Espagne : l'avenir des banques reste incertain

 |   |  688  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'impact du sauvetage du secteur bancaire espagnol par les fonds européens dépendra notamment des résultats des stress tests de septembre prochain.

Les banques espagnoles enregistrent des bénéfices en chute libre au premier semestre : baisse de 45,7% pour Santander à 1,7 milliards d'euros, de 80,1% pour Caixabank à 166 millions, ou encore de 42,5% pour Banco Popular à 176 millions. Les annonces de résultats semestriels se suivent et se ressemblent.

L'immobilier plombe toujours les banques espagnoles
La principale raison réside dans les provisions pour risque immobilier. Deux réformes du Gouvernement de Mariano Rajoy ont en effet imposé un assainissement de 84 milliards d'euros sur les actifs immobiliers problématiques. En sacrifiant ses résultats du second trimestre, Santander a ainsi couvert 70% des 8,8 milliards d'euros de provisions qui lui reviennent. Sans ces provisions, le bénéfice aurait baissé de 8,5%. « Ces résultats ne sont pas mauvais », rappelle Alberto Roldán, responsable d'analyse de rente variable chez Inverseguros. De fait, le PNB de Santander augmente de 6% au premier semestre, celui de CaixaBank, de 0,1%, et celui de Popular de 33%.
Outre l'augmentation des provisions imposée par le Gouvernement, les résultats futurs risquent d'être pénalisés par l'évolution de l'activité bancaire, freinée par l'environnement macroéconomique défavorable : « Au cours des prochains trimestres, les banques continueront à limiter les risques et à réduire les coûts », prévient Roldán. Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit en effet une croissance négative de 1,2% du PIB en 2013. L'impact de ces prévisions sur la confiance des marchés pèse sur la dette souveraine espagnole en imposant des taux à 10 ans de 7%, mais aussi sur les banques, bien que ces dernières n'accèdent plus aux marchés depuis « des mois », signalent les analystes. « Un tel niveau d'intérêts risque de retarder à moyen terme l'ouverture des marchés aux banques », estime Alberto Roldán.

Pas de baisse des créances douteuses avant 2014
Toutefois, l'accès au financement ne signera pas la fin des problèmes pour le secteur. « Dans ce climat économique, il ne faut pas s'attendre à une baisse des créances douteuses avant 2014 », estime Nuria Álvarez, chez Rentas 4. La moyenne actuelle est de 8,95% des crédits. Pour réduire l'impact sur leurs résultats des provisions pour créances douteuses, les banques s'efforcent de réduire leur exposition au secteur immobilier. Santander a ainsi vu ses efforts couronnés ce trimestre avec la réduction des actifs immobiliers saisis ce trimestre, à 8,3 milliards d'euros.

Le MOU va nécessiter des recapitalisations, des réductions d'effectifs et des suppressions de dividendes
L'autre difficulté pour le secteur sera de se soumettre aux exigences du Memorandum of understanding (Mou) qui édicte un certain nombre de conditions en échange de l'aide à la recapitalisation des banques via les fonds européens.
L'impact global du Mou est incertain puisque les besoins en capital de chaque entité ne seront connus qu'après de nouveaux stress tests en septembre. CaixaBank, Santander et BBVA devraient les passer sans encombres. Les autres banques devront présenter des plans de recapitalisation qui, s'ils passent par l'octroi de fonds publics, incluront les conditions de l'UE : ségrégation des actifs dans une structure de défaisance, réduction des effectifs, ou encore suppression des dividendes. Certaines banques jugées non viables pourraient être liquidées dès octobre. Enfin, celles qui veulent faire face à cette recapitalisation sans aide publique devront sans doute céder des actifs ou augmenter leur capital. Popular a ainsi confirmé vendredi son intention d'augmenter son capital de 700 millions d'euros avant juin 2013, date limite fixée par l'UE pour la recapitalisation.

Quel destin pour les caisses d'épargne ?
L'une des principales inconnues réside aussi dans le destin des caisses d'épargne. Le Mou impose en effet qu'elles perdent le contrôle des banques commerciales qu'elles ont créées à partir de leurs actifs financiers. Or, cela pourrait pénaliser des entités considérées comme solides, comme La Caixa : « Si cela se confirme, La Caixa devrait vendre une part importante de CaixaBank », signale Nuria Álvarez, qui rappelle toutefois que « pour l'instant, on ne sait ni par qui, ni comment sera appliquée cette condition ». Tant que ces doutes ne seront pas levés, l'avenir proche du secteur bancaire espagnol restera incertain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 9:44 :
L'implosion de la zone Euro laissera des dizaines de millions de personnes sur le carreau. C'est un véritable désastre qui nous attend. L'incurie et les mensonges des responsables laissent pantois (livre d'une jeunesse désabusée mais aussi révoltée "les corps indécents") Il ne devrait pas avoir de carrière possible en politique. C'est pas pour rien que Churchill clamait à qui voulait l'entendre "le pouvoir corrompt".
a écrit le 29/07/2012 à 13:21 :
"l'avenir des banques reste incertain" ? le notre aussi . Nous sommes "gérés" par de parfaits incompétents dont le seul souci est de s'enrichir un max sur notre dos.

Virons l'europe et ces oligargues d'incompétence notoire. Ils se seront enrichis et nous aurons rendu clodos
a écrit le 29/07/2012 à 10:06 :
Juste pour mémoire, les banques espagnoles ont emprunté 365 milliards d'euros à la BCE sur le seul mois de juin. Alors la réduction du risque, cela me fait bien marrer.
a écrit le 28/07/2012 à 14:54 :
La Caixa détient des participations considérables dans les plus grandes sociétés espagnoles. Faire passer son contrôle entre des mains étrangères revient à vendre ses entreprises. Pour la bonne forme une participation directe serait alors soutenue par une autre indirecte comme complément de façon a basculer la réalité du pouvoir vers les nouveaux preneurs. Mais les espagnols sont teigneux et souvent entêtés. Gageons qu'il y aura rapidement des batailles juridiques qui feront tomber le stratagème aux yeux des populations.Mort à crédit.
a écrit le 28/07/2012 à 9:21 :
crash test mdr..!!! nous savons déjà qu'elles ne réussiront pas ce crash test...les Banques Espagnols sont sur la paille ruiner en banqueroute..!!! la zone Euro va imploser..et ils le savent...!! ils cherchent juste a gagner du temps...
et un jour vous allez vous réveiller avec votre monnaie nationale..Et là j'attends de voir les réactions de tous les lobotomisés du SYSTEME les Européistes qui à mon sens devraient se jeter d'une falaise tant la nouvelle sera dramatique..!!! un conseil préparez dans vos petites têtes..!!! et surtout arrêter de regarder les chaines d'information standard..itélé bfm tf1 fr2 etc etc ceux là vous diront juste ce que vous avez envient d'entendre...!!! lisez plutôt http://www.jovanovic.com/blog.htm ça peut vous aider à anticiper l'explosion de cette Dictature UERSS..!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :