Zone euro : vers 12% de chômage en 2013 ?

 |   |  594  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le taux de chômage atteignait les 11,2% dans la zone euro au mois de juin, selon des chiffres publiés ce mardi par Eurostat. Des économistes craignent qu'il grimpe jusqu'à 12% l'an prochain.

Sombres perspectives sur le marché de l'emploi dans la zone euro. Au mois de juin, 17,8 millions de personnes étaient au chômage selon des données publiées par Eurostat ce mardi, soit 123.000 de plus que le mois précédent. Depuis plus d'un an, ce nombre progresse sans discontinuer. Depuis juin 2011, quelque 2,02 millions de nouveaux chômeurs sont comptabilisés.

En raison de la contraction de l'économie enregistrée dans plusieurs pays de l'union monétaire, une aggravation de la situation est à prévoir et le taux de chômage risque de continuer à progresser. "Il y a un vrai danger qu'il atteigne 12% en 2013", estime Howard Archer de IHS Global Insight, interrogé par l'AFP. "Sachant que la zone euro risque de voir son économie se contracter au troisième trimestre, la probabilité est importante que le chômage dans la zone euro augmente considérablement dans les mois qui viennent", explique-t-il. L'économiste table sur un taux de chômage à 11,5% d'ici la fin de l'année.

Espagne et Grèce durement frappés

Au premier rang des pays souffrant le plus de cette situation sur le marché de l'emploi: l'Espagne. L'institut de statistique européen comptait 24,8% de chômeurs au mois de juin dans le pays. Un chiffre proche de celui qui a été publié vendredi par l'Office national de statistique (INE) espagnol. Celui-ci évalue le taux de chômage à 24,63% pour le deuxième trimestre.

En Grèce, où les données datent d'avril, 22,5% de la population active est sans emploi. Et, dans ces deux pays plus de 50% des jeunes sont concernés.

Le taux de chômage se rapproche des 11% en Italie

Des statistiques étaient égalemement publiées en Italie. Le taux de chômage y grimpe de 0,2 points entre mai et juin, atteignant le niveau record de 10,8% de la population active, selon les chiffres publiés par l'institut de statistique italien Istat ce mardi. L'organisme a révisé à la hausse son évaluation pour le mois de mai: elle passe à 10,6% contre 10,1% selon une première estimation publiée début juillet. Le nombre de personnes sans emploi s'est élevé à 2,792 millions au mois de juin en données corrigées des variations saisonnières. Cela représente un bond de 37,5% sur un an. La crise de la dette et les divers plan d'austérité ont contribué à entraîner le pays dans la récession depuis fin 2011. Seul note légèrement plus positive: si le taux de chômage reste particulièrement élevé chez les jeunes, il s'est réduit entre mai et juin, passant de 35,3% en mai à 34,3% en juin.

L'Allemagne gagnée par la hausse du chômage en juillet

Du côté des "bons" élèves, l'Autriche (4,5%), les Pays-Bas (5,1%), mais aussi le Luxembourg et l'Allemagne connaissent les taux de chômage les plus faibles de la zone euro. Cependant, ce dernier pays, épargné pendant plusieurs mois, a connu en juillet une augmentation du nombre de personnes sans emploi. Le taux de chômage brut y atteint 6,8% ( soit 2,88 millions de personnes) contre 6,6% le mois précédent, indique l'Agence fédérale pour l'emploi. Celle-ci pointe la fin de la scolarité d'une partie des étudiants ainsi que la trève estivale pour expliquer en partie cette hausse. En données corrigées des variations saisonnières, cette dernière correspond à 7.000 nouveaux chômeurs. "La tendance du marché du travail allemande reste globalement positive au mois de juillet, toutefois, il montre des signes d'évolution plus faible", a commenté le président de l'Agence fédérale pour l'emploi, cité dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2012 à 19:04 :
qu il y ait 13% ou 25% de chomage en europe ce n est pas un pb le principal c est que l euro soit une monnaie forte que les places boursiéres grimpent qt aux aux 450 millions de chomeurs on nen a rien à cirer moi je pense d abord à mes actions et les autres tant pis pour eux d ailleurs plus il y aura des chomeurs plus les actionnaires sont contents
a écrit le 15/08/2012 à 13:26 :
Pourquoi parler de chomage en zone euro ? avec 12% de chomeurs ne melangeons pas tout.
Rappel:
La Finlande, la Hollande, la Suisse, l'Autriche,l'Allemagne et d'autres sont en desous de 7% voir 8% de chomeurs ou chomage Pourquoi s'orienter ou se mesurer aux perdants du sud de l'Europe?
a écrit le 04/08/2012 à 14:52 :
C'est une Europe qui candidate pour les boulets: et pan dans la mâture! Nous devons réduire les dépenses, ils les augmentent... les politiques conduites sont obscurantistes.
a écrit le 04/08/2012 à 14:24 :
La faillite de l'Europe du Sud montre la malfaisance du socialisme et des bureaucrates qui démolissent les entreprises et poussent les populations au chômage et à la misère. Nous avons plus de la moitié des gens qui ne votent pas, ce qu'il nous faut c'est défendre les classes moyennes et la démocratie foulée aux pieds par des syndicalistes terroristes dont on voit l'activité à marseille et chez Sea France. Ne parlons pas d'Air France qui fait dans le suréffectif. Parler chômage, ça fait bien rire, ils n'ont jamais été capables de faire quoi que ce soit. Nous devons employer correctement nos diplômés et mettre en place une société de progrès. Nous avons affaire à un complot contre l'humanité.
a écrit le 31/07/2012 à 18:26 :
Il ne sert à rien de parler réduction du chômage, on nous dit que nous avons 300 000 emplois non pourvus... normal les conditions de travail sont trop épouvatables.
a écrit le 31/07/2012 à 17:10 :
tant qu'il en est encore temps. Ce pays est dirigé par et pour les vieux uniquement, les 68ards. Ceux qui sont partis à la retraite à 55 ans vous demandent de bosser jusqu'à 70 ans ! Ceux qui ont très peu cotisé en % de leur salaire exigent de vous chaque année qu'on relève ce pourcentage ! ceux qui vous disent qu'il faut faire des sacrifices, benéficient toujours de 10% d'abatement pour frais professionels ! ceux qui se moquent des jeunes qui se plaignent de leur salaire, bénéficient d'une CSG à taux réduit ! ceux qui vous disent NON pour vos augmentations car faut bien garder un bon dividende dans la boite, s'auto-votent chaque année un relèvement des retraites sans meme se demander comment on va le financer ! ceux qui vous disent "achetez donc, louer c est de l argent jeter par les fenetres" , détiennent en réalité tout l immo de ce pays acheté 2 francs 6 sous à l'époque grace à l inflation et aux défisc (que vous devrez rembourser via le remouboursement de la dette publique qu'elles ont généré) ! le pire, c est que cet immo, il va falloir vous endetter pendant 25 ans pour l avoir alors qu eux l ont eu en 15 ans et à des taux de 9% (c est dire la spoliation)! ceux qui vous font l'aumone en vous donnant l APL, l'empoche en réalité en vous infligeant des loyers indécents au regard de la qualité des biens qu ils vous louent ! ceux qui ont eut l'école et la fac gratos, sont pour les hausses des frais universitaires et la suppression des profs qui vous obligent in-fine à mettre vos enfants dans le privé ! ceux qui vous rabachent qu'ils ont commencé à bosser à 14 ans vous mentent, eux c est la génération babacool, les enfants qui bossaient à 14 ans , c'étaient leurs parents ! ceux qui vous disent qu'il faut respecter les persones agées, ont en réalité été les premiers à envoyer leur parent dans des maisons de retraites, pendant qu'eux quittaient le nord de la france pour truster la cote d azur ! ceux qui vous disent qu'il faut croire en l'avenir, vous laissent un fardeau de dettes qu'ils ne veulent surtout pas rembourser, pour preuve; il suffit de regarder comment la fiscalité sur le travail a été chargée comparé à la fiscalité sur la rente ces dernières années ! ...alors , oui, ils sont plus nombreux et votent...et oui, nous n aurons ni retraite ni système social à la fin, car ils auront tout bouffé avant de partir...moralité, au lieu de se plaindre et pour offrir un avenir à nos enfants, crééer une entreprise, nous réaliser, avoir un avenir ....., les voir monopoliser les hotels, resto, aeroports alors que nous, nous n'avons que le low-cost, et bien partons, quittons ces pays qui n'ont plus rien à offrir.....ne parlez pas avec eux, ne debattez pas, ils sont deconnectez de la réalité..de votre réalité...d'ailleurs, vous en trouverez toujours un pour vous dire, qu a son époque, on était heureux sans un portable à 500 euros.....ca vous situe juste le niveau...Bonne chance tout de meme. et bonne chance à eux aussi. quand les jeunes et les entreprises seront parties, qui entretiendra la rente et qui poussera le fauteuil?

Réponse de le 31/07/2012 à 18:20 :
Merci de souligner le clivage entre les générations, c'est une première dans l'histoire que les jeunes aient moins que leurs parents. C'est visible car le niveau de vie des retraités est supérieur à celui des actifs. Par ailleurs, une génération ne peut accéder à la vie active, chose qui était bien entendue méprisée, mais aujourd'hui c'est bien pire avec la mise en faillite. Mais on nous annonce un déficit des comptes de retraite, le tout dans un contexte de désastre industriel...
Réponse de le 31/07/2012 à 20:05 :
A jeunes fuyez cette europe : c'est vrai qu'on t' a un peu trop gâté pendant ton enfance et qu'on t'a trop laissé faire ce que tu voulais. T'as voulu faire du théatre et t'as pas de boulot; sur que tu nous en veux à nous et à la société. Notre présence même te dérange ! et pourtant, tu es si intelligent, plein de nuances et de tendresse avec tes paents. Tout est de notre faute, j'en conviens. Sois content, bientôt l'euthanasie sera légalisée et tu pourras nous faire disparaître. Je suis sûr que tout tes problèmes seront réglés, tous sauf peut être ta santé mentale.
Réponse de le 31/07/2012 à 21:03 :
Quelle barricade en 68 ?

Quand je pense aux anciens qui se font fait crever la paillasse à Craonne et sur la Somme pour que leurs descendants revendiquent le droit de visiter les chambres des filles à Nanterre ...
Réponse de le 04/08/2012 à 14:17 :
Tout à fait d'accord, c'es un régime en faillite qui doit avoir son procès. Voyez le scandale de l'éducation, c'est une garderie. Et on maltraite les diplômés. C'est un régime stalinien qui pousse la population à la misère!
Réponse de le 27/08/2012 à 19:18 :
Bravo pour ce commentaire - les soixante huitards regnent sur la politique et la societe depuis trop longtemps- c est eux qui a Bruxelles batissent une nouvelle societe fasciste ou les peuples sont ecrases au profit des banquiers et de leurscactionnaires milliardaires- Eux qui nous imposent une ideologie fanatique celle de sainte europe , eux qui sont devenus nos Khmers Rouges , eux qui ont impose a 25 peuples une monnaie unique detruisant ainsi des nations entieres au profit de l allemagne. En 1942 ils auraient couche avec Hitler , aujourd hui ils couchent avec Merkel . Les elites francaises moisies tuent notre peuple. Et le pire c est que le Peuple se tait. Du pain et des jeux, des allocs et la Tele , nous voici revenus 2000 ans en arriere..... L Histoire est bien triste . A tous ceux qui le peuvent , fuyez pendant que vous le pouvez, fuyez l Europe , terre fasciste qui en connait que des calamites depuis deux siecles .
a écrit le 31/07/2012 à 16:20 :
GROLAND appelle à "défendre, préserver, consolider la zone euro" il nous emméne dans le mur, nous boirons le vin jusqu'à la lie, puisque les politiques sont manipulés par les ex sbires de Goldamnn Sachs "gorgé" de CDS sur les dettes souveraines! si il y a une nouvelle décote des obligations Grecques la Banque de France sera obligé de vendre de l'or! Bien sûr motus !
a écrit le 31/07/2012 à 16:06 :
Voici des réformes a faire :
- emplois à un euro par heure, comme en Allemagne.
- obligation de travailler dans une autre région si on ne trouve pas sur place, comme en Allemagne
- fin des subventions aux entreprises.
- privatisation des secteurs endettés.
- anglais comme langue obligatoire a la mobilité internationale.
a écrit le 31/07/2012 à 16:04 :
Plutôt vers 18 à 20 % et même plus. Une hécatombe en devenir. La misère pour presque tout le monde.
a écrit le 31/07/2012 à 15:57 :
L'europe du sud va vers les 12% de chomage certes et ca va mal ( France, Italie, Espagne, Grece ) tres mauvais. Par contre l'europe du nord ( Suisse, Holland,e Finlande, Allemagne ) restent malgres les difficultes economiques que l'on connait de bons eleves face au chomage et s'en sortirons sans aucun doute.
Arretons d'etre jaloux de l'Allemagne et faisons les reformes de fond qui s'imposent sans pour cela augmenter les impots betement.
a écrit le 31/07/2012 à 15:02 :
Je consomme tu consommes il elle consomme nous consommons vous consommez ils elles ne consomment plus.
a écrit le 31/07/2012 à 14:42 :
même 13% avec l'entrée en récession mondiale
a écrit le 31/07/2012 à 13:18 :
elle est bien trop lente l'austerité en europe si on veut une vraie insurrection des peuples

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :