Berlin répète qu'il n'y aura pas de plan de sauvetage de l'Espagne

 |   |  293  mots
Pour le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, Le gouvernement espagnol  a pris toutes les décisions nécessaires et les applique pour redresser sa situation. /Copyright Reuters
Pour le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, Le gouvernement espagnol " a pris toutes les décisions nécessaires et les applique" pour redresser sa situation. /Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, dément toute action concertée pour apporter une aide à l'Espagne, notamment par le biais d'achats directs de titres de la dette du pays par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), comme évoqué par la presse. Pour le moment, seule une aide de 100 milliards d'euros pour aider directement les banques espagnoles est à l'ordre du jour.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a démenti tout projet d'achat d'obligations par le Fond européen de secours (FESF) dans le cadre d'un nouveau plan d'aide à l'Espagne, dans un entretien à paraître dimanche dans Die Welt am Sonntag.

Il a qualifié de "totalement infondées" les spéculations dans la presse espagnole et française sur une demande de nouvelle aide en faveur de Madrid, qui se traduirait notamment par la participation du FESF aux émissions obligataires de l'Espagne, afin que les taux d'emprunts du pays restent contenus.

"Pas de sauvetage" global du pays, selon le Madrid

Le gouvernement espagnol avait déjà affirmé vendredi qu'"il n'y aura pas de sauvetage" global du pays, et que cette option, évoquée par de nombreux analystes, "n'est pas envisagée".

Le quotidien économique espagnol El Economista évoquait mercredi un plan d'aide de 300 milliards d'euros, qui permettrait à l'Espagne de financer ses déficits au moins pendant un an et demi. Le journal français Le Monde avait, lui, évoqué une action concertée BCE-UE en faveur de l'Espagne.

Ce plan s'ajouterait à l'aide financière déjà promise par l'Eurogroupe pour les banques espagnoles, et dont le montant pourrait atteindre 100 milliards d'euros.

"Les marchés ne leur en donnent pas encore acte"

Le gouvernement espagnol "a pris toutes les décisions nécessaires et les applique" pour redresser sa situation, a ajouté M. Schäuble, et même si "les marchés financiers ne leur en donnent pas encore acte, cela viendra".

L'Espagne, plongée dans la crise depuis l'éclatement de sa bulle immobilière en 2008, concentre actuellement toutes les inquiétudes du marché et doit payer de plus en plus cher pour emprunter, ce qui compromet sa capacité à se financer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 13:33 :
Les allemands auraient t'ils encore un peu de bon sens.Sortez- nous de la zone, c'est un piège à .....Et çà fonctionne bien :) Qui veut encore de l'euro à part les 1% qui en profitent? réponse: personne.
a écrit le 29/07/2012 à 17:28 :
Berlin répète qu'il n'y aura pas de plan de sauvetage de l'Espagne. J'espère qu'ils vont tenir parole.
a écrit le 29/07/2012 à 8:07 :
Je crois que les Allemands vont en avoir marre de payer.
Réponse de le 29/07/2012 à 14:53 :
qu'ils sortent de l'Euro dans ce cas, ils ont fait pendant des années du dumping au niveau des salaires qui a eu pour effet de désindustrialiser une bonne partie de ces partenaires dans la zone Euro pour leurs intérêts. Maintenant que la fin de l'Euro semble proche, ils vont tout faire pour qu'on les tienne pas pour responsables de ce fiasco.
Réponse de le 30/07/2012 à 4:45 :
Le salaire moyen en Allemagne est supérieur a celui en France. Si vous parlez des autres habitants, on peut les employer aussi, donc votre argument du dumping ne tient pas.
Les patrons français n'ont pas attendu l'Allemagne pour délocaliser, ils le font depuis 1960 avec le textile puis l'automobile, la sidérurgie, et tous les secteurs. Argument non valable.
Les Allemands ont soutenu l'Euro avec leur puissance industrielle, s'ils partent, l'euro s'écroule, votre argument ne tient pas non plus.
a écrit le 29/07/2012 à 6:07 :
Et les marmottes elles font quoi?
a écrit le 28/07/2012 à 23:51 :
pour le plan on veut bien le croire, mais pour le sauvetage ...
a écrit le 28/07/2012 à 15:20 :
Heureusement qu'il y a encore les allemands pour ralentir (un peu) le bal des cinglés. En même temps, ce sont eux qui règlent la note.
Réponse de le 29/07/2012 à 19:50 :
Gagner quelques semaines, tout au plus
a écrit le 28/07/2012 à 15:17 :
SPAIN/FESF/SCHAUBLE/NEIN ...= Il y a fort à parier que la bulle d'euphorie qui avait gonflé sur les marchés depuis jeudi ......se dégonfle a toute vitesse dès lundi matin !
a écrit le 28/07/2012 à 15:15 :
Wolfgang Schäuble a parfaitement raison de faire cette mise au point si des accords secrets n'ont pas été pris alors qu'on les annonce. Voilà qui fera peut-être baisser les Bourses mais rassurera la population française pour peu que l'on puisse le croire. Mais ce Ministre a-t-il la décision réelle dans ce processus en marche qui le dépasse ? Je crois que non, malheureusement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :