Berlin adoptera une taxe Tobin ... pour l'Allemagne

 |   |  398  mots
Angela Merkel et le patron du SPD, Sigmar Gabriel. Copyright AFP
Angela Merkel et le patron du SPD, Sigmar Gabriel. Copyright AFP
Le gouvernement fédéral et l'opposition allemande sont convenus du principe d'une taxe Tobin, en Allemagne seulement, qui pourrait s'élever à 0,1 % du montant des transactions. Un projet qui risque de poser problème à François Hollande.

Majorité et opposition se sont mis d?accord ce jeudi sur le principe d?un impôt sur les transactions financières en Allemagne. Le gouvernement a annoncé que le pays adopterait un tel impôt unilatéralement, même sans accord au niveau européen. Les négociations achoppent encore sur la nature de cet impôt, mais on sait déjà, selon des indiscrétions parues dans les médias allemands qu?il frappera « sur une base très large et selon un taux faible ». Une fourchette allant de 0,01 % à 0,1 % du montant de chaque transaction est évoquée outre-Rhin.

Stratégie politique

Cette avancée est la conséquence logique de la décision des Libéraux d?accepter lundi un tel impôt, alors que jusqu?ici, ils considéraient qu?un tel impôt unilatéral, sans notamment l?accord du Royaume-Uni, nuirait à la place financière de Francfort. Mais Angela Merkel veut obtenir avant la fin de la session parlementaire, fin juillet, l?adoption du pacte budgétaire et du Mécanisme européen de stabilité par le Bundestag et le Bundesrat. Elle a besoin, pour cela, d?une majorité des deux-tiers, et donc de l?appui de l?opposition. Laquelle réclamait l?adoption d?une « taxe Tobin ».

Epine dans le pied de Paris

L?Allemagne suivrait ainsi les pas de la France qui, en mars, avait adopté dans le collectif budgétaire une taxe sur les transactions financières de 0,1 % pour tout ordre passé sur des sociétés ayant son siège en France et une capitalisation boursière de plus d?un milliard d?euros, mais aussi sur le trading haute fréquence et les CDS « à nu » sur les dettes souveraines. Cette loi, si elle n?est pas modifiée, devait entrée en vigueur le 1er août prochain. Le candidat Hollande avait cependant annoncé qu?il abrogerait cette mesure, voulant porter une taxe au niveau européen. Cette décision allemande, prise sous la pression du SPD pourrait peut-être modifier cette stratégie. Paris pourrait alors modifier sa stratégie, peut-être en s?alignant sur la mesure allemande. En tout cas, ceci risque de poser problème à Bercy, puisque la stratégie « unilatéraliste » de Nicolas Sarkozy semble faire des émules? Angela Merkel ne perd décidément aucune occasion de gêner François Hollande !
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2012 à 17:26 :
!!!!!!!!!à chacun sa petite taxe, vive l'Europe, en pleine déliquescence, et, l'Allemagne qui veut plus d'Europe ??????????? l'explosion de l'Europe est en marche.
a écrit le 08/06/2012 à 14:42 :
oui il faut arrêter les trading haute fréquence.
est-ce que le marché à tellement changé à une nanoseconde différence? bien sur que non! les robots achêtent et vendent pour "traire" les profits sur un maximum d'ordres.
il est évident qu'il faut une loi mondiale, mais les bourses sont interdépendantes. si deutsche borse et euronext, décident d'appliquer un telle taxe, cela aura un impact sur toutes les autres bourses. l'europe doit agir pour imposer cette taxe à l'OMC.
a écrit le 08/06/2012 à 14:04 :
A ce propos, bien curieux de voir les modalites concretes de cette fameuse taxe... Car, pour prendre l'exemple du marche du change (parmi les transactions les plus importantes au quotidien, tant en nombre qu'en volume), la taxe de 0.1% proposee (sur le montant total transfere par exemple) n'est pas eloignee de la marge des operateurs sur ce type de transaction (extremement competitives). Il faut donc rester prudent lorsqu'on parle de "taxe faible", ne pas laisser penser qu'apres tout la taxe sera "indolore et invisible" juste parce qu'on met un 0 et une virgule, simplement parce qu'un nombre absolu ne veut rien dire en soi... Idem pour les produits derives, sur des options vanille la marge n'excede pas bien souvent 0.1% du notionnel... Sans compter qu'il suffira d'aller installer sa salle de marche ailleurs pour ne pas etre soumis a cette taxe... Non, vraiment, en l'etat et au vu des discussions en cours cela semble etre un mauvais calcul, car pour resumer, il y a deux alternatives (ce qui suit est tres simplificateur, mais il s'agit de donner une idee):
1) Soit cette taxe est appliquee localement (seulement dans un ou quelques pays). Dans ce cas les banques fileront illico ailleurs (le desavantage competitif resultant de cette taxe etant immense par rapport aux institutions qui n'y sont pas soumises). Donc perte d'emplois, d'impots recolletes etc...
2) Soit on applique cette taxe partout dans le monde (cela me semble totalement impossible mais passons). Ces activites devenant non rentables, elles disparaitront (ou bien elles demeureront et a un cout extremement eleve)... On peut aisement imaginer l'impact sur le commerce mondial et la destruction de richesse associee (grande difficulte a evoluer dans un environnement multi-currency sans capacite de transferer ses reserves d'une monnaie a l'autre a un cout raisonnable, impossibilite de se couvrir contre les variations de change...). Bref, attention aux fausses bonnes idees, presentees de maniere demago et simplficiatrice, en mode "cette taxe rapportera tant alors qu'il s'agit de 0,...%, ca sera indolore pour ses banques qui s'en mettent plein la poche!"
a écrit le 08/06/2012 à 12:46 :
Y a un côté sarkozyen chez Merkel: du vent, de l'esbroufe, une analyse insuffisante au fond, le reniflage du vent, mais le vent tourne (et elle perd parfois son Nord), et puis des décisions à l'emporte pièces (ex abandon du Nucléaire tout de go sans consulter ses voisins sans prendre la peine de planifier dans le temps, Taxe Tobin (alors qu'elle était contre collée aux basques de Cameron), Europe Politique Fédérale, rien que ça alors que depuis des années elle tergiverse en pleine crise financière et qu'on est un peu voire beaucoup dans la mouise mais à sa décharge on peut comprendre pourquoi les allemands se méfient des latins et des peuples des Balkans).
a écrit le 08/06/2012 à 10:50 :
Cette loi devait entrER en vigueur ! pas entrée en viguer...
a écrit le 08/06/2012 à 9:52 :
je ne vois pas en quoi cela posera problème à FH. Il devrait plutôt être content, il ne sera plus la seule cible du lobby financier.
a écrit le 07/06/2012 à 23:08 :
Le Royaume-Uni et quelques autres s'en frottent les mains. Que risque de décider les dirigeants d'Allianz/Pimco ? Quand l'Europe comprendra t elle ?
Réponse de le 08/06/2012 à 14:24 :
Et oui... On ne comprendra decidemment jamais...
a écrit le 07/06/2012 à 21:21 :
Qui dit mieux? La France pourrait maintenant passer de 0,1 à 0,2%!....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :