables : « Si l'exemption de l'impôt foncier sur les lieux de culte peut participer à l'exercice de la liberté religieuse, il n'y a rien qui justifie que cela concerne aussi les logements des curés. C'est inconstitutionnel », affirme Alejandro Torres.

 L'opposition du Parti Populaire (PP) au pouvoir

Quoiqu'il en soit, les municipalités contrôlées par le PSOE ne peuvent imposer la révision d'un Concordat qui concerne l'Etat dans son ensemble. Or le Parti Populaire au pouvoir y est opposé, comme l'a rappelé Mariano Rajoy Lundi : « Nous n'allons pas remettre en cause un accord international qui date de 1979. Ce serait une irresponsabilité, comme si nous n'avions pas suffisamment de fronts ouverts ». Le premier ministre s'est d'ailleurs fait fort de rappeler que le parti socialiste à l'origine des motions n'a jamais remis en cause le Concordat pendant ces « vingt ans au pouvoir ».

 D'aucuns expliquent cette inaction par les pressions de l'Eglise, ou par crainte de sanctions électorales. Quoiqu'il en soit, la nouvelle initiative socialiste est peu risquée : le PP jouissant de la majorité absolue au Parlement, autant dire que les choses ne sont pas près de changer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2012 à 13:04 :
ici en Espagne il faut le vivre pour le croire! En premier l'église est souveraine, et il est hors de questions d'enlever les dorures.Les Espagnoles sont comme beaucoup de pays du sud.La première fois que je suis aller dans un garage pour réparer ma voiture,le garagiste me donne le prix de la réparation hors TVA. Je lui tend ma carte bleue et il me dit alors là ce sera avec facture et TVA, il voulait que je paye comme ils disent en métalico .Voilà pourquoi l'Espagne est plus enlisée plus que les autres pays, mais ce n'est pas tout, il faut le vivre pour le croire.
Réponse de le 30/05/2012 à 16:44 :
@pepe_el_cochero. estimado amigo, si vous êtes allé chez le garagiste sans vos chevaux, il a dû être surpris car cochero veut dire cocher. Les Espagnols sont leur femmes les Espagnoles avec les mêmes défauts que les Italiens, les Grecs........et les Français. Le paiement cash se propose et s'effectue beaucoup en France pour de menus travaux, rénovation, jardins, bricolage etc , d'autant plus que les impôts et taxes se font plus lourdes. Si j'osais, je vous dirais que certains chirurgiens et anesthésistes se font également rémunérer de main à la main. Au fait si vous alliez visiter le grand Sud en France.
a écrit le 30/05/2012 à 12:51 :
pour ceux qui souhaitent connaître honnêtement et sans parti pris, le rôle social de l'église espagnole, rôle que l'état serait incapable d'assumer aux mêmes tarifs:
http://www.mundoculturalhispano.com/spip.php?article3701.
PS: ce ne sont pas les jeunes qui recueillent les anciens mais l'inverse. pour @castagnettes.
a écrit le 30/05/2012 à 12:26 :
Ah ces pays du sud et la religion ...
a écrit le 30/05/2012 à 10:25 :
Je ne sais où est passé mon message précédent où je proposais la suppression progressive du Concordat en Alsace-Lorraine qui porte atteinte à la laïcité, mais aussi à l'égalité de traitement des religions. Rappelons que dans ces trois départements français les prêtres sont payés comme des cadres A de la fonction publique.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:33 :
ce sont les Alsaciens et lorrains mosellans qui auront leur mot à dire pas un furieux du laïcisme;
a écrit le 30/05/2012 à 10:19 :
En France il y a aussi un concordat qui concerne 3 départements d'Alsace-Lorraine. Dans ces trois départements les prêtres des religions juive, protestante et catholique sont payés comme des professeurs certifiés et les évêques ou responsables comme des professeurs agrégés. Il me semble que l'islam n'obtient rien vu qu'il ne figurait pas parmi les religions pratiquées dans ces départements à l'époque du Concordat. J'ai relu le programme de François Hollande qui a complètement oublié de proposer la suppression de cette exception incompréhensible à la laïcité. Sans porter préjudice aux prêtres en place on peut proposer la suppression progressive au fur et à mesure des départs à la retraite, genre 0 remplacement pour chaque départ... Et ainsi cette exception regrettable prendrait fin sans porter préjudice aux individus qui avaient engagés leur vie, et leur famille, dans une "carrière" religieuse de type fonctionnaire.
Réponse de le 30/05/2012 à 10:41 :
l'islam bénéficie du droit alsacien mosellan en tant qu'association et de ce fait a reçu des aides de l'état pour construire des mosquées. N'essayez pas d'opposer les religions entre elles. Le Concordat date de 1801, octroyé par Napoléon et toujours respecté quel que fut l'autorité du moment. FLN a d'autres chats à fouetter en ce moment que de procéder à de vieilles et ridicules rancunes
a écrit le 30/05/2012 à 9:38 :
Et en France, l'église a t elle les mêmes privilèges?
a écrit le 29/05/2012 à 21:37 :
Mais pourquoi l'Eglise est-elle aussi cupide ??? elle qui loue les valeurs spirituelles ? qui promet aux pauvres le royaume de Dieu ? pourquoi ne montre-t-elle pas l'exemple ? pourquoi ce comportement de trader chez les hommes d'Eglise ??? Y'a plus que le fric qui compte dans cette société !!!! nous sommes perdus....
Réponse de le 30/05/2012 à 7:24 :
l'eglise n'est pas cupide.son role est plus important que celui du footbal dans la société.il est normal qu'elle en ait les memes avantages
a écrit le 29/05/2012 à 18:50 :
L?église espagnole supplée de loin aux déficiences d?un état incompétent en matières d?hôpitaux, de maisons de retraites et de convalescences de services de charité notamment aux immigrés, pauvres, chômeurs, mères célibataires. Supprimez ces services et remplacez les par l?état et ce sera la catastrophe, à combien par mois pensez vous que sont payés tous ces religieux ? au tarif syndical ? réfléchissez avant de laisser couler votre bile haineuse. Et a combien se montent les subventions de l?Etat en faveur des partis politiques et des syndicats ? et est ce que ceux ci paient l?IBI , impôt foncier ? Quand on ne sait pas, on se tait. Combien de milliards d?Euro a détourné la Gauche en Espagne ? Tous les jours des multiples cas de corruption sont révélés par la Justice. Les loups hurlent lorsqu?ils se sentent acculés.
Réponse de le 29/05/2012 à 19:02 :
En France aussi les syndicats se remplissent sans cesse et les poches et tous les scandales les concernant (EdF, SNCF, Air France etc.) sont classés sans suite.
Réponse de le 30/05/2012 à 10:55 :
Et en matière de maisons de retraites l'Espagne a peu de besoins vu que les aînés habitent avec leurs enfants...la culture familiale n'est pas la même que chez nous il faut donc comparer les choses comparables.
a écrit le 29/05/2012 à 17:59 :
Eglise d'escros adoubé de la mafia?le Vatican ne paie aucun impôt en Italie? les orthodoxes non plusen Grèce? les armateurs encore moins
Bandes de privilégiés !
a écrit le 29/05/2012 à 17:50 :
C'est comme en Grèce. L'Église (catholique comme orthodoxe) devrait comprendre que nous sommes au 21ème Siècle. Tous ces prélats en sont restés aux siècles passés. Ils continuent à considérer les femmes comme des êtres inférieurs. On ne peut plus raconter des sornettes de sorcellerie et autres fadaises.
Réponse de le 29/05/2012 à 21:32 :
Seul l'Islam donne sa vraie valeur à la femme. Si les femmes sont maltraitée en espagne ou en grèce, qu'elles demandent l'asile politique à l'Arabie Saoudite.
a écrit le 29/05/2012 à 17:16 :
Bin flute alors, la aussi l'église a des privilèges fiscaux, comme en grece ??? yen a qui se débrouillent bien quand meme. Un vrai business qui vend une hypothèse jamais vérifiée :-)
Réponse de le 30/05/2012 à 5:45 :
Et ça ne date pas d'hier :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indulgence_%28catholicisme%29

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :