L'accès au crédit se détériore en zone euro

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE), l'offre de crédit et la demande de prêts en zone euro se sont encore dégradés au deuxième trimestre. Une tendance baissière qui devrait se poursuivre au prochain trimestre.

Les banques de la zone euro ont durci leurs conditions d'accès au crédit et ont constaté une baisse de la demande, selon un sondage réalisé auprès de 130 établissements et publié mercredi par la Banque centrale européenne (BCE). L'institut précise que 10% des banques ayant pris part à l'enquête ont resserré les critères d'octroi de crédit au cours du trimestre avril-juin, contre 9% au premier trimestre. De même, la demande de prêts a accusé "une baisse significative" au deuxième trimestre -ce qui était déjà le cas au trimestre précédent - et devrait poursuivre sa décrue dans les prochains mois. Ménages et entreprises devraient encore bouder les crédits au troisième trimestre.

Attentes autour de la BCE

Cette étude est inquiétante pour la BCE dans la mesure où elle prête constamment de grosses sommes d'argents aux banques sans voir de résultats positifs sur les crédits, et par extension sur l'économie réelle. Pourtant, le président de la BCE, Mario Draghi, souligne régulièrement que son institut fait tout ce qu'il peut pour stimuler l'offre de crédit mais que la responsabilité de la demande atone ne lui incombe pas. La pression est d'autant plus forte sur la BCE que les pays européens, comme l'Espagne ou l'Italie, attendent des solutions concrètes pour endiguer la crise, notamment en rachetant de la dette souveraine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2012 à 16:22 :
Personne ne "joue le jeu" et les banques les premières malgré les milles milliards de la BCE et à des taux spéculatifs, y compris pour les États donné il y à peu. Le manque de confiance, vecteur parasitaire premier entraîne l'ensemble de l'économie entrepreneuriale dans cette politique moribonde sans plus de vision aucune. La suite à tout cela se dessine rapidement et l'on voit avec le cas de l'Espagne toute la rigueur de cette attitude, inconséquente.
a écrit le 25/07/2012 à 15:13 :
Merci à cette génération qui aura réussi à ruiner ce continent. Eux qui sont partis comme des pachas en pré-rertaite à 55 ans ! Eux qui voient leur retraite ré-évaluée chaque année, quand bien meme les caisses sont vide ! eux qui leur revende leur immo à prix d'or si bien que les actifs doivent s'endetter sur 25/30 ans pour beaucoup moins de m2 ! Eux qui à travers leur sur-poids-démographique-électorale sclérosent la société et l entreprise ! eux qui se sont accordés à eux meme un régime fiscal super avantageux (CSG à taux reduit, fiscalité sur la rente inférieur à celle sur le travail etc..).. ! Eux qui exigent des autres qu'ils partent encore plus tard à la retraite tout en leur demandant de cotiser encopre plus ! eux qui leur laissent toutes ces dettes publiques sachant depuis des décénies que les systèmes étaient déficitaires ! Eux qui leur ont volé leur avenir, comme ils ont englouti le patrimoine que leur parents leur avaient laissé ! eux qui se targuent d'avoir construit la France, alors que ce sont leur parents qui ont tout fait !!!! merci la gérontocratie, quel souvenir vous laisserez dans l'histoire....
Réponse de le 25/07/2012 à 17:42 :
Suis pas un Papy Boomer mais je suis de la generation desenchantee juste apres et deja enfant de la crise!
1- les papyboomers ont ete des Babyboomers d'apres guerre avec les restrictions que l'on connait!
2- tu seras vieux un jour et tu seras content de partir le plus tot possible
ca ne fait pas avancer le schischimilimili le schimilili schmilblick
tes propos sont haineux et racistes:

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :