L'Allemagne presse la Grèce à redoubler ses efforts

Alors que les experts de la troïka des créanciers sont attendus cette semaine à Athènes, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a averti la Grèce qu'elle devait faire le maximum pour se conformer aux conditions du plan de sauvetage imposées par les bailleurs de fonds internationaux, dans un entretien publié lundi par le quotidien Bild.
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble - Copyright Reuters
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les experts de la troïka sont attendus à Athènes cette semaine pour un examen en profondeur du programme économique du nouveau gouvernement. Leur rapport déterminera si la Grèce recevra le nouveau prêt de 31,5 milliards d'euros prévu d'ici septembre par le plan de sauvetage de ses finances. C'est dans ce contexte que Wolfgang Schäuble a remis la pression sur le pays le plus en crise de la zone euro, lui conseillant de redoubler ses efforts.

Le soutien international conditionné par le rapport de la troïka

"S'il y a des retards, la Grèce doit les combler", a affirmé le ministre des Finances allemand dans un entretien au quotidien Bild publié lundi. Il a refusé de prédire si la Grèce resterait dans la zone euro et a dit qu'il attendrait les nouvelles conclusions de l'Union européenne (UE), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE) - la troïka des bailleurs de fonds. "Je ne vais pas devancer la troïka. Quand son rapport sera prêt, l'eurogroupe se réunira", a-t-il indiqué.

Dimanche, le vice-chancelier allemand et ministre de l'Economie Philipp Roesler a réitéré ses doutes quant à la capacité de la Grèce à rester dans la zone euro mais estimé que le scénario, autrefois redouté, d'une sortie de ce pays avait "perdu de son horreur". "Je le dis clairement, si la Grèce échoue à satisfaire aux exigences (de la troïka), il n'y aura plus de paiements pour la Grèce ", a-t-il averti. Selon lui, si le soutien international accordé à ce pays venait à s'arrêter, cela pourrait pousser les Grecs à se dire qu'"il est peut-être plus intelligent de quitter la zone euro".

L'Espagne n'est pas la Grèce

Wolfgang Schäuble a également déclaré qu'il ne voyait pas de parallèle à faire entre la situation de la Grèce et et celle de l'Espagne, pour lequel l'eurogroupe a approuvé un plan d'aide au secteur bancaire de 100 milliards d'euros vendredi. "Les causes des crises dans les deux pays sont complètement différentes. L'économie espagnole est beaucoup plus compétitive et a une structure différente. Le pays se remettra sur pied rapidement", a-t-il prédit.

"Du chemin à parcourir"

Le ministre des Finances grec Yannis Stournaras a admis mercredi que son pays, touché par la crise, avait encore "du chemin à parcourir" pour finaliser les 11,5 milliards d'euros de coupes budgétaires exigées par l'UE et le FMI en échange de nouveaux prêts. Le montant attendu provenant du programme de privatisations que doit réaliser le pays cette année, censé rapporté 3 milliards d'euros, serait dix fois moindre qu'attendu. Deux projets seulement serait ainsi réalisable, les ventes de la loterie nationale et de l'ex-centre internationale de presse olympique. Vendredi, le directeur du Fonds chargé de s'occuper du programme de privatisation (Hellenic republic asset development fund) a démissionné.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 23/07/2012 à 18:48
Signaler
Je serais Wolfgang Schäuble, j'éviterais de voyager en Grèce ainsi que dans plein d'autres pays européens durant trèèèèèsssss longtemps.

à écrit le 23/07/2012 à 16:11
Signaler
En effet, sur ordre des Allemands, la cadence des brasseurs de feta vient d'être doublée. Sauf qu'ils n'ont plus d'argent pour acheter du lait...

à écrit le 23/07/2012 à 15:44
Signaler
Qu'est-ce qui empêche la Grèce d'imprimer des euros? Rien personne, si la Grèce le voulait elle le pourrait. Le traité de Maastrich n'interdit pas cette éventualité vu qu'il a été concocté à la va vite par des ânes. De toute façon quoi qu'en dise M D...

le 23/07/2012 à 18:49
Signaler
Absolument !

à écrit le 23/07/2012 à 14:35
Signaler
Amusant... Pour ceux qui n'auraient pas capté, si la Grèce fait défaut, ce sont TOUS les pays de la zone Euro qui suivent à chacun 3 jours d'intervalle. Et la finance internationale qui explose en vol ... (vol façon avion, je précise)(pas l'autre)(ma...

à écrit le 23/07/2012 à 12:55
Signaler
Question : et si Scaüble et les autres Boches commençaient par payer l'énorme dette de guerre allemande que la Grèce doit encore percevoir depuis les horreurs commises par les nazis, qui valent bien celles commises par Merkel et sa clique ???

à écrit le 23/07/2012 à 9:19
Signaler
Ca ne fait jamais que deux ans que c'est écrit et ça nous aura coûté une fortune à nous et la dépression à la Grèce !

le 23/07/2012 à 12:00
Signaler
Etant donné que le président F. Hollande demande de la solidarité entre européens, je pense que les Français seront solidaires avec le peuple grec!

le 23/07/2012 à 14:46
Signaler
Vous êtes déjà solidaire mais des banques : alors Ginette ? Heureuse ?

le 23/07/2012 à 16:44
Signaler
j'ai la chance de ne pas être française, donc la solidarité....

le 23/07/2012 à 17:19
Signaler
En effet, Ginette. J'espère néanmoins que tu vis aux crochets de l'Euro. Tu nous manquerais sinon...

le 23/07/2012 à 18:20
Signaler
Ginette a cette grande chance de ne pas être bancarisée : elle vit de pêche et d'amour avec un gentil autochtone sur une île déserte. Elle n'est solidaire de personne Ginette Crusoë !

à écrit le 23/07/2012 à 8:56
Signaler
Nous voilà avertis : L'Allemagne prépare son lâchage frontal de la Grèce...

le 23/07/2012 à 9:37
Signaler
yves vous connaissez mal les allemands... ca ft longtemps qu'ils indiquent clairement que la balle n'est plus dans leur camp; soit la grece ft les efforts voulus, ce a quoi personne ne croit vu leur campagne electorale, soit ils prendront leurs respo...

le 24/07/2012 à 18:11
Signaler
de quels efforts parle t'on ? un chomage à 22.5% ? une baisse des salaires reels ? la suppression d'une sécurité Sociale déjà peu reluisante en Grèce ? ce ne sont pas des efforts sonnant et trébuchant ? Cette politique ne marchera jamais !! on le s...

le 27/07/2012 à 16:19
Signaler
Je reviens de voyage en Grèce et j'ai trouvé les gens "résignés" alors qu'ils étaient toujours fiers...Les commerces autrefois florissants ferment les uns après les autres....les cotisations obligatoires et les taxes se multiplient alors qu'il n'exis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.