Helsinki veut que les banques paient pour les erreurs des banques

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Premier ministre finlandais propose un fonds de recapitalisation des banques financé par le secteur lui-même. Le but est de dégager la responsabilité du contribuable.

Très critique vis-à-vis de la tournure que prend la politique de ses partenaires européens face à la crise, le gouvernement finlandais propose une voie alternative. Dans une interview publiée à Helsinki ce vendredi, le premier ministre finlandais, Jyrki Katainen, a proposé la création d'un fonds de soutien aux banques européennes financé par les banques elles-mêmes.Ce projet pourrait s'inscrire dans celui d'union bancaire que la commission européenne pourrait présenter le 11 septembre prochain. Dans l'esprit de Jyrki Katainen, ce fonds devrait permettre de recapitaliser les parties saines des établissements en difficulté, les autres devant être démantelés.

Coalition hétéroclite

Jyrki Katainen, qui est à la tête d'une coalition hétéroclite, qui va des ex-communistes aux conservateurs, marche sur des ?ufs, d'autant que l'opposition au sauvetage de l'euro, menée par les « Vrais Finlandais » et le parti du centre, est à l'affût. Pas question, donc, pour lui, d'augmenter la responsabilité du contribuable finlandais. D'où ce projet où le secteur bancaire assumerait ses propres risques.

Opposition aux rachats de titres

C'est aussi la raison pour laquelle son gouvernement est très opposé à un rachat par les fonds de sauvetage d'obligations d'Etat sur le marché secondaire comme le réclame Madrid et surtout Rome. Helsinki a même, pour le moment, apposé son veto à cette démarche. Concernant une action de la BCE, Jyrki Katainen a estimé que la banque centrale « ne pouvait résoudre cette crise seule ». Pas question donc pour lui d'envisager une action massive de Francfort.

La position de la Finlande sera donc très suivie à la rentrée. Si elle continue à bloquer une action du FESF ou du MES sur le marché, elle risque d'agacer beaucoup à Rome et à Madrid. Mais Helsinki peut s'appuyer sur une santé économique et financière d'une grande solidité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2012 à 14:41 :
Enfin des solutions qui sortent du bois mais y'a encore mieux comme en Islande : http://www.bakchich.info/international/2012/06/27/les-banquiers-detestent-lislande-61472
a écrit le 11/08/2012 à 17:03 :
On évite en les baisses de salaires, car c'est bien pour tout le monde sauf tous les élus français qui représentent une manne considérable qu'aucun ne veut voir baisser, quel bel exemple pour tous les Français. Il y a trop d'élus, la plupart ne servent à rien mais pèsent sur le budget, et alors, toujours aux mêmes à payer et à d'autres d'être grassement payés. Il faudra bien que ça s'arrête un jour. Il faudra bien qu'on tombe d'accord sur qui fait quoi et pour combien. Trop de privilèges, trop, trop d'abus et on s'étonne que les fins de mois soient difficiles. J'ai honte de ces comportements qui sont le signe d'une décadence de la France et de ses décideurs de pacotille.
a écrit le 10/08/2012 à 22:35 :
Tout a fait d'accord avec la position du 1er ministre de Finlande.C'est du vrai bon sens.
Les banquiers qui detestent le socialisme sauf quand ils speculent a perte doivent assumer leur politique inepte.
Il faut les chasser et les condamnés seve
rement.
Au lieu de faire payer le peuple qui n'en peut mais!
a écrit le 10/08/2012 à 19:07 :
Je donne raison à 100% à Monsieur Helsinki
a écrit le 10/08/2012 à 18:32 :
Est-ce que l?Union Européenne sera gouvernée demain par quelques «experts» aux ordres des banques et qui court-circuiteront les parlements nationaux ? Voilà sans doute l?objectif des Mario Monti et autre Francois Hollande.
a écrit le 10/08/2012 à 17:26 :
Helsinki devrait vouloir que les hommes politiques paient pour leurs erreurs ... volontaires. Car, enfin, les banques ne sont que le bras armé des états, et bien entendu surtout pas des sociétés comme les autres ainsi que l'on s'efforce de nous le faire croire. Punir les hommes et les femmes politiques : un rêve.
a écrit le 10/08/2012 à 16:00 :
Mario Monti est venu à Helsinki la semaine passée pour discuter avec Jyrki (Katainen) & Jutta (Urpilainen) de la position de la Finlande sur le FSE. Il s'est déclaré enchanté de sa visite, avoir trouvé un terrain d'entente et même trés bien mangé (fricassée de renne,
beignets CaRéLIENS,...). Ce n'avait pas été le cas de son prédecesseur, le Cavaliere,
qui avait déclaré que les Finlandaises étaient moches et la nourriture était immonde.
C'était toutefois au moment ou la Finlande avait postulé pour accueillir l'Agence Européenne de l'Alimentation, alors que Berlusconi voulait son installation à Parme.
Dés son retour à Rome, Mario Monti a fait une déclaration soulignant qu'il n'avait pas
obtenu de changement d'attitude des Finlandais et que le le gouvernement (Hallitus)
était trop aux ordres de son parlement (Eduskunta). Cette déclaration "au retour" à
fait bondir les Finlandais, d'ou leur nouvelles propositions: que ce soient les banques
qui ont péché qui réparent elles-mêmes les dégats qu'elles ont causé! Les banques
Finlandaises sont quasiment absentes de la spèculation et de la crise issue des
"subprimes": Nordea, OP, Sampo, ..Ici aussi, on n'apprécie pas beaucoup les leçons
données par les Mario Monti, Mario Draghi et autres ex-marionnettes des banques les
plus crapuleuses de Wall Street .
a écrit le 10/08/2012 à 15:44 :
Si le secteur bancaire doit se "recapitaliser lui-même", pour ne pas faire appel aux contribuables, il fera appel à ses actionnaires qui bien souvent sont ses clients, soit une fraction non négligeable des... contribuables.
Réponse de le 10/08/2012 à 16:09 :
Vous êtes peut-être pour la privatisation des profits et la socialisation des pertes ? Moi je suis pour les droits de l'homme : les banques doivent avoir le droit de faire faillite et les actionnaires ont le droit d'être rincés !
À bas le socialisme !
a écrit le 10/08/2012 à 15:41 :
Enfin quelqu'un qui propose la solution de faire payer ceux qui casse le système monétaire plutôt que de demander aux contribuables de le faire. Ouf !!!! On attendait cette information depuis pas mal de temps tout de même.
Réponse de le 10/08/2012 à 15:56 :
@ylm: solution qui palit, mais qui est démagogique, parce que si demande aux banques de payer quoi que ce soit, que vont-elles faire ??? Faut pas sortir de la cusine de Jupiter (Coluche dans le texte) pour sa voir que lesdits coûts vont être répercutés sur le client. Ce qu'il faut, c'est une refonte totale du système avec sanctionsréelles pour les coupables... de façon qu'ils ne se retoruvent pas minstre d'État en récompense de leurs méfaits (Juppé dans le texte) !!!
Réponse de le 10/08/2012 à 17:27 :
Tout à fait d accord ils nous prennent vraiment pour des jambon!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :