L'inflation en Allemagne à son plus bas niveau depuis décembre 2010

 |   |  287  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec une progression des prix de 1,7% en juin sur un an, l'inflation en Allemagne connaît un nouveau ralentissement et atteint son plus bas niveau depuis décembre 2010, a confirmé ce mercredi l'Office fédéral des statistiques Destatis.

L'inflation annuelle en Allemagne a enregistré un nouveau recul à 1,7% en juin (-0,1% par rapport au mois précédent), atteignant son plus bas niveau depuis décembre 2010, selon un chiffre définitif publié par l'Office fédéral des statistiques Destatis, identique à une estimation datant d'il y a 15 jours. En données harmonisées, l' inflation a été pareillement confirmée, à -0,2% sur un mois et +2,0% sur un an. En mai, le chiffre de l'inflation allemande (+1,9% sur un an) était passé sous la barre des 2% pour la première fois en 16 mois.

Les prix de l'énergie, en hausse de 4% par rapport à l'année précédente, et des denrées alimentaires, en hausse de 3,6% par rapport à 2011, ont constitué les principaux facteurs de cette poussée des prix en juin. En outre, l'impact des prix de l'alimentation sur l'inflation globale s'est fortement renforcé en juin 2012, est-il précisé. "Sans la prise en compte des prix dans ces deux secteurs, qui représentent près de 20% du budget des ménages, le taux d'inflation se serait établi à 1,1% en juin 2012", observe Destatis.

Un argument pour un nouveau geste de la BCE ?

Ce nouveau recul de l'inflation pourrait donner des arguments aux promoteurs d'un geste renouvelé de la BCE sur ses taux, après l'abaissement de son principal taux directeur à 0,75%, niveau historiquement bas, décidé au début du mois de juillet. D'autant que la Bundesbank, connue comme étant la banque centrale la plus orthodoxe de la zone euro, serait prête à consentir une inflation annuelle de 2,6% selon la presse allemande. Une manière pour la Buba d'opérer une relance en Europe en faisant baisser l'écart de compétivité avec les pays en difficulté de l'Union monétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :